e-torpedo le webzine sans barbeles



La démocratie à la rue par Benito Perez

Catégorie politique
Il y a (0) contribution(s).

(JPEG) L’été, en règle générale, les médias sont friands de crises internationales. Peu importe les pays en cause, pourvu qu’ils soulagent les rédactions d’une actualité locale désespérément calme. Depuis un mois, pourtant, un géant de 107 millions d’habitants - douzième puissance économique mondiale, derrière le Canada mais devant l’Espagne - se débat avec une grave crise dans l’indifférence quasi générale.

Le Mexique, puisque c’est de lui qu’il s’agit, devait vivre le 2 juillet dernier un moment historique : le choix de son président entre deux favoris n’émargeant pas à l’ancien parti unique, le PRI. A droite, Felipe Calderón, du Parti d’action nationale, appelé à poursuivre la politique conservatrice du sortant Vicente Fox. A gauche, Andrés Manuel López Obrador, du Parti de la révolution démocratique (PRD), fervent disciple de Lula.

L’élection s’annonçait serrée, elle le fut.

Après plusieurs jours de tergiversation, l’Institut fédéral électoral (IFE) donnait M. Calderón vainqueur avec 244 000 voix d’avance sur 44 millions de suffrages exprimés.

Un décompte immédiatement contesté par les partisans de M. Obrador, qui dénoncèrent des fraudes massives. Depuis deux semaines, ils battent le pavé sans relâche pour exiger le recomptage des bulletins.

Ces mobilisations ont fini par réveiller quelques médias occidentaux, mais uniquement pour fustiger la « voie dangereuse » empruntée par le candidat du PRD. « Il n’y a aucune preuve de fraude », affirmait jeudi El País, considérant que vouloir « gagner dans la rue » ce qui n’a pas pu être obtenu « par les urnes » constitue une « grave erreur ». Un discours tenu dès la fin du scrutin par le quotidien espagnol de référence comme par la plupart des médias internationaux, CNN en tête, appuyés par les déclarations (ou silences) de leurs chancelleries.

On admirera la belle confiance de la communauté internationale dans les institutions d’un pays pourtant connu pour avoir fait du bourrage d’urnes un sport national.

La « panne » du système informatique qui permit à Carlos Salinas de Gortari de battre en 1988 Cuauhtémoc Cárdenas (du PRD déjà...) est encore enseignée dans toutes les bonnes écoles d’apprentis dictateurs.

Dix-huit ans plus tard, l’IFE - pourtant créé pour éviter pareil scandale - peine à expliquer pourquoi tant d’urnes contenaient plus de bulletins qu’il n’y avait d’électeurs inscrits.

Ni pourquoi, dans les Etats favorables à M. Obrador, la participation à la présidentielle fut moindre qu’au scrutin législatif simultané, alors que dans les autres régions, on observait une tendance parfaitement opposée...

Certains mathématiciens suspicieux ont même calculé que la présentation échelonnée des résultats - qui a toujours donné M. Calderón en tête - était statistiquement impossible vu l’infime écart le séparant de M. Obrador. A moins, relèvent-ils, qu’un programme occulte n’ait été introduit dans le système informatique de l’IFE. Un stratagème rapidement baptisé algorithme d’Hildebrando par les rieurs, du nom de la société qui a réalisé le software électoral et... qui appartient au beau-frère de Felipe Calderón !

Le Tribunal électoral mexicain - réputé plus indépendant que l’IFE - a jusqu’au 6 septembre pour analyser les plaintes de M. Obrador.

Lundi dernier, l’organisme a ouvert une procédure de vérification de trois cents procès-verbaux, pouvant déboucher, à terme, sur un recomptage général.

N’en déplaise à la caste médiatique, on ne peut rien souhaiter de mieux à la démocratie mexicaine.

Benito Perez
-  Paru dans Le Courrier.ch, le Samedi 5 août 2006

source :
-  Radio Air Libre



Publié le 6 août 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin