e-torpedo le webzine sans barbeles



Certains jours, la Chine me terrifie plus que la nuit chez mémé
par Andy Vérol

Catégorie société
Il y a (2) contribution(s).

(GIF) Tu vois, c’est con, mais hier je regardais un truc sur un pont gigantesque construit en Chine, à Shangaï. Et je n’ai pas tenu plus de 10 minutes parce que ça m’a fait peur. Pourtant, je ne suis pas un de ces beaufs français qui flippent du "niaques". Non absolument pas. Mais comme tu l’as dit, j’ai flippé de ce que la Chine a fait du Capitalisme :

un régime totalitaire au service du libéralisme le plus sauvage.

Si ça, ça n’est pas la chose la plus affreuse à laquelle nous sommes confrontés ! Je pense que, finalement, c’est encore plus terrifiant que l’allemagne Nazie.

Entre ma peur de choper un cancer et celle d’être le microbe d’une Chine économiquement cannibale, je me dis qu’il serait préférable de ramener l’espérance de vie à 42 ans pour ne pas tomber dans une dépression totale. On s’est tellement fourvoyés dans cette histoire. On a tellement abusé de notre suprématie ultra-violente et injuste, que je ne parviens toujours pas à me mettre dans la position de l’humilié, le rien-du-tout, l’Africain quoi...

Je m’y refuse

L’arrogance, la prétention, et une certaine sensation de supériorité sont imprimées en moi. C’est culturel, inscrit dans les programmes scolaires, dans le discours des parents, dans le monde du travail... Et pourtant tout s’écroule, très très vite.

Pendant ce temps-là, cher citoyen libre, le charisme culturel français s’étiole, s’effiloche, se réduit comme une peau de chagrin.

Nous sommes de lamentables microbes. Et plus nous sommes sombres, pessimistes, plus cette civilisation du mérite capitaliste nous enferme dans notre médiocrité. Je suis trop lâche pour me flinguer. Je suis trop chétif pour faire la guerre. Je suis trop paresseux pour apprendre le chinois. Il ne me reste donc rien... Peut-être émigrer... Devenir l’immigré d’un autre pays... Le reconduit à la frontière. Le sans-papiers. Le regardé-de-travers. Le délinquant potentiel. Le destructeur potentiel de culture locale...

Mais il y a la Sibérie et la fonte du pergélisol, toutes ces terres fertiles, ce climat tempéré futur, ces russes pour pas chers...

Mais il y a ces expéditions sur Mars. Des années passées dans une bulle transparente à regarder un ciel rouge cauchemardesque. Des vomissements permanents.

Mais il y a Dieu, là-bas, un peu plus, loin, caché derrière une super-Nova. L’oeil coquin. Prompt à la réflexion de mauvais goût : "Fallait pas la croquer la pomme ducon."

Mais il y a ce terrain aride, acheté pas très cher, où, en tant que gourou charismatique, je permets une culture bio et une approche malthusianiste de l’existence... Mes adeptes bien maigres. Bien hagards. Bien lacifs dans mon lit.

Je suis ce que l’on peut appeler, un mec paumé

Andy Verol



Publié le 15 janvier 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Certains jours, la Chine me terrifie plus que la nuit chez mémé
    par Andy Vérol
    28 décembre 2015, par LizaBrien
    The world is compose of different cultures which sometimes cause people to separate from each other. - Marla Ahlgrimm
  • Certains jours, la Chine me terrifie plus que la nuit chez mémé
    par Andy Vérol
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    I am often to blogging and i really appreciate your content. The article has really peaks my interest. I am going to bookmark your site and keep checking for new information. Agen Bola Agen Sbobet Agen Bola Sbobet Agen Bola Terpercaya Jayaliga.com
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin