e-torpedo le webzine sans barbeles



Retour vers le Grande Rock

Catégorie Musique
Il y a (2) contribution(s).

Retour vers le Grande Rock

(JPEG)

1994, Kurt Cobain se suicide, et avec lui disparaît le dernier soubresaut d’une timide (mais effective) session d’authentique rock’n’roll qui va se retrouver encore une fois dilué dans un vomi commercialo-easy listening. Les Américains ont inventé le rock’n’roll, les Anglais l’ont raffiné, rendurci, glamourisé et pour finir ce sont de nouveau les Américains qui ont remis le rock basique au goût du jour : Des gamins en chemise à carreaux et en « converse », venant du nord des Etats-Unis, (Détroit et Seattle, ça vous dit quelque chose ?) s’éclatent avec 3 accords sur ce qu’on va appeler du « grunge ».

Seulement voilà, depuis, plus rien, ni du coté Britannique, ni Américain.

-  Mais alors où ?
-  En France ? (Non je déconne)

Et bien aussi surprenant que cela puisse paraître, la nouvelle vague de rock’n’roll viendra de Scandinavie.

-  Ca vous étonne ?

Décrochez de votre PC, allez jeter un œil chez votre disquaire, et posez lui la question si vous ne me croyez pas. Comme dit ma copine, Les Scandinaves sont en train de donner une leçon de pure rock au reste du monde, dans la droite lignée des Ayatollahs du Rock’n’roll des années 50, fin 70, et milieu 90, et bien sûr toujours très loin des tentatives démonstrativo-vaniteuses des guitars-héros de l’ère post Hendrix. (On ne touche pas à Jimi, il reste quand même un des rares guitaristes à avoir su mêler technique et feeling avec un indéniable charme).

« The Hives » (qui se produiront à Paris à l’Elysée Montmartre le 15 Avril prochain), « Gluecifer », « Supershit 666 », « Turbonegro » et » Hellacopters » (liste non exhaustive) sont les nouveaux noms de la nouvelle vague, heureusement pas surmédiatisée, d’un rock qui échappe aux mièvres dictats des grandes maisons de disques.

Les Vikings se font plaisir et nous font plaisir.

« GRANDE ROCK » des HELLACOPTERS sorti en 1999 et enregistré à Stockholm en est un exemple plus que convainquant. C’est un album purement rock’n’roll, tout y est idéalement dosé. Que ce soit l’utilisation de la pédale wah wah, du tambourin de l’orgue hammond et je ne parle même pas des solos d’harmonica. Quelle jouissance, quel aboutissement ! Ces grands gaillards-là ont tout compris, tout digéré et tout restitué.

Quel plaisir d’entendre un album où aucun instrument ne se détache, ou plutôt, où tous les instruments sont mis en valeur dans une compactitude enveloppante, quel sublime brouhaha à refaire avoir une érection à un fan des Stones de la 1ère heures ! Et pour couronner le tout, le mixage a été réalisé de manière à obtenir un son jouïssivement vinyle.

Les Stooges ont eut un enfant avec Dennis « machine gun » Thomson des MC5, et il s’appelle « HELLACOPTERS ». Ca swingue (le coté blues n’est pas occulté), les guitares sont déchirantes, les solos sont flamboyants sans être fastidieux. Le bassiste, qui ne sait même pas ce que veut dire « slapper » joue au médiator, le chanteur, électrique, lie la sauce avec une hargne presque naïve, quant au batteur, il a sûrement commencé sa carrière dans le « Muppet show » !.

On se rend compte, à l’écoute du disque, que le rock directement issue de l’école des années 50 est intemporel, par opposition au hard rock, que l’on peut, en exagérant, dater au mois près.

Voilà, c’est dit, GRANDE ROCK est un album génial, qui ne révolutionne peut-être pas le rock’n’roll, mais qui le sublime, et c’est tout ce qu’on lui demande. Le rock’n’roll est vivace, parce qu’il est magique. La question n’est pas de savoir si on en a fait le tour, mais d’où, et surtout comment il va re émerger, jusqu’au passage à la platine de salon où il fera ressurgir l’exaltation . Le rock n’est pas « beau », laissons ce qualificatif à la pop, le rock est « bon », c’est juste une histoire viscérale.

Laissez tomber les informaticiens-rockers ou les pseudos punk-skaters, et orientez-vous vers un rock qui vous laissera un goût d’éternité. Mais surtout, mettez les watts, comme le disait Ted Nugent : « Si c’est trop fort, c’est que t’es trop vieux » et nous rockers, on s’en fout, parce que de toutes façons, à 60 ans, on sera sourd ...



Publié le 30 juillet 2006  par tuco


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin