e-torpedo le webzine sans barbeles



Une nouvelle maladie mentale
la révolte ?

Catégorie société
Il y a (4) contribution(s).

(JPEG) L’internement psychiatrique est la « nouvelle » méthode de répression, qu’a trouvé le pouvoir pour se débarrasser des révoltés. Roland Veuillet en a fait les frais alors qu’à son 53ème jour de grève de la faim, l’Education Nationale a commandé d’en haut son internement en hôpital psychiatrique.

Si personne aujourd’hui ne veut plus en assumer la responsabilité, une psychiatre dépêchée sur place par l’inspection académique a bel et bien attesté que Roland a besoins d’un traitement «  ... psychotrope pouvant permettre une pacification interne et une atténuation de ses revendications reproductives. ».

Traduisez :

ceux qui endurent oppression et répression à répétitions et qui lutte contre en « revediquant » leur détermination sans accepter de compromis sont des fous à interner d’urgence.

Le gouvernement a aussi tenté, pour le moment, sans succès d’intégrer un volet santé mentale dans un texte de loi relatif à la délinquance.

Quand les appareils bureaucratiques cassent toute lutte, quand le mouvement social autonome peine à résister, il ne reste plus que les individus pour mener les luttes radicales et constituer une menace pour l’Etat. (comment ne pas avoir en tête la mort de l’irlandais Bobby Sands et de ses 9 camarades après une grève de la faim de plus 60 jours dont le gouvernement Thatcher ne s’est jamais vraiment remis).

Le recours à une grève de la faim par les plus acharnés des militants et le recours à l’internement par les plus répressifs des pouvoirs sont les signes d’une même sinistre réalité.

Ne tombons pas dans les pièges du pouvoir, les luttes de Roland Veuillet ou celles des sans-papiers grévistes de la faim du canal Saint Martin ne sont pas des folies individualistes, elles sont au contraire exemplaires.

Elles expriment une radicalité dont il nous faut encore cependant réinventer la forme collective.

Source : Reseau RESISTONS ENSEMBLE



Publié le 5 mars 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Une nouvelle maladie mentale
    la révolte ?
    5 mars 2007, par Delcuse
    La question de l’enfermement psychiatrique comme méthode de répression n’est pas nouvelle. Au contraire. Celà dit, pour l’Etat, une grève de la faim s’apparente à un problème psychiatrique, et non à une lutte sociale. Je parle là en connaisseur. Je peux ajouter ceci que la psychiatrie intervient avant même un trouble social. C’est son rôle. De plus, il me semble indispensable de revendiquer les folies individuelles, qui ne sont jamais exemplaires, parce que nous sommes tous englués dans une folie ordinaire qui n’est pas exemplaire, quoique révoltante. La radicalité... tout ça... on s’en fiche. C’est pas là qu’est situé le problème. Réinventer je ne sais trop quoi... pourquoi donc réinventer quelque chose ? La vie est de la merde. C’est à partir de ce constat qu’une révolte est possible, non parce que la répression est scandaleuse. Le volet "santé mental" est déjà en application par la loi. ajouter un texte est inutile. C’est pour ça que ce texte a été abandonné. N’importe qui peut être interné sur simple dénonciation. Je sais de quoi je parle. Alors, un texte de loi en plus... A part faire chier des magistrats... Celà dit, certains psychotropes sont absolument délicieux. Mais, ça, c’est un autre volet...
    • Une nouvelle maladie mentale
      la révolte ?
      6 mars 2007, par gnoschnee

      cervulum facere (conte à mi nez au bout de l’eau ou "fable des temps sans arbre"

      on dit qu’il faut lutter en soi mais chacun va chercher la preuve de cette vérité séduisante et gracile comme un bouleau au-dehors lutte perpétuelle pour vivre en tant qu’individu incision dans le bois de papier ici et là ces jours ces minutes ces instants où je redresse la tête et que l’horizon de mes reins puisse -

      douloureux d’abrutissement et de sommeil dans les fluides à soi-même d’abattage des secondes des heures des mois de découpage de soi-même qui passe -

      échapper un peu à l’aliénation de leur condition prolétaire

      alors je m’assieds assoiffé de calme et de retraite les bras invisibles charpentiers du cœur plongés dans le vivant houppier de la "littérature" des bronches si tout est à l’intérieur, alors pourquoi le R.N.S.A. ce syndicat pour les arbres

      à mesurer le bruit que font tous ces cadavres de moi-même qui se décomposent ici et là un nuage songeur passe

      non je ne suis pas replié complètement dans la souffrance intervertébrale de ma condition il m’advient malgré l’obstacle quotidien et la mort à soi-même - émotions et sentiments - de le hisser cet être dit d’humanité quelquefois bois et branchettes au-dessus du cercle de l’axis pour guetter un horizon probable

      mais qui n’advient jamais

      pourtant le monde se déboise rapidement et s’accomplie la borne lumineuse d’une époque toujours plus vide d’eau et surtout absente d’ombres le nuage et la lutte ne sont plus qu’au-dedans de soi-même

      c’est cette phrase qui me revint de mes rêves ce que l’écho en porte-voix me dit mais dans quel sens l’entendre sinon le prendre comment m’orienter m’asseoir dedans au-dehors sortir serait-ce une alternative à cet embranchement dépeuplé de ses feuilles

      une fleur unique me dit en tremblant fragile de toute extrémité qu’il faut sauter ou redescendre retourner au sommeil du groupe ou de sa classe - dite sociale par les spécialistes en chaîne de tronçonneuse du patronat - et mourir à toi-même ou se confondre dans une chute cyclique à ce plus vaste de toute humanité singulière

      il le faudra un jour cette heure chaque seconde choisir s’évertue-t-elle à me dire alors choisit de choir ou de tomber maintenant

      au contraire lui répondis-je en constatant qu’elle n’était qu’une plaie dans le bois de surface il faut mordre dans la vie inciser le vif de l’écorce de famine moudre la farine de l’arbre de famine afin que neige tombe moudre la faim pour qu’advienne la vierge saison la seule saison celle des actes essentiels

      celle des actes et des grandes décisions dont les retraites pour ceux qui vivront plus longtemps reculent mais est-ce toi camarade de la nuit qui vivra plus longtemps non ceci est encore un mensonge ou "bine cordiablement" une seule classe celle des maîtres

      et non celle de leurs esclaves - oui

      je clame qu’on nous élève à seule fin de mieux nous bouffer en bois de chauffe alors brûlons de nous-même notre saison d’avant l’hiver celle de la maturité car quelle est cette vie dans ces clapiers qui ne devaient durer que le temps d’une reconstruction d’après guerre

      sinon des containers militaires

      c’est une vie de stock de main-d’œuvre pour manœuvre économie de guerre économique et on nous serine avec de prétendues guerres de religion mais qui prend-t-on pour des tronches de troncs

      incapables de ressentir en dehors de leurs feuilles langues de flammes d’avant la saison des tombes de silence car ils voudraient qu’on se taise et laisse tondre le nuage rêveur en nous défoliant de la dernière haleine après une vie de misère et de miette de bout d’écorce tandis qu’ils se gavent la truffe à nos racines

      quelle saison sinon celle qui se prépare des complémentaires tandis qu’on nous mettra si nous trébuchons au chômage jusqu’à soixante-cinq ans voire plus et ce dès que nous ferons vieux sur nous c’est-à-dire très tôt comme jadis comme toujours sans retraite en nous-même ni dans les livres des comptes et avec un loyer à payer ou la rue tandis que ton cadre lui s’accomplira dans ses fonctions de croissance

      avec résidence privée principale et secondaire pour se restaurer les brindilles familiales

      au contraire lui répondis-je il faut éviter ces coups dans nos mollets d’enfance qui prépareront le chemin aux rameaux de demain ils vont aussi couper par là avec le CPE et l’emploi unique où tu auras encore à remercier pour le grand privilège d’avoir "le droit à une explication" pour le motif de ton licenciement parfaitement légal - ai-je nommé les corbeaux du système - pousse-toi l’autre me rapporte des aides payés par tes pairs

      car si mes ancêtres n’avaient pas fait de même

      en refoulant du nord au sud ils nous préparent consciemment l’ère glaciaire économique et les migrations congères des populations d’est en ouest - il faut rester solidaire et ne pas écouter le premier venu c’est toujours l’autre qui part alors on fait silence jusqu’au jour où l’on entend frapper à son bois et là le cercle blanc pour les arbres d’avenir ou la croix rouge pour les arbres à abattre en quoi ce marquage te concerne-t-il

      es-tu inscrit au prochain arbre à abattre

      car si tes ancêtres n’avaient pas fait de même et s’étaient contentés de la vérité du seul travail interne il me faudrait aujourd’hui à la houe méditer au niveau des lombaires près des racines vives du sol ce qui ne serait pas nécessairement un mal

      alors soyons également solidaire avec ceux qui luttent pour la qualité sans OGM de notre alimentation car l’enjeu est de nous faire crever avec un taux de renouvellement rapide parce que sans mémoire ainsi les pépinières intensives à la Playstation des pins sont pour eux plus rentables que le vieux bois de chêne on dit qu’il faut lutter mais qui est monté à son fût pour guetter l’interne ennemi de paresse

      alors ne vous plaigniez pas si l’on vous élève mal vous exploite et vous violente

      ils ont remplacé les cochons sauvages par des porcs gras et roses et ces porcs vont être remplacés à leur tour avant les porcs robotiques - je ne nomme pas les esclaves en costume du clavier + écran - par des espèces plus robustes et qui ne se syndicalisent pas tes camarades d’hier souvent les plus actifs ont eu leur promotion ce sont désormais les porchers les bouviers si tu veux

      mais alors qui prend le rôle de la charrue et des bêtes de peine qui attendent une caresse du capot pardon du petit maître

      lui-même aux ordres de la troisième révolution informatique - qu’ils nomment mondialisation les déplacement des populations d’un township à une cité HLM importent peu puisque HLM et township ont pour synonyme ghetto

      alors entre porcs bœuf ou cerf pour ma part j’ai choisi de m’adapter aux grandes migrations du chiffre en me posant cette question depuis la cime de ma souffrance prolétaire -

      il n’y a pas de honte à affirmer que nous sommes des bêtes pour eux Jean-Baptiste Clément ne le chantait-il pas pour nos ancêtres - et pour nous son homonyme Gilles Clément et qu’est-ce qui a changé qui n’est pas déjà mis en challenge

      alors si tu ne souhaites pas toi-même monter à l’arbre et faire le guet pour tes camarades poses-toi cette simple question :

      qui sera mangé le premier du bœuf ou du cervidé - résiste ne collabore pas ne met pas ton bracelet là (cinéma / centre commercial / etc.) où les caissières humaines ont disparues

      il me suggéra ce rêve lucide -

      plutôt un cauchemar qui a le mors aux dents cariées colmatées de mercure et d’argent aux roches buccales près desquelles croissent chaque premier mercredi du mois les bois charpentiers de l’hurlangue à ma trachée bronchique -

      celui d’une transformation en cervidé ce qui n’est pas loin si l’on y songe de celle de l’âne à une différence essentielle cependant puisque l’un migre et l’autre non :

      trop dépendant du bon vouloir de son maître

      et que l’on nous dise pas qu’il n’y a pas de travail du travail il y en a dans le social l’aide à l’autre et l’écologie quel est le sens de cette course effrénée nous avons le temps celui de la qualité de vie et du sens collectif de notre travail pour le bine de tous pas pour détruire en accéléré en épuisant nos ressources en les polluant et nous suicidant à court et moyen terme

      ce que nous voulons ce n’est pas seulement l’égalité des chances devant l’instruction c’est également - via l’éducation - l’accès à tous nos sentiments humains

      et non cette fatigue cet épuisement cette mort lente et cette occupation toujours de votre économie létale dans nos artères et dans nos nerfs nous voulons boire une vie rafraîchissante d’ombre et de fraîcheur une vie de joie simple et de satisfaction d’accomplir une bonne tâche

      pas cette folie savante et mensongère en costume télévisé coûteuse de vos descendants esclavagistes qui pour mettre le monde à sac - à feu et à sang - font de longues études sur nos deniers

      après trois ou quatre générations avec suffixe ablatif nos poumons citadins se retrouvent encrassés de vos mensonges commerciaux

      pour obtenir cette justice sociale nous voulons la gratuité partout dans notre vie

      et non pas seulement celle des transports pour rejoindre en commun vos fûts de cheminées - cercle blanc ou croix rouge si je mens je vais en enfer mais l’enfer c’est ici un peu plus un peu moins quand on crame encore de cet espoir de vivre vrai que l’on ne s’est pas complètement résigné ou que notre horizon d’espoir ne se borne pas à une retraite qui recule à mesure que nous avançons

      nous voulons boire et donner de l’ombre à nos prochains pour leur éviter cette combustion rapide que vous nous donnez partout en spectacle

      c’est ce que font les arbres eux qui ont si peu de comité de défense forestière : donner de l’ombre recycler l’eau nous n’avons rien à perdre nous avons tout à donner

      et non je ne pète pas un câble ni une branche regardez autour de vous en vous ouvrez les yeux : le sens du vivant est toujours simple

      essentiellement simple même si la menace de nous l’enlever nous a toujours fait reculer devant la hache - parce que nous avons de l’instinct et vous de l’instruction celle de nous l’exploiter alors que votre mouvement est celui de la mort partout dans le monde

      non je ne donne pas mes organes à la science pour ce qu’elle en fait à quoi bon vivre en "bonne santé" ou plus longtemps dans un monde de plus en plus pourri

      expliquez-moi l’erreur de vos légions d’horreurs

      à bon entendeur

      jean costic

  • Une nouvelle maladie mentale
    la révolte ?
    18 novembre 2013, par Ben18
    J’adore vos tournures de phrases, ça m’incite à reprendre un peu la rédaction à l’occasion... J’oubliais : j’ai constaté quelques virus sur quelques zones, vous pourriez vous renseigner au sein de sites web tels univ-antivirus.fr. Ben
  • Une nouvelle maladie mentale
    la révolte ?
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    Your place is valueble for me. Thanks !... Judi Online Judi Bola Judi Bola Online Agen Judi Bola Gebyarliga.com
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin