e-torpedo le webzine sans barbeles



Punk attitude

Catégorie Musique
Il y a (4) contribution(s).

Punk rock "old school" ?

(JPEG)

Nous sommes en 1969 et c’est le début de la fin. C’est la fin du rêve baba cool, le summer of love est déjà loin, Woodstock vient de se terminer, et l’année suivante au concert des Stones à Altamont, un spectateur est poignardé à mort par un hell’s angel membre du service d’ordre. 1969, à défaut d’être une année érotique, est une année de transition. Un personnage majeur fera son arrivé sur la

scène underground américaine début 1969 : Iggy Pop, de Detroit, avec son groupe : les légendaires STOOGES.

L’iguane, comme on continue de le surnommer, accouche de l’album de garage rock (le terme Punk n’existe pas encore) : « The Stooges ».

Il est hallucinant de constater que malgré l’absence totale de technique, (comme le dira Iggy par la suite, lorsqu’il y a un quatrième accord, c’est toute une histoire !) les Stooges ont posé les bases de ce que va devenir le rock’n’roll : grunge, noisy et surtout punk. Car ne l’oublions pas, le punk ça n’est que du rock’n’roll joué plus rude (rock’n’roll : terme non restrictif à la musique des années 50, désignant un état d’esprit servi par une musique instinctive et jouissive). Une autre précision importante, le punk est apparu pour faire face au ton mollasson, psychédélique et trop planant qu’avait pris la musique a ce moment là. C’est un retour à l’arrogance du rock des années 50, l’expression d’un mal être, l’équivalent du rap, actuellement, dans l’esprit (uniquement d’ailleurs, fort heureusement !)

Les Stooges vont écrire une des pages les plus authentiques du rock sous forme de trilogie :
-  1er album en 1969 « THE STOOGES » (qui correspond à la découverte du sexe)
-  2ème album « FUN HOUSE » 1970, (l’abus de sexe)
-  3ème album, 1973 « RAW POWER » (le sado-masochisme) rendu encore plus efficace par la présence de James Williamson, suite à la mort naturelle (overdose !) de Dave Alexander.

Et là, c’est la claque, la limite est repoussée, pulvérisée, et plus jamais, elle n’ira aussi loin...

RAW POWER est sans conteste l’album de rock’n’roll le plus authentique de tous les temps et donc PUNK (comme dit ma copine, le Punk, c’est le dernier mouvement de romantisme du rock !).

Dans cet album absolument indispensable, on trouve une alternance de morceau lents, nuancés et rapides qui servent la voix d’outre tombe de l’Iguane. A coté, le titre le plus sauvage des Stones ressemble à une ballade de Phil Barney, c’est nihiliste, authentique, sauvage, jusqu’auboutiste, en un mot c’est du rock’n’roll dont l’esprit a été poussé à son maximum. Les titres sont a la hauteur de ce qu’il contiennent : Death Trip, Gimme Danger (une ballade électrique belle à pleurer), Penetration, et le sublimissime Search and Destroy. C’est le SEUL album de rock que je connaisse qui soit intégralement sans concessions.

Attention, ce n’est pas du hard rock ni du hard core, trash ou autres plaisanteries néometalesques c’est du ROCK’N’ROLL, et tant pis pour ceux qui continuent à se masturber sur une ligne de basse vaguement funky ou sur la virtuosité d’un joueur de blues poussiéreux, cet album n’est pas pour eux. "Le Rock’n’roll est une gigantesque farce mais c’est pour cela que ça tient debout" nous balance Lester Bangs (le critique rock le plus dément de tous les temps).

Iggy savait que l’accomplissement de cet album avait toutes les chances de mettre un terme à sa carrière vu son coté beaucoup trop « pas commercial ».

RAW POWER est un monstre sauvage enfanté dans la douleur, et c’est précisément pour cela que c’est un album absolument unique et magnifiquement pur. Les choses prirent une tournure encore plus violente, puisque après la sortie de Raw Power, (qui n’eût d’ailleurs aucun succès) Iggy se fît interner dans un hôpital psychiatrique, et c’est David Bowie qui l’aidera à en sortir quelques mois plus tard, mais ça, c’est un autre histoire...

En 1977, lors de l’émergence du mouvement Punk, l’album maudit ressortit estampillé du label Punk, et on cria au génie. Après 1977, la suite est pathétique, les punks ont pris de la coke et sont devenus new-wave.

Si quelque chose peut sauver votre âme, c’est RAW POWER par IGGY AND THE STOOGES. Le monde se divise en deux catégories, ceux qui connaissent ce chef d’œuvre d’authenticité et les innocents malchanceux qui ne l’ont pas encore écouté ni aimé. La vie est trop courte, quittez la coalition et courrez vous procurer cet espèce de CD en « voix » de disparition...

SI DIEU ETAIT LE ROCK’N’ROLL, JESUS CHRIST N’AURAIT QUE 3 APOTRES : LES STOOGES.

Tuco



Publié le 19 juillet 2006  par tuco


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Punk attitude
    26 juillet 2006, par jimbo

    tres bon , excellent papier sur les stooges je te donne a lire MA chronique du plus grand album de tout les temps le premier stooges

    Ce disque est une pure folie, un cataclysme rock extrême, un rouleau compresseur qui dévaste et emporte tout sur son passage. C’est tout à la fois le premier disque de heavy metal, le premier disque de glam-rock, et le premier disque punk. Enregistré en 1969 en seulement 48 heures, il a conservé 35 ans après (excusez du peu !), toute sa puissance. La guitare impitoyable de Ron Asheton nous colle au mur, tandis qu’ Iggy éructe les titres emblématiques de ce disque foudroyant ("1969", "No Fun", "I Wanna Be Your Dog", "Real Cool Time", etc ...). La production de John Cale est énorme, avec un son terrifiant (inspiré dit-on, des usines automobiles de Detroit). Contrairement à leurs frères d’armes le MC5, qui politise ses textes et cherche à faire passer des messages, les Stooges eux , ne revendiquent rien ; ils hurlent leur mal de vivre et leur ennui à la face du monde désenchantée qui vient a peine de réaliser que le flower power est bien fini Les Stooges sont dépravés, extrêmes et dégénérés ; ils sont le cauchemar des familles américaines, comme peut l’être Marylin Manson aujourd’hui, et dans lequel les kids américains se reconnaissent. Sur scène, Iggy Pop se révèle être une véritable tornade d’énergie pure, repoussant sans cesse les limites. Leur carrière sera courte, et ils se saborderont tout seuls comme on pouvait s’y attendre ; mais ce premier album est un chef-d’oeuvre intégral et universel. Il est à est a mon sens l’un des disques les plus importants de toute l’histoire du rock ; celui qui fera définitivement penser que tout est possible.

    • Punk attitude
      29 juillet 2006, par tuco
      d’enfer ta chronique, mais je pense que l’arrivée de james williamson a changé la donne, il est plus "électrique". Mais effectivement d’une manière socio-chronologique c’est le 1er.
      • Punk attitude
        6 novembre 2006, par Philippe Mogane

        Absolument !! En créant Siamese Records avec James Williamson (rebaptisé Siamese Dogs Records pour rocker dans le 21st Century), nous avons voulu remettre les pendules à l’heure et pourquoi pas essayer de refaire le monde (idée de jeunesse). En sortant le single "I Got A Right/Gimme Some Skin" (dont l’original redigitalizé fait partie de la compilation "Godfathers of L A Punk", PM1001, toujours chez SDR), il nous a semblé urgent de rectifier l’Histoire du Rock en diffusant ce que nous sentions, pensions, vivions comme étant une véritable expression sauvage du Rock. Grâce au génie musical de James Williamson dont je me glorifie d’avoir été le seul ardent supporteur. Ce qui, en aparté, m’a valu d’être l’objet d’une fatwa de la part des membres du Show Business français. Oubliant ainsi que j’ai été le premier en France dont les photos de Iggy ont été publiées dans la presse musicale française.

        Ceci dit il faut préciser que Raw Power a été remixé par David Bowie précipitant la rupture des Stooges et la sortie fracassante de James Williamson qui estimait que le son était trop édulcoré.

        Quand nous écoutons "I Got A Right", produit par les Stooges avant l’arrivée de David Bowie, nous pouvons légitimement nous demander ce qu’aurait été l’album "Raw Power" si les Stooges avaient continué sur leur lancée.

        Oui, je sais avec des si, on refait le monde.

        Rockablement vôtre,

        Philippe Mogane CEO Siamese Dogs Records Atlanta/London/Paris

        P.S. : la composition de ce blog est excellente. J’espère que l’Année de Résistance restera objective et instructive.

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin