e-torpedo le webzine sans barbeles



Internet, le dernier espace de résistance ? par Yves Barrot

Catégorie société
Il y a (3) contribution(s).

(JPEG)

Bellaciao convoqué au TGI de St Nazaire !

-  Soutenez Bellaciao : en signant ici, en savoir plus ici, vous pouvez envoyer un don ici, plus d’info ici

Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une mise au pas généralisée des médias. Celle-ci a commencé par l’emprise toujours plus prégnante de la publicité sur le contenu des articles. Puis, les empires industriels eux-mêmes ont racheté les groupes de presse.

Enfin, c’est l’État qui, avec la complicité de la "police politique" et de la Justice, cherche à porter le coup de grâce aux derniers bastions de la dissidence et de la contestation !

L’étau se ressert.

Fut un temps pas si lointain où presque toutes les grandes sensibilités politiques étaient représentées dans les médias (surtout dans la presse écrite). Heureux temps où les quotidiens nationaux se vendaient à des centaines de milliers d’exemplaires et où les seules ressources tirées de ces ventes suffisaient à assurer leur indépendance. Mais ces organes de presse ont ouvert de plus en plus largement leurs colonnes à la publicité. D’abord discrète, elle s’est petit à petit immiscée dans le contenu des articles, grignotant chaque jour la liberté de ton et d’analyse de leurs auteurs. Et puis, un jour, un Rédacteur en chef a dit : "Non, ça, on ne peut pas le passer. Cette entreprise (ou ce dirigeant) investit plusieurs dizaines de milliers d’euros en pages de pub chez nous. Si on écrit ça, on perd le budget".

Le Grand Capital a mis la main sur les médias

Depuis une dizaine d’années, on est passé à la vitesse supérieure. Le dirigeant (ou l’entreprise) évoqué plus haut a décidé de racheter les groupes de presse qui contrôlent les publications. François Pinault, Serge Dassault, Édouard de Rothschild (sans compter tous ceux qui n’apparaissent pas directement), on ne compte plus les grands capitaines de l’armement, du luxe, de la banque... qui détiennent les quotidiens nationaux et les News magazines (comme « L’Express », « Le Point »...).

Dans ce contexte de main mise du Grand Capital sur les organes de presse à forts tirages, le journalisme indépendant éprouve la plus grande difficulté à se faire entendre. Dès qu’une investigation se fait trop présente et risque de compromettre les intérêts d’un membre de l’establishment politique, économique et médiatique, l’auteur du délit est prié de la mettre en veilleuse s’il veut continuer à « exercer » son métier. Ainsi en arrive-t-on à un contenu éditorial et à des analyses de plus en plus aseptisés, dictés par les grands donneurs d’ordre ; un phénomène qui est amplifié par les quotidiens gratuits qui se contentent souvent de relayer des dépêches AFP édulcorées de tout engagement (« 20 minutes », « Métro », et quelques autres que se préparent à lancer des empires comme le groupe industriel Bolloré, déjà patron de Direct8, une chaîne de la TNT).

Internet, le dernier espace de résistance ?

Ne reste plus alors qu’Internet, ce « merveilleux » espace de liberté, dans lequel se réfugient les expressions dissidentes muselées ailleurs. Le référendum de mai 2005 restera une référence dans l’histoire du web-activisme. Alors que les grands médias vantaient à l’unisson le OUI, et que François Hollande et Nicolas Sarkozy paradaient à la Une de « Paris-Match » en faveur du Traité de Constitution européenne, le NON se mobilisait sur la toile. C’est en effet sur Internet que la vague du refus se mit à gonfler, enfler, avant de déferler comme un tsunami, acculant l’UMP, l’UDF, une partie du PS et des Verts, contre le mur de la défaite.

Le résultat fut sans appel !

Mais ce raz de marée mit la puce à l’oreille d’un establishment qui croyait alors détenir un pouvoir absolu d’orientation de l’opinion publique. Avec le soutien sans faille des grandes chaînes de télévision et de radio (y compris celles du secteur public), des principaux quotidiens nationaux (à l’exception de « L’Humanité ») et des grands News magazines, le OUI avait gagné d’avance.

Seulement les Français ont écrit différemment la partition de cette belle mélodie.

Quelques journalistes de France Télévision (et parmi ceux-ci des copains de Rénovation-démocratique) lancèrent, via le Web, une pétition contre le matraquage médiatique en faveur du OUI qui, en quelques jours, recueillit plusieurs dizaines de milliers de signatures. Ce fut l’amorce d’une incroyable fronde qui se solda par le résultat qu’on connaît. Le NON se construisit sur les sites des mouvements alternatifs et dissidents avant de prendre racine dans la réalité des réunions d’information, des meetings et des manifestations.

-  Quand David terrasse Goliath

L’establishment politique, économique et médiatique a bien senti le vent du boulet siffler à ses oreilles. Aujourd’hui, il est hors de question pour lui de voir ses puissants « outils de propagande », acquis à coups de centaines de millions d’euros, se faire voler la vedette par des « petits sites » Internet montés avec les moyens du bord (des sites qui, pour certains, réunissent des audiences considérables, comme celle de Bellaciao.org qui dépasse les 20 millions de visites depuis sa création en 2002). Hors de question aussi pour l’establishment de voir les débats des élections de 2007 se jouer sur Internet et déserter les studios des chaînes de radio et de télévision, et les colonnes de la presse écrite. La déconfiture de 2005 a servi de leçon. Maintenant, ça suffit !

-  Les emmerdeurs de la Toile dans le collimateur

-  Alors que faire ?

Surveiller ces emmerdeurs et, au moindre écart de conduite, les sanctionner !

Ainsi Bellaciao, comme Actuchomage, est sous la menace de sanctions judiciaires pour des affaires « anecdotiques » au regard de ce que s’autorisent les « décideurs » de l’establishment politique et économique. La traque aux « délits » est ouverte.

Et elle est facile à mener car, finalement, les sites de la mouvance dissidente ne sont pas très nombreux.

Prenez un thème comme le chômage et la précarité professionnelle, un exemple que nous connaissons bien ici. À l’unisson, les grands médias relaient sans prendre le moindre recul le satisfecit que s’accorde tous les mois (comme par miracle) le gouvernement.

Ça commence généralement avec « Le Parisien » qui livre en exclusivité les derniers chiffres de l’INSEE, suivi invariablement par « Le Figaro » triomphant, TF1 complaisant, France2 confirmant... Le chômage baisse, soit, admettons !

-  Pour autant, tous les grands médias doivent-ils adopter la même grille de lecture des fanfaronnades gouvernementales ?

-  N’apprend-t-on pas dans les écoles de journalisme à croiser les sources, à recueillir les avis contraires ?

Visiblement cette méthode de travail n’est plus enseignée !

-  Qui a dit : « La France compte 12% de chômeurs » ?

Nous ne contestons pas la baisse statistique du chômage, nous la pondérons en la replaçant dans un contexte plus conforme aux réalités.

Quel grand média a relayé les propos tenus par Jean-Pierre Revoil, Directeur général de l’UNEDIC, qui affirmait il y a quelques mois : « La France compte 12% de chômeurs » (si l’on tient compte des 400.000 DRE, ces chômeuses et chômeurs « Seniors » dispensés de recherche d’emploi en raison de leur âge, et donc non comptabilisés dans les statistiques officielles) ?

-  Qui a relayé cette information capitale ?

-  Sur les thèmes du chômage et de l’emploi, les grands médias sont devenus la voix de leurs maîtres : Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin. Et où trouve-t-on des analyses divergentes ?

Sur Internet bien sûr !

-  Et, où plus précisément ?

Sur la liste de diffusion d’AC ! (Agir ensemble contre le chômage), sur quelques blogs animés par des collectifs de chômeurs et précaires, et bien sûr, sur Actuchomage, le seul site d’information exclusivement consacré aux sujets de l’emploi et du chômage.

-  L’armada judiciaire appelée en renfort

Donc, les voix dissidentes sont, pour les autorités, facilement identifiables, « fixables » (comme on dit dans le jargon policier). Et si ces voix se font un peu trop insistantes, au moindre écart, l’armada judiciaire se charge de les remettre dans le « droit chemin ». Les faucheurs volontaires d’OGM (organismes génétiquement modifiés) ont connu ces mésaventures. Aujourd’hui, la Justice a trouvé la parade pour les contraindre à réfléchir à deux fois avant d’engager une action : la sanction financière dissuasive. Ainsi a-t-on vu Noël Mamère et Gilles Lemaire condamnés, en début d’année, à 200.000 euros de dommages et intérêts ; de quoi calmer les ardeurs des militants les plus convaincus !

Greenpeace tire son épingle du jeu

Dans ce contexte d’étouffement médiatique et financier de la mouvance contestataire, Greenpeace a su gagner une bataille, celle qui l’opposait au ministère de la Défense sur le fameux dossier « Clemenceau ». Mais Greenpeace tire sa force de frappe (et son autonomie) de son réseau international. Si le champ d’action de l’organisation écologiste était réduit au seul territoire français, elle n’aurait pu mener sa croisade victorieuse. Et Greenpeace en sait quelque chose, elle qui s’est vue récemment interdire l’accès au port de Marseille pour y mener sa campagne de sensibilisation sur l’épuisement des stocks de thons rouges. Et puis, surtout, rappelons-nous de 1985, année où le Rainbow Warrior fut coulé dans le port d’Auckland par des agents de la DGSE. Tout un symbole !

-  Nous sommes dans la ligne de mire

En résumé.

Les actions de la mouvance contestataire à laquelle nous appartenons se heurtent à une forte inertie, qu’il s’agisse de celle des « décideurs » des médias et de l’économie sur les thèmes de l’emploi, du chômage et des inégalités, ou de celle de la classe politique, sur celui de la Rénovation démocratique. Nous pensons que nous sommes dans la ligne de mire de certains qui aimeraient nous réduire au silence en cette période pré-électorale (les répercussions de la lamentable affaire « Radiateur » en est une illustration). Nous sommes petits, sans moyens financiers, mais nos analyses dérangent car elles trouvent de plus en plus d’écho sur la toile, en étant relayées par des dizaines de réseaux amis.

Nos sites comptent au nombre des derniers bastions de la dissidence et de la contestation, ils sont donc potentiellement en danger.

sources :
-  renovation-democratique

-  actuchomage



Publié le 29 août 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Internet, le dernier espace de résistance ? par Yves Barrot
    30 août 2006, par 8119

    w4lk60829

    En premier toute l’histoire de l’évolution est une histoire d’amélioration. Mais à cet optimiste triomphant s’oppose le fait que l’histoire a comme une tendance à recommencer. Cette idée du renouveau n’est pas nouvelle, mais ce qui peut l’être, c’est que chaque renouveau est une nouvelle occasion de refaire ce qu’on a mal fait avant.

    Parfois on se plaint un peu trop vitre des apparences que prennent les maux, si bien qu’en se cabrant contre ces faits, on se cause du tort, jusqu’à ce qu’on finisse inéluctablement par comprendre où en fait est réellement "le mal".

    Je me disais que "normalement" dans le système mit en place par la sédimentation culturelle, le pouvoir et les médias devraient fonctionner main dans la main. Mais voilà c’est justement ce qu’on leur reproche : que les médias fassent le jeu du pouvoir, et le pouvoir, politique, ne sache faire que des bon titres pour la presse.

    A force ça devient stérile pour les deux. En premier les médias sont discrédités car ils ne font pas leur travail correctement, et le pouvoir, idem.

    Mais ce que personne n’a pensé à faire, ’l’histoire le fera par elle-même. Bien sûr ce n’est pas automatique, il ne suffit pas d’attendre que ça arrive, mais à force de révolte contre les injustices, déclarées ou commises, ça finira par arriver :

    Le pouvoir ne peut plus fonctionner selon le modèle théocratique ou royaliste, en déclenchant vers le bas de la pyramide des conséquences en mesure de ce qu’il est capable d’en capter, en se croyant génial, et en croyant bêtement que ça marchera du premier coup.

    Il y a un deuxième retour, qui est scientifique celui-là, qui consiste à mesurer les effets de sa politique.

    Et ce travail, ça devrait, enfin ça finira, par être celui des médias.

    — 

    De même les politiciens se disputent pour paraître les plus probables aux postes qu’ils briguent. Bêtement, ils font le jeu des médias en disant ce que les gens veulent entendre, dans l’unique but de devenir fiers d’eux-mêmes, de satisfaire leur égo. Bien sûr, conscients d’être en bonne place, ils ont envie de "faire avancer les choses" mais comme chacun sait, c’est toujours quand on le peut qu’on oublie de le faire.

    Cela est comme pathologique, comme un pré—scientifique à la mode néandertalienne, qui commence à découvrir la méthode scientifique qui consiste à vérifier et recommencer plusieurs fois les mêmes erreurs, les politiciens en sont à ce stade où le "pré-scientifique" s’énerverait puis abandonnerait la moindre de ses tentatives en voyant qu’elle ne fonctionne pas, puis essayant tout autre chose en disant "cette fois ça y est !". Pour combler le tout, ce "pré-scientifique" qui donnerait des nouvelles de l’avancée de son travail aux gens autour de lui, raconterait des sornettes incroyables sur des résultats miraculeux, qu’en fait il ne fait qu’imaginer.

    Le fait que les gens se disputent (et qu’il doive y avoir des élections) pour "arriver" au pouvoir, va complètement dans le sens de cette vision.

    Car en effet, si ces politiciens avaient une démarche scientifique, ne serait-ce que l’honnêteté de s’interroger sur la légitimité des actes qu’ils commettent, de lancer des études, - de douter - et au moins, d’être attentifs aux résultats, alors on pourrait lentement basculer vers une société où les politiciens seraient des groupes distincts et reliés entre eux de chercheurs visant à poursuivre des objectifs "politiques" c’est à dire voulus par tous.

    Et il n’est pas besoin d’en faire tout un métier, la politique ne peut être qu’une seule et même pour tous les peuples de tous les pays, c’est à dire de tendre asymptomatiquement vers le monde idéal proposé par les Droits de l’Homme.

    Les directions à prendre et les résultats à obtenir, à part cette grande ligne, sont du ressort des seuls groupes de travail capables de les estimer et d’espérer les obtenir, en appliquant des méthodes "conformes", et en améliorant leur efficacité grâce à une longue et méthodique expérimentation.

    Imaginez une seconde que depuis le début de l’industrialisation, aucune politique ou méthode politique n’a jamais été enregistrée comme étant efficace, au point qu’elle soit admise comme acquise.

    Ni même la tendance de la première moitié du siècle dernier qui consistait à augmenter la richesse individuelle et les droits sociaux, n’a pu être maintenue comme étant une politique faisable et possible à obtenir avec une méthode.

    En fait, il n’y a ni enseignement ni résultat, aucune culture politique n’a été créée et on en est toujours à confronter ceux qui voudraient que tout reste comme avant (les dominants) et ceux qui voudraient que ça change (les dominés), selon des termes qui sont à peu près toujours les mêmes qu’il y a cent ans.

    On peut noter que ceux qui voudraient que rien ne change, ont malgré eux changé leurs objectifs, ce qui rend caduque leur politique. Et ceux qui voulaient que ça change, n’ont jamais rien pu obtenir de solide, et en gardent un goût amer.

    Le problème de notre civilisation, là ici sur Terre, est surtout de nature psychologique. C’est juste que l’histoire n’a pas assez évoluée pour en arriver au stade où l’on se dirait "tien, prenons acte de cette politique, et observons ses effets".

    Les gens en sont toujours à vouloir avoir raison même quand ils ont tort, et ils sont prêts à faire exploser nucléairement ceux qui ne sont pas d’accord afin de le prouver (comme des connards).

    -  

    • e-torpedo-le webzine sans barbel s - Forum
      21 juillet 2014, par domormiston
      NEW YORK, 4 avril (Reuters) - Jeremy Stein , gouverneur a cette Reserve federale depuis deux annee, quittera ses profession le 28 mai pour forexpro retrouver tonalite poste avec professeur a Universite a egard de Harvard, a annonce cette Fed jeudi.
  • Internet, le dernier espace de résistance ? par Yves Barrot
    3 octobre 2016, par Anindita Keisha
    Your place is valueble for me. Thanks !... Website Information Visit
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin