e-torpedo le webzine sans barbeles



Alain Soral : La marionnette du ventriloque

Catégorie politique
Il y a (15) contribution(s).

PENSEES COLLECTIVES

(JPEG)

Un homme se taillade les veines devant nos yeux perplexes et court sur le macadam. Le sang coule accentuant son parcours en laissant une trace indélébile sur le gris du sol. Certains l’observent fascinés et d’autres détournent leur regard en pensant que tout être humain est libre face à son destin. Soral est cet homme-là. Il aurait pu être le héros d’un roman tellement la haine de soi est ancrée en lui et, l’autodestruction, son essence de vie provocatrice. Nous aurions tenté de comprendre les zones obscures de l’âme humaine, nous aurions vibré à ses égarements, nous aurions démêlé le fil de l’inextricable. Le roman aurait été passionnant.

Seulement, Soral existe, en chair et en os, il ne sort pas d’une fiction littéraire, il a mis sa matière grise au service du FN, épousant le destin tristement banal d’un réactionnaire et d’un xénophobe.

Lui, l’homme qui se disait marxiste en de vieilles lunes, a passé l’arme à l’extrême droite, par manque de reconnaissance d’une famille.

-  Qui pourrait lui dire que tout enfant battu par son père ne recherche pas forcément les coups ?

Soral est devenu le cireur de pompes d’un ventriloque au service d’une machinerie redoutable d’intolérance. Soral se saborde avec un masochisme proche d’une extase que seul lui peut comprendre -à certaines heures pâles de la nuit- contribuant inexorablement à sa perte et à sa crédibilité intellectuelle.

Et au bout du chemin le froid glacé de la solitude.

Quelquefois, on aurait envie de lui tendre le baume pour arrêter l’hémorragie, de l’apaiser et de lui dire que sur cette terre, il y a des soleils qui ne répondent à aucune statistique.

Juste le courage de les défricher.

On se surprend à penser Quel gâchis...

-   Texte de Franca Maï


Impostures et quelques unes des manœuvres dolosives d’Alain Soral, du FN et plus largement du système

« Le spectacle organise avec maîtrise l’ignorance de ce qui advient et, tout de suite après, l’oubli de ce qui a pu quand même être connu ». (Guy Debord in commentaires sur la société du spectacle, 1988, Editions Gérard Lebovici)

Alain Soral est un homme de spectacle, il a utilisé tous les moyens pour en être, jusqu’à s’exposer dans les plus viles postures et les plus vulgaires divertissements, alors même qu’il prétend les haïr. On jugera, sans peine, de l’imposture du personnage.

Il n’y a jamais eu de seuil de tolérance à l’imposture, toute objection en est une autre. C’est pourquoi, bien que répugnant à l’ampliation à propos d’un homme, qui de toute évidence, exerce son mépris sur chacun et la poésie de tout, la régularité maniaque de son entreprise « à nier ce qui est et à expliquer ce qui n’est pas » réclamait des réponses fermes et proportionnelles à la répugnance qu’inspire, aux uns, le personnage, ou à la rhétorique de falsification des raisonnements à laquelle les autres sont poreux.

A commencer par : s’il revendique se trouver hors système, il en est, en fait, à une autre latitude.

Sur l’argument central d’un verbiage spécieux, il est dit que les Le Pen réprouvés par le système, en seraient au dehors, il est donc l’aveu qu’ils ont au moins la volonté d’en être. Mais ils en sont déjà et c’est en quoi ils ont fait appel à un homme qui pareillement en est, sous la forme du même comique-troupier. Regardons de plus près l’agenda du candidat du FN, pour le seul mois de janvier. (Cf. Site du FN)

-  Le 8 janvier : Marine LE PEN sera l’invitée sur France 2 de l’émission "Mots Croisés" le lundi 8 janvier 2007 à 22h40.
-  Le 9 janvier : Jean-Marie LE PEN sera l’invité de France Info.
-  Le 10 janvier : Jean-Marie LE PEN est l’invité de France Bleu.
-  Le 12 janvier : Marine Le Pen sera l’invitée de l’émission "Sur un air de campagne".
-  Le 13 janvier : L’émission "chez F.O.G." prévue sur France 5 et TV5 Monde avec pour invité Jean-Marie LE PEN est reportée à une date ultérieure
-  Le 15 janvier : Jean-Marie LE PEN est l’invité de Radio Courtoisie.
-  Le 18 janvier : Jean- Marie LE PEN est l’invité de France Culture.
-  Le 20 janvier : Jean-Marie LE PEN est l’invité de l’émission « La voix est libre » - France 3 Paris Ile de France Centre
-  Le 24 janvier : Sur France 24- Jean-Marie LE PEN est l’invité de Roselyne Febvre

Les Le Pen n’ont jamais cessé d’être dans le système. Les médias de leur y octroyer une place de choix.

Alain Soral met en accusation le système, lequel, dit-il, s’en prend à Le Pen. Outre que nous le voyons le système lui fait encore, comme à aucun autre, l’honneur des plateaux, les passes oratoires politiques et médiatiques auront ménagé un faux-semblant de pluralisme. Il s’agissait de détourner l’attention sur le faux diable Le Pen comme afin de décourager toute initiative révolutionnaire, les voix se déportant sur le supposé ennemi du système. Mitterand livrant au chômage les travailleurs en fut l’instigateur. « Donnez-nous un diable et nous nous en remettrons à lui, plutôt qu’à nous-mêmes ».

Soral ne dit mots sur le système Le Pen, pourtant fondé à endosser la responsabilité des meurtres perpétrés, soit directement par des militants du FN, soit indirectement par la police, sur la base de politiques sécuritaires qui, au plus prêt du réel, sont dans toutes les bouches de cette « France sérieuse » dont Soral dit qu’elle est l’électorat du FN.

Preuves de l’implication du FN : Le Club de l’Horloge comprend une centaine de membres. La majorité issue de Polytechnique et de l’ENA, cadres et hauts fonctionnaires. Ce club est un pont influent entre l’extrême droite et la droite libérale. La plupart des membres sont encartés au FN. Dans une longue lettre adressée, le 4 avril 2002, à son président Henry de Lesquen, lettre signée par Jacques Chirac on peut lire en introduction « Vous avez bien voulu me faire part de votre inquiétude face au fléau de l’insécurité qui menace notre pacte social ainsi que de votre souhait de voir réformer la loi présomption d’innocence par une droite unie aux prochaines élections présidentielles et législatives. ». S’en suivent des explications précises sur les orientations sécuritaires du pays pour les années à venir. Le Club de l’Horloge est influent, le FN a toujours été porteur d’inflexions sécuritaires, les gouvernements et les médias d’abonder dans ce sens. Les victimes de la Police sont aussi celles du FN. Ce système sécuritaire de surveillance pourtant décrié par Soral est un bloc qui comprend toutes les tendances de la démocratie parlementaire. Soral évoquant l’univers Orwellien des locaux de Filipacchi.

-  Qu’allait-il donc y faire sinon s’y commettre ?

Avec maîtrise on aura ignoré l’influence du FN et du Club de l’Horloge dans le gouvernement du pays, et tout de suite après on en aura oublié ses conséquences. A savoir que l’insécurité a été propagée par ceux-là même qui, le plus, réclamaient une politique sécuritaire. Mais il est vrai, ils ont obtenu une politique sécuritaire raciste.

Le FN a été le grand promoteur spectacle de « La France aux français ». Les gouvernements lui ont emboîté le pas. Pour la seule année 2006, 23 000 expulsions et reconduites à la frontière ont été exécutées.

Pour la seule année 1995 :

-  Février 1995 : Des colleurs d’affiches FN ont tiré sur un jeune Comorien, Ibrahim Ali, le tuant d’une balle dans la tête. LE PEN à tribune faisant discours en se servant du meurtre du jeune Comorien : "Cela a eu l’avantage de révéler à ceux qui l’ignoraient, qu’il y a 50000 Comoriens à Marseille".
-  Mars 1995 à Auch : Des étudiants tabassés par le service d’ordre du FN. - 1er Mai 1995 : Berge du Quai Malaquais à Paris, où Brahim, un jeune marocain, est poussé dans la Seine par des individus sortis du cortège du FN. Il s’y est noyé.

Comment un parti (le FN) qui fait son fond de commerce de PME d’une insécurité directement corrélée à la misère pourrait-il prétendre être hors du système ? Il en vit. C’est la source principale de ses profits. Le FN n’envisage pas de supprimer la misère, mais peut-être bien les miséreux. Pour preuve Soral évoquant « la France sérieuse » parle des ouvriers et des salariés. Il n’a aucun mot pour les nécessiteux. Cette omission n’en est pas une. C’est sciemment, au coeur de la stratégie du FN que perdure la chaîne des profits qu’on tire directement de l’existence d’une misère à laquelle attribuer tous les maux. Mais aussi du PS et de l’UMP car de tout bord qu’on se situe on engrange des bénéfices sur la misère et la sécurité. Quand on n’en tire pas le plus directement avantage par le chantage à l’ordre, la gestion de plusieurs services carcéraux échue entre les mains d’entreprise privées, il est de premier intérêt pour ces puissantes sociétés et ceux qu’elles financent, de manière si peu occulte, de ménager leur profit.” Marx évoque ce gouvernement « qui ne prend pas la nuit des décisions qu’il veut exécuter dans la journée, mais décide le jour et exécute la nuit ». De part et d’autres on se passe bien d’évoquer les travaux de Foucault et de pointer sur les disparités locales, nationales et internationales le doigt accusateur du juste. En sorte qu’on continue partout de protéger l’ordre des marchandises.

-  Le protégera-t-on mâtiné de rose ou de bleu blanc rouge ?

Qui prétendra que la PME FN (le mot est de Soral) est hors du système avec une telle influence sur les décisions qui comptent, avec de telles similitudes stratégiques, d’orientations politiques et idéologiques que ses supposés ennemis.

« Chacun des partenaires connaissant bien l’autre, ils trichent et s’en accusent à grandes triches actionnelles. Mais ils espèrent encore tricher en commun (...) pour maintenir l’essentiel du capitalisme s’ils n’arrivent pas à en sauver les détails ». (Guy Debord)

« Mais c’est une société parfaite pour être gouvernée ; et la preuve, c’est que tous ceux qui aspirent à gouverner veulent, gouverner celle-là, par les mêmes procédés, et la maintenir presque exactement comme elle est ». (Guy Debord in commentaires sur la société du spectacle)

Le Pen ne fait pas exception.

Soral conseille de lire "Le choc du mois". Journal d’extrême droite.

Ses mots se font durs pour ceux qui persistent à affilier le FN au nazisme. Une couverture du magazine en 1989. Une photo d’Hitler et ce titre "Il aurait eu cent ans aujourd’hui ..." ... de tels regrets sont de nature à révoquer le doute sur la paternité d’une telle presse.

La librairie où Alain Soral aurait été agressé par des hordes non-identifiées a pour responsable Despina Bekaria. Celle-ci est d’un soutien actif à Dominique Strauss-Kahn. D’un bord à l’autre les connivences ne sont pas tant conspiratrices que subconscientes.

Dans la lignée manichéenne d’Huthington, idéologie sur laquelle des guerres sont menées par les Etats-Unis, Bernard Henri Levy prétend qu’il n’est d’autre alternative qu’entre démocratie et fascisme et Alain Soral entre totalitarisme et FN. Dans la bouche de ce dernier des vocables récurrents désignent si manifestement « le manichéisme immobile des bons et des méchants ».

Diviser le monde et des pays en deux camps c’est préparer la guerre.

Huthington, Bernard Henry Levy et Alain Soral sont des va t’en guerre. De tout bord qu’on se situe cette échéance est annoncée, pour la seule raison qu’on protège ici les intérêts marchands. L’arsenal militaire rouillé a besoin d’être éprouvé.

Pour le reste nous laisserons à l’appréciation de chacun ce qui de l’opportunisme, du goût de l’argent, de la mégalomanie, du mépris authentique de l’altérité et de la haine de tout ce qui, subséquemment lui résiste, emporte Alain Soral, après ses échecs en littérature, à faire la grise éminence d’un homme qui de la gégène, à la gestion de sa fortune puis à la politique n’a jamais fait que torturer les hommes et les mots.

« Il y a des temps où l’on ne doit dépenser le mépris qu’avec économie à cause du grand nombre de nécessiteux » (Chateaubriand)

Ce monde enlaidi autorise à toutes les impostures, il permet au vulgaire de stigmatiser la vulgarité, de contredire son propos par ce qui suit, il permet au hâbleur d’évoquer quelques paternités ronflantes, il autorise à toutes les bassesses et à tous les sophismes. Se jouer de l’ignorance en étant soi-même ignorant a un prix. A moins que, comme Paul Claudel d’une ode adressée au Maréchal Pétain au jour de Montoire on ne change que le patronyme lorsque au sortir de la guerre on adresse au général de Gaulle, mot pour mot, la même louange.

-Texte de Régis Duffour


QUI VEUT LA PEAU D’ALAIN SORAL ?

Chère Franca,

Pour Soral, tu me remets dans l’embarras, car j’avais décidé de n’y pas revenir pour le moment. Je ne lui veux pas de mal, au fond. Je crois sincèrement qu’il s’est égaré, tout simplement gravement égaré. A moins qu’il ne s’enkyste définitivement dans une posture qui me paraît intenable pour lui, jusqu’à devenir une sorte de néo-Brasillach, il abjurera dès qu’il comprendra que les nervis du camp lepéniste valent les sionistes qui lui ont cassé la gueule. Et il se fera alors casser la gueule par les nervis lepénistes, aussi courageusement intelligents que tous les nervis du monde. Ou bien il se suicidera. Car son adhésion au FN est la dernière branche en laquelle il espère, et cette espérance mal fondée sera inévitablement déçue.

Soral fait partie de ces hommes dont le destin est marqué d’une étrange infamie.

Passionnément sincère, profondément épris de clarté et d’honnêteté intellectuelle, cultivé, soucieux de vérité et de précison, il s’est fait, depuis son premier livre, le champion du déboulonnage des mythes (il dirait sans doute plus volontiers "processus et leurres") qui fondent toujours la société des hommes (il préfèrerait, hélas, "que génèrent ponctuellement le système en place").

Il a ainsi mis en évidence, sur fond d’analyses socio-linguistiques estampillées et revendiquées marxistes, la permanence du modèle de la lutte des classes et sa reviviscence à travers les masques dont notre époque entend grimer le modèle, débusquant et dénonçant le paradoxe apparent qui fait souvent les dominés d’aujourd’hui servir et défendre avec enthousiasme l’organisation mise en place par les dominants.

Il a montré, avec brio, comment la déconstruction idéologique (entendons "marxiste") du "système", loin de n’être qu’une apparence cependant, sournoisement, durcissait en quelque sorte le phénomène d’aveuglement mortifère qui accompagne et sert le passage de l’ordre bourgeois, encore fondé sur la prévalence culturelle, à une société tout entière avilie par la seule valeur argent. Et progressivement, s’est plu à dénoncer les fausses subversions par lesquelles le désordre établi maintient son emprise en sollicitant la véritable complaisance des cerveaux abimés d’un peuple de téléregardeurs abusés. Démonstration impeccable, qu’il n’était certes pas le seul ni même le premier à faire, quoiqu’étant sans doute l’un des rares à la conduire de bout en bout sous l’égide du marxisme et de ses concepts, et l’un des rares surtout, (peut-être avec Muray que personne n’écoutait ni lui d’ailleurs) à ne pas hésiter à porter le fer là où ça fait mal - c’est-à-dire en réalité partout, dès lors qu’on prend à rebrousse-poil la bêtise et la suffisance toujours certaine des humains à se croire au sommet de l’intelligence des siècles, quand cette intelligence n’est que la farce convenue par laquelle chacun d’entre nous essaye de se persuader d’une quelconque maîtrise sur un destin intellectuel et collectif vidé de sens.

-  Est-ce parce qu’il était, précisément, obsédé de traquer à travers son entreprise de démolition, non pas le sens absent, mais la litanie de tous les réseaux de signification produits par les relations des hommes entre eux, qu’Alain Soral a fini par s’égarer complètement ?

La performance réelle de son discours, en effet, que bien peu de ses actuels détracteurs acceptent de reconnaître (déjà ses spectateurs d’avant son ralliement au Front national n’y comprenaient goutte), n’est certes pas à chercher dans l’intempérance de son caractère, ni dans l’apparent fatras de ses thèmes d’observation : de la drague au marxisme, du fonctionnement des média au port du voile, d’Isabelle Alonzo à la "rebellitude" inepte de notre époque suiviste, ce qui frappe au contraire, c’est à la fois la cohérence parfaite de ses analyses, et le souci de leur énonciateur de toujours expliciter sa position et ses a priori. Or c’est à mon sens là que le bât blesse : non pas dans ses prises de position, dans ses engagements qu’une lecture hâtive pourrait considérer quelquefois comme successivement contradictoires, mais plutôt dans l’extrême fluidité de son positionnement.

Soral est éperduement à la recherche du sens d’une histoire sur laquelle il désire avoir prise, mais sans jamais voir qu’elle souffre toujours de ceux qui, comme lui et son héros Robespierre, ne supportent pas qu’elle soit incarnée par quiconque.

Soral ne croit qu’à l’intelligence, contre la chair, et même contre l’esprit - parce que ce sont deux mots sans valeur opératoire dans la perspective marxiste (et qui plus est suspectement hérités du discours religieux, et dont l’association renvoie à l’idée d’une permanence de l’être incompatible avec une lecture fonctionnelle et évolutive du fait social).

L’intelligence est bavarde, et comme disait Dominique de Roux, elle n’est souvent "qu’une saloperie à la surface de l’âme". Elle veut tout dire et tout lier, dire sa justesse et se dire en plus.

Pour faire un mauvais jeu de mots, elle a un insupportable côté "je suis partout".

Les propos de Soral, sa volonté permanente de se justifier, quitte à répéter jusqu’à plus soif des arguments qu’une seule occurrence suffirait à qualifier en témoignent sans cesse.

Penseur de la totalité, il a beaucoup glosé sur les contradictions entre l’hédonisme prôné par la pensée dominante et ses traductions mercantiles, qui conduisent à l’adhésion consentie des "sans grade" au système qui les exploite. N’ayant en revanche jamais véritablement remis en cause l’hédonisme lui-même, il s’en est violemment pris, non sans justice, à ceux qui le prônent "par le sommet" en méprisant et en exploitant ceux qui n’en profitent que d’en consommer les miettes.

Lucide (intelligent, quoi) par rapport à sa classe sociale, il est visible hélas que ce qu’il déplore le plus, au fil de ses dénonciations, ce n’est pas tant l’hédonisme éhonté de ses pairs que le regret parfois aigri que ces derniers l’aient exclu à force d’être semoncés par lui.

Comme si un système aussi implacable à se protéger que le nôtre, comme si en particulier le système des média, uniquement occupé à ses autoréversibles promotions, pouvait tolérer qu’un pion crache à longueur de temps dans sa soupe !

Même pour jouer (Soral aime s’avouer joueur, volontiers perturbateur, pas méchant, au fond), surtout pour jouer !

Alors, Soral ne joue plus.

Viré d’à peu près toutes les tribunes, mis à l’index et livré quelquefois à la violence de nervis aussi manipulés que dangereux, sa chère intelligence acculée aux précipices nombreux des réseaux et totalitarismes qu’il a défiés, il voit dans le FN qu’il a si souvent dénoncé son nouveau camp, et un champ d’action, d’action concrète.

Les meilleures, les plus performants et les plus sanguinaires des inquisiteurs du Pape n’étaient-ils pas des hérétiques repentis ?

Sauf que Soral, lui, bien trop prévenu à l’égard de ces retournements sur l’âme de ceux qui les opèrent, essaye de croire que ce n’est pas lui qui se rallie, mais en quelque sorte, que c’est le FN qui est devenu, par la grâce du mouvement inhérent à toute société et paysage politique, “soralien”.

Loin de moi de contester que certains des arguments qu’il développe ne soient pas, là encore, tout à fait probants : oui le Le Pen de 2007 n’est sans doute plus celui de 1970, il a effectivement le droit de s’être amendé sur tel ou tel point de sa pensée politique ; oui les 15 à 20% d’électeurs qui aujourd’hui votent pour lui ne sont pas tous d’horribles facistes, des franchouillards égoïstes ; oui il est scandaleux et profondément contre-productif que la médiature mette toute son énergie et toute sa puissance de tir à essayer de redorer son blason démocrate sur le dos du FN...

On peut comme ça en aligner des tas, et finalement voter dès le premier tour pour Le Pen, en espérant que sa présence au second soit une sorte de revanche. C’est au fond le discours de Soral, pas plus original que celui de tous ceux qui d’élection en élection, floués par des années de mensonges et d’arrogance, votent FN.

-  Mais au fait, revanche de qui sur qui ?

-  Se venger du mépris par le cynisme, est-ce une fin en soi ?

-  Et c’est ici que frappe le dernier argument de Soral : Et après ?

-  Dans l’état actuel de délabrement politique de notre pays, ne vaut-il pas mieux prendre le risque, une bonne fois pour toutes, d’un électrochoc, d’une révolution, de la guerre civile, même ?

-  Ah bon ! Mais je croyais avoir compris que le Front National avait changé ses fondamentaux ?

-  Bazardés la violence, la rage, l’antisémitisme, le racisme ?

-  Dans ce cas, si une majorité d’électeurs se dégageait autour d’un simple “nationalisme républicain”, d’où pourrait bien venir le danger ?

Soral connait parfaitement les risques d’une victoire de son nouveau camp à la prochaine élection présidentielle. Il croit qu’il ne joue plus, mais il joue toujours, avec le feu, cette fois.

-  Qui veut la peau d’Alain Soral ? Au-delà de tous les ennemis qu’il a, à tort ou à raison, défiés - extrémistes du CRIF, néo-féministes à la mode “chiennes de garde”, MRAPistes tendance potes, potentats des média et de l’écriture, gauchistes, communistes, et bientôt militants du FN - c’est vraisemblablement Soral qui veut la peau de Soral. Et il risque bien de finir par l’avoir.

-Texte de Serge Rivron


Monsieur Soral

Vous espérez en l’arrivée du F.N. au pouvoir. En vrai « homme de gauche », vous militez carrément pour. Pour vous ce serait « le chaos », « la révolution ». Mieux encore : « l’aventure »  !

Vous taxer d’arrivisme ou de situationnisme serait trop facile.

Vous n’êtes pas un rat qui quitte le navire, non. Mais vous ressemblez drôlement à un homme qui s’embarque dans une sacrée galère !

On vous devine en « corvée de vision ».

Fébrile à l’idée de jouer votre va-tout politique avec un aussi fâcheux ramassis de fachos rassis. Et puis n’est pas D’Annunzio ou Brasillach qui veut (dieu merci)...

Vous affirmez que le « vrai fascisme » est perpétué par les boutiquiers du PS et de l’UMP.

Les Sarkolène d’aujourd’hui, les Jospirac de tantôt... tous à la solde du modèle américain.

Mouais...

Si encore vous aviez évoqué un « nouveau fascisme », on aurait pu causer.

Hélas, trois fois rien hélas, mon tropisme rital, lui, s’évertue à situer les héritiers du « vrai fascisme » du côté des « durafour crématoire » et autres « détails de l’histoire ».

Tandis que vous, vous prenez vos rêves de « doux Che » pour des réalités de « Duce »... Mais bon, tout ça c’est les goûts et les couleurs (ou les bruits et les odeurs, je sais...).

D’ailleurs je vous vois déjà venir, avec vos gros sabobotages : j’ergote, je « sophise », je « suffisance » en belle enflure complice du pouvoir, tandis que le Peuple, lui, il souffre !

Effectivement le Peuple souffre, Monsieur Soral.

Peut-être comme jamais depuis cinquante ans.

Raison de plus pour ne pas se foutre de sa gueule en prime, comme sait si bien le faire votre milliardaire népotiste (pas « gégèné » le moins du monde, d’ailleurs...).

Le clan de Monsieur Le Pen a su brillamment remettre au dégoût du jour la vieille recette à papa Benito (encore un « homme de gauche » à ses débuts, si je ne m’abuse... Avanti !) :

-  1 : fustiger avec des allures virginales (mais non effarouchées : en ce sens le choix de Jeanne d’Arc comme « sponsor » est un véritable chef-d’œuvre de « comm’ »...) une classe dirigeante politique dégénérée (classe à laquelle il n’a pu, et non point voulu, adhérer ; sauf dans sa période « Poupou » (Non. Pas Poulidor, Monsieur Soral... Poujade !)

-  2 : faire miroiter un flamboyant avenir par le truchement d’un « glorieux » passé.

-  3 : marteler le fantasme de menaces ovniprésentes bien identifiées, aussi bien internes qu’externes au pays. Basanées ou crépues de préférence (petite variante par rapport au modèle mussolinien, mais toujours avec la constante de la défense de la « civilisation », et d’un faux respect mutuel basé sur le « chacun chez soi » plus un « aboule tes ressources ! »).

-  4 : flatter le Peuple dans des discours emphatiques et cabotins (mais chiadés question rhétorique), et cirer les pompes à fric du grand capital dans les coulisses.

Faut-il que vous eussiez encore du Mao dans les yeux pour ne pas vous en être aperçu...

Voilà, Monsieur Soral. Bonne route, Monsieur Soral. Puisse votre « coming out » ne pas être votre chant du cygne.

Ou le signe avant-coureur d’une implosion à retardement...

Et permettez-moi cet ultime conseil : avant de courir l’aventure, prenez donc le temps de voir la mer... Ça repose...

-Texte de Sirieix



Publié le 30 janvier 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
    30 janvier 2007, par Andy Verol

    Le 29 décembre 2006, j’ai aussi porté un avis sur cette drôle de chute "soralienne" :

    Alain Soral. Un hareng dans son huile ?

    Soral a débordé. Il a dégouliné sur lui-même, tel un molard mal craché qui s’écrase sur tes pompes. Honteusement. Non qu’il soit si étonnant que cet obstiné paumé ait trouvé dans le FN sa petite nef d’accueil. Mais disons simplement qu’à la lisière d’une époque où il allait sans doute devenir un des fers de lance d’une pensée novatrice, il s’est totalement cassé la gueule, comme une merde. Son passage récent dans l’émission de Mireille Dumas traduit à souhait cette lente chute, cette déliquescence mentale d’un gueulard moribond.

    L’homme a longtemps cherché à devenir celui qui aurait dignement succédé aux grands agitateurs de ce monde. Mais, tout comme Dantec, l’homme se planque dans sa taverne luxueuse et inflige ses "vérités" à tout-va, sans dicernement, avec une forme de mégalomanie digne des plus grands nazes de l’Histoire. Soral s’est paumé dans les méandres de son ambition. Il ne s’est pas méfié. Il a choisi d’abandonner une lutte (marxite) pour un combat pré-fasciste... Pour deux raisons : il puait tellement l’ambition et l’arrogance à l’époque de sa lutte révolutionnaire que les regards se sont détournés de son travail. Ensuite, il VEUT sa part du gateau. Il veut devenir quelqu’un, un homme important, un être incontournable, de SON VIVANT. Il n’est pas idiot. Plutôt que de continuer à jouer les Dom Quichotte, le voila embrigadé dans le parti le plus déshumanisant de France. La violence engendrée par le dépit l’a amené à considérer sa place au sein du FN comme plus essentielle que celle de Lepen lui-même. L’homme s’y croit encore et toujours. Il pense qu’il a encore quelque chose à faire. Il aura un nom... Mais par pitié, qu’il cesse de parler au nom des ouvriers, des pauvres, des abandonnés... Lorsque l’on se rallie à celui qui prône l’INEGALITE COMME VALEUR ABSOLUE HISTORIQUE DE FRANCE, on n’est tout simplement rien d’autre qu’un incapable, un penseur terne, un aigri, un disparu...

    Andy Verol

    • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
      30 janvier 2007, par eric garnier

      Bonjour,

      J’ai lu avec attention l’article et vos commentaires, tous passionants à l’exception de celui mensonger de Reggis Duffour et des insultes d’andy Verol qui relèvent de la psychiatrie. je voulais dire que je peux parler en toute liberté, car je suis un ancien membre du FN, que j’ai quitté pour des désaccords importants en 1998, (non je ne suis pas non plus Mégretistes), et je peux jurer sur la vie de mes 4 enfants que tout ce que dit ce Duffour est on non seulement abjectes et ignobles mais mensongers. C’est à cause de gens comme ça que nous finirons tous dans la guerre civile car la haine appele la haine ! Et je serai toujours aux cotés de Le Pen contre des salauds pareils ! Je suis prêt à tuer comme à mourir pour la défense à la fois de la justice, des libertés et de la vérité ! Qu’on en juge, car la voila la vérité :
      -  De 1982 (date de mon engagement au FN) à 1998, il y a eu 35 morts parmi les militants FN, dont 22 assassinés par des gens d’origine immigrés ! Tous (et toutes il y avait des femmes) ont été assassinés pour leur engagement au front National ! Toujours entre 1982 et 1998, il y a eu plus de 500 blessés, dont des dizaines de cas très graves (yeux crevés, handicapés à vie, etc). Il y eu dans le même laps de temps 28 de nos permanences attaqués, dont 4 ont sauté à cause d’attentats à la bombe qui auraient pu faire des dizaines de morts ! 3 de nos congrès, 15 de nos conseils nationaux et 150 de nos réunions ont été sauvagement attaqués sauvagement faisant des blessés graves ! Alors de qui se moque t-on ? M Duffour dis de plus de graves mensonges sur le FN car le FN n’a jamais ni attaqué quelque réunion que ce soit ni blessé ni tué personne. Quand M Duffour parle du jeune malheureusement jeté à la seyne, il a été prouvé que c’était du fait du mouvement néo fasciste "skins de france", que nous avions repoussé violemment de la manifestation FN. Qu’a affirmé le chef du commando des "skins" ? Que la TV avait dit que Le Pen était nazi et que donc il était venu voir avec ses amis !!! Alors la faute à qui ce crime ? On a du se battre contre ces voyous skinheads pour les repousser à 500 mètres de notre manifestation ! Ils se sont retrouvés coincés entres nous (le FN) et la contre manifestation de gauche (pourquoi aller contre manifester en démocratie il suffirait de manifester "pour" mais pas "contre" du moins quelqu’un) ! Résultat il y eu ce drame dont nous ne sommes pour rien ! Sur le drame de marseille, je connaissais personnellement les gens du FN qui ont tiré ! Bordel de merde, c’étaient tous des pères et des mères de famille qui collaient des affiches pour le FN ! Ils se sont fait attaquer par 20 voyous armés de batte de base ball ? Ils auraient du se faire massacrer ??? C’est M Cambadelis qui est coupable en ayant ordonné le harcellement de nos réunions ! C’était incessant et ça ne pouvait finir que dans un drame ! En 1986, quand un militant socialiste a été poignardé, on a dit (les médias) qu’il s’agissait d’un militant du FN. Il s’agissait en fait d’un militaire de carrière en permission ! Aucun lien avec le FN, aucun ! Quand il y a eu l’affaire de Carpentras, là aussi il a été prouvé que c’étaient des skinheads ayant d’ailleurs parti pris avec les RG ! Quand M Duffour ose parler de militants de gauche agressés, il fait allusion aux fameuses bagarres du marché de la réunion dans le 20ème de paris, fief de la LCR de LO et de la violente CNT ! Nous y étions interdits et nous leur avons simplement poruvés que nous étions chez nous partout ! Quoi de plus normal que cela ? Nous n’avons jamais empêché qui que ce soit de militer et j’ai toujours respecté mes adversaires ! Oser mêler le FN à ces affaires sordides , c’est comme si j’affirmais que le PCF est responsable de crimes des brigades rouges ! C’est abjecte ignoble je le répête et ces propos sont le ferment de la future guerre civile qui se produira inévitablement si "nous ne nous reparlons pas" comme le dit le remarquable Dieudonné. Pour répondre sur le sujet Soral, pour moi il est libre de faire ce qu’il veut, mais il n’amènera pas une voix au FN et ce n’est vraiment pas ma tasse de thé ! Qu’on se parle OUI, mais me demander de devenir de gauche NON ! M Soral aurait du rester chez lui ! Cordialement. Eric garnier

      • Andy Verol & FN ?
        31 janvier 2007, par Andy Verol

        Tu es un aveugle garçon... Je relève de la psychiatrie ? J’ai été insultant ? Mais voyons, voyons... Tant d’années à militer dans un parti qui institue la préférence nationale comme une valeur. Soi dit en passant, c’est anti-constitutionnel... Il est par conséquent évident que le FN souhaite changer de régime politique, de mode de fonctionnement...

        Je t’explique pourquoi Lepen et ses sbires sont des Nazis au même titre que ceux que tu nommes les voyous. Ces skins, j’ai eu à les infiltrer, il y a quelques années, et je te garantie qu’ils prenaient d’assaut des petits mecs isolés , chaque week-end... On appelait ça des "ratonnades", et à Gennevilliers, à l’époque (tu étais encore au FN et ceux qui commetaient ces crimes possédaient aussi leurs cartes), c’était tous les week-end. LE loisirs d’hommes "bien comme il faut" la semaine, bien "énervés" le week-end (la fin de semaine devrais-je dire, car nous sommes FRANçais).

        J’en reviens au mot Nazi qui est la contraction de National-Socialisme versus Deutschland, années 20, je ne sais pas si tu te souviens.

        Maintenant je te rappelle un passage du discours de Lepen Himself (lui-même en français, désolé mon esprit est corrompu par l’étranger parfois) : "Je suis socialement de gauche, économiquement de droite, nationalement de France"... Voilà ce qu’est le national-socialisme... Bref, le nazisme. J’espère que c’est la raison principale pour laquelle tu as quitté le FN, étant enfin persuadé que ce parti est ANTI-FRANçAIS, ça c’est certain, tout du moins prône-t-il le retour des charrues, des boeufs, des corps de métiers et d’une noblesse corrompue, vulgaire, grasse, arrogante et consanguine... Ou peut-être une France en uniforme ? Ou une France moderne qui construirait des armes encore plus massivement pour se défendre de "l’étranger"... Dois-je te rappeler les membres émérites avec qui Lepen n’a de cesse de sympathiser ? Des anciens SS allemands, autrichiens, des criminels de guerre (son ami Hussein d’Irak pendu, son ami Milosevisc, mort en zonzon, etc.)... Toutes la lie de la société, tous ceux qui ont crache la haine, qui embastille les démocrates, et bien Lepen les trouve courageux. Et puis il y a ces grands historiens qui s’évertuent à nier la Shoah (un ami du FN était récemment en Iran pour la "grande" conférence sur la négation de la shoah...). Non le FN n’est pas raciste, antisémite, haineux, national-socialiste... Le FN est un parti d’ouverture, de coeur de compréhension. Bref, un vrai parti de gauche victime des hordes de français qui n’ont rien compris...

        Je ne comprend pas ton discours...

        Dernière anecdote... Comme je le dis dans un article "Pourquoi je m’astiendrai", j’explique qu’en 1995 je décollais les affiches du FN... LA nuit... Bon, je sais, c’était un truc de gamin un peu con, j’avoue... Mais lorsqu’un soir deux gros 4x4 d’où ont jailli 8 mecs armés de Bat de baseball pour nous éclater mon ami et moi, je te garantie que ces "bons pères de famille le jour" n’avaient pas l’air d’avoir envie de sympathiser... J’en ai des dizaine d’autres des comme ça...

        Ceci dit, c’est moi seul qui raconte ça. Tu n’es pas tenu de me croire et de me classer dans le rang des "malades psychiatriques"... Ils faisaient ça aussi les Nazis (je ne fais pas l’amalgame avec le FN, je parle juste des Nazis)... Dès que quelqu’un ne pensait pas comme eux, dès que quelqu’un les détestait, allez zou en HP avec les expériences scientifiques et tout... La classe.

        Moi je dis ça. Je dis rien...

        • Just want to say Hello !
          15 février 2015, par whitneyn05hp

          Ces codes promo Allege in the Cellule disponibles sur code-promo-inbox vous-meme permettent avoir acces a rare vaste eventail en tenant produits qualitatifs. En tenant la ajustement en meme temps que mariee au GPS dernier mobilisation, est entier code promotionnel western union un suite en tenant produits soumis a irrecusables brimade et controles en meme temps que qualite a portee en compagnie de clic !Ces achats sont simples a regler.

          Vous allez pouvoir absoudre au contraire regler vos achats dans Paypal, avec une carte Bleue, Visa Electron, Acquiescement, Mastercard, Chef cuisinier ou American Temps, dans paiement Western Union ou selon Virement Bancaire. Les sommes encaissees non pourront etre considerees egalement des arrhes. est a parler versement cautions seraient perdu. pendant fait vous reglez vos achats a exclusion de arrhes puis a exclusion de acompte, puisque pour etre un acompte il faudrait un contrat alors lequel cela ou notifie.

        • I am the new one
          15 février 2015, par thxmiaqzvot

          Stop-surendettement est un condition de Pret immobilier net, ce 1er courtier 100% web en regroupement de credits immo + conso, specialiste du surendettement des proprietaires. Cette societe Pret Immobilier Vertical est specialisee selon rachat de credits, selon refinancement puis restructuration de prets. Le rachat de pret consiste chez rare regroupement de vos credits autre part retrouver equilibre capitaliste a nous Necessiter orient de vous trouver bizarre Rachat de Pret afin de vous desendetter dans composant en compagnie de votre situation.

          A premiere vue, cette operation levant seduisante. On col une mensualite de 1.030 euros a 340 euros, tantot rare economie de 690 euros parmi mensualite , dans soldant les dettes actuelles de 2.500 euros puis en obtenant 1.500 euros de liquidite. Cela causalite endettement (avec terme) file, il, de 54% a 31%. Bizarre operation couteuse en revanche http://www.tonrachatdecredit.fr/ emprunteur Lorsque cette portion des credits immobiliers est superieure ou bien egale a 60%, doorient la legislation sur ces prets immobiliers qui applique. Nouveau financement. Cette parlement interdit foulee que ce montant du regroupement de credits ou superieur au somme des credits rachetes, du fait de integration seul nouveau financement. De garantie annoncer ces eventuels coemprunteurs des credits concernes dans le regroupement ;

        • I am the new guy
          16 février 2015, par dillonharter

          Internet est vaste apres difficilement comprehensible aupres les mousse, mais est unique machine formidable pour des beaucoup occasions. Par exemple la chasse un pret sans justificatif est grandement facilitee depuis avenement du numerique. Pendant suite, cette operation avere bravissimo plus credit sans justificatif fondamental alors rapide qu au paravant. Des profession extremement correctement concus font les recherches pour vous-meme apres toi objectif en quelques clics un credit sans justificatif correspondant parfaitement a vos besoins.

          Unique lapidaire vocable contre cette carte de credit qui est perpetuellement valable, meme si les magasins Surcouf ont ete liquides judiciairement. Elle-meme permettait de regler ses achats informatiques parmi inattaquable fois, et quand nous connait le montant de certains ordinateurs, cela valait la peine de pendant aider. Au contraire ceux dont possedent une carte Surcouf, celui-ci est encore possible de utiliser nonobstant payer au printemps Haussman. Sinon, il faut contacter Finaref pres demander unique autre carte franchement, plus facilement acceptee partout. Le pret renouvelable de la banque Casino

        • Im glad I finally signed up
          19 février 2015, par dorahvdsajlu
          Plus utilite de toi deplacer dans ce magasin Fnac de votre region, retrouvez des milliers de references sur Fnac , cela specialiste des produits culturels (Musique, litterature, cinema, recreation code de reduction fnac video) ensuite electroniques. (Hifi, informatique, television) Qui signifie ce signe FNAC ?
        • I am the new guy
          21 février 2015, par arvtrudynjrw
          Proprietaire, SCI, locataire ou heberge obtenez une tresorerie sans justificatif parmi regroupant vos credits. Financez indeniables travaux ou bien rare projet selon restructurant vos credits ensuite ceci au Meilleur Taux. Prematurement avec partir en vacances a etranger, celui orient caverneux avec se renseigner sur ceci meilleur taux de echange ou complet du moins, connaitre cela credit sans justificatif rapide taux avec change courant nonobstant eviter en compagnie de se produire arnaquer. A partir en meme temps que 2001, Meilleur Taux a notoire diversifier timbre couture en meme temps que octroi avec breche a egard de plus de 130 laboratoire.
    • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
      31 janvier 2007, par yankee zoulou

      Itinéraire de Lacombe Lucien.

      Combien d’entre nous auraient le talent d’être son tailleur juif ?

      Sauf que l’ennemi n’est plus le franc-maçon, le youpin.

      Minorités invisibles..

      Et merdre..

      Dans nos paroisses cathos, les émancipés pédophiles ont laissé la place aux génocideurs rwandais.

      A qui se fier. !??

      D’ou sa déroute..

      Votre dégout..

      Et l’attente de la bonasse.

      En place, galériens. C’est le pot au noir.

  • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
    1er février 2007, par Delcuse
    Est-ce si important, Soral ? Moi, je le trouve pathétique, et certainement moins dangereux qu’un Drieu la Rochelle en son temps, lequel a été jusqu’à porter l’uniforme de l’ennemi. Autre temps, sans doute. Le Pen n’est pas Hitler. Et l’autorité intolérante, aujourd’hui, a la couleur de la démocratie, et se pare des vertues d’un premier ministre. Le Pen n’est qu’une hypothèse, une hypothèse utile à ceux qui gèrent l’Etat franchouiard depuis l’avênement de Son Altesse Impératrice Mitterand premier. Soral n’est qu’un idéaliste. Rien d’autre. Tandis qu’un Sarkosi notamment, c’est maintenant qu’il agit dangereusement. Et du point de vue des idées, un Finkielkraut est autrement plus redoutable qu’un Soral.Si nous voulons vraiement ruiner l’esprit autoritaire et exclusif, il ne faut pas nous tromper de cible.
    • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
      2 février 2007

      « Quand M Duffour ose parler de militants de gauche agressés, il fait allusion aux fameuses bagarres du marché de la réunion dans le 20ème de paris, fief de la LCR de LO et de la violente CNT » dites-vous. Je vous invite M.Garnier à mieux lire. Vous verrez qu’il n’est fait aucune allusion de militants de gauche agressés à Paris 20ème.

      « C’est à cause de gens comme ça que nous finirons tous dans la guerre civile car la haine appelle la haine ! » dites-vous. La xénophobie, c’est-à-dire de la haine l’étranger, ce n’est pas moi qui la répand M.Garnier. Croyez-vous réellement qu’on puisse asséner l’accusation de haines à ceux qui se font fort de combattre la plus répandue, la plus aveugle, la plus barbare et la plus meurtrière des haines ? Entrevoyez-vous réellement de la haine dans mes propos ou désirez-vous tant qu’il en soit ainsi ? Cela vous rassure-t-il ? Le « c’est à cause de gens comme ça.... » est bien répandu ces temps-ci. De préférence on s’en prend ainsi à des individus comme vous et moi qui ne sommes en mesure de décider de rien, et ainsi vous vous en prenez à moi. Je vous invite à pointer le doigt sur ceux qui « peuvent » et ceux qui occupent les écrans de télévisions et les colonnes de journaux, parmi lesquels vous trouverez plus sûrement certains de vos amis. Cette formule « c’est à cause de gens comme ça... », signe des temps, n’appelle aucun ressentiment de ma part, elle traduit bien trop l’impuissance et la confusion où la plupart en sont rendus. Toujours il faut trouver à la haine une justification, c’est ce dont, précisément, se servent ceux pour qui vous avez tous les égards.

      Bien à vous.

      régis duffour

  • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
    22 avril 2014, par warrenstraw222
    A watch that knows his Replica Watches classics : Roman numerals, hands sword-shaped, dotted, guilloché dial railway Replica watch... All Cartier in a dial. Stylistic grammar of the watchmaking brand enhancement by the pronounced curve of a dial gently. A lesson in style for this ultra-feminine generation of the turtle, whose delicate curves make it one of the most initiated watches from the House.
  • Alain Soral : La marionnette du ventriloque
    30 janvier 2016, par Sara

    Nice stuff, do keep me posted when you post again something like this !

    the venus factor does it work

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin