e-torpedo le webzine sans barbeles



Noël aux gamelles
de Laurent Jacqua

Catégorie société
Il y a (5) contribution(s).

(GIF) La période des fêtes arrive et pour nous aussi -malgré le contexte- c’est un moment un peu particulier dont on essaie de profiter du mieux que l’on peut.

Plus de vingt réveillons passés derrière les barreaux à mon actif !

Comme le temps passe vite...

Décembre et Noël ont une grande importance ici car cela signifie tout d’abord que c’est une année de prison qui se termine et qu’ensuite c’est la seule période de l’année où l’on peut recevoir un colis de denrées alimentaires de la part de la famille et compte tenu de la mauvaise qualité de la gamelle interne, c’est un réel moment de bonheur que de goûter à des produits dont on avait presque oublié la saveur.

Hé oui ! ... la prison ce n’est pas seulement la privation de liberté, c’est aussi la privation des goûts, des odeurs, des parfums, des arômes, des sensations, des plaisirs gustatifs, d’où l’importance de ce colis annuel que l’on attend avec grande impatience tout au long de l’année.

Nous n’avons droit qu’à 5 kilos par personne, mais ça peut être un peu plus si le maton de l’entrée ne fait pas trop de zèle lors de la pesée. 5 kilos ce n’est pas grand-chose me direz-vous, mais quant cela vient de ses proches

c’est un peu le repas du réveillon de Noël ou du nouvel an que l’on partage avec sa famille.

Viandes, saumons, sucreries, chocolats, gâteaux, plats faits maison et autres gourmandises, c’est un festival, une avalanche de saveurs pour nos papilles trop habituées aux goûts des repas collectifs et insipides de la taule.

Vu le nombre de nationalités que l’on rencontre au sein des détentions, chaque pays est représenté par différents colis et ainsi on peu manger un peu de tous les plats du monde sans pour cela avoir besoin de voyager.

Pour nous cette période c’est aussi l’occasion de partager un peu de ces denrées en une sorte de solidarité gastronomique.

Bien sûr, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une famille qui lui apporte un colis, dans ce cas c’est la croix rouge qui en confectionne un.

Dans certaines prisons, on peut faire rentrer un colis sous le nom d’un indigent cela lui permet d’en avoir aussi une part.

Bref, on se débrouille pour que cela se passe bien dans le monde du « père fouettard » puisque le soir du réveillon le père Noël préfère rendre visite aux enfants sages.

Ceux qui ont des enfants et qui triment aux ateliers se saignent aux quatre veines pour pouvoir payer et commander des cadeaux à la Redoute.

Je trouve cela beau que ces gars -au regard de ce qu’ils gagnent- se privent autant pour donner un peu de joie à leurs mômes et lorsque arrive le parloir c’est émouvant de voir tous ces gamins découvrir leur jouets offerts par leur papa.

Ce sont là aussi des moments de bonheur et d’humanité qui existent plus qu’on le croit dans le cœur des taulards que l’administration s’évertue à déshumaniser, c’est là aussi une forme de résistance.

À l’infirmerie, ils nous ont mis deux vrais sapins de Noël qui clignotent de toutes leurs guirlandes électriques. L’administration pénitentiaire s’est surpassée cette année, elle nous a même -deux semaines à l’avance- affiché la liste alléchante des menus de réveillon dont je vous laisse apprécier la qualité :

Menu de Noël

-  Midi

Galantine Émincé de dinde aux fruits de Noël Pommes rôties Clémentines Gâteaux sapin de Noël

-  Soir

Salade du Périgord Mijoté de veau à la crème morilles Tagliatelles à la julienne de légumes Pont lévèque Bûche pâtissière Clémentines

Menu nouvel an

-  Midi

Mousseron de canard Duo de saumon et dorade sauce crustacés Riz d’or et crevettes Neufchâtel Clafoutis aux cerises

-  Soir

Salade scandinave Cuisse de canette aux airelles et miel Haricots verts/ tomates à la provençale Livarot Bavarois

Lorsqu’on lit les noms des plats on a l’impression de se retrouver à la meilleur table d’un restaurant huppé, mais tout cela n’est livré qu’en barquettes plastifiées et le goût, la qualité ne sont vraiment pas à la hauteur des prétentions de la carte car c’est de la bouffe industrielle réservée aux collectivités, prisons, hôpitaux, cantines, foyers, asiles psychiatriques, maisons de retraite etc.... bref, tous les cas sociaux de la société des exclus, mangent dans la même gamelle !

Enfin, en ce qui me concerne, j’ai un peu plus de chance que les autres puisque au soir du réveillon, seul au fond de ma cellule, je vais pouvoir savourer avec délectation mon colis sans en laisser une seule miette, j’en ai déjà l’eau à la bouche, un an que mes papilles gustatives attendent ce merveilleux moment...

Après cette période de festivités et cette fin d’année 2006, on attaquera 2007 qui sera l’année de l’élection présidentielle.

Peut-être que cette fois les prisons seront un sujet de débats et que les choses évolueront positivement.

Personnellement, j’en doute, mais bon, il faut quand même rester optimiste (même si je ne crois plus au père Noël) et croire à un avenir meilleur, sinon à quoi servirait tous ces textes et cette cause que je défends sur ce BLOG ?

En tout cas chères lectrices, chers lecteurs, chères blogueuses, chers blogueurs, je tenais à vous remercier de m’avoir suivi et lu en espérant que mes mots vous auront éclairés, appris et apportés quelque chose sur le monde carcéral.

Il est temps pour moi de vous laisser jusqu’à l’année prochaine en vous souhaitant un joyeux Noël, une bonne année ainsi que tous mes voeux de santé, de bonheur, de joie et de réussite.

À très bientôt...

source :
-  Le blog de Laurent Jacqua



Publié le 27 décembre 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin