e-torpedo le webzine sans barbeles



Que fait la police ?
de Maurice Rajsfus

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

Bulletin d’information anti-autoritaire

(JPEG)

Editorial : Tous suspects, tous dangereux

Depuis bientôt cinq ans, il nous faut supporter une tribu de donneurs de leçons dont la seule ambition est de limiter ce qu’il subsiste de libertés démocratiques dans ce pays. Cette équipe d’énervés, qui détient tous les éléments du pouvoir, nous explique que l’ordre doit s’imposer face à une insécurité qui ne cesse de se développer, alors que les forces de l’ordre n’ont jamais été aussi nombreuses -avec des moyens constamment renforcés. Sans caricaturer, il est possible d’affirmer que les hommes qui nous gouvernent ont déclaré la guerre au pays, ou tout au moins à ceux qui ne supportent plus cette situation de dictature rampante.

Chaque citoyen est devenu un suspect potentiel, et les fichiers de la police et de la gendarmerie s’enrichissent chaque jour, jusqu’à contenir des millions de noms. Par ailleurs, au moindre mouvement de protestation, chacun d’entre nous peut être traité, comme un pédophile ou un violeur récidiviste, et se voir contraint à un prélèvement ADN.

Le policier prétend dicter la loi, et se veut la loi.

L’institution policière nous tient sous haute surveillance. La volonté de faire peur est évidente. Le pouvoir doit être craint, et le policier est son bras armé - qui tue à l’occasion. Lorsque le pouvoir estime indispensable de montrer sa force, c’est qu’il est inquiet, avec cette certitude affichée qu’il lui faut être de plus en plus répressif, pour mieux se faire respecter.

Le pays serait au bord de l’anarchie.

Il convient donc de criminaliser les citoyens récalcitrants, en commençant par les jeunes mineurs, d’ores et déjà menacés par une loi sur la délinquance qui n’est rien moins que liberticide.

Non content de placer tout un pays sous haute surveillance policière, la volonté de la tribu au pouvoir -et qui entend y rester - est de remettre en cause tous les acquis sociaux. Le droit du travail est donc malmené tandis que le profit est glorifié. On nous explique qu’il faut travailler plus pour gagner plus alors que les salaires sont bloqués. Dans le même temps, le coût de la vie augmente au même rythme que le travail précaire tend à devenir la règle. Seule l’institution policière ne cesse d’embaucher car il devient de plus en plus nécessaire de contrôler une société considérée comme dangereuse pour l’ordre public.

-  Maurice Rajsfus

Que reste-t-il du 21 avril

Qu’en est-il des statistiques

A l’occasion de la mort de l’ouvrier tunisien Taoufik, retrouvé noyé (sans trace d’eau dans les poumons), dans le canal Saint Félix, à Nantes, le 12 décembre 2006, et de la suspension de trois policiers, il a été possible d’apprendre que 147 serviteurs de l’ordre public ont été révoqués en 2005. Il est pourtant tout à fait regrettable que la nature des délits ayant entraîné ces sanctions n’ont pas été portés à notre attention : violence illégitime (y a t-il des violences légitimes ?), racisme, sexisme, viol, trafic de drogue, escroqueries diverses, faux et usage de faux, etc. Si l’on ne nous livre pas ces précisions, tout peut être envisagé puisque, cette même année 2005, près de 3 000 policiers sont passés devant les Commissions de discipline de la police nationale.

Pour l’IGPN, il convient de relativiser le nombre de policiers ayant dérapé, et de rapporter ces chiffres aux quelques 3 800 000 interventions de police. Soit une “allégation de violence sur 6 000 interventions”. C’est 1à une explication un peu rapide car la grande majorité des interventions concerne des petits délits, des faits simplement notés sur la main courante des commissariats. Toujours est-il que, de 2004 à 2005, 1es sanctions disciplinaires étaient en augmentation de 14%. Ce qui, selon l’IGPN, pourrait être expliqué par l’augmentation des plaintes déposées par des victimes de la police.

Comme s’il était naturel, quelles que soient les circonstances, de supporter une police en rupture fréquente avec les droits de l’homme, en général, et le respect de son Code de déontologie, en particulier.

-  L’Observatoire des libertés publiques

Armada

Le 21 décembre 2006, plusieurs dizaines d’associations dont Droit Devant, la LDH, le MRAP, le Réseau Education sans frontières et l’Observatoire des libertés publiques appelaient à manifester devant la gare du Nord, à Paris. A 11 heures du matin, en cette journée ouvrable, il n’y avait que peu de monde. En face, pourtant, les forces de l’ordre étaient nombreuses, entre les gendarmes mobiles et les CRS déguisés en robotcops, une centaine de pères Fouettards étaient présents pour réprimer un possible trouble à l’ordre public. Fort heureusement, il n’y a pas eu de dérapage, mais déployer une telle armada pour une manifestation statique autorisée relevait de la provocation.

Non coupable

Plus d’une année après la révolte des banlieues, un rapport de 1′IGS (Inspection générale des services), tirait des conclusions accablantes sur le comportement des policiers qui s’étaient appliqués à poursuivre les adolescents de Clichy-sous-Bois, le 27 octobre 2005, 1esquels allaient se réfugier dans le transformateur EDF où deux d’entre eux allaient trouver la mort. I1 est question de “légèreté” et d’une distraction surprenante” de la part des policiers. C’est peu dire pour décrire une manœuvre imparfaite...menée de façon empirique”. Pourtant aucun des policiers impliqués n’a reconnu ce que l’on peut qualifier de “délit de non-assistance à personne en danger”. C’est ainsi que le directeur de l’IGS a conclu “qu’aucun manquement, à ce jour, n’est établi” de la part de la police. D’où cette réflexion : “I1 n’est pas question de devoir proposer des sanctions à propos d’aucun fonctionnaire”. Finalement,malgré le dépôt de plainte des familles des deux adolescents pour “mise en danger délibérée de la vie d’autrui” le rapport de 1′IGS tout comme le ministre de l’Intérieur persistent à accepter la thèse de la tentative de vol dans un chantier. (Sources, Le Monde, 8 décembre et L’Est Républicain, 9 décembre 2006)

Nécessairement coupable

Main dans la main, police et justice ne renoncent pas à incriminer le rescapé du transformateur EDF de Clichy-sous-Bois. C’est ainsi que, le 15 décembre 2006, 1e procureur du tribunal correctionnel de Bobigny a requis une peine de 70 heures de travail d’intérêt général contre Muhittin, accusé par des policiers d’avoir caillassé leur véhicule le 30 mai 2006 à Clichy-sous-Bois. Malgré les dénégations de l’adolescent, c’est la parole du policier de la Bac qui a prévalu. (Source, L’Est Républicain, 11 décembre 2006)

Le Viol ? Pas si grave !

Le 18 décembre 2006 débutait le procès de cinq policiers, jugés devant la cour d’assises du Nord, à Douai. Ces cinq fonctionnaires, dont les noms ne sont pas divulgués (ils sont pourtant majeurs), s’étaient laissés aller à violer deux prostituées à leur domicile, depuis l’automne 2003. C’est à partir de la loi Sarkozy sur le raccolage passif que ces policiers se sont appliqués à harceler puis à abuser de ces prostituées, en leur proposant le choix entre la garde à vue ou des passes gratuites.

Les galipettes policières se déroulant dans la camionnette de l’une des jeunes femmes.

Très crûment, puisqu’il faut appeler les choses par leur nom, les policiers déboutonnaient leur braguette pendant les heures de service, avec parfois leur arme à la ceinture. Désespérée, l’une de ces femmes, mère célibataire d’un enfant handicapé, s’est malgré tout appliquée à relever les plaques d’immatriculation des voitures de service de ses violeurs.

Depuis le dépôt de plainte contre ces fonctionnaires dévoyés, d’autres prostituées se sont également manifestées. L’une d’elle rappelant que l’un des policiers lui avait fait comprendre qu’il pourrait la “protéger” -on sait ce que cela peut signifier dans le milieu des souteneurs ! Selon ces fonctionnaires, ces rapports sexuels étaient “consentants”, un peu comme une marque ‘’d’amitié’’.
-  (Source, Libération, 19 décembre 2006)

Comme les institutions policières ne nous communiquent pas volontiers de chiffres sur la fréquence des viols commis par des fonctionnaires d’autorité, nous sommes fondés à penser que les délinquants sexuels en uniforme doivent être plus nombreux que ne le révèlent les informations qui nous parviennent par voie de presse. Il n’est pas possible d’oublier ces quatre policiers de Tarbes qui pendant des mois avaient violé une jeune femme un peu paumée, avant d’être relaxé au prétexte qu’elle était “consentante”.

L’année qui vient de s’écouler a connu un certain nombre de crimes sexuels commis par des policiers, et nous pouvons toujours constater que la justice est souvent bonne fille avec ces violeurs assermenté.

-  En avril 2006, deux policiers de Seine-Saint-Denis (93) sont condamnés à quatre et deux ans de prison ferme pour avoir abusé sexuellement de prostituées qui ne pouvaient refuser leurs avances, sauf à se retrouver en garde à vue. Trois de leurs compères, qui assistaient aux scènes de violences sexuelles, sans intervenir, écopent de peines de 18 à 24 mois de prison. Pas cher payé pour ces déchets de l’administration, qui n’étaient même pas jugés en cour d’assises. La mansuétude du tribunal correctionnel tenant peut-être au fait qu’il ne s’agissait que de prostituées.

-  Le 7 avril 2006, un policier, en poste à Saint-Etienne était mis en garde à vue pour viol d’une jeune femme hollandaise dans les locaux de police. Comme cet acte paraissait n’être que peu répréhensible, ce fonctionnaire n’était même pas suspendu.

-  Le 6 juin, à Roanne, un CRS, brigadier-chef, âgé de 50 ans, est condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir imposé des attouchements sexuels à sa fille entre 9 ett 14 ans, à son domicile, pendant les droits de garde de sa fille car il était divorcé.

-  Le 31 mai 2006, une jeune femme serbe, retenue au centre de rétention de Bobigny (93), accuse un policier de l’y avoir agressée sexuellement, puis tenté de la violer dans les locaux de police, en juin 2005. Affaire classée sans suite.

-  Le 16 décembre 2006, s’était ouvert devant la cour d’assises de Seine-et-Marne, à Melun, le procès d’un policier violeur. Comme en bien d’autres circonstances identiques, ce procès avait tardé puisque les faits remontaient à 2004. lorsque ce défenseur de la veuve et de l’orphelin avait violé une jeune femme sur un parking d’Emerainville (77). La veille, ce même policier avait déjà tenté de pratiquer un autre viol.

-  Combien d’agressions de ce type, dont les auteurs étaient des fonctionnaires d’autorité, ne nous ont pas été révélés tout au long de l’année écoulée ?

Rappel

L’association “Témoins”, basée à Lyon, qui a pour but de “rassembler les faits de violences policières, et de les rendre publics sous diverses formes pour les dénoncer”, poursuit ses activités. Les témoins de violences policières, sur l’agglomération lyonnaise ne doivent pas hésiter à contacter les animateurs à l’adresse suivante : Témoins - 39 rue Courteline 69100 Villeurbanne - Tel. 04 78 27 34 06 - temoinslyon@free.fr

Zone d’ombre = impunité

En octobre 2006, suite aux affirmations mensongères de CRS qui accusaient quatre jeunes de Faches-Thumesnil (59) de les avoir outragés, puis de s’être rebellés, ceux-ci avaient subi cinq semaines de détention provisoire. Fort heureusement, le 29 novembre, une vidéo, visionnée par le tribunal correctionnel de Lille, permettait de démentir les allégations de ces policiers, désireux de paraître productifs, et la relaxe des quatre jeunes. Depuis, nul n’a pu savoir si les CRS menteurs ont été sanctionnés. Le 5 décembre 2006, un député PS du Nord, indigné adressait une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, demandant des sanctions exemplaires contre ces fonctionnaires de police menteurs pour que : “La population puisse de nouveau croire en la police de son pays, et surtout en son intégrité. Par ces pratiques, que vous n’avez pas à ce jour condamnées, vous avez laissé la République bafouer le principe essentiel de liberté”. Depuis, aucune réaction du ministre de l’Intérieur. Ce qui peut signifier que les policiers ont tout loisir de mentir pour faire du chiffre -ce que leur demande le ministre de 1′Intérieur. (D’après L’Est Républicain, 6 décembre 2006)

Sans état d’âme

Le 7 novembre 2006, Nicolas Sarkozy montait sur ses ergots pour proclamer : “Le rô1e de la police n’est pas d’entretenir des relations publiques avec les habitants du quartier !” Nous savions déjà que, pour le ministre de l’Intérieur, la politique d’apaisement n’avait aucuns signification puisqu’il laisse dire à ses policiers qu’ils vont ‘’reconquérir” les quartiers !

Pour lui, l’état de siège permanent constitue un gage de sécurité publique.

Le possible président de la République ne croit aucunement en la paix sociale. D’où sa stratégie de tension permanente. Seule la guerre aux citoyens, récalcitrants à 1′ autorité, présente un véritable intérêt. (D’après un courrier reçu à l’Observatoire des libertés publiques le 30 décembre 2006)

0ù en est l’enquête sur la mort de Taoufik !

La mort de Taoufik, cet ouvrier tunisien, retrouvé noyé, à Nantes, le 12 décembre 2006, ne fait plus partie de ces faits divers que la presse affectionne tant. Dans le même temps, les autorités policières se gardent bien de nous parler de l’avancement de l’enquête mettant en cause des fonctionnaires assermentés. Comme si cette affaire ne devait plus nous intéresser. Il reste pourtant de lourdes interrogations. Ce qui n’a pas empêché la justice de remettre en liberté les policiers suspects. Il y a tout d’abord les mensonges avérés de ces policiers. Selon deux étudiantes, Taoufik aurait été relâché à environ 500 mètres du lieu décrit par les policiers. Ensuite, les policiers affirment avoir pris verbalement l’identité de Taoufik car il n’aurait pas eu de papiers sur lui, alors que son portefeuille avec sa carte d’identité ont été retrouvés près du lieu où il a été repêché. Par ailleurs, pour les policiers, Taoufik n’était pas aussi ivre que cela, raison pour laquelle ils ne l’ont pas conduit en cellule de dégrisement au commissariat de police alors qu’il avait 3,74 g. d’alcool dans le sang. Sur cette ivresse niée, il a été possible d’entendre le pire et l’ignoble. Particulièrement sur FR 3, un syndicaliste policier affirmant que Taoufik a très bien pu boire encore, entre le moment où il a été relâché et celui où il serait tombé à l’eau.

Passons ensuite aux explications immondes des policiers, qui nous sont fournies par Presse Océan, qui s’est intéressé à cette affaire avec le plus grand sérieux.”Une procédure pour ivresse publique et manifeste, ça commence par 45 minutes d’attente à l’hôpital. Et au bout du compte, ça ne rentre pas dans les statistiques...” Vous avez bien lu cette réaction d’un autre syndicaliste policier. Commentaire entendu dans les couloirs du commissariat central de Nantes. ll y a à l’évidence, un effet Sarkozy des plus répugnants qui se vérifie plus encore lorsqu’un policier nantais peut se permettre de dire tranquillement : “Vous voulez la vérité ? si on débordait régulièrement d’une heure, en fin de service, pour ramener un bonhomme ivre au commissariat, on finirait par se faire taper sur les doigts quand on voudrait récupérer nos heures !” A quoi tient la mort d’un homme... Au final, Presse Océan ne manque pas de rappeler que “des sources policières non identifiées n’ont cessé d’alimenter les médias de communiqués truffés d’erreurs”. Particulièrement cette annonce, affirmant dès le 13 décembre, que Taoufik était mort par noyade car de l’eau avait été retrouvée dans ses poumons, alors que, dès le lendemain, le procureur indiquait qu’il n’avait pas été trouvé d’eau dans les poumons de la victime. Il convient de s’étonner des réactions des syndicats de police, prêts à défendre les collègues, avec les plus mauvaises raisons qui soient. C’est cet abominable esprit de corps qui a pour volonté d’effacer toutes les bavures.

-  Comment interpréter le commentaire d’un responsable nantais du SGP ?

-  ” Est-ce que c’est à la police de s’occuper des problèmes de santé publique ?”

Propos qui rejoint la réflexion d’un syndicaliste parisien :

” Les policiers ne sont pas des assistantes sociales !”

L’un et l’autre semblent avoir oublié l’article 1 du Code de déontologie de la police : “La police nationale concourt, sur l’ensemble du territoire à la garantie des libertés... au maintien de la paix et de l’ordre public, et à la protection des personnes et des biens.”

Police psychiatrique

Il nous est rappelé utilement que l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police Paris (IPPP) échappe à tout contrôle sanitaire. Que cet établissement est, en fait, un lieu de non-droit où peuvent être “retenues des personnes interpellées par la police” et “présentant des troubles mentaux”, selon l’appréciation des policiers. En 2005, plus de 2 000 personnes ont subi ce traitement, sans qu’il leur soit possible de bénéficier de l’assistance d’un avocat -plus de 1 000 d’entre elles ayant fait ensuite l’objet d’une hospitalisation d’office. Il paraît que le tribunal administratif de Paris vient d’imposer à la préfecture de police de Paris que chaque personne internée de cette façon puisse avoir désormais avoir accès à un avocat. Nous verrons bien, car la PP fait de la résistance. (Source, Le Monde, 29 décombre 2006)

Gredin

Le 29 novembre 2006, le tribunal correctionnel de Nancy a condamné un policier auxiliaire à deux ans de prison et 3 000 euros d’amende. Ce gredin en uniforme avait agressé un homme qui venait de retirer 1 500 euros dans un distributeur de billets.
-  (Source, Libération, 30 décembre 2006)

Une femme à poigne

Il paraît que les policiers ne font pas de politique. Tout au moins lorsqu’ils sont en service. Erreur. Si l’on veut nous faire croire qu’il y a des policiers de gauche -ce qui est plaisant- il est certain que les fonctionnaires d’autorité sont bien plus proches des institutions républicaines quand elles se trouvent sous la houlette d’hommes (ou de femmes) à poigne. Ce ne sont pas là propos hasardeux, et l’actuelle directrice centrale de la police Judiciaire vend tranquillement la mèche. Grande admiratrice de Nicolas Sarkozy, Martine Monteil n’hésite pas à proclamer : “...Je suis plus à droite qu’à gauche”... Avoir le cœur à droite, ce n’est pas avoir le cœur sec ... Si la police n’a pas de couleur politique, il est évident que la dynamique policière est meilleure lorsqu’elle est à droite, plutôt qu’à gauche... Ce n’est pas en transformant les policiers en assistantes sociales ou en allant jouer au foot avec les sauvageons que nous obtiendrons des résultats ! ” Air connu. Quand on vous dit que les femmes peuvent humaniser l’institution policière. -(Extrait d’un entretien avec Martine Monteil dans Le Nouvel Économiste, 29 novembre 2006)

Société policière

Entre le 10 et le 12 janvier, le « Plan enlèvement », adopté en février 2006, a été mis en application à deux reprises. Certes, en moins de 24 heures, la réussite a été totale. Non pas grâce à la célérité policière mais suite à la coopération de la population. Ce qui, bien au-delà de l’enlèvement de trois enfants, pose la véritable question, formulée par Renaud Dely, dans Libération : « ...Le climat anxiogène qui pèse sur tous peut faire de chacun un auxiliaire de police... » C’est avec raison que le chroniqueur évoque : « Le risque d’emballement médiatique, ou le danger, toujours présent, de réveiller un instinct délateur malsain... » Et cette réflexion, qui montre la triste évolution de notre société : « Il y a encore quinze ou vingt ans, l’idée de transformer l’ensemble des citoyens de ce pays en autant de témoins aux aguets, voire de justiciers potentiels, aurait sans doute provoqué un tollé. »

-  Serait-ce parce que les Français sont prêts à accepter une société policière ?

(D’après Libération, 12 janvier 2007)

Mélancolie syndicale

Après les élections présidentielles du 6 mai 2002 et l’arrivée de Nicolas Sarkozy place Beauvau, les policiers paraissaient globalement satisfaits de leur ministre. Davantage de pouvoir et bien plus de « droits », comme ils disent. Nos policiers avaient l’air heureux. Pourtant, depuis quelques mois, il semble que les fonctionnaires de l’ordre public soient atteints d’une certaine mélancolie. C’est ce qui ressort d’une enquête conduite pour le compte du syndicat SGP-FO. Les policiers en tenue qui ont répondu au questionnaire, mis en ligne par ce syndicat, estiment que, depuis cinq ans, les rapports de la police avec la jeunesse se sont détériorés, dans le même temps que l’image de l’institution policière ne s’est pas améliorée. Peu reconnaissants envers le ministre qu’ils ont tellement adulé, les policiers manifestent de l’insatisfaction quant à la qualité de leurs conditions de travail, alors que les rapports avec la hiérarchie ne sont pas meilleurs. Les mêmes, estimant que la très forte médiatisation du ministre de l’Intérieur n’est pas utile à la profession. Qu’en pensent les policiers adhérents aux autres syndicats, alors que la possible élection de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, introduirait la police au centre du pouvoir ? (D’après Libération, 13 janvier 2007)

Secouristes bénévoles en danger

-  Faut-il appeler Police secours ?

Une fois de plus, de bons citoyens, qui ont fait appel au 17, ont été agressés par des policiers. Cela s’est passé le 15 janvier, à 1 h 30 du matin, à Levallois (92). Deux amis qui reviennent d’une soirée arrosée remarquent une femme prise de convulsion, qui s’écroule sur le trottoir. Elle paraît morte et son cœur ne bat plus. L’un des deux homme pratique les premiers soins, comme le bouche à bouche, tandis que l’autre appelle le premier numéro d’urgence qui lui vient à l’esprit. Manque de chance - mais il ne le sait pas encore - c’est le 17.

Au bout d’un long moment, les cow-boys arrivent mais, loin de s’intéresser à la femme qui gît inanimée sur le trottoir, s’activent surtout à vouloir contrôler l’identité des deux hommes. L’un d’eux qui protes, est vivement projeté contre un mur et, blessé à la pommette, se voit passer les menottes avant d’être jeté dans le fourgon de police, puis conduit à l’hôpital pour un test d’alcoolémie, et se retrouve finalement au commissariat. Dans la salle d’attente, cette victime des forces de l’ordre raconte sa mésaventure et interpelle les policiers pour dénoncer leurs méthodes. A ce moment, l’un des Képis traverse la salle et lui donne un coup de matraque au niveau des côtes, tout en lui expliquant :

« La prochaine fois, vous ne ferez pas le 17 ! »

Au matin du 16 janvier, après une nuit passée en cellule de dégrisement, cet homme qui, au dire des pompiers, a certainement sauvé la vie d’une femme, est relâché, lesté d’un PV pour « ivresse publique et manifeste . » Bien entendu, ce bon citoyen a porté plainte auprès de l’IGS, mais, à la Préfecture de police, on affirme que l’attitude de cet homme, « déjà blessé lors de son interpellation, n’a laissé d’autre choix à la police que d’intervenir fermement ! »

A bon entendeur, salut ! En cas de nécessité, appeler le 18 !

(Source, Libération, 17 janvier 2007)

A vos ciseaux !

Notre bulletin n’a d’intérêt que par la multiplicité des informations concernant les dérives policières. Nous nous heurtons actuellement à une double difficulté. D’une part, la presse nationale rechigne à relater ces « faits divers », d’autre part, depuis que nous sommes en ligne, nos correspondants ont pratiquement cessé de nous faire parvenir ces coupures de la presse de province, tellement importantes pour faire connaître les comportements policiers qui ne font que s’aggraver. Alors, à vos ciseaux pour alimenter le bulletin, en cette période pré-électorale. N’oubliez pas : Que fait la police ? est toujours domicilié 7 passage Dagorno, 75020 Paris.

Rapido

Un gendarme s’amusait à faire des excès de vitesse sur les routes de Lorraine. Ce pandore très fier de ses exploits, avait pourtant commis l’imprudence de les mettre en ligne, sur Internet. Ce qui a mis la police sur la piste, d’où des poursuites pour « Mise en danger de la vie d’autrui. » (Source, Libération, 6 janvier 2007)

SDF

Dans la soirée du 3 janvier, à Tours, les policiers ont évacué manu militari des ans abri qui avaient installé des tentes au centre ville. (Source, France 2, 4 janvier 2007)

Cache-cache avec les SDF

Le 31 décembre 2006, des militants du DAL tentaient d’installer des tentes pour les SDF, à Tours, face à la mairie - mais la police veillait. Le 1er janvier 2007, quatre tentes symboliques étaient montées, sur un passage privé, à quelques encablures de la mairie. Au matin, du 2 janvier, un huissier venait constater le « délit » et, le soir même, les policiers arrivaient en nombre pour déloger les SDF. Le 3 janvier, nouvelle tentative dans l’avenue de Grammont, principale artère de la ville, et les policiers évacuent sans ménagement les sans-logis. A l’aube du 4 janvier, nouvelles expulsions musclées par des policiers, sans doute très rageurs. Refusant de capituler, les SDF, soutenus par les militants du DAL, s’installaient aussitôt sur les marches de la mairie, d’où une nouvelle opération d’expulsion accompagnée de l’interpellation du « meneur » du groupe. Le 5 janvier, nouvel essai d’installation de tentes aux abords de l’université mais, cette fois, les policiers conseillent aux SDF de poser leurs tentes sur le parvis de la cathédrale, pour quelques jours. Il paraît que le préfet d’Indre-et-Loire, qui assure suivre la procédure, est un ancien militaire.
-  (Source, Libération, 6 janvier 2007)

Chirac promet, la police veille

Le 6 janvier, à Strasbourg, le groupe local des Enfants de Don Quichotte, veulent installer des tentes en centre-ville, contre la volonté de la mairie, qui avait accepté le principe mais en périphérie. La police est intervenue violemment pour chasser les SDF, ainsi que les militants qui les soutenaient.
-  (Source, France Info, 6 janvier 2007)

Toujours les Roms

Le 5 janvier, à Saint-Denis (93), des policiers interviennent avec violence contre un campement de Roms, sous le prétexte vague d’une affaire d’enlèvement. Des graves accusations sont formulées contre les agissements des forces de l’ordre. Les victimes de cette agression affirmaient, le 9 août, avoir subi des humiliations de la part de policiers de la PJ. Selon l ‘un des responsables du campement : « Un policier a fait tomber à terre un homme, a mis son pied sur sa tête et a levé les bras tandis qu’un autre policier prenait des photos avec son téléphone portable. » Et puis, cette précision : « Des policiers ont braqué leur pistolet sur la tête d’enfants en rigolant. Non contents de la peur provoquée par l’intervention brutale, des caravanes auraient été détruites, et des habitants du campement allongés de force sur le sol mouillé. » Selon une source judiciaire, « le parquet n’a pas été avisé d’éléments qui justifieraient l’ouverture d’une enquête. » Il n’en reste pas moins que des élus de Seine-Saint-Denis ont annoncé leur intention de saisir la Commission nationale de déontologie de la sécurité. (Source, 20 Minutes, 9 et 10 janvier 2007)

La police à l’école

Depuis le 8 janvier, 32 Nouveaux collèges des Hauts-de-Seine ont recours à des policiers référents pour régler les conflits entre les élèves ou constater des infractions à l’intérieur des établissements. Comme si les enseignants n’avaient pas la capacité pédagogique pour dominer certaines situations. Après avoir supprimé les emplois jeunes, il ne reste plus qu’à remplacer les enseignants par des policiers... (D’après 20 Minutes, 9 janvier 2007)

Roms de Saint-Denis : la police porte plainte A peine médiatisée, la révélation de l’agression policière contre le campement de Roms de Saint-Denis, situé sous l’autoroute A 1, le 5 janvier, a provoqué l’indignation de la Direction de la police judiciaire. Cette instance, dont on connaît la grande intégrité, a décidé de porter plainte pour diffamation, face aux accusations de brutalités. Selon un responsable policier, il s’agissait d’une opération « on ne peut plus classique. » Il n’en reste pas moins que, selon des témoins dignes de foi, les Roms de Saint-Denis ont été « traités comme des animaux. » Le porte-parole des Roms a accepté de revenir sur les faits face à la réaction de la PJ : « Une quarantaine de policiers ont bloqué les deux accès du camp, vers 9 heures... Ils ont fait sortir les gens des caravanes en défonçant les portes à coups de pied. Tout le monde est resté trois heures, couché sur le sol, sans pouvoir parler ou se relever, sous peine d’être frappé. On respecte la police, mais on ne peut pas accepter ce qui s’est passé ! » Le médiateur social, au sein de l’association Parada (aide aux enfants roumains), témoigne : « Je me suis rendu sur place, peu après l’intervention policière, et j’ai pu constater les dégâts causés aux caravanes... On travaille depuis longtemps avec ces populations et on peut avoir confiance dans leurs propos. » Patrick Braouezec, Député de Seine-Saint-Denis qui a saisi la Commission nationale de la déontologie de la sécurité, a même déclaré : « D’après les témoignages, l’intervention de la police se serait faite avec une violence purement gratuite et humiliante. Je souhaite que la lumière soit faite ! » Toujours est-il qu’un responsable de Parada assure avoir pris des photos attestant les dégâts matériels dus à l’intervention policière.

Face à ce faisceau de témoignages, l’indignation de la hiérarchie policière est pathétique - et la volonté de couvrir une bavure policière, de plus en plus évidente. Les mêmes patrons de la PJ étaient certainement moins pressés de s’intéresser aux exactions des compagnies de CRS de Saint-Denis, lesquels agressaient les prostituées aux abords de l’autoroute A 1...

(D’après Le Monde, 12 janvier 2007)

Stupéfiant

Depuis qu’il est en poste au ministère de l’Intérieur, M. Sarkozy n’a cessé de répéter que la délinquance est en diminution (en mettant la pédale douce sur l’augmentation constante des violences contre les personnes et des violences policières.) Dans le même temps, il y a volonté de démontrer que le taux d’élucidation des affaires délictueuses ne cesse de progresser.

Prenant en exemple la lutte contre le trafic d drogues, deux chercheurs ont eu la surprise de s’apercevoir que le taux d’élucidation, en 2006, était de 107% pour les usagers de stupéfiants, et de plus de 108% pour les recels. C’est ainsi qu’à force de communiqués triomphants suite à une volonté de résultats affichés, les Français doivent être persuadés de l’efficacité de leur police. Il en va de même pour un certain nombre de petits délits économiques. (Se reporter à Libération, 11 janvier 2007)

Au viol (2)

Le 21 décembre 2006, des policiers lillois étaient jugés par la cour d’assises du Nord pour avoir violé une prostituée, en 2003 (voir plus haut.) Ces gardiens de l’ordre public étaient poursuivis suite à une plainte de la victime pour « viols par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions. » Trois de ces policiers ont finalement été condamnés, non pour viol mais uniquement pour « corruption passive » à trois ans de prison avec sursis pour l’un d’entre eux et deux ans de prison pour les deux autres... Un quatrième étant purement et simplement acquitté. A la barre, la victime avait rappelé comment, à l’automne 2003, l’un des policiers lui avait fait ce chantage : « Soit tu fais quelque chose avec moi, soit tu es 24 heures en garde à vue. »

(Source, La Liberté de l’Est, 22 décembre 2006)

La police choisit son camp !

Une fois de plus, la presse nationale avait omis d’en parler. Le 26 novembre 2006, en fin de matinée, à Dijon, quelque 300 manifestants protestaient contre la venue de Jean-Marie Le Pen. Devant le palais des congrès, plusieurs dizaines de CRS étaient présents pour constituer un barrage bloquant l’accès. Derrière la force publique, le service d’ordre du Front national (DPS) pouvait tranquillement parader. Face à cette imposante démonstration de force, les manifestants commençaient à se disperser lorsque les policiers de la BAC se mirent à interpeller des manifestants, flash-balle en main. Durant 4 heures, les CRS vont contrôler les manifestants qui tardaient à se disperser, et à fouiller les véhicules. Pendant ce temps, les sympathisants du Front national applaudissaient cette action policière. Cinq personnes seront arrêtées, dont une passera en comparution immédiate et sera condamnée à 4 mois de prison avec sursis. Cyniquement, un policier se permettra de commenter : « y a les bons d’un côté et les méchants de l’autre ! » Tel que...

(Source, Blabla-Dijon, janvier 2007)

source :
-  Observatoire des libertés publiques



Publié le 8 février 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Que fait la police ?
    de Maurice Rajsfus
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    The next time I read a blog, I hope that it doesnt disappoint me as much as this one. I mean, I know it was my choice to read, but I actually thought you have something interesting to say. All I hear is a bunch of whining about something that you could fix if you werent too busy looking for attention. Judi Bola Agen Bola Judi Bola Online Agen Bola Online Cnnbola.com
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin