e-torpedo le webzine sans barbeles



4e SALON DE L’AUTRE LIVRE
15-17 décembre 2006

Catégorie on aime
Il y a (5) contribution(s).

IVe SALON DE L’AUTRE LIVRE : 15-17 décembre 2006

(JPEG)

-  Salle Olympe de Gouges, 15 rue Merlin, 75011 Paris

-  Métro : Voltaire ou Père Lachaise - Bus 46, 56, 61, 89

-  ven.15 : inauguration à 18h - sam.16 & dim.17 : 10h-19h

Selon Umberto Eco « on publie trop de livres » ; rien qu’en France cela se compte en milliers de titres, dont la qualité hélas souvent médiocre et la promotion complaisante sinon éhontée lassent le lecteur et déçoivent le grand public qui s’en détourne progressivement.

Sans vouloir jouer les donneurs de leçons, l’équipe d’ArtsLivres lança son site en juin 2004 dans le but, entre autres, d’écrémer la pléthore éditoriale déversée annuellement sur le marché, pour n’en garder que les plus consistants.

De ceux-ci, sous réserve d’envoi effectif d’un exemplaire en service de presse (SP), nous ne recensons que ceux répondant à nos intérêts respectifs et dans notre temps disponible. Notre philosophie donc est que ces livres, sauf exception, restent valables une fois passés le phénomène de mode et sa période de promotion.

Or ce qui vaut pour l’avenir reste vrai pour le passé :

les livres antérieurs à juin 2004 sont souvent intéressants, quand ils ne se bonifient pas avec le temps et le recul de la culture.

Lire la suite sur : ArtsLivres

La lecture

Le processus physiologique de la lecture a été étudié pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Emile Javal, directeur du laboratoire d’ophtalmologie de l’université de la Sorbonne. La lecture n’est pas un balayage continu du texte mais une succession de photographies : pendant 250 millisecondes l’œil fixe un ensemble de lettres puis l’œil se déplace en 25 millisecondes vers un nouveau groupe de lettres. La vitesse de déplacement est relativement constante d’un individu à l’autre. Par contre, alors qu’un lecteur lent ne peut fixer que cinq à dix lettres, un bon lecteur peut fixer plus d’une vingtaine de lettres à la fois. Des mesures sur des lecteurs chinois, japonais ou arabes ont montré que l’alphabet utilisé n’avait pas d’influence majeure sur le mécanisme de la lecture.

La pause de l’œil lors de la « photographie » s’appelle un point de fixation. La mesure du nombre de lettres perçues simultanément est nommée l’empan.

source :
-  Wikipédia



Publié le 10 décembre 2006  par torpedo


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin