e-torpedo le webzine sans barbeles



USA : La peine de mort (enfin) remise en question
par Suzanne Goldenberg

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

De plus en plus d’Etats américains instaurent des moratoires sur les exécutions.

(JPEG)

Et le New Jersey pourrait bientôt devenir le premier Etat à abolir la peine capitale.

Il a fallu au total trente-quatre minutes à Angel Nieves Diaz pour mourir après que ses deux exécuteurs ont installé les perfusions, une dans chaque bras, et commencé l’injection létale. Ses yeux s’écarquillaient. Il remuait la tête. Il a même eu l’air de vouloir parler. “J’y ai vu une manifestation de sa souffrance”, a affirmé dans une déclaration sous serment Neal Dupree, l’un des avocats du condamné, qui a assisté à l’exécution. Le corps attaché sur le chariot a continué d’être agité de légers mouvements pendant vingt-quatre minutes. “Son visage était déformé, et il a grimacé à plusieurs reprises. Sa pomme d’Adam sursautait sans cesse, et il avait les mâchoires serrées”, témoigne son avocat.

L’exécution du condamné Angel Nieves Diaz, le 13 décembre dernier, pour le meurtre d’un gérant de bar risque bien d’être la dernière en Floride avant de longs mois. Son corps n’avait pas encore été retiré de la chambre d’exécution que l’on savait déjà que l’injection létale ne s’était pas déroulée normalement. Le cocktail des trois produits chimiques censé le faire passer de vie à trépas en quelques instants avait en fait entraîné une mort lente et douloureuse. Après la mise en évidence par le rapport d’autopsie de brûlures chimiques longues de 30 centimètres sur les bras d’Angel Diaz, le gouverneur de Floride Jeb Bush a ordonné l’ouverture d’une enquête sur sa mort et suspendu toutes les exécutions, accordant ainsi un sursis aux quelque 370 personnes qui attendent actuellement leur exécution dans cet Etat.

Au total, 53 exécutions ont eu lieu en 2006

Si la barbarie de l’exécution d’Angel Diaz a attiré, à juste titre, l’attention de nombreux Américains, le déclin actuel de la peine de mort aux Etats-Unis passe en revanche relativement inaperçu. La peine capitale reste certes légale dans 38 Etats américains, mais en 2006 le nombre d’exécutions (53 au total, avec celle d’Angel Diaz) a été le plus faible jamais enregistré depuis dix ans. Quant au nombre de condamnés à mort (114 en 2006, contre 317 en 1996), il est tombé au plus bas depuis le rétablissement de la peine de mort, en 1976.

Dix Etats ont à ce jour suspendu leurs exécutions, et le New Jersey a été le premier de l’histoire, début janvier, à annoncer pencher en faveur de l’abolition. “La peine de mort est incompatible avec l’évolution des critères de dignité”, a jugé une commission officielle de cet Etat. Le New Jersey pourrait devenir le premier Etat d’Amérique à prendre une telle décision depuis le rétablissement de la peine capitale.

“La peine de mort est partout sur la sellette”, insiste Richard Dieter, directeur du Centre d’information sur la peine de mort, à Washington. “Ses défauts sont bien plus visibles. Ceux qui sont favorables à la peine capitale sont aujourd’hui sommés de dire comment faire pour éviter d’exécuter des innocents.”

Selon lui, la peine de mort doit son discrédit croissant à la science, notamment aux tests ADN et à d’autres techniques permettant de prouver l’innocence d’individus condamnés par un jury.

Plus de 120 personnes ont été sorties du couloir de la mort parce que des doutes subsistaient sur leur culpabilité, dont une dizaine au moins grâce à des tests ADN.

C’est ce type de doute et la mise au jour d’une bonne dizaine de cas où des condamnations avaient été prononcées à tort qui ont conduit George Ryan, le gouverneur de l’Illinois, pourtant conservateur, à imposer il y a sept ans un moratoire sur les exécutions. Son revirement est survenu après que des étudiants en journalisme de la Northwestern University ont produit des aveux enregistrés qui disculpaient un homme placé dans le couloir de la mort depuis dix-sept ans. D’autres condamnés à mort en attente de leur exécution ont par la suite été innocentés grâce à la réouverture d’enquêtes après des tests ADN. “Les jurés commettent des erreurs. Le ministère public commet des erreurs. Etre favorable à la peine de mort, c’est pouvoir envisager que des innocents perdent la vie et juger que cela en vaut la peine”, explique Richard Dieter.

En Floride, les exécutions ont été suspendues en raison du malaise suscité par la mise à mort barbare d’Angel Diaz.

Comme l’a établi le médecin légiste, les techniciens ont piqué à côté des veines lors de l’installation des perfusions dans les bras du condamné, et il a fallu réaliser une seconde injection. Les opposants à la peine de mort affirment que ces exécutions insoutenables sont légion dans les prisons américaines. Selon l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, l’un des trois composants du cocktail létal autorisé lors d’une exécution capitale a été interdit chez l’animal, de crainte qu’il ne masque la douleur plus qu’il ne la calme.

Dans le New Jersey, où aucune exécution n’a été pratiquée depuis que cet Etat a rétabli la peine de mort, il y a vingt-cinq ans, le débat a essentiellement porté sur le coût élevé des recours en justice présentés par les condamnés du couloir de la mort. Début janvier, une commission officielle a conclu à l’inefficacité de la méthode. “Rien ne prouve formellement que dans le New Jersey la peine capitale serve de façon rationnelle une volonté pénologique légitime.” [la pénologie est le droit de l’exécution des peines].

La réclusion à perpétuité plutôt que la peine de mort

Au niveau fédéral, la Cour suprême elle-même s’est prononcée à plusieurs reprises ces dernières années contre la peine de mort : elle a notamment interdit l’exécution de malades mentaux, de personnes ayant des difficultés d’apprentissage et de mineurs. Et de nombreuses juridictions inférieures tendent aujourd’hui à privilégier des peines de substitution à l’exécution. Trente-sept des 38 Etats où la peine de mort est légale disposent aujourd’hui de la condamnation à la réclusion à perpétuité sans remise de peine.

Pour les opposants à la peine capitale, l’emprisonnement à vie invalide l’argument selon lequel l’exécution serait l’unique moyen d’éviter qu’un assassin ne retrouve un jour la liberté. Ces dernières années, les jurys ont souvent rechigné à prononcer la peine de mort.

Le Français Zacarias Moussaoui, reconnu coupable l’année dernière d’implication dans les attentats du 11 septembre 2001, a ainsi été condamné à la réclusion à perpétuité dans une prison de très haute sécurité. De même que Gary Ridgway, le tueur en série de l’Etat de Washington, qui a reconnu 48 meurtres et s’est vu condamné à la perpétuité sans possibilité de remise de peine.

-  Qui peut bien mériter la peine capitale, s’interrogent certains, si elle n’a même pas été prononcée contre l’un des pires tueurs en série de l’Histoire ?

Selon Richard Dieter, “on perçoit des changements même dans des endroits comme le Texas ou la Virginie”, les deux Etats pratiquant le plus d’exécutions.

Cette évolution est arrivée trop tard pour Angel Diaz, mais, pour Suzanne Keffer, qui fut son avocate ces huit dernières années, son exécution n’a peut-être pas été vaine. “Si difficile que cela soit de prendre du recul, on peut effectivement se dire que quelque chose de bon peut en sortir. Cette exécution aura peut-être des répercussions positives.”

-  Suzanne Goldenberg Source :
-  courrier international

-  Lu sur : Radio Air Libre



Publié le 5 février 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • USA : La peine de mort (enfin) remise en question
    par Suzanne Goldenberg
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    There are some interesting points in time in this article but I don’t know if I see all of them center to heart. There is some validity but I will take hold opinion until I look into it further. Good article, thanks and we want more ! Added to FeedBurner as well Agen Bola Agen Sbobet Agen Bola Sbobet Agen Sbobet Terpercaya Cnbola.net
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin