e-torpedo le webzine sans barbeles



Nicolas Sarkosy : Triste bouture
de Jean-Jacques Reboux

Catégorie politique
Il y a (19) contribution(s).

Texte à paraître dans Témoignage chrétien du 3 mai 2007.

(JPEG)



J’ai toujours eu une aversion profonde pour Nicolas Sarkozy. Sa maladive avidité de pouvoir, ses mensonges grotesques, son culte obsessionnel, quasi-pathologique, de l’Ordre policier, sa connivente fascination pour les nantis, son mépris pour les démunis,sa démagogie populiste, sa célébration pétainiste de la valeur-travail (et pour parvenir au plein emploi, il relance le STO ?), sa puissance de coercition médiatique, sa désolente inculture, ses scandaleux propos eugénistes...

Il est rare de voir à ce point condensé en un seul homme tout ce qu’un citoyen épris de justice et de liberté peut abhorrer.

Mais, me disais-je, il y en eut tant d’autres avant lui, parfois plus sinistres, plus brutaux... Les Bousquet, Papon, Marcellin, Poniatowski, Pasqua, dont il n’est, après tout, que la triste bouture.

Le 24 juillet 2006, un « détail » me fit comprendre combien mes craintes de le voir arriver au pouvoir étaient justifiées. Interpellé par la police à la suite d’un PV bidon que j’avais osé contester, menotté aux pieds et aux chevilles, embarqué par 12 policiers déchaînés, méprisant la déontologie, après que je me fus rebellé, l’un d’eux, coup de matraque dans les côtes, me glissa à l’oreille un menaçant « T’as de la chance qu’Il soit pas président ! » faisant froid dans le dos. Et qui rappelle les temps (pas si) anciens où les SA de Röhm chassaient le juif en disant : « Et là, ce n’est rien, tu verras, quand Il sera président ! »

Ces violences policières m’ont incité à écrire (et publier) une Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, ministre des libertés policières, ignorée des médias, à laquelle ledit ministre n’a pas daigné répondre.

Car Nicolas Sarkozy, contrairement à ce que pourraient laisser croire ses gesticulations, ne connaît ni le courage, ni la courtoisie.

Deux raisons de plus à mon aversion, qui me laissent à penser que cet homme-là est tout sauf un homme d’Etat.

Il y a cinq ans, l’extrême droite était au second tour. En 2007 aussi. Mais ça se voit moins. A la place d’un borgne haineux, antisémite, xénophobe, nous avons un petit homme bien élevé, souriant, capable le temps d’une campagne d’abandonner au fond de sa poche ses velléités d’excité bonapartiste. Mais ce qu’il y a, en vérité, au fond de sa poche, c’est une boîte de Pandore.

Cet homme-là porte en lui les germes du totalitarisme et de la guerre civile.

Si par malheur il était élu, il faudra entrer en RESISTANCE.

Nicolas Sarkozy, dussiez-vous être élu, vous ne serez JAMAIS mon président. Car moi, pendant 5 ans, je me considérerai comme un citoyen APATRIDE. Et nous serons nombreux dans ce cas.

-  Jean-Jacques Reboux, écrivain, directeur des éditions Après la Lune.

-  Dont on peut lire la suite (fictionnelle ?), intitulée T’as de la chance qu’il soit pas président ! dans le recueil collectif La France d’après (éditions Privé).



Publié le 26 avril 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Comment combattre Sarkozy ?
    26 avril 2007, par FredSud37

    (.....) Comment combattre une Droite dure avec une Gauche molle ? Comment répondre à la brutalité des attaques patronales et de celles de Sarkozy avec un PS et une Gauche qui acceptent le capitalisme libéral ? Les classes populaires n’ont pas une Gauche à la hauteur des enjeux de la situation. (.....) Extrait de "Contre Sarko votez Besancenot", François Sabado, le 06 avril 2007.

    Datant déjà de 20 jours, ce texte me semble toujours être d’actualité. Personnellement, le 06 mai prochain, je prendrai un bulletin au nom de Royal, que je barrerai au marqueur d’une grande croix rouge pour qu’il soit comptabiliser comme nul par les scrutateurs.

    Salut & Fraternité.

    • Comment combattre Sarkozy ?
      26 avril 2007, par Cromignonne

      En allant vite lire l’article "Ordre juste ou... ordre nouveau" sur :

      http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=22693

      qui relate le passé politique de Sarko, afin d’ouvrir les yeux avant de s’étaler dans la bouse. Et ceci même si je ne crois pas au socialisme libéral, il y a des limites à ce que l’on peut envisager comme avenir pour nos enfants...

    • Comment combattre Sarkozy ?
      1er mai 2007, par lecuivre@yahoo.fr
      je ne comprends pas cet acharnement de la part de personnes comme vous, contre Nicolas Sarkosy. Aversion, haine, dégoût, qu’est-ce qui peut bien y avoir dans votre vie pour en arriver là !! Je ne sais encore pas pour qui voter, mais il est vrai que plus je vois certains journalistes et autres s’acharner sur Sarkosy, et bien je me demande si finalement je ne vais pas finir par voter pour lui !! et je ne suis pas la seule à penser çà !!
      • Comment combattre Sarkozy ?
        1er mai 2007, par Delcuse
        Sarkosi est un danger pour les gens qui n’ont pas de fric, voilà tout. Vous le voyez pas ? Il est pathologiquement destabilisé, orgueilleux, égoiste, méchant jusqu’à la bêtise. Vous le voyez pas ?
  • Nicolas Sarkosy : Triste bouture
    de Jean-Jacques Reboux
    26 avril 2007, par Delcuse
    Moi aussi, j’ai une profonde aversion pour ce personnage, et ce depuis sont coup d’éclat "courageux" de l’assassinat de HB, il y a des années. Mais, vous remontez bien loin pour évoquer ce même genre d’individu. Il me semble que Giscard, c’était déjà un sinistre personnage, qui a fait guillotiner. Par ailleurs, la fonction de chef d’Etat n’a pas d’autre but que servir l’arogance. Napoléon en a montré l’exemple. A moins de transformer radicalement cette fonction, par exemple en interdisant tout privilège quelqu’en soi la nature, en imposant l’altruisme à celui qu’une population élit, révocable dès qu’un tel représentant ne répond plus à la fonction pour laquelle il a été élu, risquant pour lui la peine de mort s’il s’écarte de ce qui l’a fait élire, avec impossibilité de se représenter ultérieurement. Sur ces bases, je pense que cette fonction serait déjà moins crade. A partir de là, on peut, peut-être, commencer à évoquer l’idée de Démocratie. (Sarkosie n’est pas un démocrate, mais un industriel qui veut diriger l’Etat comme un chef d’entreprise.)
    • Nicolas Sarkosy : Triste bouture
      de Jean-Jacques Reboux
      26 avril 2007, par régis
      Le piège c’est encore de parler à satiété d’un événement qui n’en est pas un et quel qu’en soit le ton employé. A moins de favoriser, d’encourager, ou d’appeller de ses voeux des soulèvements massifs ; lesquels n’auront pas lieu car la véritable déception de ce non-événement c’est le taux de participation à cette supercherie. Il n’y a jamais eu de seuil de tolérance à l’imposture. Ce ne fut jamais que complaisances et profits mesquins qu’on en tire. Toute objection porte en elle plus de cadavres que les siècles n’en conçoivent. Mais la lâcheté peut avantageusement se retourner, et part admise que l’on feint simplement ignorer, embraser ce qui doit l’être : le vieux monde. Il suffirait pour cela que massivement l’on se décide à vivre. Au lieu d’affrontements les salariés déserteraient bureaux, administrations et usines pour se rendre dans les bois, aux bords des lacs et des mers, dans les campagnes, en montagne. Verrait-on les argousins aller les y dénicher et les ramener manu militari, un à un, sur les lieux de travail, les frapper pour les y contraindre. Nous verrions alors le monde des comptables s’affoler de ce qu’on vive comme on l’entend.
  • Nicolas Sarkosy : Triste bouture
    de Jean-Jacques Reboux
    27 avril 2007, par Justine Mérieau - Ecrivain

    Je trouve navrant de lire des propos aussi démesurés, outranciers, venant de quelqu’un qui est directeur d’une maison d’éditions... Un directeur qui, par ailleurs, semble vraiment trop naïf, lorsqu’il prend pour argent comptant les propos d’un policier qui lui balance exprès : "t’as de la chance que N.S. ne soit pas président !". C’est tout de même assez puéril ! Quant à penser que N.S. a le temps de répondre à tous ceux qui lui écrivent... Surtout lorsqu’on sait que les courriers passent d’abord par toute une bureaucratie avant d’arriver en mains propres... Même si on a des raisons de ne pas aimer un politique, il faudrait peut-être malgré tout rester impartial ! Sinon, c’est faire le jeu de la droite... Parce qu’au vu de tels abus de language (le moindre propos de NS est systématiquement repris, analysé, disséqué, et pour finir, toujours plus ou moins déformé par ses détracteurs) cette dernière s’empresse ensuite de dire que c’est du matraquage, ce qui dessert forcément la gauche. Pour ma part je préfère les modérés, ceux qui savent faire la part des choses, ceux qui essaient de rester justes. Pour moi, il n’y a pas de véritable socialisme, si l’on a pas ces idées-là.

    Justine Mérieau - Ecrivain

  • Nicolas Sarkosy : Triste bouture
    de Jean-Jacques Reboux
    30 janvier 2016, par Sara

    I’m excited to uncover this page. I need to to thank you for ones time for this particularly fantastic read !

    venus factor login

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin