e-torpedo le webzine sans barbeles



Prisons : Vive la France
de Blacksting

Catégorie société
Il y a (0) contribution(s).

Cette conversation est-elle une fiction réelle ou une réalité fictionnelle ?

(JPEG)

-  Dis, tu as vu que la France a encore dégringolé dans le classement d’Amnesty International. Entre l’impunité policière et le problème carcéral, la chute devient vertigineuse.

-  Oui c’est sûr mais l’essentiel est que l’on reste devant les Etats-Unis. Dans le classement de la liberté de la presse, nous sommes 35ème et les Etats-Unis 53ème, alors il y a de la marge. N’oublie pas, notre modèle est les Etats-Unis et le fait que nos deux pays soient derrière la Bolivie, le Benin, La Namibie, la Corée du Sud et le Ghana, n’inquiète personne. De plus, n’oublie pas que la France est le pays des droits de l’homme, la liberté est partie intégrante de notre devise, alors c’est pas Amnesty International qui va commencer à nous faire chier.

Une hésitation s’empare du premier...

-  Là, tu plaisantes, j’espère...

-  Ben oui, pauvre buse, tu crois que quand Amnesty International pointe du doigt la France pour ses mauvais traitements par les agents de l’Etat, les mauvais traitements aux frontières, les violences racistes et la crise dans les prisons, j’ai envie de fanfaronner ? L’éclat de la France dans le monde est un vestige et notre pays, symbole de la démocratie, n’est que l’ombre de lui-même. Certes la politique de certains politiciens d’aujourd’hui en est la cause, mais pas directement. Le problème n’est pas de fonctionner politiquement en agitant des épouvantails comme l’insécurité, la violence des jeunes, l’invasion des étrangers, ça c’est à la portée du premier nain hongrois venu. Non, le problème est que ça marche et que les français acceptent ces méthodes grossières de manipulation à la petite semaine et ne savent plus prendre assez de recul pour voir combien nous nous enfonçons dans la bêtise, la beauferie, la xénophobie à fleur de peau et le simplisme politique.

La France plonge car les français ne savent pas nager...

Un type en costard qui venait d’entrer fait discrètement demi-tour et sort sous les regards amusés de quelques clients historiques...

-  Dernièrement Sarko a dit que ceux qui n’étaient pas bien en France feraient mieux de quitter le pays, j’ai peur que cela s’applique à toi.

-  Non mais tu crois vraiment que cette râclure de bidet va réussir avec moi. Ce baltringue exacerbe la puissance de la police et entraine ainsi dans son sillage toutes les réactions qu’il affirme combattre. Il n’a aucune stratégie politique autre que le surf. Il ne construit rien du tout mais il fait croire qu’il combat. Il n’est POUR rien, il est CONTRE tout... du coup les autres nazes sortis du même moule de l’ENA, adoptent ce fonctionnement de publicitaire.

Tu sais même l’ENA regrette le manque d’inventivité, il n’y a qu’à lire leurs rapports de fin d’année.

Putain, mais en France, moi ce que j’aime c’est que les gens râlent, soient en même temps des veaux, totalement impilotables et imprévisibles, j’aime qu’ils disent non au TCE, j’aime qu’ils réfléchissent, j’aime qu’ils soient multiples. C’est justement parce que j’aime la France qui m’a construit que je déplore ce qui se passe...

-  oh, oh, oh...je plaisantais, t’emballe pas... je suis d’accord avec toi. Tiens, prends la façon dont est traitée la CNDS ou plutôt prends les prisons par exemple.

-  Tu sais, moi, plus je réfléchis sur le problème des prisons, plus je me dis que ce n’est que le début. L’observatoire international des prisons a publié son rapport 2006 sur l’état des prisons en France et il apparait que malgré le rapport 2000 qui était déjà coton, la situation s’est détériorée. Il y a ...

-  Je peux te dire, je viens de le lire. Il y a 57000 détenus pour 48000 places, des suspects enfermés avec des condamnés longue peine, trois à cinq prisonniers dans des cellules d’une dizaine de mètres carrés, des suicides en hausse, des conditions d’hygiène déplorables, des mecs avec des graves troubles psychologiques jetés en prison parce que mal orientés ou parce que les hôpitaux psychiatriques débordent aussi. Tu sais le plus grave dans tout cela ?

Une poignée de cacahuètes vient de rattraper le dernier pastaga avant qu’il n’atteigne l’estomac, pour mieux repartir...

-  Ma foi, je crains de le savoir, en effet. C’est une spirale accélératrice et c’est pour cela que tout le monde devrait vraiment s’inquiéter. Le mécanisme est pourtant simple à comprendre et tout le monde devrait s’en inquiéter. La prison, outre ses conditions ignobles et dégradantes, devient de plus en plus un "cache misère". La majorité des détenus, tu m’entends, la majorité, est issue des minorités défavorisées, j’entends par-là que leur arrivée dans les prisons est due à la misère sociale. On cache la merde sous le tapis !!!

Alors non seulement nous remplissons les prisons à tout va, mais nous amorçons un phénomène de génération de délinquance très performant.

Plus de la moitié de la délinquance est le fruit direct d’une incarcération aveugle. Nous formons parfaitement les futurs délinquants qui viendront grandir les statistiques de la délinquance et de l’insécurité et de nouveau incarcérés dans ces prisons infamantes seront les meilleurs formateurs de futurs délinquants eux-aussi échoués indistinctement dans ces mêmes prisons. GE-NIAL !!

-  A cela tu ajoutes un autre phénomène qui est moins connu. La baisse de la criminalité !! Et oui, les statistiques le prouvent, non seulement la criminalité est en baisse constante et pas seulement en France, mais de plus une partie de plus en plus infime de cette criminalité atterrit en prison.

-  Alors pourquoi les prisons se remplissent-elles ? Par ce mécanisme débile que tu as évoqué. Les politiques instrumentalise une soi-disante "violence urbaine" ou "insécurité" mais celles-ci sont rabâchées béatement et stupidement par les médias qui participent à cet effet d’entonnoir. Enfin, le gouvernement se lance dans une extension des établissements pénitenciers alors qu’il est lui-même le vecteur de leur remplissage par une répression pénale disproportionnée des quartiers déshérités. Bravo, à l’image de Sarkozy, nous assistons à un mécanisme qui défie la physique : "le mouvement perpétuel".

-  Oui même les gardiens de prison appellent au secours en demandant qu’on arrête de remplir les prisons avec des psychotiques, des malades mentaux, des toxicomanes et des jeunes proches de la clochardisation. Ils pleurent pour qu’on leur permette de faire de la réinsertion et pas seulement de la garde. Ils demandent plus d’établissements en milieu ouvert, bref ils demandent que le gouvernement fasse son boulot, c’est tout !!

-  Le problème est là, le gouvernement fonctionne une fois de plus par pansement sur jambe de bois. Au lieu de renforcer un filet de protection sanitaire et social qui s’amenuise de plus en plus, réfléchir sur les mécanismes qui conduisent à l’incarcération afin de les endiguer, il ne fait que jouer au pompier pyromane. Certes, il commence à réaliser l’intérêt des centres de semi-liberté et des bracelets électroniques, mais il se dirige vers un dessein beaucoup plus noir, selon moi.

-  Ah, tu parles des experts fumeux qui sont des technocrates avant d’être des sociologues ?

Non, je parle de la privatisation des prisons !

Le visage du second indique que son expertise vient de s’arrêter tout net...

-  ...

-  Mais oui et tu sais c’est pas nouveau...depuis 1987, la France sous-traite à des entreprises privées la gestion de certains services des établissements carcéraux. Tu te souviens d’Albin Chalendon ?

-  euh...le nom oui...

-  Ouais je comprends...c’est comme une bonne chiasse, on préfère l’oublier. Plutot une bonne gerbe, car en plus d’être liquide il était maqué avec le SAC...ouarf...tu saisis..le sac ...pour vomir....

L’autre se gondole finalement...

-  bref, ce mafieux, copain de Pasqua, non content d’avoir foutu des gens dans la merde dans les années 70 avec des constructions à base d’éclats de rire qui a permis à ses entreprises de bâtiment et à ses copains de foutre du pognon en Espagne, a eu une idée de génie : privatiser les prisons... Devine qui était le pays modèle ? ...ouais, bravo, mais c’était facile !

-  mais...attends...la justice est un service régalien si je ne me trompe pas, alors comment c’est possible ?

-  ben tout simplement en ne sous-traitant qu’une partie des services : l’alimentation, les transports, la maintenance et jusqu’à la santé qui a été retirée qu’en 1999. Et puis bon, comme service régalien, il y a aussi l’armée et cela n’empêche pas de sous-traiter non plus. L’idée affichée était de lutter contre la surpopulation carcérale, moderniser le système pénitentiaire et limiter les coûts de gestion.

-  et ça fonctionne ?

Un silence vient de s’installer entre les deux interlocuteurs. Un client vient d’entrer avec son chien, une espèce de boxer baveux, la langue sur le coté. Il se pose au comptoir à coté de nos deux acolytes qui instinctivement regardent le chien tout en jouant machinalement avec leurs verres.... Le chien lève les yeux en signe de fatalité. Son maitre affiche le même regard lorsque Luc, le patron, se pose devant lui et lui indique la pancarte qui stipule que les chiens doivent rester à l’extérieur. Le client s’execute immédiatement comme à l’accoutumée avec Luc... puis revient se caler au comptoir...

-  mais c’est là le problème ! Non seulement peu de gens sont au courant de cette pseudo-privatisation mais en pire, les rapports concernant cette forme de gestion ne sont pas rendus publiques. En fait, la gestion déléguée est au moins tout aussi onéreuse et la qualité de certains services délégués contribuant à la réinsertion des détenus, notamment le travail et la formation professionnelle, est insuffisante. En plus, cette gestion déléguée , comme dans tous ces cas de privatisation qui cache son nom, a bénéficié de conditions bien meilleures conditions que les services publics. Le parc des établissements sous ce cadre était neuf et en plus, l’Etat avait mis dans les cahiers des charges des ambitions plus strictes qu’il ne s’imposait à lui-même.

Le client au chien se fend d’un soupir équivoque...

-  et puis je sais pas...y’a un truc qui me gêne. Une entreprise privée a pour but de faire du profit, alors dans ce cas précis, j’vois pas ...

-  tu vois pas ou tu vois trop bien ? ce qui te chagrine et bien peut-être ça s’appelle l’éthique, non ?

-  ...ben ... en quelque sorte... je me dis naïvement que rentabiliser l’incarcération c’est comme rentabiliser le social en général...ça pue...

-  oui, bien sûr et c’est exactement ...

-  comment ça bien sûr ? explose le maitre du boxer et de continuer devant la surprise de l’interrompu...

-  faudrait qu’on câline tous les parasites ? moi j’ai travaillé dur depuis l’âge de quinze ans et je me suis jamais plains ...ah oui, c’est sûr, j’aurai pu m’installer au coin d’une rue avec un accordéon et faire pleurer le badaud !! Mais oui... j’aurai pu aussi dévaliser des commerces. C’est ça que j’aurai du faire.

-  ...mais non, Monsieur, le problème n’est pas là, vous n’avez pas entendu le ...

-  le problème il est là justement !! vous êtes bien prompt à tolérer toute sorte de paresse mais quant à respecter le travail d’autrui, alors là jamais. Vous crachez sur le mérite et méprisez ceux qui réussissent. Moi mon patron je l’ai respecté toute ma carrière ...

-  ...mais quel rapport avec le respect, vous croyez que je...

-  toute ma carrière je vous dis ! Mais moi le respect du travail je l’ai appris à coup de ceinturon...nom de dieu...commencez par respecter la patrie qui vous nourrit...Quand vous critiquez pas le gouvernement, vous critiquez les entreprises, quand c’est pas les entreprises, c’est les patrons. Bon dieu de bon dieu... alors toutes les entreprises sont crapuleuses et tous les patrons sont des voleurs ?

-  mais enfin, non , je n’ai jamais dit ça ...

La colère s’imprime sur le visage du client tandis qu’il tremble de rage et reprend avec une voie tremblotante...

-  vous voyez vous n’avez même pas le courage de vos convictions. Moi les entreprises je leur fais une confiance aveugle mais dans les gens comme vous ...

-  bon, maintenant Columbo tu va fermer ta gueule cinq minutes et tu vas bien écouter ce que je vais te dire.
-  Toi tu crois que parce-que des choses me choquent sur les agissements de certains, je les mets tous dans le même panier ?
-  C’est bien ça, non ? Par contre toi, t’as travail, famille, patrie qui clignotent à donf sur ta tronche alors avec toute cette lumière tu vois pas quand ceux que tu regardes avec ton sourire comblé se barrent avec ton fric en te montrant leurs culs.
-  Et tu crois sincèrement que c’est mieux ? Pour en revenir à notre sujet que tu n’as même pas entendu, je vais t’expliquer mais vu ta tronche d’ahuri j’me demande si j’ferais pas mieux d’m’entretenir avec ton clébard dépressif !!

Il torche un fond de verre qui traine et reprend...

-  Il y a trois problèmes qui se téléscopent : primo, l’utilisation de l’argent public pour enrichir des sociétés privées. Et là, écoutes bien, papy. La plus grosse firme carcérale du monde était la CCA, firme américaine du nom de Corrections Corporation of America. Cette firme était détentrice de la majorité du "marché" carcéral américain. En France, c’est la Sodexho Alliance, multinationale spécialisée dans les restauration institutionnelle qui joue ce rôle et qui reçoit les deniers publics.
-  Et devine qui a été le plus gros actionnaire de la CCA pendant une période ? bingo !!

secondo, on peut se demander raisonnablement si des entreprises privées de cette taille ne vont pas trouver intérêt à favoriser l’extension à tout crin des infrastructures pénitentiaires et ce, par des moyens de pression quelconque. Plus de détenus purgeant des peines plus longues rapportent plus d’argent. Les firmes ont toujours nié chercher à influencer les lois. Mais une association a prouvé le contraire en 2000 en révélant que CCA était un donateur important à un think tank conservateur appelé American Legislative Exchange Council (ALEC). Deux cadres dirigeants de CCA y ont même présidé un groupe de réflexion sur la justice pénale. Cette « boîte à idées » s’efforce de promouvoir les projets conservateurs, notamment en matière de privatisation et de criminalité. On se fait une bonne idée de son influence lorsqu’on sait que 40% des sénateurs et représentants des États en sont membres et qu’ALEC a milité avec succès pour l’adoption de lois hyper-répressives dans divers États. En France, Sodexho et les autres partenaires sont théoriquement chargés de la réinsertion, prévue au cahier des charges. Mais la réinsertion ne semble pas être une invention intellectuelle bien assimilée par les gestionnaires du managing de l’hôtellerie et de la restauration. Ils évaluent en effet systématiquement le travail avec des paramètres quantitatifs : nombre d’hommes, nombre de pièces assemblées ou « traitées », salaires aux pièces, frais de gestion etc. et jamais vous n’aurez de rapport sur la nature du travail sa pérennité, sa continuité ses liaisons avec l’extérieur ou avec l’extérieur, sa qualification, son évaluation, sa contractualisation, l’application du droit, etc..
-  Réinsertion, mais pourquoi faire ?
-  Les peines longues sont les plus rentables alors que dire des récidives ?

tertio, concernant le travail dans les prisons, n’y a t’il pas là encore un télescopage d’intérêt ? Il faut dire que pour ces groupes, le travail pénitentiaire est une aubaine pour ramener à elles des sous-traitances honéreuses, relayer leurs propres filiales, en particulier celles qui sont délocalisées dans le tiers monde.

Alors, dis-moi, Monsieur Loyal, ton respect, ta vertu et ton éthique, tu les vois où là ?

Il n’attendait pas de réponse et tandis que l’homme récupérait prestement son vestige de molosse, il regrettait déjà vouté un peu plus les épaules de cet inconnu...

LE MIROIR Blacksting Conversation No 2 - Prisons : Vive la France !! 24 Decembre 2006



Publié le 10 janvier 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin