e-torpedo le webzine sans barbeles



Elections Présidentielles 2007 :
Alors, vous allez vraiment faire ça ?
par Ariane Mnouchkine

Catégorie politique
Il y a (8) contribution(s).

(JPEG) Vous les plus purs que d’autres, les plus intelligents que d’autres, vous les plus subtils, vous les cohérents, vous les fins stratèges, vous allez faire ça ? Vous, les à qui on ne la fait plus, les durs du cuir, vous allez vraiment, en ne votant pas pour elle, voter pour lui ?


Vous allez vraiment faire ça ? Vous allez le faire ?

Vous, les vrais de vrais de la gauche vraie, vous allez faire ça ? Pour cinq ans ! Pour cinq ans, peut-être dix, vous allez faire ça ?

Vous, les toujours déçus de tout, vous les amers, les indécis décidés, les laves plus blancs que blanc vous allez faire ça ?

Mais pourquoi ? Parce que quoi ? Parce que jupe ? Parce que talons hauts ? Parce que voix ? Parce que sourire, cheveux, boucles d’oreilles ? Parce que vraie ?

Il n’y a rien qui vous aille dans son programme à elle, rien ? Pas cinquante propositions sur les cents ? Pas vingt ? Pas dix ? Pas une ? Vraiment, rien du tout ?

Trop de quoi ? Pas assez de quoi ?

Pas assez à gauche ? On voudrait, quitte à tout perdre, une campagne à gauche toute ?

Mais même l’extrême gauche, cette fois-ci, au deuxième tour ne joue plus à ce jeu-là. Peu importe, vous, vous allez y jouer ?

Le résultat du 21 avril 2002 ne suffit pas ? Non. On le refait en 2007, mais en mieux. Pas au premier tour, non, carrément au deuxième. C’est plus chic.

Que ceux qui ressemblent à Nicolas Sarkozy, ou qui croient qu’il leur ressemble, que ceux-là votent pour lui, quoi de plus normal. Que ceux qui lui font sincèrement confiance pour améliorer leurs dures vies, que ceux-là l’acclament et votent pour lui, quoi de plus normal. C’est même estimable.

Que les grands patrons votent Nicolas Sarkozy, pas tous d’ailleurs, loin s’en faut, non, mais par exemple les grands patrons de presse, qu’on a vu se si nombreux, si heureux, à Bercy avant hier, qu’ils votent pour leur copain, qui va vraiment améliorer leurs belles vies, c’est moins estimable, mais quoi de plus normal ?

Mais vous, une respiration possible, un air nouveau, un espace de travail politique, une chance espiègle, ça ne vous dit rien ? Vraiment rien ? Mais qu’est-ce qui vous fait si peur ?

Les Italiens ont enfin chassé Berlusconi, les Espagnols, après une grande douleur révélatrice, se sont débarrassés d’Aznar, et voilà que nous, à quelques milliers de voix près, nous allons repasser le plat de la droite dure ?

Il y a un pari à prendre contre une certitude sombre, et vous ne pariez pas ?

Quels désirs obscurs allez-vous satisfaire ? De qui donc, de quoi êtes-vous secrètement solidaires. Ce ne peut-être du bien de ceux qui ont besoin, vitalement, de mieux être. Vitalement. Maintenant.

Supporterez-vous dimanche soir d’apprendre qu’il a manqué une voix ? Une seule. La votre.

Je vous en supplie.

Ariane Mnouchkine

source : Bellaciao



Publié le 5 mai 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • réponse un peu longue à Ariane Mnouchkine
    5 mai 2007, par Serge Rivron

    Dieu sait que vous m’avez inspiré, Dieu sait que vous avez fait rêver la fin de mon adolescence, madame !

    Si je comprends bien le fond de votre "argumentation", cependant, quelle intime déception !

    "Vous les gentils, les vrais de Gauche, vous les humbles et les patients, laissez les méchants voter pour le méchant, mais par pitié pour nos enfants votez pour la gentille !"

    Pardonnez-moi, mais je trouve votre point de vue désespérément sommaire, un brin affligeant même. Ne serait-ce que parce que votre Gentille, votre Avenir Radieux s’est, à maintes reprises par le passé, à des postes de responsabilité, comportée avec ce que ceux qui veulent à tout prix lui trouver des excuses conviennent au plus sympathique d’appeler une "grave insouciance" - où certains méchants comme moi relèvent plutôt une effrayante propension au despotisme, qui vaut largement celui de votre redoutable ennemi Nicolas Sarkozy. Parmi les dizaines d’exemples de cette (restons aimable) "grave insouciance", qu’il serait aussi inutile à vous convaincre que fastidieux à énumérer, permettez que j’en évoque trois :

    1. L’affaire de Montmirail, lorsqu’à peine arrivée à une sous-délégation du ministère de l’éducation nationale en 1997, votre bienveillante ayant lancé une délirante chasse à la pédophilie, son hystérie provoqua le suicide d’un enseignant parfaitement innocent, qu’elle ne cessa d’accabler après son décès et même après que fut reconnu par la justice son innocence (je me permets de vous renvoyer à mon article "Ségolène Royal, une truffe dans la caviar"). 2. L’affaire de la circulaire de la pilule du lendemain, dont je laisse l’exposé à Germain Souchet (Attention, Méchant !) qui l’a récemment excellement résumé : Certains mettent au crédit de Ségolène Royal d’avoir introduit la distribution gratuite de la pilule du lendemain (...) Il convient de rappeler les circonstances de l’affaire. Pour cela, quelques notions élémentaires de droit doivent être rapidement exposées. En vertu de la constitution, on doit recourir à une loi pour intervenir dans les domaines listés par l’article 34 et pour tous les domaines dans lesquels une loi a déjà été adoptée. En application de ces lois, et dans les autres domaines, on réglemente par la voie de décrets, signés par le Premier ministre. Les décrets peuvent éventuellement prévoir que des dispositions plus précises seront adoptées par un arrêté ministériel. Enfin, des circulaires peuvent être signées par un ministre pour expliquer comment doivent être mis en œuvre une loi, un décret ou un arrêté. Or, le domaine de la contraception, comme celui de la « contragestion » (avortement par voix médicamenteuse) est régi par la loi. Madame Royal, toute ministre qu’elle était, devait donc passer par une loi, votée par le Parlement, pour faire aboutir son projet. Mais que fit l’ancienne conseillère de tribunal administratif, dont le rôle, pour ceux qui l’ignorent, est notamment de faire respecter la légalité des règlements ? Elle crut bon d’intervenir dans le domaine de la loi par... une circulaire ! Oui, une circulaire qui, normalement, ne peut être qu’interprétative, c’est-à-dire qu’elle ne peut être créatrice de droit... Attaquée devant le Conseil d’État, la circulaire fut promptement annulée et le gouvernement Jospin du rapidement rattraper cette « bourde » en faisant voter une disposition législative adéquate.

    3. La toute récente et encore non-affaire du "eh bien moi, je le pourrai", où votre très participative candidate, pour affirmer sa douteuse personnalité de présidentiable dans le débat contre son concurrent, non contente d’avoir démontré sa parfaite méconnaissance des réalités budgétaires de l’organisation des fonctions publiques, a ensuite balayé d’un revers de main méprisant les (de son point de vue) ridicules contingences de la nécessaire et heureusement (pour le moment...) constitutionnelle indépendance des collectivités publiques, en affirmant devant des millions de Français qu’elle ne se gênerait pas le moment venu pour s’ingérer du haut de sa présidence jusque dans le recrutement des fonctionnaires des collectivités territoriales !

    Je sais par avance que vous lui en trouverez toutes les excuses, hélas ! Vous l’avez dit, vous êtes gentille et vous voterez gentiment pour la gentille de votre coeur.

    Permettez toutefois à mon coeur de Méchant de trembler un peu devant tant de gentillesse.

    http://francemoinsj.canalblog.com

    • réponse un peu courte à la réponse longue
      5 mai 2007, par Michel Thion

      Ok, ok, Ariane elle est lyrique, Ségolène Royal, c’est une bonne bourgeoise de gauche, et tout, et tout... Le PS, on connaît, c’est une longue suite de trahisons, avec quelques perles au milieu. D’accord. La seule différence, de taille, c’est que la social-démocratie est influençable par le mouvement populaire. Ce n’est pas Blum qui a fait les avancées du front populaire, c’est la plus grande grève générale jamais vue à l’époque, les occupations d’usines, etc... La preuve, c’est que la MEME chambre des députés, trois ans plus tard, votait les pleins pouvoirs à Pétain.

      Plus de mouvement populaire = recul massif.

      La droite aujourd’hui, bushienne, pétainiste, est au-delà de ça. On l’a vu pour les retraites, les intermittents, etc... C’est une droite grossière et violente qui passera en force ses mesures MEDEF quoique nous fassions. La question n’est donc pas d’élire une présidente de gauche dont on attendra tout, la question est d’élire une présidente sociale-démocrate que l’on pourra influencer vers la gauche, si on est capable de créer un mouvement populaire autour des idées de gauche. La question est : en serons-nous capables ou predrons-nous une care de victime dans cinq ans en disant qu’on nous a trompés.... La question est notre vigilance de chaque jour.

      • réponse un peu courte à la réponse longue
        6 mai 2007, par rikku

        réponse très courte : vous avez raison, elle ne sera pas toute seule, elle a dit qu’elle nous écouterait ! Sarko par contre, je crois qu’il sera sourd à tout ce qui n’est pas profit.

        espérons encore plus que qq heures

        ciao

    • réponse un peu longue à Ariane Mnouchkine
      5 mai 2007

      Parce que je préfère les avoir contre moi qu’avec moi, je vais voter sans états d’âme et sans illusion pour Ségolène Royal dimanche.

      On me dit que si Sarkozy passe des menaces énormes vont peser sur nos libertés publiques. Mais je ne me fait aucune illusion sur la politique que mettrait en oeuvre le PS si il était élu. Débarrassé de son encombrant allié communiste et fort du prétexte que représenterait l’apport des électeurs de Bayrou dans l’élection de sa présidente, il s’allierait aussi tôt avec les centristes de ce dernier en vu de poursuivre une politique libérale au service de la grande bourgeoisie.

      En continuant à désespérer les couches populaires, ils ouvriraient la porte à une droite dure encore plus violente que celle qui s’apprête à prendre les rênes du pouvoir.

      La seule raison valable qui me fera voter Ségolène Royal dimanche c’est d’imaginer quelle hypothèque représenterait pour la construction d’un mouvement populaire un PS revenant dans l’opposition chargé du prestige d’avoir fait trembler Nicolas Sarkozy sur ses bases ?

      Quel danger représenterait à gauche un PS remobilisé et renforcé de forces militantes nouvelles et fraîches, gauchisant son discours pour mieux ensuite ramener les voix des électeurs de gauche dans sa nasse ?

      Il ne fait aucun doute que nous entrons dans une ère politique nouvelle qui demandera de repenser et reconstruire un rassemblement populaire fort. Après le rejet de l’Europe libérale et les luttes de la jeunesse contre le CPE, je préfère 1000 fois voir les dirigeants socialistes au pouvoir à gérer le libéralisme avec leurs camarades centristes mis face à leurs responsabilités que devoir composer avec leur lent travail de sape et de récupération.

      De : Jean Roussie

      Lu sur bellaciao

    • Les mots pour le dire
      5 mai 2007, par françoise Durand

      A lire... Etude instructive : ledevoir.com

      Partage et fraternité

  • Elections Présidentielles 2007 :
    Alors, vous allez vraiment faire ça ?
    par Ariane Mnouchkine
    5 mai 2007, par FredSud37

    (.....) Quelle étrange logique que de considérer, de manière binaire, qu’il faut, puisqu’on va mourir, choisir encore entre la chaise électrique ou la pendaison ! Laissons faire le bourreau. Quand le choix est entre la Droite et la Gauche, même si la Gauche est pâle, les choses sont simples. Mais quand on doit choisir entre la Droite et le Centre, la nouvelle donne depuis le deuxième tour, on peut vouloir laisser ce jeu à d’autres et ne pas souhaiter participer à cette mascarade. Car, à part ses propres incantations pour laisser croire que Ségolène Royal fait partie du camp de la Gauche, quelles sont les preuves de son engagement de ce côté-là de la barrière ? Je n’ai pas envie de la croire sur parole, ni même Sarkozy quand il la stigmatise comme candidate de la Gauche. Lui a de bonnes raisons de l’affirmer. Elle aussi, si elle veut capter l’électorat Socialiste, les militants, sympathisants et électeurs habituels du Parti Socialiste également s’ils veulent croire rouler pour la Gauche, même si, dans ses faits et gestes, ses prises de parole et son programme, cette candidate affirme depuis le début que ça n’est pas idéologiquement et fondamentalement son camp, mais seulement stratégiquement, par opportunité qu’elle se trouve de ce côté-là de la barricade. Seule la Droite croit Ségolène Royal de Gauche. Et encore : elle dit qu’elle le croit, mais, pour ma part, je ne le pense pas. Pour des besoins de rhétorique et de casuistique, pour la bonne tenue du combat, il est bon pour l’état-major du candidat de l’UMP de le clamer haut et clair : il faut un affrontement Droite Gauche - or il n’y a désormais plus qu’un affrontement Droite Centre. (.....) Extrait de "Royal, le meilleur atout de Sarkozy", Michel Onfray, le 30 avril 2007.

    En ce qui me concerne, je me refuse catégoriquement à cautionner une telle dérive populiste et glisserai donc dans l’urne, un bulletin "Royal" barré au marqueur rouge !

    Salut & Fraternité.

  • Elections Présidentielles 2007 :
    Alors, vous allez vraiment faire ça ?
    par Ariane Mnouchkine
    5 mai 2007, par Delcuse
    Ce que je trouve agaçant, dans cet appel, c’est son côté donneur de leçon. On sent la grande bourgesoise qui a quelque chose à protéger. Et puis, cette façon de croire que l’absentention fait le lit de l’extrême droite... Ah, ces bourgeois, que ne font-ils pas, lorsque l’angoisse s’empare de leurs tripes... Eux, comme cette Ariane, qui ignorent superbement le gueux habituellement, quant ils ne le méprise pas !
  • Elections Présidentielles 2007 :
    Alors, vous allez vraiment faire ça ?
    par Ariane Mnouchkine
    30 janvier 2016, par Sara
    I really appreciate this wonderful post that you have provided for us. I assure this would be beneficial for most of the people. the venus factor free
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin