e-torpedo le webzine sans barbeles



ANPE : Qui sont les paresseux ?

Catégorie société
Il y a (2) contribution(s).

L’Agence Nationale Pour l’Emploi vient de lancer une campagne de communication afin de redorer son image auprès des entreprises et leur faire connaître ses services d’aide aux recrutement... pour un résultat très, très ambigu.

Réalisée pour un montant total de 900.000 € par l’agence de communication TBWA sous le slogan "Les Services Entreprises de l’ANPE, il y a ceux qui pensent nous connaître, et puis il y a nos clients", cette campagne est diffusée dans la presse quotidienne nationale (aperçu ci-contre, relevé par « Le Canard Enchaîné ») et se poursuivra dans la presse hebdomadaire et mensuelle jusqu’en janvier 2007.

L’idée du paresseux qui tombe de sa branche est celle d’un "créatif", certainement inspiré par la vulgate qui circule sur la fainéantise légendaire des demandeurs d’emploi.

Le pubeux qui l’a pondue fait déjà preuve de grande paresse intellectuelle et le symbole imaginé, plus qu’ambigu, semble limite insultant.

Pire que le magazine « Le Point », qui a l’habitude de ce genre de calomnie, c’est l’ANPE elle-même qui se charge de faire passer le message.

Interrogé par « Le Canard » sur cette merveilleuse trouvaille, un "dirigeant de l’agence TBWA" avance, "gêné", que cet "argument" est du second degré : « Il s’agissait », en réalité, « de tordre le cou aux caricatures" et de montrer que les chômeurs ne sont "(pas) paresseux" »...

Quelle subtilité !

-  De l’argent public pour du vent

Le prix de cette campagne équivaut à plus de deux mille mensualités d’ASS (allocation spécifique de solidarité - 14,25 € par jour) dont on sait que les bénéficiaires représentent 17% des chômeurs sanctionnés depuis la réforme du contrôle des demandeurs d’emploi entrée en vigueur le 2 août 2005. Par exemple, pour 3.800 sanctions graduées à - 20% pendant deux mois (la punition "minimale") sur cette population particulièrement fragile, l’économie réalisée par l’Unedic est déjà d’environ 650.000 €...

Notons qu’outre les 900.000 € que coûte cette fantaisie marketing à l’ANPE, l’Etat a également lancé sa petite campagne de communication sur l’emploi des seniors, elle aussi particulièrement navrante (des "quinquas" qui sont censés courir un marathon aussi vite que les autres ou faire l’amour aussi longtemps... mais dont le gâchis de compétences professionnelles est totalement éludé) pour un coût de 5 millions d’euros sur deux ans. Du vent, rien que du vent !

(JPEG)

-  De la paresse générale

Ainsi, pour "sensibiliser" les entreprises, en peu de temps ce sont 6 millions d’euros que les contribuables ont offert bien malgré eux à des pubards branleurs et stupides alors que, concrètement, la formation aux demandeurs d’emploi reste désespérément inaccessible et que la moyenne mensuelle des allocations-chômage avoisine les 800 €. Les employeurs continueront à discriminer, et M. et Mme Michu à croire que les chômeurs sont des parasites de la société.

Mais on se demande qui sont les plus paresseux quand on lorgne vers tous ces décideurs qui imaginent régler les problèmes de fond à grands coûts de communication.

Car, voyez-vous, c’est moderne, ça évite de faire preuve de courage politique et, en plus, c’est payé par la collectivité !

source : Actu-chômage



Publié le 4 décembre 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • ANPE : Qui sont les paresseux ?
    10 décembre 2006, par May
    AC ! (agir ensemble contre le chômage- www.ac.eu.org) traite cette campagne de publicité par l’humour dans un aricle intitulé "Aidons l’ANPE a dilapider 900 000 euros"
  • ANPE : Qui sont les paresseux ?
    12 novembre 2016, par Akhadiwi
    There are certainly a lot of details like that to take into consideration. That is a great point to bring up. I offer the thoughts above as general inspiration but clearly there are questions like the one you bring up where the most important thing will be working in honest good faith. I don ?t know if best practices have emerged around things like that, but I am sure that your job is clearly identified as a fair game. Both boys and girls feel the impact of just a moment’s pleasure, for the rest of their lives. Website Visit Visit Web
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin