e-torpedo le webzine sans barbeles



Nouvelle occupation d’une belle demeure de caractère à Montpellier
rue de l’Abbé de l’Epée.

Catégorie société
Il y a (3) contribution(s).

(JPEG) Plusieurs jours après l’ouverture, la police intervient de manière énergique pour nous en expulser. Mais, nous avions condamné les issues, ce qui nous a donné des minutes décisives.

En deux, trois mouvements, sans même s’être concerté à l’avance, nous décidons comme un seul homme de monter tout en haut, sur une niche qui domine sur le toit. La police nous poursuit vigoureusement, et manque d’arriver à passer la porte, mais c’est nous qui sommes en hauteur, et eux vers le bas, dans la cage d’escalier.

De plus, l’étroit escalier oblige à être un par un, les uns derrière les autres.

Donc, c’est un seul flic qui se trouve face à nous, les autres étant derrière. Il nous reste à fermer vigoureusement la porte, puis attendre.

A partir de là, la police tente des négociations.

Nous campons sur nos positions. Les heures défilent, la nuit arrive docilement. Entre temps, nous acceptons l’entrée sur le toit d’un flic, un gradé, afin de s’expliquer. Celui-ci se montre « sympa », père de famille, et toute la panoplie habituelle du louvoiement. Nous restons ferme. Lui, finalement, engage un semblant de dialogue avec nous. On lui dit ce qu’on veut faire, et surtout, ce qu’on ne veut pas qu’il nous fasse, à savoir nous obliger à descendre,

car nous devinons qu’un comité d’acceuil nous attend en bas.

Et finalement, la police abandonne cette première manche, ayant compris que nous avons gagné cette partie.

Maintenant, nous attendons le résultat d’un procès pour occupation.

Ceci est une procédure classique.

Maintenant, nous occupons une belle bâtisse, avec un joli parc, à Montpellier, pour en faire une sorte de centre autogéré, ouvert à tous en journée.

La bataille a tourné à notre avantage grâce à la configuration de la cage d’escalier, de notre position dominante sur le toit, et l’étroitesse des rues empêchant les pompiers d’intervenir avec la grande échelle, non sans avoir essayé.

Les pompiers n’ayant pu manoeuvrer sans risquer nos vies, ils ont abandonné.

En résumé, lorsqu’en apparence, le rapport de force n’est pas à notre avantage, la force change de camp lorsque nous obligeons l’adversaire à se retrouver dans un étroit corridor. Nous, en surplomb par rapport à lui.

Cela dit, dans la rue, la police est intervenue violemment contre les gens venus nous soutenir.

Parmi ces gens, l’un s’est pris directement une palette en bois sur la tête, jetée avec violence par un flic. Des photos ont été prises de ce moment

Le lendemain, un huissier est venu constater l’occupation. Nous l’avons accueilli, non sans l’avoir provoqué avec mépris. Un huissier ne mérite rien d’autre que du mépris.

Voilà pour cette première partie.

Gens de Montpellier et aux alentours, vous êtes bienvenu chez nous, rue de l’abbé de l’epée.

Gilles delcuse



Publié le 15 février 2007  par Gilles Delcuse


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • La belle demeure n’a pas eu le temps de reprendre son souffle
    17 février 2007, par habiatant montpellier

    Nous avons eu la visite d’un huissier hier à 19h nous anonçant le procès pour aujourd’hui 15h. Merci pour le droit à la défense !

    C’est une assignation d’heure en heure et il n’y avait pas besoin d’une contradiction pour justifier une telle "urgence".

    On a quand même demandé un report mais celui-ci n’a été obtenu que jusqu’à mardi. Et d’ici là on a beaucoup de choses à faire : attestations de voisins et d’amis, et surtout un repas de quartier dimanche, avec fanfare jazz, suivi d’une discussion sur "tout ca" (le parc - lequel doit subir pour 2 tiers des constructions de logements -, la maison qui doit accueillir un club de l’âge d’or et aussi, paraît-il, des bureaux du CCCAS). Mais on pourrait aussi bien préparer notre partcipation au carnaval qui aura lieu... mardi juste après notre procès !

    Et le tribunal est juste à côté du lieu de rendez-vous traditionel : la place du Peyrou... On prévoit donc un atelier de préparation urgente du carnaval l’après-midi, devant le tribunal. Nous sommes en train de réfléchir au fait qu’on doit tout inverser ce jour-là : pourrons-nous juger la justice ?

    De 15 à 20 heures (entre le début de notre comparution et le début du carnaval), il y aura surement trop peu de temps pour développer toutes les critiques à faire sur la jusitice (par exemple évoquer les observations qui montrent que les juges sont plus souvent des propriétaires que des SDF et que du coup ils défendent les intérêts personnels à travers ceux des autres propriétaires).

    Allez salut !

    • La belle demeure n’a pas eu le temps de reprendre son souffle
      25 février 2007, par arto

      Concernant le carnaval au peyrou, les crs sont venus nous déloger à coups de matraques...

      Votons utile, il serait temps...

  • Nouvelle occupation d’une belle demeure de caractère à Montpellier
    rue de l’Abbé de l’Epée.
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    This is the right blog for anyone who wants to find out about this topic. You realize so much its almost hard to argue with you (not that I actually would want...HaHa). You definitely put a new spin on a topic thats been written about for years. Great stuff, just great ! Poker Online Judi Poker Online Situs Poker Online Poker Online Indonesia Cosmopoker.com
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin