e-torpedo le webzine sans barbeles



Qu’est la tolérance devenue ?...

Catégorie politique
Il y a (3) contribution(s).

Un article de Jean Dornac site : Altermonde.le village

(JPEG)

Je ne sais si cet article sera long ou sera court au moment où j’écris ces premiers mots... Je ne sais si vous, lecteurs, l’apprécierez ou le rejetterez... Je ne sais si j’exprime la vérité ou si, à mon esprit défendant, je me tromperai... Mais, si je trempe ma plume de clavier dans l’encre de ma mélancolie, c’est bien parce que ce monde « fout le camp » ; parce que la volonté de se comprendre entre humain est toujours soumise à la violence et le « vouloir » dominer ; parce que nous, dans nos sociétés prétendument modernes, scientifiques, avancées (vers quoi donc ?) nous avons dilué notre conscience dans notre mal-bouffe de violences quotidiennes...

Il est des sujets particulièrement sensibles.

Il me suffit de penser à tout ce qui tourne autour de l’accusation d’antisémitisme... Voici que Raymond Barre, à son tour, après Edgar Morin et tant d’autres, est accusé de faire partie « du monde glauque à l’odeur fétide » de l’antisémitisme... Récemment, on m’a fait le même procès d’intention dans un mensuel juif de France. Parce que je ne cherche pas la polémique, j’ai décidé de ne plus publier dans le nouveau site les articles que j’avais écrit à propos du sionisme. Je préfère vous soumettre, lorsque j’en reçois, des textes écrits par des Israéliens eux-mêmes. Leurs textes montrent et démontrent combien l’idéologie sioniste est devenue criminelle et atroce. Ces auteurs ne peuvent prêter à confusion ni se faire traiter d’antisémites. Ces poignées de « vibrantes consciences », je les compare aux « dissidents » soviétiques, tels Andréï Sakharov et quelques autres. Mais il est douloureux de voir le déchaînement de la haine, l’avalanche ou l’ouragan d’intolérance, de diffamation et de « procès en sorcellerie »...

Autre sujet qui déclenche l’intolérance, les présidentielles et législatives à venir. C’est tout aussi ubuesque même si, heureusement, le plus souvent, cela ne se termine pas devant un tribunal. Mais il faut bien constater que les périodes électorales sont propices à tous les débordements imaginables mais aussi inimaginables... Nous en voyons le résultat tous les jours dans ce pays. Ce qui me semble terrible, dans le sens de la « terreur », c’est de voir combien les présupposés fleurissent et provoquent des dégâts partout et, notamment, dans les forums de très nombreux sites. Je ne parle même pas de ceux qu’on appelle les « trolls », ces sortes de professionnels de la zizanie, non je parle de toutes sortes d’intervenants qui, visiblement, ne peuvent ou ne veulent pas garder leur sang-froid et filent très vite à l’insulte contre les auteurs d’articles. On a vu, récemment, sur altermonde, combien ma prise de position en faveur de l’abstention a fait monter d’un cran la tension et la nervosité de certains intervenants sur les forums.

Certains, parce que je me déclarais pour l’abstention, m’ont vertement jeté à la figure que je « démissionnais », que « j’abdiquais », que « je m’en fuyais », en somme... Et pourtant, si une lecture tolérante de mes articles sur le sujet avait existée, ils se seraient rendu compte que je prônais l’abstention pour la première fois et pour la simple raison que la prochaine élection présidentielle, de façon plus évidente que jamais, est truquée avant même d’avoir commencée. Oh combien le mot « fuite » ou celui de « démission » est dérisoire et déplacé lorsqu’à force de réflexions, d’analyses, de questions que l’on se pose sans cesse, sans jamais avoir la certitude d’atteindre une certaine « vérité », on parvient à la seule conclusion qui nous semble responsable : Faire le choix d’exprimer son opinion en refusant de cautionner la triche d’Etat, la triche bien comprise et voulue par les « grands partis » ; en refusant d’apporter notre voix pour laquelle nous avons, à bon droit, quelque considération, dans l’urne de la mauvaise blague électorale...

Ces quelques mots, « démission, fuite, abdication », etc, ceux qui les écrivent ne savent pas quelles résonances douloureuses elles provoquent chez nous. Ils ne se rendent pas compte, notamment, à quel point, lorsqu’on va, forcé par nos constatations lucides, faire campagne pour l’abstention nous remettons en cause notre réputation ou notre crédibilité. Si nous prenons le risque de ne pas jurer dans le même sens que la masse des individus et la quasi-totalité des médias, ce n’est certainement pas pour notre gloire ; ce sont les coups de bâtons qui nous attendent et les blâmes qui viennent de partout, même de nos amis ou proches...

Ah qu’il est dur, dans ce pays, d’exprimer une opinion qui ne va pas dans le sens du courant dominant ! Ce serait tellement plus facile de suivre ce courant, croyez-moi... Si je l’avais fait, le plus grand nombre me trouverait « très bien », mais je n’aurais plus eu la moindre crédibilité à mes propres yeux et, ça, croyez-moi, c’est encore plus pénible que les reproches des autres...

Sommes-nous encore des Gaulois...

-  Sommes-nous, dans ce pays, condamnés pour l’éternité à réagir en « Gaulois », peuple râleur, violent, j’en passe et des meilleurs ?

-  Le temps n’a-t-il donc pas déroulé son vaste tapis à nos yeux ?

-  N’avons-nous donc rien appris en deux mille ans ? Sommes-nous donc restés si « nombrilistes » pour n’avoir pas vu qu’ailleurs, chez ceux que nous considérons volontiers comme des « ignares », des « sous-développés » ataviques, certains, tels les Gandhi, les Martin Luther King, les Nelson Mandela appliquaient et nous montraient des leçons essentielles ?

Pourquoi faut-il que nous attaquions plutôt les humains que leurs idées ?

-  Sommes-nous à ce point limités dans notre ouverture d’esprit ?

-  Manquons-nous donc d’intelligence ?

-  Sommes-nous figés à jamais dans le besoin de violence, que ce soit par des actes, des pensées, des mots ?

Ce sont beaucoup de questions, n’est-ce pas... Et, de plus, je peux donner l’impression que je me crois « arrivé », que je me crois presque parfait. Pourtant, je sais que personne n’arrive jamais au bout du chemin proposé par la non-violence. Il faut toujours être en route. Plus nous avançons, plus le but semble s’éloigner. Je mets volontiers la philosophie de la non-violence sur le même rang, je dirais que c’est un cousinage très étroit, avec l’amour. Je parle bien sûr du point de vue spirituel de l’amour, mais un spirituel universel, non religieux. L’amour non plus, quelle que soit notre volonté, nous n’en verrons jamais le bout parce que c’est quelque chose qui nous dépasse totalement.

Ce qui n’est pas une raison pour ne jamais le fréquenter...

On ne peut qu’être sur sa route et la suivre le plus loin possible avec ce que nous sommes, ce que nous avons reçu. Mais, bon sang, qu’il s’agisse de la non-violence ou de l’amour, en fin de compte deux notions similaires, pour ne pas dire identiques, ça vaut le coup de les emprunter ces chemins ! Et ceci, même si nous savons pertinemment que nous chuterons parce que nous ne sommes que des humains et pas des dieux ! Là encore, ce n’est pas parce que nous savons que nous chuterons que nous devons nous abstenir de tenter cette extraordinaire aventure.

Chuter, c’est la condition humaine de tous...

Mais savoir que, quoi que nous fassions, nous chuterons, ici ou là, à telle ou telle occasion, devrait, oh combien ! nous rendre très modestes par rapport aux autres et donc plus que tolérants. Cela nous fait une belle jambe de blâmer la violence des autres et de nous moquer d’eux ou de leur lancer des piques très douloureuses...

-  Quelle est donc la différence entre eux et nous ?

Ce que j’exprime au travers de ces mots, c’est ma conviction absolue que si l’humanité ne fait pas un intense effort vers la non-violence, elle est perdue et cette perte ne se fera pas dans quelques siècles...

On ne peut pas faire le plus dur, si nous ne parvenons pas à faire le plus facile. Je m’explique...

Je considère que, si on a compris à quel point la non-violence est nécessaire et urgente à acquérir, il est inutile de vouloir participer à de grandes actions de désobéissance civile si nous ne sommes pas capables, dans les forums, par exemple, ou entre amis, ou encore au sein de nos familles, d’avoir des attitudes non-violentes. Nous ne tiendrons pas la route...

Je peux certifier pour l’avoir expérimenté depuis assez longtemps, que la non-violence dans les réponses aux forums est quelque chose de facile, dès le moment où nous avons pris conscience de la grandeur de la non-violence et de la misère tragique qu’est la violence. Il s’agit, c’est vrai dans nos réponses comme dans nos actes de tous les jours, d’inverser notre sens de la fierté personnelle.

La culture ambiante est à la violence.

Le message qu’on nous fait sans cesse passer, notamment par les films et séries télévisées, c’est que pour être « un homme » nous devons défendre notre « fierté », y compris et forcément par des réactions violentes, que ce soit par nos paroles, nos écrits ou nos actes physiques.

-  Oui, mais franchement, quelle fierté y a-t-il à donner des coups ?

Quelle fierté y a-t-il à répondre violemment, par des mots à la signification brutale ou à l’humour méprisant, tout aussi violent dans ses résultats escomptés comme réalisés. Moi, je ne vois pas où se situe notre victoire, dans de tels cas. Je ne vois que provocation à la violence, qu’orgueil ou fierté mal placée. Je vois surtout la perpétuation de la violence et donc des souffrances. Non, je ne vois nulle victoire humaine dans la violence ! Ce n’est que tragique défaite et enfoncement dans le malheur !

Il est pourtant simple, si nous sommes « agressés », par exemple dans les forums, c’est valable pour tous et moi y compris, de prendre le temps de la réflexion, de choisir les mots qui ne blessent pas et d’afficher un respect vrai de l’autre, même si nous attaquons durement ses idées. Le tout est de comprendre que nul n’est supérieur à un autre ! Nous sommes tous faits de la même « pâte » avec les mêmes défauts, mêmes faiblesses, mêmes insuffisances...

La seule vraie fierté que je conçoive dans les rapports avec les autres, c’est celle que je ressens lorsque j’ai vaincu mon agressivité négative, celle que nous avons tous en nous. Là, je considère que j’ai acquis une victoire, là seulement.

Il reste, et ceci ce sont les psychologues qui nous l’apprennent que, parfois, nous blessons l’autre sans avoir eu l’intention de le faire.

Et nous n’en sommes pas forcément conscients.

Il arrive, suivant ce qu’ont vécu les autres, que certaines souffrances, certaines situations rejaillissent brutalement en eux suivant les mots que nous utilisons ou les situations que nous leur faisons vivre. Cela, c’est assez tragique parce que nous pouvons arriver à des situations inextricables, sans que nous ne les ayons cherchées ou voulues. Ceci parce que, sans le savoir, nous touchons le subconscient de notre interlocuteur... Par rapport à cela, je dois avouer que je me sens désarmé, démuni...

-  Comment savoir, à l’avance, que tel mot, telle situation, surtout si nous ne connaissons pas bien notre interlocuteur, et c’est très souvent le cas dans les forums, le fera bondir et réagir violemment ?...

Heureusement, ce sont des cas qui ne sont pas trop fréquents. Si, déjà, nous avons la volonté de ne pas blesser l’autre, nous aurons de bonnes chances de ne jamais le blesser... C’est en tout cas mon espérance.

Question de cohérence...

Et puis, réfléchissons un peu :

-  A quoi sert-il de se battre contre la guerre en Irak, contre le régime politique Israélien, contre les idées tragiques d’un Nicolas Sarkozy, si nous, sur un simple forum comme celui d’altermonde, nous avons la volonté de poursuivre nos « petites » guerres contre ceux qui ne sont pas de notre avis ?...

Si nous voulons chasser la violence qui détruit, plus que jamais, l’humanité, nous n’avons pas d’autre choix que de commencer par nous et en nous, et ceci dans tous nos actes. Si nous attendons que les autres commencent, tout est perdu.

-  Alors, qu’attendons-nous pour emprunter les chemins de paix, ici et ailleurs ?...



Publié le 14 mars 2007  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin