e-torpedo le webzine sans barbeles



Zep in the sky

Catégorie Musique
Il y a (6) contribution(s).

Septembre 1970 ; pour la première fois depuis de nombreuses années les Beatles ne sont pas élus ‘groupe de l’année ‘ par les lecteurs du très sérieux et très influent Melody Maker, ils viennent pourtant d’enregistrer un de leur album - clé : Abbey Road, coup de tonnerre donc !

(JPEG)

Qui ose ainsi détrôner les 4 de Liverpool de leur confortable piédestal ? - les Stones ? Les Doors ?

Non ! non ! ce groupe est celui qui va tout révolutionner sur la scène rock des seventies , ce groupe n’est pas vraiment qu’un groupe c’est une véritable machine infernale pour qui on va carrément inventer une étiquette ,un genre qu’on appellera le hard rock.

Fondé sur le cadavre des Yardbirds laissant fumant par Jimmy Page -l’ange surdoué de la guitare- le groupe va d’abord s’appeler The New Yardbirds pour rapidement se rebaptiser Led Zeppelin nom qui selon la légende lui aurait inspiré par Keith Moon, batteur des Who et autre timbré devant l’éternel qui découvrant la musique puissante et lourde de Page et sa bande l’aurait comparé a un dirigeable de plomb, prêt à s’écraser.

Jimmy Page, ancien requin de studio (il a joué pour Them , the Kinks the Who , mais aussi pour notre Hallyday national va s’entourer d’un alter -égo Robert Plant , voix féline et inoubliable du groupe John Bonham dit ‘Bonzo ‘ sera le batteur genial et cinglé et John Paul Jones le bassiste appliqué de ce quatuor en marche.

Sex , Drugs & Rock’n roll , maxime classique maintes fois mise en application dans le monde du rock déjanté et très libéré des années 70 , Led Zeppelin va se l’approprier pour en faire un mode de vie ,un mode de pensée ,une raison d’être entre albums- événements sans titre sinon qu’une simple numérotation (les fameux I, II, III, IV ) tournées marathons , prestations scéniques colossales et inoubliables ,scandales en tout genres,accusations diverses fondées ou fantaisistes (les viols collectifs , le satanisme ,les drogues présentes partout dans l’entourage du groupe).

Page et sa bande vont dévaster dix ans durant le paysage musical de leur époque et à l’image d’ Attila et sa horde de huns là où le Zep va passer plus rien ne repoussera.

A l’époque les puristes du blues feront néanmoins la fine bouche scandalisés de voir plagiés certains standards mais si Led Zeppelin s’inspire sans se cacher des bluesmen comme Willie Dixon ou Howlin’ Wolf le groupe ne se contente pas de reproduire leurs standards. Ils les dynamitent, les restructurent et les habillent d’une aura nouvelle au point de se les approprier définitivement.

Pendant 10 ans d’un règne presque sans partage le dirigeable de plomb va voler haut, très haut et le groupe n’aura de cesse de défrayer la chronique et d’enrichir les tabloïds en imposant l’image d’un groupe de rock totalement imprévisible tant à la scène qu’à la ville.

De Page rachetant pour s’y installer la maison d’Alistair Crowley haute figure de l’occultisme (qu’on disait véritable sorcier) aux pochettes de disques,textes et symboles subliminaux en passant par les consommations effrénées et gargantuesques d’alcool , de drogues diverses et de groupies de tout âge.

D’autant plus qu’il ne fallait compter sur Peter Grant le manager du groupe pour ramener ces garçons dans le droit chemin, ce dernier se révélant à lui seul encore plus dingue que les 4 musiciens réunis.

Cette spirale infernale va se terminer tragiquement pour l’un d’entre eux en Septembre 80 à la suite d’une beuverie gigantesque dans l’appartement de Page à Londres.

John Bonham s’écroule et ne se relève pas.

Alors, bien sûr, la mort d’un individu capable de boire en 2 jours autant de vodka que vous et moi en toute une vie ne surprendra personne mais cette tragédie va sonner le glas d’un groupe qui depuis quelques années et surtout depuis la fin de son contrat chez Atlantic ne livre plus que des albums moyens, en regard notamment du fameux carré magique I II III et IV .

Il est vrai que lorsqu’on a jeté à la face du monde des chansons du calibre de stairway to heaven -dazed and confused -going to California ou encore Kashmir on n’est plus tenu de prouver son talent .

Et tous ces titres, commme tous ceux du répertoire du Zep prennent davantage une dimension plus importante lorsqu’ils sont joués ‘Live’, triturés, décortiqués, étirés sur des versions apocalyptiques de parfois 20- 25 minutes. Le groupe inventant des sons , des riffs ,des enchaînements totalement sidérants.

La voix chaude et sensuelle de Plant associée à la puissance des fûts de Bonham , épaulée par la virtuosité exceptionnelle de Page et la solidité de Jones font de Led Zeppelin l’un des groupes -(Le groupe pour certains- le plus complet de tout les temps.



Publié le 4 février 2005  par Jimbo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin