e-torpedo le webzine sans barbeles



Le poignard dans le dos
par Uri Avnery

Catégorie politique
Il y a (0) contribution(s).

Au-delà de l’arrogance et du mépris pour l’adversaire, il y a un problème militaire fondamental : il est tout simplement impossible de gagner contre une guérilla.

LE LENDEMAIN de la guerre sera le Jour des Longs Couteaux.

Chacun accusera chacun. Les hommes politiques s’accuseront les uns les autres. Les généraux s’accuseront les uns les autres, les hommes politiques accuseront les généraux. Et, surtout, les généraux accuseront les hommes politiques.

Toujours, dans tous les pays et après toutes les guerres, quand les généraux subissent des échecs, l’histoire du « poignard dans le dos » vient à l’esprit. Si seulement les politiques n’avaient pas arrêté l’armée juste quand elle était sur le point de remporter une victoire éclatante, écrasante, historique...

(JPEG)

C’est ce qui est arrivé en Allemagne après la Première guerre mondiale, quand le mouvement nazi a lancé cette idée. La même chose en Amérique après le Vietnam. C’est ce qui est en train d’arriver ici. Les signes avant-coureurs en sont déjà perceptibles.

LA SIMPLE VÉRITÉ est que jusqu’à maintenant, au 22e jour de la guerre, pas une seule cible militaire n’a été touchée. La même armée à qui il n’a fallu que six jours pour mettre en déroute trois puissantes armées arabes en 1967 n’a pas réussi à venir à bout d’une petite « organisation terroriste » dans un laps de temps déjà plus long que celui de la grande guerre du Yom Kippour. A l’époque, l’armée a réussi en vingt jours seulement à transformer une défaite importante au début en une éclatante victoire à la fin.

Pour donner une image positive, les porte-parole militaires ont affirmé hier que « nous avons réussi à tuer 200 (ou 300 ou 400, qui en fait le compte ?) des 1.000 combattants du Hezbollah ».

L’affirmation que l’ensemble du terrifiant Hezbollah comprend mille combattants parle d’elle-même.

Selon les correspondants, le Président Bush est frustré.

L’armée israélienne n’a pas « été à la hauteur ». Bush a envoyé les Israéliens à la guerre en croyant que la puissante armée, équipée des armes américaines les plus modernes, « finirait le travail » en quelques jours. Elle était supposée éliminer le Hezbollah, transformer le Liban en laquais des Etats-Unis, affaiblir l’Iran et peut-être même ouvrir la route à un « changement de régime » en Syrie. Pas étonnant que Bush soit irrité.

Ehoud Olmert est encore plus furieux.

Il s’est lancé dans la guerre plein d’optimisme et le cœur léger, parce que les généraux de l’armée de l’Air avaient promis de détruire le Hezbollah et ses roquettes en quelques jours. Maintenant il est enlisé, et aucune victoire n’est en vue.

COMME D’HABITUDE avec nous les Israéliens, à la fin du combat (et même avant) la Guerre des généraux va débuter. Les lignes de front sont déjà visibles.

Les commandants de l’armée de terre accusent le chef d’état-major et l’armée de l’Air, enivrée de pouvoir, qui avait promis d’obtenir à elle seule la victoire. Bombarder, bombarder, bombarder, détruire routes, ponts, quartiers d’habitation et villages - finito !

Les partisans du chef d’état-major et des autres généraux de l’armée de l’Air critiqueront les forces terrestres, et en particulier le commandement nord. Leurs porte-parole dans les médias déclarent déjà que ce commandement est plein d’officiers incompétents qui avaient été nommés là parce que le nord paraissait tranquille, la véritable action se poursuivant dans le sud (Gaza) et au centre (Cisjordanie).

Il y a déjà des insinuations selon lesquelles le chef du commandement nord, le général Udi Adam, ne devait sa nomination qu’à la mémoire de son père, le général Kuti Adam, tué dans première guerre du Liban.

LES ACCUSATIONS réciproques sont tout à fait justes.

Cette guerre est une suite d’échecs militaires - dans les airs, sur terre et sur mer.

Ces échecs ont leurs racines dans la terrible arrogance dans laquelle nous avons été élevés et qui est devenue partie intégrante de notre caractère national. Cette arrogance est encore plus typique dans l’armée et elle atteint son summum dans les forces aériennes.

Pendant des années, nous nous sommes dit que nous avions l’armée la meilleure, meilleure, meilleure du monde. Nous en avons convaincu non seulement nous-mêmes, mais aussi Bush et le monde entier. Après tout, nous avions remporté une extraordinaire victoire en six jours en 1967. Résultat, cette fois-ci, quand l’armée n’a pas remporté une énorme victoire en six jours, tout le monde est abasourdi.

-  Pourquoi, que s’est-il passé ?

Un des objectifs déclarés de cette guerre était la réhabilitation du pouvoir dissuasif de l’armée israélienne. Il n’en a vraiment rien été.

C’est parce que l’autre face de notre arrogance est le profond mépris pour les Arabes, attitude qui nous a déjà conduits à de cuisantes défaites militaires dans le passé.

Il suffit de se rappeler la guerre de Yom Kippour. Aujourd’hui nos soldats apprennent à leurs dépens que les « terroristes » sont hautement motivés, de durs combattants, et non pas des drogués rêvant de « leurs » vierges au Paradis.

Mais au-delà de l’arrogance et du mépris pour l’adversaire, il y a un problème militaire fondamental : il est tout simplement impossible de gagner contre une guérilla. Nous l’avons bien vu lors notre présence de 18 ans au Liban. Nous en avons alors tiré l’inévitable conclusion et nous sommes partis. Certes, sans réflexion, sans accord avec l’adversaire. (Nous ne parlons pas avec les terroristes, n’est-ce pas ? - même s’ils sont la force dominante sur le terrain.) Mais nous sommes partis.

Dieu seul sait ce qui a donné aux généraux d’aujourd’hui la conviction injustifiée qu’ils gagneraient là où leurs prédécesseurs avaient si lamentablement échoué.

Et surtout : même la meilleure armée du monde ne peut pas gagner une guerre qui n’a pas d’objectifs clairs.

Karl von Clausewitz, le gourou de la science militaire, a déclaré que
-  « la guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens. »

Olmert et Peretz, deux parfaits dilettantes, ont transformé cette phrase en :
-  « la guerre n’est rien d’autre que la continuation par d’autres moyens de l’absence de politique. »

LES EXPERTS MILITAIRES disent que, pour gagner une guerre, il faut (a) un objectif clair, (b) un objectif qui peut être atteint, et (c) les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif.

Ces trois conditions font défaut dans cette guerre. Il est clair que la responsabilité en incombe aux dirigeants politiques.

Cependant, la critique principale visera le tandem Olmert-Peretz. Ils ont succombé à la tentation du moment et ont entraîné l’Etat dans une guerre, de façon hâtive, inconsidérée et imprudente.

Comme Nehemia Strassler l’a écrit dans Haaretz : ils auraient pu arrêter au bout de deux ou trois jours, quand le monde était d’accord sur le fait que la provocation du Hezbollah justifiait une riposte israélienne, quand personne ne doutait encore des capacités de l’armée israélienne. L’opération serait apparue comme intelligente, pondérée et proportionnée.

Mais Olmert et Peretz ne pouvaient pas arrêter.

Néophytes en matière de guerre, ils ne savaient pas qu’on ne pouvait pas se fier aux rodomontades des généraux, que même les meilleurs plans militaires ne valent pas le papier sur lequel ils sont écrits, que dans la guerre l’imprévu doit être prévu, que rien n’est plus temporaire que la gloire militaire. Ils étaient enivrés par la popularité de la guerre, incités par une bande de journalistes serviles, égarés par leur propre gloire de chefs de guerre.

Olmert était stimulé par ses propres discours incroyablement pompiers, qu’il répétait devant ses courtisans. Peretz, paraît-il, se mettait devant une glace, et se voyait déjà prochain Premier ministre, Monsieur Sécurité, un second Ben Gourion.

Et alors, comme deux idiots du village, au son des tambours et des trompettes, ils ont pris la tête de leur Marche de la Folie, tout droit vers un échec politique et militaire.

Il est probable qu’ils le paieront après la guerre.

-  QUE VA-T-IL sortir de toute cette pagaille ?

Personne ne parle plus d’éliminer le Hezbollah ou de le désarmer et de détruire toutes ses roquettes. C’est oublié depuis longtemps.

Au début de la guerre, le gouvernement a catégoriquement rejeté l’idée du déploiement d’une force internationale, quelle qu’elle soit, le long de la frontière. L’armée croyait qu’une telle force ne protégerait pas Israël mais ne ferait que restreindre sa liberté d’action. Maintenant, soudain, le déploiement de cette force est devenu le principal objectif de la campagne. L’armée continue l’opération seulement afin de « préparer le terrain pour la force internationale », et Olmert déclare qu’il continuera à combattre jusqu’à ce qu’elle soit sur le terrain.

C’est, bien sûr, un pitoyable alibi, un prétexte pour faire marche arrière. La force internationale ne peut être déployée qu’en accord avec le Hezbollah. Aucun pays n’enverra ses soldats dans un lieu où ils auraient à combattre les autochtones. Et partout dans la zone, les habitants chiites retourneront dans leurs villages, y compris les combattants clandestins du Hezbollah.

De surcroît, cette force sera totalement dépendante du Hezbollah. Si une bombe explose sous un bus plein de soldats français, on entendra crier à Paris : ramenez nos fils à la maison. C’est ce qui s’est passé quand les Marines américains ont été bombardés à Beyrouth.

Les Allemands, qui ont choqué le monde cette semaine en s’opposant à l’appel pour un cessez-le-feu, n’enverront certainement pas des soldats à la frontière israélienne. Il ne leur manquerait plus que d’être obligés de tirer sur des soldats israéliens.

Et, par-dessus tout, rien n’empêchera le Hezbollah de lancer ses roquettes au-dessus de la tête de la force internationale, quand il le voudra.

-  Que fera alors la force internationale ?

-  Conquérir toute la zone jusqu’à Beyrouth ?

-  Et comment Israël répondra-t-il ?

Olmert veut que la force contrôle aussi la frontière libano-syrienne. Cela aussi est illusoire. Cette frontière s’étend sur tout l’ouest et le nord du Liban. Ceux qui voudront faire passer des armes éviteront les routes principales contrôlées par les soldats internationaux. Ils trouveront des centaines d’endroits le long de la frontière pour le faire. Avec des pots-de-vin adéquats, on peut tout faire au Liban.

Donc, après la guerre, nous en serons plus ou moins au même point qu’au début de cette triste aventure, avant le meurtre de près d’un millier de Libanais et d’Israéliens, avant l’expulsion de leurs maisons de plus d’un million d’êtres humains, Israéliens et Libanais, avant la destruction de plus d’un millier de maisons, tant au Liban et en Israël.

APRÈS LA guerre, l’enthousiasme se calmera, les habitants du nord panseront leurs blessures et l’armée commencera à réfléchir sur ses échecs. Chacun prétendra que lui ou elle était contre la guerre dès le premier jour.

Et le jour du jugement viendra.

La conclusion qui s’impose est : chasser Olmert, envoyer Peretz faire ses bagages et virer Halutz.

Pour s’engager dans une nouvelle voie, la seule qui résoudra le problème, il faut des négociations et la paix avec les Palestiniens, les Libanais, les Syriens. Et avec Hamas et Hezbollah.

Parce que ce n’est qu’avec ses ennemis que l’on fait la paix.

source :
-  Bellaciao.org



Publié le 7 août 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin