e-torpedo le webzine sans barbeles



Israël "extrait d’un journal : sous la misère la page"

Catégorie politique
Il y a (0) contribution(s).

8 août

Propos rapportés par Michel Warchawski, un général israélien sur une radio israélienne justifie de l’offensive israélienne, à croire qu’Israël seul entre dans les préoccupations du bonhomme, sans, on s’en doute, qu’il est le moindre égard pour le prisonnier de Tsahal au main du Hezbollah, lequel est condamné à mort, à brève échéance, grâce en soi rendu, et malgré qu’il prétende le contraire, aux assauts répétés de l’armée du général au Liban. Le bretteur générallissime de n’en pas rabattre d’un iota et d’argumenter d’un si vis pacem parabellum mâtiné de la prosopopée dont sont coutumiers les racistes qui des expositions anti-juives aux discours de Nuremberg ont une connaissance psychologique de l’adversaire proportionnelle aux intérêts qu’ils ont à les abattre. Ça donne ceci : les arabes n’auraient pas le souci de la vie humaine. Me souviens de l’avertissement de Jean-Roger Caussimon

« petit, méfies-toi des paranoïaques, surtout s’ils portent des galons ».

(JPEG)
Guerre
Alfred Kubin

Et oui bonhomme les massacreurs, c’est connu, ont l’âme et son corollaire respect de la vie humaine chevillé au corps !

Cinq étoiles ça rend la vie dure !

Un général qui s’exprime sur la vie humaine c’est la parole d’un obus, d’un mortier, d’un char contre la redoutable riposte de civils bombardés, la mère qui tient à bout de bras la dépouille du nourrisson décapité à la layette bleue. C’est que les civils donnent dans la communication monsieur et l’arme est méchante. La parole du char et de l’obus c’est point démagogue, c’est des engins de la Vie ça madame !

Auschwitz, Dachau, Tchernobyl, Santiago du Chili, Sabra et Chatila, Cana, Hiroshima, Bagdad, Kaboul, Madagascar, le Congo et tu peux pousser jusqu’à la Saint Barthélémy et les Septembrisades, et j’en passe compère, la dite civilisation blanche s’est montrée soucieuse de la vie humaine. A moins qu’elle ne considère, et nous y sommes ( !), qu’il n’y a de vies humaines que blanche. CQFD.

Le choc des civilisations est une idéologie raciste.

Le racisme est le pâturage des bovins, rumine le troupeau et la gente et le bon peuple de s’engager sur le front inavoué de la maraude et des concussions.

Vol des terres, des richesses, des ressources emporte vol des vies. Avec une célérité et une sévérité accrues quand il s’agit d’obus plus que de pointeuse, du turbin au bureau, de l’usine au champ de bataille la loi est la même : la rapine, le vol organisé et la corruption.

La précarité, la misère, la survie servent encore l’odieux marché. Kamarade t’allez quand même pas croire qu’on te maintient en vie artificiellement par charité chrétienne (et la Saint Barth !), t’es utile, c’est au marché que tu nourris, à ce prix là que tu le dois ! Alors courbettes et sourires polyvalents je vous prie !

Sur le site torpedo on peut lire deux citations :

Karl von Clausewitz, le gourou de la science militaire, a déclaré que
-  « la guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens. »

Olmert et Peretz, deux parfaits dilettantes, ont transformé cette phrase en :
-  « la guerre n’est rien d’autre que la continuation par d’autres moyens de l’absence de politique. »

Je me demande quel intérêt a-t-on de bombarder des civils si ce n’est :

-  qu’on suppose des membres du groupe ennemi s’y trouver

-  ou qu’il s’agisse de séparer une population susceptible de rejoindre l’ennemi en la marquant durement.

La peur...

l’arme fasciste par excellence. Instaurer le régime de terreur. Seulement ça ne dure qu’un temps. Or quand on a pas de politiques on a des objectifs à court terme.

Mais s’ils sont machiavéliques peut-être ne le sont-ils que dans la mesure où ils peuvent l’être. C’est pourquoi j’accrédite, pour le moment, l’hypothèse d’une politique à court terme.

Je ne crois pas que Bush et ses semblables soient soucieux du devenir de l’humanité après leur mort.

Le problème actuel c’est le pétrole.

Celui de demain c’est le climat.

-  Quel moyen de se mettre à l’abri demain des variations climatiques si ce n’est (puisqu’ils ne veulent pas arrêter l’industriel pollueur) que de faire main basse sur les ressources qui assureront un bon fonctionnement de la technologie qui le mieux allégera les effets du changement de climat ?

-  illustration Alfred Kubin



Publié le 9 août 2006  par Regis Duffour


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin