e-torpedo le webzine sans barbeles



Cuba : Quand La Havane forme gratis des médecins yankees
de Tom Fawthrop

Catégorie politique
Il y a (2) contribution(s).

(JPEG) L’Ecole latino-américaine de médecine de La Havane, une des vitrines du régime castriste, accueille 7 000 étudiants venus de pays voisins - dont de jeunes Américains trop peu fortunés pour étudier chez eux.

Dans le parc John Lennon, à La Havane, des Cubains s’évertuent à retenir les paroles de la chanson Imagine inscrites sur le socle de la statue du chanteur : "You may say I’m a dreamer,/But I’m not the only one."

John Lennon est devenu l’une des icônes culturelles de cette ville de rêves.

Mais, au bout de quatre décennies d’embargo américain et de régime castriste, le rêve socialiste a viré à l’aigre pour certains Cubains. Et personne n’a jamais imaginé un "paradis socialiste" bâti sur l’enfer d’un blocus économique.

Les contradictions sont pourtant communes au sein de la société cubaine. La crise du logement, l’irrégularité des transports et l’obligation de faire la queue pour presque tout rappellent les conditions de vie de nombreuses économies du tiers-monde. Cuba reste cependant un cas à part. L’île n’a peut-être pas de réserves d’or et de dollars, mais elle peut se targuer de réussites certaines dans les domaines de la médecine et de l’enseignement.

Cuba est dotée du meilleur système de santé d’Amérique latine.

Et, même si bien des habitants doivent batailler tous les jours pour se procurer de quoi manger, l’espérance de vie est similaire à celle du Royaume-Uni. C’est aussi l’un des rares pays en développement qui produisent des antirétroviraux et les distribuent aux habitants atteints du sida, même si le manque de médicaments de base est tel que certains patients disent, non sans ironie, qu’"à Cuba il est plus facile de se faire greffer un rein que de trouver de l’aspirine".

Malgré sa pénurie de devises, Cuba fournit une aide très importante aux autres nations en développement, envoyant davantage de missions médicales à l’étranger que tout autre pays au monde.

A l’heure actuelle, quelque 4 610 Cubains participent à des opérations humanitaires dans 65 pays, ce qui représente des efforts plus importants que ceux de Médecins sans frontières.

L’ancienne école navale a été rénovée

Quand le cyclone Mitch a dévasté l’Amérique centrale, en octobre 1998, les gouvernements occidentaux sont intervenus avec des mesures de replâtrage.

Castro, au contraire, a insisté sur la nécessité d’une aide à long terme. Il a déclaré que les pays touchés (le Guatemala, le Honduras, Haïti et le Nicaragua) devaient avoir leurs propres médecins. Il a fait rénover une ancienne école navale de La Havane et y a installé l’Ecole latino-américaine de médecine, où 7 000 étrangers suivent aujourd’hui des cours sur les mesures à prendre en cas d’épidémie, de situation d’urgence ou de catastrophe naturelle. Les ressortissants du pays le plus riche du monde peuvent eux-mêmes bénéficier de six ans de formation gratuite dans cette faculté. C’est ainsi que plus de 50 Américains étudient actuellement la médecine dans un pays inscrit sur l’"axe du mal" par le président Bush, ce qui est très embarrassant pour Washington. Tant que ces étudiants sont hébergés par Cuba et n’effectuent aucune dépense dans l’île, le ministère des Finances américain ne peut les poursuivre au titre de la loi sur le commerce avec l’ennemi, qui sanctionne les touristes américains ayant violé l’embargo des Etats-Unis.

La plupart de ces étudiants sont des Africains-Américains, comme Cordy Brown, 26 ans, qui aurait très peu de chances d’être admis en médecine dans son propre pays. Il y a aussi des Américains d’origine chinoise, comme Wing Wu, aujourd’hui en troisième année. "Les minorités sont de moins en moins représentées dans les facultés de médecine américaines, explique-t-il. Moi-même, je n’aurais jamais pu me payer des études de médecine aux Etats-Unis."

La solidarité consiste à partager le peu qu’on a

-  Cuba a-t-il réellement les moyens de fournir une aide aussi généreuse, en particulier aux Etats-Unis ?

Pour le Dr Luis Córdoba Vargas, la réponse est non. "C’est un acte politique fondé sur l’altruisme. De nombreux pays occidentaux accueillent des diplômés du tiers-monde pour renforcer leur propre système de santé ; nous sommes le premier pays d’Amérique latine à leur fournir des médecins." Le professeur cubain Leonardo Mauricio est un fervent défenseur de cette politique. "La solidarité d’un pays riche ne signifie pas grand-chose, dit-il. La véritable solidarité consiste à partager le peu que l’on a avec ceux qui en ont encore moins."

La faculté de médecine ouverte à La Havane est un reflet manifeste de cette solidarité.

Accueillant des étudiants de 24 nationalités différentes, elle est le théâtre d’une expérience remarquable non seulement sur le plan éducatif, mais aussi en termes de brassage des peuples.

Les médecins et les étudiants en médecine américains reconnaissent qu’il existe des différences majeures entre les études à Cuba et aux Etats-Unis. Le Dr Michael Garvey, envoyé en délégation à La Havane, décrit l’expérience cubaine comme "une vie en résidence universitaire pas très folichonne, mais avec d’excellents professeurs qui prennent en compte l’ensemble des besoins des patients et accordent une grande place à la médecine préventive. Les facultés de médecine américaines donnent une trop grande importance aux diagnostics des appareils de haute technologie, au détriment de la relation médecin-patient."

Pour Wing Wu, la différence entre les études à Cuba et aux Etats-Unis est évidente.

"Ici, nous apprenons que la santé est un droit de l’homme et que les patients doivent être traités comme des êtres humains."

Aux Etats-Unis, l’accès aux soins n’apparaît pas comme un droit de l’homme : 43 millions de citoyens ne sont pas couverts par l’assurance maladie et les communes défavorisées ont peu de médecins.

Tom Fawthrop
Source :
-  Le Courrier International

Lu sur
-  Radio Air Libre



Publié le 14 février 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Cuba : Quand La Havane forme gratis des médecins yankees
    de Tom Fawthrop
    30 janvier 2016, par Sara

    Nice stuff, do keep me posted when you post again something like this !

    the venus factor diet

    • Cuba : Quand La Havane forme gratis des médecins yankees
      de Tom Fawthrop
      16 février 2016, par bingdex
      I have actually often considered this free credit reports from all 3 bureaus subject. You’ve certainly put an incredible amount of thought and research into establishing this comprehensive grants for single mothers article. You provided and suggested many elements I had ruled out. Well done. Do you intend on writing a scholarships for women one ? Janine
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin