e-torpedo le webzine sans barbeles



P2P : 23 Britaniques condamnés, des parents s’accusent pour sauver leurs enfants.

Catégorie société
Il y a (3) contribution(s).

P2P : 23 Britaniques condamnés, des parents s’accusent pour sauver leurs enfants.

La guerre de l’industrie du disque menée contre « les pirates » continue. Les cibles sont essentiellement, de très jeunes internautes. Aussi, la plupart du temps, des parents endossent la responsabilité des actes, n’ayant aucune envie de propulser leur enfants dans un avenir compromis et pour les protéger des griffes de la justice à un âge où le rêve est prédominant. N’oublions pas que pour arriver à leur "faim", ces industries bafouent le droit des libertés individuelles. C’est en espionnant des connexions qu’ils alimentent les plaintes. De plus que penser de ces appels à la délation ?

(JPEG)

La solution « tolérance zéro » du lobby culturel ne redorera pas le blason d’une culture mercantile qui s’étale entre boucherie et légumes. Les titres les plus téléchargés étant aussi les plus éphémères.

Ne serait-il pas bon de s’inquiéter quand un groupe déclare :

« Vivendi Universal est un acteur majeur des médias et des télécommunications, présent dans la télévision, le cinéma, la musique, les jeux interactifs et les télécommunications fixes et mobiles... »

Cette chasse aux sorcières a pour effet de dévoiler les pratiques frauduleuses et complaisantes d’organismes censés protéger les acteurs d’une culture libre en Europe. Musique-libre.org

Le résultat de cette politique de répression paraît sans appel et comme dans toute communauté oppressée, la résistance s’organise. Les artistes découvrent une nouvelle forme de protection avec les licences libres, alors que certains, les plus anciens doivent patienter pour jouir de cette liberté.

(Pour exemple, en France, un artiste ayant déposé à la SACEM une oeuvre, doit fournir la totalité de ses compositions à venir à ce même organisme et de fait, ne peut exécuter ses créations, même non déclarées, sur scène sans régler son tribut. Durant dix ans, il se trouve poing et main liés. Une seule alternative, la neuvième année, faire une demande de résiliation de ce dit-contrat. Cette date fatidique oubliée, cette alliance est reconduite pour dix années supplémentaires.)

D’autre part , le nombre de téléchargement de musiques et films libres est en hausse spectaculaire. Le consommateur de culture découvre la curiosité et l’acte non passif. Pour les aider des distributions libres de bonnes qualité se créent à une vitesse impressionnante sur la toile et dans la rue.

Ces messieurs les actionnaires semblent avoir omis une chose essentielle dans leur fonctionnement du tout profit, la culture vient de la rue, et malgré toutes leurs pressions, restera dans son berceau.

Cette réaction est due aux deux dépêches suivantes :

L’une est la condamnation de 23 internautes Britanniques.

L’autre étant l’éventuelle entrée en lice d’un des plus grands acteurs de cette guerre(Universal Music, du groupe VIVENDI) pour le rachat de Tiscali France.(tiscali fut le premier FAI attaqué en Belgique !)

-  la belgique : terre musicale de Franca Maî
-  e-torpedo breve

DI2

****

23 britanniques condamnés pour échange de musique en ligne

Fri March 4, 2005 8:18 PM CET

par Adam Pasick

LONDRES (Reuters) - Vingt-trois personnes poursuivies en justice par les maisons de disques britanniques ont été condamnées pour avoir échangé illicitement de la musique via internet.

L’amende infligée aux accusés pour régler cette première série de procès intentés par l’industrie du disque en Grande-Bretagne s’élève à plus de 2.000 livres sterling (2.905 euros), a indiqué vendredi le British Phonographic Institute (BPI), le groupe syndiquant les labels britanniques.

Deux personnes ont été condamnées à payer plus de 4.000 livres sterling chacune (5811 euros).

Le BPI, qui a été plus lent à se lancer dans des procédures judiciaires contre des internautes que son homologue américaine (la RIAA, Recording Industry Association of America), a déclaré que les personnes jugées pour avoir partagé de quelques centaines à plusieurs milliers de chansons étaient âgées de 22 à 58 ans.

Le BPI a refusé de donner les noms des accusés, "ne (voyant) pas l’avantage de les voir circuler dans la presse", mais a cependant précisé que tous les milieux sociaux étaient représentés, "de l’étudiant au dirigeant d’une société informatique en passant par un conseiller municipal".

"Certains des propriétaires de compte (de connexion à internet) étaient des parents mais, au vu des fichiers (musicaux) distribués, il est fort probable qu’ils aient été jugés à la place de leurs enfants", souligne le BPI dans un communiqué.

"L’alternative eut été de mettre leurs enfants face à l’épreuve d’une possible procédure judiciaire. La plupart des parents ne souhaiteraient pas voir leurs enfants dans cette position", ajoute l’organisation.

Trois procédures annoncées en octobre dernier doivent encore aboutir et le BPI a annoncé qu’il demanderait à la Haute Cour vendredi de forcer l’obtention des identités de 31 autres utilisateurs de plate-formes d’échanges dont Kazaa, eDonkey et Soulseek.

L’industrie du disque obtient en général les adresses IP des internautes (NDLR : le code d’identification de l’ordinateur sur le réseau) en surveillant les sites d’échanges de fichiers avant de se pourvoir en justice pour forcer les fournisseurs d’accès à internet à révéler les identités des propriétaires des ordinateurs. /PM

****

Quatre opérateurs ont déposé des offres pour Liberty Surf

Fri March 4, 2005 3:31 PM CET

par Clara Ferreira-Marques et Astrid Wendlandt

MILAN/PARIS (Reuters) - Quatre opérateurs ont déposé des offres pour reprendre Liberty Surf, la filiale française de Tiscali, déclarent vendredi des sources proches du dossier, au lendemain de l’annonce de la vente par Tiscali.

Telecom Italia, Deutsche Telekom, Cegetel, contrôlé par Vivendi, et Neuf Telecom, propriété du groupe Louis-Dreyfus, ont soumis des offres finales ou conditionnelles pour Liberty Surf, ont déclaré ces sources.

Le fournisseur d’accès à internet, qui doit rembourser un emprunt obligataire de 250 millions d’euros arrivant à échéance en juillet, avait déclaré l’an dernier qu’il vendrait des actifs non stratégiques à l’étranger pour lever des fonds.

En janvier, il a indiqué que des concurrents avaient déposé des offres pour sa filiale française mais que cette dernière était toujours considérée comme stratégique.

Le France est le deuxième marché de Tiscali en termes de chiffre d’affaires, représentant 21% des revenus du quatrième trimestre. Liberty Surf est également la première filiale de Tiscali en nombre d’abonnés haut débit avec 24% du nombre d’abonnés haut débit de Tiscali.

Tiscali, troisième fournisseur d’accès à internet européen, n’a pas donné de détails sur la vente mais les analystes ont évalué la filiale française à environ 200 millions d’euros, soit à peu près son chiffre d’affaires annuel.

Plusieurs sources ont déclaré que la vente pourrait être finalisée prochainement, sans plus de précision.

"Beaucoup de monde s’attendait à ce qu’ils vendent, la question était de savoir quand", a déclaré un analyste. "S’ils obtiennent 200 millions, ce se sera conforme aux attentes. Moins serait décevant", a-t-il ajouté.

Bouygues Telecom et Iliad ont également étudié le dossier mais n’ont finalement pas déposé d’offre



Publié le 5 mars 2005  par di2


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin