e-torpedo le webzine sans barbeles



Peine de mort
par Gidéon Lévy

Catégorie politique
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) Les enfants lançaient des pierres sur la jeep, alors en réponse, deux soldats en ont bondi, ils ont visé la tête d’un des adolescents et tué Jamil Jabaji, 14 ans. Le procureur militaire a ordonné une enquête.

-  Qu’est-ce qui trotte maintenant dans la tête du soldat qui a tiré à balle réelle dans la tête d’un adolescent et l’a tué ?

-  Que lui est-il passé par la tête dimanche dernier, au moment de pointer son arme vers la tête de l’enfant ?

-  Pense-t-il encore à sa victime ?

-  Et pourquoi faut-il ouvrir le feu à balles réelles sur des enfants, même s’ils lancent des pierres sur une jeep blindée ?

-  Les soldats n’ont-ils pas d’autres sanctions que des balles d’un fusil pointé sur la tête d’un enfant ?

-  Et qu’en est-il des décisions du Cabinet de " promouvoir le calme en Cisjordanie également " ?

-  Le Cabinet n’a-t-il pas décidé, la semaine dernière, que les arrestations en Cisjordanie ne se feraient dorénavant qu’avec l’approbation du commandant général ?

Mais pour tirer une balle dans la tête d’un enfant et le tuer, aucune confirmation d’aucun général n’est nécessaire :

il suffit de descendre de la jeep, de viser et de tirer.

L’armée israélienne s’oppose en effet au cessez-le-feu, en Cisjordanie aussi.

Jamil Jabaji, l’enfant aux chevaux du camp de réfugiés d’Askar à Naplouse, a été tué. Avec ses amis, il lançait des pierres sur la jeep Hummer blindée qui descendait de la colonie en direction du camp et le soldat l’a tué de sang froid.

D’après le témoignage des enfants, la jeep roulait lentement, elle avançait puis s’arrêtait, avançait, s’arrêtait, dans ce qui semblait aux enfants être une provocation, comme si elle cherchait à les entraîner à approcher encore et encore, jusqu’à ce qu’elle s’arrête et que deux soldats en sortent, ouvrant le feu en visant la tête.

Pas de gaz lacrymogène. Même pas de balles enrobées de caoutchouc. Des balles réelles. Condamnation à mort pour jet de pierres.

Jamil aimait les chevaux, jouait dans le cercle théâtral du centre communautaire, s’entraînait au karaté ; au football, il était le gardien de but de l’équipe sélectionnée des enfants du camp et était membre des scouts. Il avait 14 ans et demi. Il était le plus haut de taille dans la rangée d’enfants qui se tenaient sur l’escarpement et lançaient des pierres sur la jeep Hummer qui roulait sur la route en contrebas : c’est peut- être pour ça qu’il a été condamné. Pour ça que le soldat l’a visé juste à la tête. Une seule balle qui est entrée par le front et ressortie par la nuque, le tuant sur place.

Le lendemain, les enfants ont dressé un monument à la mémoire de Jamil. Un petit tas de pierres, une couronne de fleurs avec, en son centre, une photo de Jamil, exactement à l’endroit où il est tombé, au bout de l’oliveraie, non loin de l’écurie où se trouve son cheval favori, Moshaher. Jamil est le troisième enfant tué ici, ces dernières années, entre le camp d’Askar et la colonie d’Alon Moreh qui domine la zone depuis la colline.

Les ruelles étroites du nouveau camp de réfugiés d’Askar sont ornées des photos de l’enfant du camp qui est tombé.

Il fait froid dans la maison de la famille Jabaji et la grand-mère, Askiya, enveloppée dans une couverture de laine, est étendue sur son lit métallique, passant sa journée à regarder la photo de son petit-fils, ornée d’une couronne de fleurs, et qui est accrochée au mur qui lui fait face. Âgée de 78 ans, elle est originaire de Lod. Jamil était son plus jeune petit-fils, arrivé tard : l’enfant choyé de la famille.

Le père de famille, Abed El-Karim, n’est pas à la maison. Pendant la plus grande partie de sa vie, il a travaillé dans une fabrique de saucissons à Bnei Brak, et maintenant, alors qu’Israël a tué son fils, il se trouve à l’étranger et ne peut se permettre de rentrer pour le pleurer. Quelques jours avant que son fils ne soit tué, El-Karim était parti pour la Jordanie, accompagnant son fils Hamis qui, à 19 ans, est atteint d’une maladie rare incurable.

Hamis est censé subir une intervention chirurgicale en Jordanie, et son père ne peut pas se payer un voyage de retour pour les jours de deuil.

Wafiya, la mère endeuillée, se lamente. Elle tire de sous son lit le cartable de Jamil et le lance par terre avec fureur. " Ils ont dit qu’il était recherché ? Les toilettes qui se trouvent dans la cour, il avait peur de s’y rendre seul, la nuit. Je l’accompagnais toujours. "

Un enfant entre dans la maison : Mohamed Masimi, et on perçoit chez lui aussi les signes d’un traumatisme. Il a le visage figé, l’ombre d’une première moustache, il se ronge les ongles et son regard est absent. C’était le meilleur ami de Jamil. " Je ne parviens toujours pas à croire qu’il est mort ", marmonne-t-il sourdement. Ils ont grandi ensemble depuis la naissance, dans les ruelles du camp. C’est ensemble que, dimanche passé, ils se sont rendus à l’école du camp où ils étaient dans la même classe de 9e C et c’est ensemble qu’à midi, ils sont rentrés à la maison. Jamil avait dit à Mohamed que l’après-midi, il irait au centre communautaire du camp, au cercle théâtral.

Puis Jamil a demandé à sa mère un shekel pour s’acheter un sandwich en attendant que le repas de midi soit prêt. Il a quitté la maison et n’est pas revenu. Il s’est apparemment acheté son sandwich et est allé à l’écurie, au bout de la rue, à la limite du camp, et où se trouve son cheval favori.

Il allait chaque jour auprès de Moshaher, lui donnait un sucre et le bouchonnait.

Dimanche midi aussi, il y est allé, jusqu’au moment où, avec ses amis, il a aperçu une jeep de l’armée descendant d’Elon Moreh qui s’étend sur la crête située en face. Une dizaine d’enfants, la plupart du même âge que Jamil, ont couru vers l’oliveraie toute proche, au pied de laquelle passe la route qui descend de la colonie et file au nord de Naplouse.

Nous sortons de la maison et suivons le dernier chemin suivi par Jamil.

Dans l’écurie de Mahmoud Adaoui, Moshaher, tout gris, mange du foin.

Les cinq chevaux de l’écurie sont enfermés dans la carcasse vide d’un camion. Ici, on les entraîne pour la course. Quelques jours avant que Jamil ne soit tué, son Moshaher avait gagné une course à Jéricho. Jamil n’a jamais monté Moshaher. Il était trop lourd pour un cheval de course.

Dans l’écurie, nous rencontrons M*, un enfant de petite taille et à la voix gazouillante, " Street team " écrit sur son polo, et A*, un garçon de 15 ans, fringant, les cheveux enduits de gel, comme la plupart des jeunes garçons du camp. A* et M* étaient parmi les enfants qui lançaient des pierres, ce dimanche meurtrier. A* porte une cicatrice à la jambe : en 2002, l’armée israélienne avait tiré un obus sur sa maison, dans le camp ; quatre personnes avaient été tuées, dont son père et un enfant de huit ans, et A* avait été blessé à la jambe.

Nous quittons l’écurie en prenant la direction de l’oliveraie. M* nous conduit de sa voix enfantine. Sous un soleil automnal, une plantation soignée dont la terre, travaillée, est semée de pierres. Les maisons d’Elon Moreh sont visibles sur la colline.

La route, noire, serpente de là haut et passe au pied de l’oliveraie.

Du fait de la pente abrupte, on ne peut la voir qu’en se tenant vraiment au bord de l’escarpement, haute d’une dizaine de mètres. De là, la route continue vers le barrage de Wadi Bazan qui sépare Naplouse du district de Jénine.

Les enfants racontent qu’ils se sont mis à courir le long de l’abrupt et à lancer des pierres sur la jeep. La route est, maintenant encore, semée de pierres. Selon eux, la jeep roulait lentement en s’arrêtant tous les quelques mètres. Ils sont convaincus que le but était de les inciter à lancer encore des pierres et de s’approcher le plus possible du bord de l’escarpement. Les enfants sont tombés dans le piège. Ils se sont éparpillés sur la crête, avec Jamil au milieu, à lancer et lancer des pierres. Alors la jeep s’est arrêtée et deux soldats en sont sortis. Ils ont pointé leurs fusils et ont tiré quatre balles séparées, en direction du groupe des enfants.

Jamil a été touché à la tête et s’est effondré.

Les enfants disent que celui qui lui a tiré dessus, c’est le soldat qui était assis à côté du conducteur. Dans la panique, les enfants se sont sauvés. Seuls M* et A* sont restés là, à essayer de traîner le corps de leur ami. Mais Jamil était trop lourd et ils n’y arrivaient pas, avec leurs bras grêles, jusqu’à ce qu’arrive un voisin, Ali Abou-Sanafa, qui habite la dernière maison avant l’oliveraie, et qui les a aidés à l’évacuer. A l’hôpital Rafidiya, où Jamil a été amené en taxi, on a fait le constat du décès.

Les enfants disent que son cerveau était répandu sur ses vêtements.

Je demande aux enfants des pierres d’Askar : " Pourquoi avez-vous lancé des pierres ? " Le petit M* fait un sourire embarrassé et se tait. A* dit : " C’est un jeu ".

Depuis la tragédie, ils n’ont pas osé venir jusqu’ici. Voyez ici, montrent-ils, il y a quelques mois, un autre enfant, Oday Tantawi, 14 ans, a aussi été tué, et là-bas, c’est Bashar Zabara, 13 ans. Ils ont tous les deux été tués dans cette oliveraie, à quelques mètres du monument improvisé à la mémoire de Jamil. Le propriétaire de l’écurie dit que parfois, Jamil venait dès six heures du matin, avant d’aller à l’école, pour nourrir Moshaher.

Jamil n’avait pas une chambre à lui. Il avait l’habitude de dormir dans un lit double avec ses parents. Au mur est accroché un certificat attestant qu’il avait obtenu la ceinture jaune de shotokan, sorte d’art martial. Wafiya, sa mère, montre aussi son certificat de scout, la photo d’un enfant portant une cravate bleue, une chemise bleu ciel et un béret bleu.

Au centre communautaire du camp, un jeune bénévole suédois explique à une fille de réfugiés où se trouve l’Afrique sur la carte colorée qui est dessinée sur le mur. La photo de Jamil est déjà collée sur la porte en verre. Le directeur du centre, Youssouf Abou Sariya, dit que Jamil participait à la plupart des activités du centre, mais qu’il aimait surtout le cercle théâtral. Voilà une photo de lui, qui le montre, le visage peint de couleurs de guerre, debout sur la scène en pierre dans la cour de jeu bien entretenue, cadeau de l’Europe. " Nous espérons que l’armée ne viendra plus dans le camp d’Askar ", dit Youssouf Abou Sariya, " Difficile d’empêcher les enfants de jeter des pierres. Il n’y a pas de base militaire, ici, seulement un camp de réfugiés. L’oliveraie est le seul endroit où les enfants peuvent sortir du camp surpeuplé et respirer un air pur. Jamil n’est pas le premier enfant à avoir été tué là.

" Les Israéliens ne disent pas qu’ils ont tué un enfant ", poursuit-il, " Ils disent avoir tué quelqu’un qui mettait en danger la vie des soldats.

-  Mais quel enfant peut mettre en danger la vie des soldats ? Parfois ils disent que l’enfant était armé.

-  Quel enfant peut porter un fusil ?

-  Quel motif ont-ils d’ailleurs de venir ici ?

Si vous voulez défendre votre pays, ne venez pas dans le camp d’Askar. D’ici, on ne protège pas Tel Aviv. Askar ne menace pas Tel Aviv. "

Le porte-parole de l’armée israélienne : " Sur requête du procureur militaire principal, la Division d’Investigation criminelle a ouvert une enquête sur les circonstances de ’l’incident’. Au terme de l’enquête, ses résultats seront soumis au procureur militaire. "

-  Gidéon Lévy Haaretz, 14 décembre 2006-12-14 Version anglaise : Death sentence Traduction de l’hébreu : Michel Ghys

Source :
-  Radio Air Libre



Publié le 18 décembre 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin