e-torpedo le webzine sans barbeles



Manipulation : de De Gaulle à Sarkozy
de la Libération au libéralisme
par Moha

Catégorie politique
Il y a (2) contribution(s).

(JPEG)

En 1945, le programme du Conseil National de la Résistance donnait aux valeurs démocratiques et républicaines de la France un espoir et un élan nouveaux. Comment les gouvernants gèrent-ils aujourd’hui cet héritage ? Ce qui est grave politiquement, ce n’est pas comme le pense l’UMP de Grigny, d’interpréter l’histoire. C’est de la méconnaître, ou pire encore de vouloir la cacher, ou pire encore de la transformer sciemment au profit de quelques-uns...

Le programme du CNR

Ce programme correspond à l’espoir d’une société plus juste après la Guerre. Un espoir partagé par tous, à droite comme à gauche et visant à (r)établir « la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ; la liberté de la presse, (...)son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères ; la liberté d’association, de réunion et de manifestation ; l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ».

Sur le plan économique le CNR prévoit « l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ; une organisation rationnelle(...) assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des Etats fascistes ; (...) le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ; le développement et le soutien des coopératives (...) ; le droit d’accès, (...) aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie. »

Sur le plan social il prévoit « un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ; (...) ; un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, (...) ; la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement ; (...) ; une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ... »

-  Oubli ?

Aujourd’hui, les gouvernements, et en particulier ceux qui viennent de se succéder semblent avoir oublier l’héritage de ceux qui se sont battus pour notre liberté. La presse est bel et bien aux mains des pouvoirs politiques et financiers, les manifestations de plus en plus durement réprimées, l’application de la loi n’est pas la même pour le gamin du Vallon que pour les élus ou les patrons voyous.

Les entreprises exploiteuses, « féodalités économiques », fleurissent de par le monde. La « dictature professionnelle » du MEDEF ne cesse de progresser, les banques et les assurances sont depuis longtemps privatisées, la production d’énergie est en train de le devenir, les ouvriers ne parviennent toujours pas aux fonctions de direction. Les travailleurs n’ayant pas les moyens de trouver un logement sont de plus en plus nombreux, la Sécurité Sociale est en train d’exploser face aux coups de butoir ultra-libéraux, l’emploi n’a jamais aussi été précaire, les retraités ont de plus en plus de mal à vivre de leurs pensions.

-  UMP gaulliste ?

Il est aisé de voir que la politique des Sarkozy et Chirac soutenus par les Fenech et Chipier est contraire aux souhaits du CNR. Contraire aux espoirs humains d’après guerre.

-  En quoi aujourd’hui nos espoirs d’une vie plus juste seraient-ils différents ?

L’UMP se réclame toujours de De Gaulle. Or le gaullisme avait trouvé là un tronc commun avec les forces de gauche pour un gouvernement de la France qui prendrait enfin en compte toutes les erreurs du passé, pour un système qui affirmerait enfin « plus jamais ça ! ». Or l’UMP, et Sarkozy en particulier, prône et applique aujourd’hui une politique totalement contraire aux préconisations du CNR. Guerre et développement économique

Les deux guerres mondiales ont prouvé combien les intérêts économiques des grandes entreprises, des riches propriétaires, guidaient les stratégies guerrières. Par temps de guerre, l’armement n’est pas seulement la seule manière de tuer des gens, c’est aussi la façon la plus sûre de gagner beaucoup d’argent. C’est aussi pourquoi le programme du CNR prône « l’éviction des grandes féodalités économiques ».

-  Aujourd’hui, qui peut interpréter différemment les interventions armées des Etats-Unis ?

-  Sous le prétexte grotesque de démocratie, leurs guerres récentes n’ont-elles eu d’autres but que l’appât du gain, à travers la production d’armes d’une part, et par la main-mise sur de nouvelles sources d’alimentation pétrolière d’autre part ?

Pourquoi Sarkozy est-il fasciné par la politique de G. Bush ?

Le libéralisme n’est pas pacifique. Au contraire. Il a besoin du conflit pour exister.

Sa seule condition d’existence est la concurrence exacerbée, entre les entreprises bien-sûr, mais aussi entre les états, et entre les individus. Des individus rendus à la nécessité de se battre, d’affronter leurs collègues pour trouver ou garder un emploi. Le système libéral est l’antithèse du programme du CNR. Celui-ci voulait rejeter la barbarie et l’assujettissement des individus aux puissances financières, le libéralisme réinstaure une autre forme de barbarie : celle qui pousse les hommes à s’entre-tuer...

-  Alors aujourd’hui ?

On nous apprend simplement que les héritiers de De Gaulle prônent avec le libéralisme les valeurs mêmes que celui-ci a toujours rejeté (De Gaulle était de toute façon pour une intervention importante de l’Etat dans l’économie) ; et on nous apprend encore, qu’un homme comme René Balme, qui ne prône rien d’autre qu’un retour aux principes originels de ce programme fondateur, serait un dangereux extrémiste de gauche !

Il ne s’agit pas d’un simple oubli de l’histoire. En français, ce type de comportement a un nom :

il s’agit de manipulation.

Et comme ceux à qui ce discours donnera mauvaise conscience nous diront encore que les interprétations de l’histoire des rédacteurs de ce modeste journal ne sont pas objectives, nous tenons le texte du programme du CNR à la disposition de ceux qui le souhaitent sur le site internet du Citoyen ou directement au local de Grigny, 18 place Jean-Jaurès.

source : Le citoyen Article du 12 décembre



Publié le 20 janvier 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin