e-torpedo le webzine sans barbeles



Tous les programmes passés au crible (source HD) ....
Olivier Besancenot : LCR

Catégorie politique
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) Interdiction des licenciements. . Le SMIC à 1 500 euros net.. Abrogation des lois sécuritaires.

EMPLOI

Abrogation du CNE.Interdiction des licenciements.Maintien du contrat de travail etdu salaire au-delà des changements de poste ou de qualification. Pour financer d’éventuelles défaillances à ces règles, un fonds de sécurité professionnelle pourra être mis sur pied. Réduction du temps de travail sans perte de salaire, sans flexibilité et avec les embauches correspondantes, à 32 heures hebdomadaires tout de suite et à 30 heures très rapidement. Réduction du temps de travail’ automatique en fonction du nombre de chômeurs.

LOGEMENT

Application de la loi de réquisition de tous les logements vides. Augmentation des aides à la personne (AL et APL. . .). Blocage des loyers. Service public de l’urbanisme et du logement.

POUVOIR D’ACHAT

Maintien, en cas d’absence d’emploi, d’une rémunération égale au salaire antérieur. Le SMIC doit être élevé à 1 500 euros net mensuels. Réévaluation des salaires de 300 euros net. Une aIlocation d’autonomie de 1 000 euros par mois pour les jeunes de 16-25 ans.

EDUCATION

Abrogation de la loi Fillon, de celle sur la recherche de 2003 et du plan Allègre sur l’innovation, des décrets de décentralisation et de la loi sur l’égalité des chances. Scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans. Augmentation du recrutement de personnels statutaires. Nationalisation des écoles privées sans indemnisation ni rachat. Application réelle de la carte scolaire.

RETRA1TES

Annulation des mesures BaIladur de 1993, de celles sur les caisses complémentaires de 1996, de la loiFillon de 2003. Un seul régime de retraite, 37,5 annuités, et droit à une retraite pleine et entière garantie à 60 ans et moins pour tous les métiers pénibles. Taux de remplacement à 75 % du dernier meilleur salaire.

EUROPE. Thème absent du programme.

CULTURE

Retrait du protocole d’accord de juin 2003 sur l’assurance chômage des intermittents. Service public de la culture. Multiplication des lieux d’ accueil1saIles de répétition, lieux d’exposition. . .).

SERVICE PUBLIC

Nationalisation des cliniques privées, suppression des lits privés dans les hôpitaux. Nationalisation et mise sous contrôle public de l’industrie pharmaceutique et de la recherche. Gestion publique de l’eau. Passage sous contrôle public de Connex (ex- Veolia Environnement, filiale de Vivendi). Service public gratuit pour l’accueil de la petite enfance.

FISCALITÉ

Augmentation des salaires pour augmenter les cotisations sociales. Suppression de toutes les exonérations de cotisations.

ENVIRONNEMENT Arrêt des productions les plus polluantes ou les plus nuisibles (nucléaire, pesticides, substances chimiques cancérogènes), avec un plan de reconversion des salariés concernés. Interdiction des OGM. Interdiction du transport routier de marchandises longue distance. Gratuité des transports en commun.

SÉCURITÉ

Abrogation des lois sécuritaires Vaillant, Perben et Sarkozy. Suppression des BAC (brigades anticriminalité). Désarmement des policiers au contact quotidien de la population.

V.B

L’Analyse du programme d’Olivier Besancenot

Les mots abrogation, suppression, interdiction et nationalisation sont omniprésents dans le programme d’Olivier Besancenot. Une rigidité sur les questions économiques et sociales qu’il souhaite mettre au service de plus de droits pour les travailleurs.

EMPLOI

Si la lCR fait sienne l’idée d’une sécurisation des parcours des salariés, elle le fait à.sa manière. D’abord parce que la formation continue, jugée déterminante par les autres forces de gauche qui y voient l’opportunité d’une vraie mobilité choisie, est ici absente. Ensuite parce que.la LCR est la seule (avec Lutte ouvrière) à préconiser l’interdiction totale des licenciements et l’instauration d’un « partage du temps de travail » entre chômeurs et salariés. Mais le programme d’Olivier Besancenot précise aussi quelles pourraient être les dérogations à ces règles. Il revient alors à une idée présente chez d’autres à gauche, d’une « sécurité professionnelle » qui consiste par exemple à maintenir« une rémunération égale au salaire antérieur ».

LOGEMENT

les sources d’inspirationdu candidat d’extrêmegauche sont doubles sur cette question. Étant présente dans les luttes pour le droit au logement, la lCR en répercute les principales revendications, comme la réquisition des logements vides ou l’interdiction des expulsions. La proposition construite par le député communiste Bernard Birsinger (décédé le 25 août 2006) d’un service public du logement et de l’habitat est ici reprise, agrémentée d’une législation sur le « droit d’habiter où (et comme) bon nous semble ». Le nombre de logements sociaux à construire n’est cependant pas chiffré, tout comme n’est pas précisé le financement de . l’augmentation des aides au logement et des réhabilitations à réaliser.

EUROPE

la question européenne est’ici absente. Mais Olivier Besancenot indique dans ses discours qu’il souhaite que l’Europe en passe par un « vaste débat démocratique (avec) les travailleurs et les peuples » , avant de déboucher sur« une nouvelle constitution (. . .) soumise ensuite à référendum » .Il propose d’annuler tous les traités européens antérieurs, les directives liberticides, et d’abroger toutes les directives relatives à la libéralisation des services. « légalisation par le haut des àcquis sociaux », la « reconnaissance du droit à la contraception et à l’IVG » et la « soumission de la Banque centrale européenne au contrôle des Assemblées élues » donnent par ailleurs consistance a « l’Europe sociale » que la LCR appelle de se.s vœux.

SÉCURITÉ. la place accordée à la question sécuritaire est une spécificité du programme de la lCR. « Plus l’État social avance, plus l’État pénal recule », constate la Ligue. Elle préconise donc l’abrogation de toutes les lois sécuritaires, « la dernière loi Sarkozy se situant dans le long prolongement des lois Vaillant, Perben... ». Regrettant d’ailleurs que la gauche n’ait pas considéré les révoltes des banlieues de novembre 2005 corn me des « révoltes sociales », Olivier Besancenot exige l’amnistie« des condamnés des émeutes de novem bre 2005 », au même titre que celle « des manifestants du mouvement lycéen de 2004 et du mouvement contre le CPE ».

V.B

Sources :
-  HD du jeudi 15 Fev
Bellaciao

Site LCR



Publié le 22 février 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Tous les programmes passés au crible (source HD) ....
    Olivier Besancenot : LCR
    30 janvier 2016, par Sara

    The way of writing is excellent and also the content is top-notch. Thanks for that insight you provide the readers !

    venus reviews

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin