e-torpedo le webzine sans barbeles



17 décembre : Journée D’action Mondiale
abolitionnisme = violence faite aux travailleuSEs du sexe !

Catégorie actualité
Il y a (0) contribution(s).

(JPEG) A l’occasion de la Journée Mondiale contre les violences faites aux femmes, nous entendons faire valoir nos droits au respect, à la dignité et au libre exercice de notre métier.

On entend régulièrement parler de prostitution mais beaucoup plus rarement les prostitué(e)s.

Parmi les différents discours, celui qu’on entend le plus est celui des adversaires de la prostitution qui prétendent connaître mieux que les intéressé(e)s eux-mêmes les réalités du métier.

La victimisation et la culpabilisation sont leurs outils de propagande privilégiés : selon eux, toute prostituée serait une victime et tout homme qui vient la voir serait responsable de ses souffrances !

Incapables d’entendre d’autres points de vue que le leur, ils estiment que leur conception de la sexualité est la seule valide et veulent l’imposer.

Le seul résultat de cette stratégie est l’aggravation de la stigmatisation de touTEs celles et ceux qui ont choisi de vendre des services sexuels.

La coupe du monde de football a été l’occasion d’un énorme battage médiatique sur l’importation de femmes de différents pays pour l’occasion.

Cette campagne qui s’appuyait sur des chiffres fantasmatiques, a constitué une véritable entreprise de désinformation du public : NON, l’État allemand n’a pas « importé » 40 000 femmes sous la coupe de réseaux.

L’Allemagne a seulement adopté une position responsable vis à vis des travailleurs du sexe qui bénéficient des mêmes droits que tout autre citoyen, alors qu’en France, où prévaut l’hypocrisie et le mensonge, ils et elles sont traité(e)s en parias et en délinquant(e)s.

La prostitution n’est pas illégale en France, mais les moyens de l’exercer le sont.

La loi pour la sécurité intérieure a fait du racolage un délit puni de 2 mois de prison et 3 750 € d’amende.

Le Parti Socialiste appuyé par les organisations de personnes abolitionnistes veut pénaliser nos clients. On peut s’interroger sur le sens et l’éthique de ces mesures puisqu’elles sont censée lutter contre les réseaux de proxénétisme.

-  Punir une victime de réseaux ou une femme libre constitue-t-il une mesure efficace et juste pour parvenir à neutraliser l’action de ces réseaux mafieux ?

Les bilans successifs du ministère de l’intérieur sont étrangement muets sur le sujet...

En Suède où l’Etat a mis en place une loi pénalisant nos clients, nos sœurs ont été forcées à plus de clandestinisation et les proxénètes en ont largement profité. Ces lois n’ont eu pour impact que de favoriser le proxénétisme et les actes de violence contre nous.

Nous, travailleurs et travailleuses du sexe, libres et indépendants de tout système proxénète entendons défendre le droit à exercer notre activité.

Notre dignité n’est pas à vendre, elle n’appartient qu’à nous.

Nous refusons le seul statut qu’on nous propose : celui de victime et nous dénions aux entrepreneurs de morale le droit de décider à notre place de notre sort et de notre avenir. Nous entendons faire respecter nos droits et lever le principal obstacle qu’est la criminalisation de notre métier en exigeant l’abrogation de ces dispositions liberticides et nous exigeons un véritable statut de travailleur indépendant. N’attendons pas passivement...

Sources :
-  lesputes.org
-  collectif.fem.droits.free



Publié le 15 décembre 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin