e-torpedo le webzine sans barbeles



Qu’est ce que l’égoïsme ? (après l’homme, la bête suite..)

Catégorie politique
Il y a (9) contribution(s).


-  Comment faisons nous pour nous noyer dans nos propres maux à tel point qu’il ne nous soit plus possible d’accéder à l’altérité ?

-  L’autre, l’autre, l’autre mais qui est ce ?

-  Un instrument au service de nos désirs rabougris par des contraintes marchandes ?

-  Les gens de notre époque ne sont ils pas parfois à vomir ?

-Et moi et moi et moi ?

(JPEG)
La fin du capitalisme
Collage de V.R

Tout ceci n’est pas bien nouveau, tandis que l’Eglise nous forçait à une honteuse et stérile humilité, le déclin (ou transformation) des institutions caractérisant notre société (famille, école, Eglise, Etat) fait naître un individu de façade, un masque, une abîme d’insignifiance, une cavité insipide, une vacuité abyssale, rien .

Si cet humain hypermoderne, « pressé » - ont chanté les rockers - est l’archétype du bonheur terrestre, qu’à cela ne tienne !

Soyons heureux, comme nous le prophétise M. Massoli, doctor es sociologie, dans la société de consommation, cette société ou la rareté et l’exclusion sont la base de tous les rapports humains, et /ou économiques, c’est la même chose de toute façon. Concevons notre existence comme des séries d’actes de consommation.

-  Où est le problème au fond ?

Cela permet au moins à des gens de pouvoir dire « c’est mal », démunis face au tsunami libéral qui martèle chaque jour sa doxa publicitaire, instrument de torture de ceux qui n’ont ni abdominaux, ni pognons et expression d’une vanité triste pour les détenteurs du pouvoir, de l’argent : les plus riches sont bien vieux et même rafistolés par les chirurgiens les plus onéreux de la planète, ils vont crever sur leur tas de pognon, sans vergogne, en laissant des continents ramer pour survivre (Afrique, Amérique latine...).

L’altérité dans notre monde capitaliste se réduit à une dévoration de l’autre.

Calquer sur l’économie de marché, soit l’un des deux cède, et meurt dans la subjectivité de l’autre pour pouvoir survivre dans la relation, une sorte d’OPA ; soit la relation éclate.

Toutefois il est parfois des moments où elle ne peut éclater, notamment, pourrait on idéaliser, lorsqu’il y a des enfants en jeux (dans les relations humaines entendons nous bien)

-  Ne doit-t-il pas avoir ses deux parents unis pour lui acheter un cartable Diddle cet enfant là ?

-  Ceux-ci ne doivent ils pas s’entendre pour qu’il puisse devenir un gentil mouton du système - peut être un chanteur ou un acteur, une star - à quoi bon se reproduire ?

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec moi-même ici, je suis même en pleine contradiction ayant moi-même offert une trousse Barbapapa à ma fille. Essayer d’éviter toutes les formes d’abrutissements proposés aux enfants à travers les marques ou les héros télévisuels relève de l’acharnement et rien ne dit que cela ne fonctionne. La nature humaine est parfois si contrariante qu’à interdire le port de la mini-jupe rose bonbon (accessoire, entre autre, de la pornocrate) et du balconnet pigeonnant à ma fille, tout en lui proposant de relire des classiques dans une maison sans télévision et d’aller au musée ne garantit pas son salut mental. Non, rien ne dit qu’elle ne se délecte pas de tout ce que je lui décris comme « idiot » notamment la plupart des émissions de télévision - étalage de sottise et de vanité - qu’elle visionne sur son téléphone portable ( oui j’ai cédé à ce néo besoin ) même si cela lui est peut être douloureux, non seulement car elle ne fait pas 35 kl, mais encore car elle a un cerveau lui permettant de comprendre au bout d’un certain temps, mais par elle-même, dans quelle mouise elle se trouve.

Pute, soumise ou être humain à part entière préoccupé par l’autre et non pas par l’image que je renvoie à...personne... car tout le monde s’en fiche pas mal au fond.

-  Nous y revoilà, cette enfant sera-t-elle le prototype de l’émancipation par le futile en string ou autre chose ?

Sans doute un mélange subtil car on ne peut être, me semble- t-il qu’un produit de son époque, à moins d’être Diogène. Le philosophe à la lanterne allumée en plein jour et cherchant l’homme désespérément serait aujourd’hui sous camisole, ou alors serait le roi de l’onanisme virtuel, nouvel errement de l’époque ou tout un tas de Diogène se masturbent en place public protégés par l’anonymat d’Internet leur permettant de changer d’identité comme de main. Bref, quelle altérité lorsque je contemple ma propre image nue et bronzée entrée dans une transe frénétique et brève me conduisant au but ultime - un crachat dans le néant, dirait le rocker - pas d’altérité mais pas d’égoïsme non plus. Egoïsme : attachement excessif à soi même qui fait que l’on recherche exclusivement son plaisir et son intérêt personnel - Le Robert.

L’intérêt personnel se réduit-t-il à ce point ?

Il n’y a même plus de personne, juste un miroir où je me contemple en train de me faire jouir seul vite fait. Mais quant l’interface électronique s’éteint, à quoi ressemble alors ma réalité, loin de ce réel platonicien qui n’est même pas moi, mais un grand corps malade qui s’excite sur ses organes génitaux trente fois l’heure !

-  L’altérité ?

-  L’altruisme ?

Peut-être pour plus tard même si des poches d’humanité, des poches de résistances persistent deci-delà...

Je trouve que la bêtise humaine est incommensurable et vraiment pas nouvelle en plus mais bon, nos enfants ferons sans doute mieux que nous grâce à nos éducations altruistes et sociables, si si !

Je voudrais qu’aucun discours ne puisse avoir de l’influence sur moi - ce qui n’est pas très réaliste, j’en conviens - sauf s’il comporte un caractère scientifique (et encore).

Tout le langage actuel n’est qu’une catégorie de pouvoir de plus, imposée par le marchandising via les médias de masse et les politiciens qui lui lèchent, la plupart du temps le cul. Quant au langage des ouailles, il ne me semble qu’opinion, gâchage de temps et de salive, tentative veine de reconnaissance et défouloir béant et ennuyeux. Alors il faudrait être altruiste et écouter ces autres avec amour et dévotion tandis qu’au fond ils ne sont capables que de mépris envers les Autres.

-  Manger des pâquerettes ! Peut être notre sauvegarde ?

Ah oui, il faut se dépêcher, le productivisme comptera aussi bientôt parmi ses défuntes victimes la pâquerette sauvage.

Bref, qu’ils se cherchent où qu’ils croient se trouver, je ne veux - mais le puis je -être touché par ces autres. Suis je un monstre d’égoïsme ? Non, juste une sorte de misanthrope, un genre de Bacri - dont le seul mérite est de maîtriser cette lame d’humour noir, utile à digérer la pilule de nos frasques humaines inutiles et veines. Ces humains bavards et vides, noyés dans leurs larmes et dans leurs psychotropes divers, mes frères et sœurs, suis-je comme eux ?

Il serait bien prétentieux de considérer le contraire pourtant je m’aperçois que je les évite en cherchant une voie sur terre convenant mieux à ce que je suis. Quel égoïsme !

-  Aurais-je lâché la partie ? Pas évident.

Parfois je me crois inatteignable et dans ces moments là les gens m’indiffèrent profondément. Je les vois se noyer ou barboter. Ils m’ennuient mais ce que je n’explique pas c’est que je ne puisse pas vivre sans eux. Sans leurs mensonges, sans leurs trahisons...ce doit être ce qui caractérise l’être humain, la sociabilité. Je tolère tout et n’importe quoi pour un peu de sociabilité. Voila bien ma faiblesse et l’expression de mon humanité :

je ne peux pas me passer des autres.

-  Illustration : VR. collage : "la fin du capitalisme" une représentation de nos corps,produits de consommation



Publié le 1er août 2006  par Virginie


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Qu’est ce que l’égoïsme ? (après l’homme, la bête suite..)
    3 août 2006

    Bien, bien... Que dire après ?

    "Nous ne sommes en vérité que de pauvres débiles mentaux, très habiles, qui savent renouer l’âme avec des expédients de fil de fer" (Antonio Lobo Antunes)

    "J’apprends à vouloir tout et à n’attendre rien, guidé par la seule constance d’être humain et la conscience de ne l’être jamais assez" (Raoul Vaneigem)

    "Il en est de l’égoïsme comme de tout autre attitude : il lasse ; Puis l’égoïsme n’est pas une éthique ; c’est à peine un expédient" (Jean Malaquais, Journal de guerre)

  • Qu’est ce que l’égoïsme ? (après l’homme, la bête suite..)
    15 juin 2007, par fab

    bonjour Virginie,

    ce texte, bien qu’ayant le mérite d’une saine clairvoyance face à la société consumériste, est peut-être un peu convenu dans ces critiques. Sinon, c’est vraiment très bien écrit, tu peux légitimement prétendre te lancer dans l’écriture, de romans anticonsuméristes et gentiment déjantés, cela va sans dire... Au delà de ça, ce texte montre que tu as une très grande sensibilité, à fleur de peau, même. Et ta sensibilité exacerbée, "ostentatoire", te fait comprendre bien des choses du fonctionnement du monde, me semble-t-il. Cependant, je pense que tu es prisonnière de cette sensibilité qui fait ta grandeur et ta noblesse, mais qui aussi t’étouffe. Tu es (légitimement) troublée par la bêtise des hommes (et surtout des prétendus mâles), et je crois sincèrement que tu gagnerais à être moins, ou différemment troublée par la bêtise humaine qui est, je te le concède, abyssale et scandaleuse. En bref, fais quelque chose d’utile de ta révolte ! ...Comme l’écriture, par exemple ?

    XXX

  • Qu’est ce que l’égoïsme ? (après l’homme, la bête suite..)
    22 avril 2014, par waynedavies222
    El negro tipo 23 PVD Relojes Especiales está disponible inmediatamente en Cronógrafo o Cronógrafo flyback. Fiel a su tradición Replica de relojes, Dodane permite a cada comprador personalizar un gran número de elementos, grabado desde abajo (en el modelo completo de fondo) Rolex Submariner para la pulsera, pasando por la certificación Cronométrico del Observatorio de Besançon. Una complicación única, original y útil.
  • Qu’est ce que l’égoïsme ? (après l’homme, la bête suite..)
    7 septembre 2016, par rahmi23

    Today I learned a lot from your website. thank you

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    GEJALA ASAM URAT

    Thank you for sharing the information very useful. It is very pleasant to read this article from your website. waiting for next article, so interesting.

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin