e-torpedo le webzine sans barbeles



Dieu et l’Etat de Mikhaïl Bakounine

Catégorie société
Il y a (2) contribution(s).

(JPEG) "Il est une catégorie de gens qui, s’ils ne croient pas, doivent au moins faire semblant de croire. Ce sont tous les tourmenteurs, tous les oppresseurs et tous les exploiteurs de l’humanité. Prêtres, monarques, hommes d’État, hommes de guerre, financiers publics et privés, fonctionnaires de toutes sortes, policiers, gendarmes, geôliers et bourreaux, monopoleurs capitalistes, pressureurs, entrepreneurs et propriétaires, avocats, économistes, politiciens de toutes les couleurs, jusqu’au dernier vendeur d’épices, tous répéteront à l’unisson ces paroles de Voltaire :

"Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer."

Car, vous comprenez, il faut une religion pour le peuple.

C’est la soupape de sûreté.

Il existe enfin une catégorie assez nombreuse d’âmes honnêtes mais faibles qui, trop intelligentes pour prendre les dogmes chrétiens au sérieux, les rejettent en détail, mais n’ont pas le courage, ni la force, ni la résolution nécessaires pour les repousser en gros.

Elles abandonnent à votre critique toutes les absurdités particulières de la religion, elles font fi de tous les miracles, mais elles se cramponnent avec désespoir à l’absurdité principale, source de toutes les autres, au miracle qui explique et légitime tous les autres miracles, à l’existence de Dieu.

Leur Dieu n’est point l’Être vigoureux et puissant, le Dieu brutalement positif de la théologie.

C’est un Être nébuleux, diaphane, illusoire, tellement illusoire que, quand on croit le saisir, il se transforme en Néant : c’est un mirage, un feu follet qui ne réchauffe ni n’éclaire. Et pourtant ils y tiennent, et ils croient que s’il allait disparaître, tout disparaîtrait avec lui.

Ce sont des âmes incertaines, maladives, désorientées dans la civilisation actuelle, n’appartenant ni au présent ni à l’avenir, de pâles fantômes éternellement suspendus entre le ciel et la terre, et occupant entre la politique bourgeoise et le socialisme du prolétariat absolument la même position. Ils ne se sentent la force ni de penser jusqu’à la fin, ni de vouloir, ni de se résoudre et ils perdent leur temps et leur peine en s’efforçant toujours de concilier l’inconciliable."

(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l’Etat / 1882)



Publié le 10 décembre 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Dieu et l’Etat de Mikhaïl Bakounine
    10 décembre 2006, par Andy Verol

    Tout est dit...

    Sublime.

    Je travaille au projet d’un nouveau roman qui imposerait la torture et la souffrance à Dantec puis Soral... On a vraiment l’impression que Bakounine parle directement de ces paumés...

  • Dieu et l’Etat de Mikhaïl Bakounine
    12 novembre 2016, par Akhadiwi
    You made some decent points there. I looked on the internet for the issue and found most individuals will go along with with your website. Website Visit Visit Web
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin