e-torpedo le webzine sans barbeles



I Put a spell on you
de Screaming Jay Hawkins

Catégorie Musique
Il y a (4) contribution(s).

(JPEG) L’homme et la légende naquirent respectivement le même jour, le 18 juillet 1929 à Cleveland (Ohio), sous le doux patronyme de Jalacy J. Hawkins.

"Je suis venu au monde noir, nu et laid, commente-t-il. Et qu’importe le temps qu’il me faudra passer ici-bas... c’est un court voyage ! Je quitterai ce monde, noir, nu et laid. Sachant cela, voilà pourquoi j’apprécie la vie. Et j’aime voir autour de moi des gens heureux... Depuis que je suis dans ce métier, j’aime que, grâce à moi, les gens oublient leurs problèmes. J’aime les faire rire !".

Belle mais pourtant difficile entrée en matière : à 18 mois, abandonné par sa mère, il est adopté et élevé par une famille d’Indiens "Blackfoot". Dès l’âge de trois ans, le petit JAY se met à jouer du piano. "La musique a été partie intégrante de ma vie aussi loin que ma mémoire puisse remonter", dit-il. Mais très vite, notre rejeton fait preuve d’un sens de l’improvisation et d’un anticonformisme plutôt personnel et gaillard. Contredisant sans cesse son professeur de piano, détournant à l’envi les théories et conventions harmoniques du solfège, JAY développe et épure peu à peu son propre style :

"...Ainsi, dit-il, je pus apparaître avec mon talent unique".

En 1945, JAY s’engage dans l’armée. 13 missions de combat dans le Pacifique, et notre homme sérieusement blessé doit être rapatrié. Entre-temps, JAY a appris le saxo ténor et... la boxe ! Toujours à l’ombre des drapeaux, c’est dans cette seconde discipline qu’il va brillamment s’illustrer ! En 1947, il gagne la plus grande épreuve amateur américaine : The Cleveland Amateur Golden Gloves Diamond Contest. En 1949, il remporte le titre de Champion des poids moyens d’Alaska, couchant en 15 rounds le pourtant très coriace Billy Mc Cann.

En 1952, JAY quitte définitivement l’armée. Mais dans l’intervalle, il n’a cessé de peaufiner sa musique, se produisant çà et là, de garnisons en fêtes improvisées. Dans le cadre du Théâtre aux Armées ou ailleurs, on le vit (selon ses dires) jouer avec Arnett Cobb, Gene Ammons, James Moody, Lynn Hope ou Lionel Hampton. "Je ne savais pas véritablement chanter jusqu’au jour où je me suis produit dans une ville qui s’appelle Nitro, en Virginie. Il y avait là cette femme énorme, très grosse, imposante... Genre gloutonne, bestiale, obèse. Cette femme aurait fait passer un pauvre éléphant pour une mine de crayon tellement elle était grosse. Et elle était heureuse ! Elle engloutissait du scotch Black and White et du Jack Daniel en même temps... et elle me regardait sans cesse. Elle criait : « Scream baby ! Scream, JAY ! ». A cet instant je me suis dit :

« Tu cherchais un nom de scène.... et bien le voici ! »".

C’est donc de l’enthousiasme quelque peu éméché d’une encombrante admiratrice que naît le tonitruant sobriquet de SCREAMIN’ JAY HAWKINS.

Mais c’est avec Tiny Grimes (et ses sémillants Highlanders vêtus de leurs kilts écossais) que JAY fera ses véritables débuts discographiques. Cette même année, notre tout jeune civil entre en studio pour enregistrer un premier 45 tours intitulé : "Why Do You Waste My Time / Carnation Boogie". Inéluctablement, l’homme se rapproche de sa légende...

De labels en singles ("J’ai changé de maisons de disques comme vous changez de chaussures".), l’histoire nous conduit à New York, au coeur feutré d’un studio, en ce jour mémorable du 12 septembre 1956. JAY enregistre pour la seconde fois une ballade de son cru intitulée "I Put A Spell On You". Arnold Maxin (A&R de Columbia) cherche à motiver les musiciens présents. "Ne considérez pas cette réunion comme une séance d’enregistrement, mais plutôt comme un picnic !" lance-t-il à la ronde... "Amusez-vous !". Les rafraîchissements coulent à flots. "Nous étions ivres morts, se souvient JAY. Il y avait là toutes sortes d’alcools : vin, scotch, bourbon, vodka, gin et rhum".

Le reste de cette mémorable séance s’estompe lentement dans d’amnésiques et délétères vapeurs de bacchanales.

Quelques jours plus tard, lorsque JAY écoute le résultat couché sur la bande, il est perplexe ! Il refuse d’abord de croire que c’est lui qui chante. "Je ne savais pas que je pouvais hurler, grogner ou gémir de la sorte...", confie-t-il. Le disque est commercialisé et, le temps d’un microsillon, SCREAMIN’ JAY HAWKINS devient, pour l’Amérique puritaine d’alors, l’Ennemi National numéro 1... Mais en parallèle, la jeunesse ne s’y trompe pas. Elle reconnaît dans ses grognements cannibales et paroxystiques les francs symptômes d’une sédition de bon aloi. Le disque se vend à plus d’un million d’exemplaires. Et "I Put A Spell On You" s’inscrit sans hésiter au rayon des standards et autres hymnes incontournables du rock and roll.

La suite est contenue dans cette tempétueuse et flamboyante carrière que nous lui connaissons. Depuis lors, JAY n’a cessé de brandir haut et sans faiblir la bannière d’un "rock’n’horror" musclé, irrévérencieux et définitivement revigorant.

Superbement conseillé par Alan Freed, notre histrion se mit à redoubler de provocations, d’outrages et de pitreries "gore". On le vit entrer sur scène, jaillissant d’un cercueil.... ou brandir, en gesticulant de façon forcené, une canne surmontée d’un crâne baptisé "Henry" et dont les yeux clignotaient. Il inclut à son répertoire quelques merveilles de démence maîtrisée telles que "Constipation Blues", "Alligator Wine", "Frenzy" ou "Feast Of The Mau Mau". "I Put A Spell" fit le tour de la planète et a été repris par Nina Simone, Arthur Brown, The Animals, Creedence Clearwater Revival, Manfred Man, The Who, Alan Price... ou plus récemment par Marilyn Mansion sur la B.O de "Lost Highway". Le "rock’n’roll clown" a rejoint sa légende, traversant de son indomptable présence les salles de concert du monde entier et les écrans de cinéma (ses performances filmées dans "Mr Rock & Roll", "The Girl Can’t Help It", "Dark Decision", "American Hot Wax" ou "Mystery Train" restent des modèles du genre !).

...

Et le plus sereinement du monde, l’homme et la légende se sont retrouvés en juillet 1997 à Memphis pour l’enregistrement d’un tout nouvel album.

Produit par le talentueux JIM DICKINSON (très remarqué - entre autres - sur le dernier BOB DYLAN, "Time Out Of Mind"), SCREAMIN’ JAY HAWKINS a investi l’ombre du "Sam Phillips Recording Service" pour enregistrer 13 titres dont l’exclusivité vous est proposée dans ce "AT LAST". Superbement secondé par le légendaire tandem rythmique "Muscle Shoals" (Roger Hawkins et David Hood), soutenu par l’impeccable concision des guitares de Frank Ash, l’homme de tous les frissons a gravé son retour de quelques cantilènes incendiaires. "Coulda’, Woulda’, Shoulda’" et "I Played The Fool" prouvent son indescriptible maîtrise, son art unique de décliner ces contusions de l’âme qui font les vrais chefs-d’oeuvre.

"Sur la plupart de mes disques, dit-il, il y a toujours des ballades. Mais généralement les gens ne veulent pas les écouter. Il suffit de prononcer le nom de Screamin’ Jay Hawkins et aussitôt ils veulent la folie, l’homme-vaudou, le docteur en sorcelleries...".

Cette folie, intacte et justifiée, se retrouve dans les irrésistibles "Listen" ou "Shut Your Mouth When You Sneeze". Instants de bravoure - s’il en fut -, régals de l’inconditionnel, où un JAY prompt aux pitreries et toujours ardent, flamboie de mille voix, ressuscitant sur l’heure ces sauvages accents de déraison qui firent sa gloire. Un "Make Me Happy" étourdissant, rebondissant de chamarrures gospel... et un "I’ll Be There" aux dominantes hawaiiennes parachèvent cet exaltant tour de force. En guise d’épilogue, une tonitruante et fougueuse version de "I Shot The Sheriff" dépoussière - d’une connivence canaille - l’essence reggae d’un Bob Marley légendaire. Au sortir de l’album, estourbis et le souffle court, nous retiendrons l’éruptive voix du maître, caverneuse et tumultueuse à souhait. Nous retiendrons cet exceptionnel jeu de piano qui est le sien et qui surprit tant JIM DICKINSON : "C’est fascinant de le regarder jouer, confie-il. C’est l’ancienne technique de l’accord à deux mains. Il dit qu’il a tout appris de Nat King Cole et de Charles Brown... Et il joue comme s’il était piégé entre les deux !".

source :
-  Lastcallrecords


_



Publié le 12 mars 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin