e-torpedo le webzine sans barbeles



Elections Présidentielles 2007
Les Français défiants

Catégorie politique
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) C’est un article paru dans le Monde du 13 mars 2007 qui me fait réagir. Y aurait-il un frémissement démocratique dans ce pays, et ceci chez une majorité de nos concitoyens ? Ce frémissement, s’il n’est pas un nouvel avatar des truquages de sondeurs, devrait inquiéter quelque peu le monde des politiciens professionnels...

Extraits du Monde du 13 mars 2007

« En février, 61% des Français déclarent ne faire confiance ni à la gauche ni à la droite pour gouverner le pays. Les quatre vagues d’enquête du Baromètre politique français (BPF), réalisées entre avril 2006 et février 2007, montrent qu’il s’agit là d’un phénomène structurel puisque ce pourcentage se situe, depuis un an, entre 60% et 70%. A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, il ne se trouve que 17% des Français pour déclarer leur confiance dans la gauche pour gouverner le pays et, à peine plus, 21% exactement, pour déclarer leur confiance dans la droite. »

Alors qu’on nous rebat les oreilles avec le duel Sarkozy-Royal, voilà qui est intéressant à noter.

« Ces résultats sont préoccupants car le mécanisme de la confiance est au cœur des institutions de la Ve République, caractérisée depuis 1962 par l’élection du président de la République au suffrage universel, et depuis 1988 par le scrutin majoritaire qui favorise la bipolarisation. Force est de constater la crise profonde du régime politique français. »

Cette analyse est signée de Jérôme Jaffré (directeur du Cecop, chercheur associé au Cevipof)

-  Faut-il être préoccupé ou plutôt satisfait ?

Pour ma part, je me rangerais plutôt dans le camp des satisfaits partiellement étonnés. Non pas que je veuille à tout prix souhaiter une crise majeure en France, au risque de dérives violentes, mais parce que je perçois un signe très positif dans cette « défiance ».

Je considère que ce ne sont pas ces résultats qui sont inquiétants ! Monsieur Jaffré, même si je comprends très bien ce qu’il veut dire, est à mon sens à côté de ce qui est essentiel.

Qu’est-ce qui est réellement inquiétant, en France, en l’an 2007 ?

Ce sont les dérives des politiciens et des partis politiques. Ce sont ces dérives-là qui ont amené à cette défiance massive ! Et, notamment, les dévoiements quasi pétainistes de Nicolas Sarkozy !

Selon l’urgence des changements que l’on ressent, selon le degré de démocratie souhaitée dans un pays comme la France, il est évident, en tout cas pour moi, que la réaction de ces 61% de Français a plutôt quelque chose de rassurant. Cela signifie une attention et une lucidité politiques un peu inattendue de la part des citoyens ; une lucidité bien au-delà de ce que pouvaient supposer les partis politiques peut intéressés par les aspirations du peuple, mais très préoccupés de gagner les élections ; cela signifie aussi qu’un vrai changement devient possible si ces 61% en tirent toutes les conclusions logiques.

Si les partis et leurs logiques sont malsains, la réaction de ces Français est, elle, extrêmement saine. Le référendum n’est pas pour rien dans la prise de conscience de nos concitoyens, j’en suis persuadé. N’aurait-il eu comme seul résultat que cette seule prise de conscience qu’il aurait déjà eu une importance majeure. Et l’on comprend, du coup, la déception de Jacques Chirac quant au « Non » Français et la consternation, en fin de compte, de tous les gouvernements néoconservateurs d’Europe, qu’ils soient de droite ou de gauche. Les partis politiques de gouvernement ont pris les Français pour des « veaux », pensant qu’ils suivraient sans sourciller leurs ordres de voter « oui ». Au total, c’est la défiance qui s’est installée, non pas contre les Institutions en elles-mêmes mais contre les pratiques plus que douteuses de ces partis de pouvoir.

Le groupe de l’espérance

« Entre les deux, le groupe dont l’importance a explosé est celui des "défiants". Ils se reconnaissent dans le clivage gauche-droite, mais ne font confiance ni à l’une ni à l’autre pour gouverner le pays. Ils constituent désormais le groupe le plus important, soit 38% de l’électorat au lieu de 25% il y a dix ans. »

Il est bien évident que nul changement ne peut se faire si les citoyens acceptent, sans se poser de questions, le type de « clivage droite-gauche » qui existe depuis des décennies. Nous nous rendons trop compte qu’il n’y a comme différence, entre les deux groupes de partis, que d’infimes détails. De toute façon, rien ne bouge chez les gens satisfaits et ceci en tout domaine de la vie.

Cela veut dire que si 38% de citoyens en âge de voter se reconnaissent dans le clivage mais ne font confiance ni à la droit ni à la gauche, ces citoyens-là sont mûrs pour exiger des changements de fond.

Il ont vu et compris que la manière de faire de la politique, aujourd’hui, ne rime à rien d’autre que de perpétuer l’immobilisme complet quant au type de société. Ce type de société, de ce fait, nous est imposé en dépit des mascarades régulières fournies par de nombreux scrutins. Il y a fort à parier que nombreux sont ceux, parmi ces 38% qui sont tentés, à bon droit, de s’abstenir ou de voter blanc.

-  Diable, que faire d’autre lorsqu’on sait qu’on nous fait participer, avec des airs particulièrement sérieux, voire graves, à une gigantesque farce électorale sous le couvert du civisme obligé ?

Je suis persuadé que ces 38% pèseront de plus en plus lourd à mesure que les « traficotages » électoraux seront de mieux en mieux connus. Parmi ces « triches », celle que dénonce Stéganos n’est certes pas la moindre (voir l’article : 2007 risque de coup d’Etat électronique en France).

-  Comment douter que les politiciens professionnels, ceux qui vivent, et vivent bien, de la politique en France, veulent instaurer ce système qui permettra toutes les magouilles ?

Autre raison de faire partie du groupe des « défiants », la manipulation que nous subissons de façon permanente au travers des sondages. Je vous recommande, à cet égard, de lire l’article d’Agnès Maillard (Voir l’article : Sondomythes) qui montre combien il faut rester méfiant quant aux sondages.

Entre les sondages, les machines à voter, et le référendum, mon sentiment est que les politiciens se sont découverts par trop d’orgueil. Ils croyaient, sans doute, qu’ils pouvaient tout nous faire avaler. Et de fait, le peuple, le nôtre comme ceux de tous les pays dits riches, ont tout avalé depuis au moins quarante ans. D’abord la société de consommation et ensuite, très vite, les idées des néoconservateurs ou, autrement nommée, l’idéologie néolibérale au travers de la mondialisation marchande et financière.

Dans les deux cas, il n’était pas évident de découvrir les pièges.

S’agissant de la société de consommation, c’est peu à peu qu’un nombre important de citoyens a découvert les méfaits de ce type de société. Ceci au travers des abus incroyables de la publicité, puis des dégâts tragiques de ce qu’implique la société de consommation, notamment en termes de pillages des ressources naturelles, d’alimentation de plus en plus chimique et cancéreuse, et désormais de changement climatique dont les pires effets sont encore à venir...

S’agissant de l’idéologie, il aura fallu les abus ahurissant de la campagne pour le Oui » au référendum de mai 2005 pour que de nombreux citoyens se posent enfin la question essentielle :

-  Quelle est donc la différence entre la gauche et la droit en France ?

Réponse évidente : Il n’y en a pas !

Conclusion non moins évidente :

Il y a imposture évidente de la part des partis de gouvernement !

Ce sont, en fin de compte, les politiciens eux-mêmes qui ont fait la preuve de la supercherie.

C’est bien cela qui peut nous permettre, dans les années venir, de chercher les voies du changement, puisque ce changement est obligé si nous ne voulons pas nous enfoncer dans une dictature qui ne dira jamais son nom, parce qu’elle fait peu usage de la force, mais qui n’en sera pas moins notre réalité quotidienne.

Mais l’espoir du changement est-il réel ?

Je crois que la prise de conscience de beaucoup de citoyens est bien réelle. Nous le mesurerons surtout à partir des votes blancs et des abstentions lors des prochaines présidentielles. Mais, pour autant, les inquiétudes demeurent et elles sont lourdes de menaces d’avenir. Autant je me suis réjoui en découvrant l’article sur les « défiants », autant mon espérance s’est assombrie lorsque j’ai découvert ceci, dans le Figaro du 16 mars 2007 :

« Le soutien à la proposition avancée par Nicolas Sarkozy est net dans les couches populaires.

UNE MAJORITÉ de Français est favorable à la création d’un « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale » et approuve les arguments avancés par Nicolas Sarkozy pour justifier sa proposition, selon le dixième baromètre réalisé par OpinionWay pour Le Figaro et LCI. »

Si le sondage en question n’est pas truqué, cela veut dire qu’une large fraction de citoyens, tout en étant, pour une part au moins, « défiante », s’engage également dans un racisme de bas étage, type Front National ou type « Vichy ». Si tel est le cas, cela signifie une certaine victoire de Nicolas Sarkozy qu’il soit ou non élu dans quelques semaines. Il aura réussi à « asseoir » solidement les idées néfaste de l’extrême droite.

Et si, hélas, ce sont les couches populaires qui le soutiennent le plus cela veut dire aussi que le manque de culture, de connaissance de l’histoire, une fois de plus, va provoquer des drames.

En conclusion, je dirais qu’en cette année 2007 l’espérance est permise, puisqu’une large part de la population est devenue « défiante », mais que nous devons, obligatoirement, rester vigilants puisque nombreux sont également ceux qui veulent nous ramener aux pires années de la guerre, de l’occupation et de la collaboration.

Tentons, au niveau où nous sommes, avec les moyens qui sont les nôtres, de travailler pour l’espérance en faisant reculer le racisme ou sa tentation.

-  source : Altermonde.leVillage



Publié le 20 mars 2007  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Elections Présidentielles 2007
    Les Français défiants
    30 janvier 2016, par Sara

    Thanks a lot for sharing. Keep blogging.

    venus factor trial offer

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin