e-torpedo le webzine sans barbeles



Elections Présidentielles 2007 :
Une guerre des générations est-elle en vue ?

Catégorie politique
Il y a (7) contribution(s).

(JPEG) S’il est une intuition doublée d’une inquiétude que je connais depuis plus de dix ans, c’est bien que risque d’éclater, tôt ou tard, une « guerre des générations ». Plus précisément entre les jeunes et les vieux. Les jeunes entre 16 et 35 ans environ et les vieux à 65 ans et plus... L’élection de Nicolas Sarkozy risque, à l’évidence, de nous rapprocher de cette situation de crise majeure...

Je ne cherche pas à faire peur, mais à livrer des faits qui, à mes yeux, sont inquiétants. Mais, tout d’abord, je veux préciser que je ne parle pas de tous les jeunes ni de tous les vieux. En fait, le partage entre les deux camps antagonistes passe également par la pauvreté et la richesse, comme toujours depuis que l’humanité a eu la tragique idée d’instaurer la propriété privée sur tout et en particulier sur ce qui devrait revenir de plein droit à tous, c’est-à-dire les ressources naturelles. Autre remarque, pour éviter les malentendus, le mot « vieux » n’a dans mon article aucun sens péjoratif.

Une ligne de fracture

Cette ligne de fracture entre vieux plutôt riches et jeunes plutôt pauvres ressemble à une poudrière qui n’attend qu’une étincelle pour exploser.

Cette situation très dangereuse est surtout vraie pour les pays riches, tous ces pays qui connaissent depuis plusieurs décennies une chute importante du nombre des naissances avec, en parallèle, l’augmentation de l’espérance de vie. Par le choix de Nicolas Sarkozy, un choix très nettement majoritaire chez les personnes âgées de 65 ans et plus, le danger se précise parce qu’il y a eu, là encore, l’apparition d’une très grosse fracture entre jeunes et vieux. Nous pourrions rire de cette situation, si ses conséquences se limitaient à ce qui est d’amblée évident, c’est-à-dire que Nicolas Sarkozy est avant tout le chouchou des retraités, des retraités riches, des vieux rentiers et autres profiteurs, mais également des vieux qui vivent en permanence dans la peur, la peur de tout, la peur pour tout. Lui qui prétend être le chef de tous les Français est particulièrement celui des vieilles générations, ces générations dont de trop nombreux membres sont atteints par la peur panique, le renfermement sur soi, l’absence d’espérance, l’échéance finale étant proche ou relativement proche. Ce sont également des générations qui ont baigné dans les ambiances nationalistes et colonialistes d’avant la dernière guerre ; des générations qui n’aiment guère les étrangers qu’ils assimilent d’office à des gangsters ; des générations qui, habituées parce qu’élevées ainsi, à l’autoritarisme héréditaire, n’aiment pas, mais alors vraiment pas les jeunes assimilés tous à des voyous, tous à des « racailles » (hé oui, Monsieur Sarkozy), tous à des drogués ou encore tous à des flemmards...

Il est curieux de constater combien les intérêts de ces vieux coïncident avec ceux du chef de l’UMP. Parce que (combien de fois l’ai-je entendu ?) ce sont ces mêmes générations d’avant le baby-boum qui ne peuvent s’empêcher de penser et d’être convaincues que tous les chômeurs sont d’office des paresseux, mais aussi des parasites qui, sous une forme ou une autre, sont responsables de la mauvaise situation des retraités, mais également responsables de la prétendue « catastrophique situation économique française ». C’est encore parmi ces générations que l’on trouve le plus de « croyants » (en religion) convaincus, voire sectaires, et en tout cas qui se laissent facilement convaincre que l’islam cherche à nous coloniser pour nous convertir de force à la religion du prophète.

Je ne suis pas certain qu’il faille considérer tous ces citoyens à l’âge avancé comme responsables de leurs pensées ni de leur vote de ce dimanche 6 mai. Non pas que je les considère comme des ignares ou des êtres séniles, mais parce qu’ils font partie de ces générations endoctrinées par la mentalité franchouillarde, militariste, amoureuse du drapeau et de l’hymne national plus que de la vie des citoyens ; parce que rien, dans leur jeune âge, leur a permis de penser qu’on pouvait se révolter contre une mentalité vieille de plusieurs siècles et pour certaines choses vieilles de plusieurs millénaires. Ce qui a permis à des gens de mon âge, entre 50 et 60 ans grosso modo, de nous libérer de ces chaînes pesantes, étouffantes, de ces chaînes anesthésiantes de l’esprit, c’est la révolte de mai 68.

Et là, évidemment, on comprend parfaitement l’intérêt d’un Sarkozy de vouloir solder l’héritage de 68 !

L’esprit de révolte qui est toujours le nôtre, je parle de ceux qui sont restés fidèles à cette pensée, cet esprit est de façon absolue à l’opposé de la pensée sarkozienne alimentée par les dérives néoconservatrices américaines.

Le respect, ça se mérite...

Lorsque j’étais gamin, tous les adultes, parents y compris, m’enseignaient le respect des vieux. Comment discuter quand on est haut comme trois pommes et que les adultes ressemblent à des géants détenant toujours et à jamais la vérité...

Mais aujourd’hui, alors que je ne suis plus très loin de la tranche fatidique de l’âge de ceux que je critique dans cet article (plus que quelques années de sursis pour moi), je me dis que le respect, ça se mérite !

Sauf à être totalement déconnectés des réalités, ces retraités qui, pourtant, devraient avoir plus de temps pour chercher des infos ailleurs que sur TF1, des infos crédibles, ces retraités donc ne pouvaient pas ignorer dans quels bras ils allaient jeter la majorité des générations plus jeunes qu’elles. Ils ne pouvaient pas ignorer non plus qu’ils condamnaient certains d’entre nous, et certains de leurs propres descendants directs, à la prison ou pire, si jamais ces « rejetons » s’avisaient de résister à leur maître.

-  Et s’ils sont ignorants, qu’est-ce qu’ils foutent dans un isoloir ?!

J’ai l’air violent comme ça, mais en fait, je ne fais qu’exprimer ma colère, mon incompréhension de ce vote fatal à la démocratie...

Les gamins de ce temps...

Le grand problème, le grand risque que ces vieux électeurs nous imposent, c’est que les gamins d’aujourd’hui, eux, n’ont aucune raison de se retenir. Le jeune âge n’est pas souvent l’âge de la réflexion et, par définition et quasi obligation, ce n’est pas non plus l’âge de l’expérience. Qu’est-ce qui va les retenir de se révolter à la fois contre le pouvoir, mais aussi contre les responsables de la situation catastrophique à venir, situation liée au choix fait par les vieux, situation dont ces jeunes seront les premières victimes ?

Tous ceux de mon âge qui se sont révoltés en 68 ont ensuite eu du travail.

Nous n’avions pas de question à nous poser, nous pouvions même changer de boîte comme on change de chemise. Il est vrai qu’ensuite, les générations qui sont nées à partir de 1950 ont été massacrées par le chômage...

Il n’empêche qu’à 20 ans, nous avions l’avenir devant nous et ce ne sont guère les vieux, encore très minoritaires, qui nous préoccupaient. Nous avions rejeté leurs pensées que nous jugions régressives, déprimantes, répressives aussi. Nous avions rejeté le nationalisme, le paternalisme, l’autoritarisme et le moralisme de papa... Tout cela sans grande violence, quelques pavés dans les rues de Paris et de province, mais pas de guerre de générations.

Après 1968 et son fameux mois de mai, même si ce n’était pas le rêve, nous disposions de la liberté de pensée, de circuler, d’aimer...

Et pour les jeunes d’aujourd’hui ?

Rien de tout cela n’est vrai aujourd’hui, pour les jeunes.

Déjà, nous qui avons connu le chômage, nous savons que nous allons, sans cesse, être appauvris, que nos retraites n’auront rien de comparable avec celles des générations qui nous ont précédés. Mais, en nous, pour beaucoup d’entre nous, je le crois, l’esprit de résistance est toujours vaillant. Nicolas Sarkozy peut faire ce qu’il veut, mais contre ça, il ne pourra rien, il ne soldera pas aussi facilement qu’il le croit et veut, l’héritage de 68. Cet héritage est dans nos cœurs et dans nos esprits.

Nul doute, cependant, que cette volonté revancharde des générations précédentes, générations dont beaucoup de membres n’ont jamais accepté notre révolte et ses nombreux fruits, a beaucoup plu. Elle n’est sans doute pas pour rien dans le vote d’un certain nombre de vieux, dimanche passé. Cela signifie, hélas, une volonté d’enlever toute chance d’avenir aux jeunes de ce temps. Il me paraît évident que l’avenir des jeunes n’est pas le problème des vieux préoccupés de leur sécurité, préoccupés de la sécurité de leurs biens, préoccupés de remettre en selle la morale brise-liberté qu’ils ont connue et expérimentée avant de la faire leur.

Trop d’individus de ce groupe générationnel ont oublié qu’un jour ils étaient jeunes...

L’avenir, pour les jeunes qui ne font pas partie des rares castes de privilégiés, est des plus noirs. Sarkozy et ses néoconservateurs français, à l’exemple des néoconservateurs américains et anglais, vont bel et bien donner du travail à tous les jeunes.

Mais ce travail, quel que soit le nom qu’on va lui donner, sera un travail obligatoire à rémunération la plus basse possible.

Tous ceux qui n’accepteront pas ce diktat se retrouveront au chômage sans indemnité, seront désignés à la vindicte populaire comme parasites de la société. Une grande partie de ce « travail à venir » se trouvera dans trois catégories bien précises :

-  Le bâtiment
-  Les métiers de bouche
-  Les services à la personne

Les deux dernières catégories de « métiers » bénéficieront principalement aux électeurs vieux, les seuls qui pourront se payer les services « des petits jeunes » à moindres frais. Ce sera de l’exploitation et rien d’autre, une exploitation mise en place par l’élu de cœur de ces vieilles générations qui lui en seront « éternellement » reconnaissantes.

Je pense et j’espère que, parmi ces bénéficiaires, certains sauront respecter les jeunes, voire les aider à trouver autre chose, un travail digne pour un salaire digne.

-  Mais combien en profiteront pour déverser leur bile sur ces jeunes qu’ils méprisent cordialement ? Combien se passeront d’être des délateurs zélés contre ces exploités ? Si tel devait être le cas, alors on peut s’attendre au pire... Ce sera un nouveau développement de haines et de violences.

Ma crainte est là : Que le ressentiment entre vieilles générations encore aisées et jeunes générations spoliées ne finisse en affrontement et ne finisse, trop souvent, dans le sang. Si ceci devait s’enclencher, quelle chance aurions-nous d’échapper à une guerre civile abominable ?

Ce d’autant plus que le clan politique de Sarkozy saura, par aveuglement orgueilleux et recherche de pouvoir absolu, monter non seulement les générations les unes contre les autres, mais également les diverses communautés qu’ils rendront, par leur politique, antagonistes.

Alors, il me reste à espérer que mon intuition n’est pas fondée, que tout cela ressorte du simple cauchemar ne devant jamais avoir lieu...

Et vous, qu’en pensez-vous ?...

source : Altermondelevillage



Alain Bashung - Fantaisie militaire
Uploaded by mikibegood





Publié le 10 mai 2007  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Elections Présidentielles 2007 :
    Une guerre des générations est-elle en vue ?
    10 mai 2007, par Delcuse
    Il y a surtout un phénomène historique qui rend possible le retour de l’extrême droite. D’abord, l’extrême droite n’a jamais quitté le théâtre du politique mais seulement pour un temps le devant de la scène, puisqu’elle fut magistralement représentée par Mitterand et ses amis les plus proches ; ensuite, parce que le même Mitterand a ruiné, pour un temps, toute velléité de révolte, enfin parce qu’il a provoqué l’essor du FN. Ce n’est pas une question de génération, mais une question historique. La Gauche, qui a confisquée pour un temps la critique et le coeur dont est porteuse la critique, a rendu service à l’Etat. Que je sache, il n’est pas connu que Mitterand fut révolutionnaire. Mitterand était contre De Gaulle, parce qu’il n’a pas approuvé que celui-ci se débarrasse de l’algérie française. Sur ces décombres, est apparu une nouvelle mouvance d’extrême droite, le groupe "Occident", que De Gaulle a fait interdire. C’est de ce groupe que sont sortis les petits nervis actuels qui règnent aujourd’hui à l’Etat. Parmi eux, ont trouve Brice Hortefeu, que je crois très dangereux, ami et porte flingue de Sarkosy, Devedjan, Gérard Longuet, Claude Goasguen, et Le Pen, mais aussi Patrice Gélinet qui dirige France-Culture, et le fils de Pasqua, et j’en passe. Tous ces gens sont au service du grand capital, au même titre que Ségolene Royal. Si ces gens peuvent s’imposer, c’est parce que le capitalisme est triomphant dans le monde. L’ennemi n’est pas un ennemi de génération, mais un ennemi de classe. Il ne faut pas, comme tu le fais, cher ami, nous tromper d’ennemi, car l’erreur en cette matière, le renforce. Les bourgeois sont agressifs dès leur plus jeune âge. Et même, je te dirais qu’avec l’âge, pas mal de bourgeois s’assagissent.
    • Elections Présidentielles 2007 :
      Une guerre des générations est-elle en vue ?
      10 mai 2007, par Jean Dornac

      Bonjour cher Delcuse,

      Loin de moi l’idée de vouloir présenter un autre ennemi que celui, seul, en qui tu sembles croire...

      Je crains pourtant qu’en restant sur des schémas très stéréotypés, comme la seule lutte des classes, nous allons complètement passer à côté des vrais et grands problèmes des quelques décennies à venir. Le monde change, il n’est plus tout à fait comme à l’époque de Marx même si bien des thèses de ce dernier restent valables.

      Je ne nie pas que les bourgeois actuels soient pour beaucoup d’entre eux des ennemis presque naturels.

      Mais si tu ne tiens pas compte du déséquilibre démographique qui s’installe dans tous les pays riches, tu feras partie, probablement, de ceux qui ne comprendront pas ce qui va nous tomber, peut-être, sur la tête dans pas tellement longtemps.

      La société de consommation, qui l’a faite ? Qui l’a voulue ? Qui l’entretien ? Qui veut la faire durer ? Tes bourgeois, sans doute, mais ils ne sont pas assez nombreux pour tenir ce type de société au bout des bras. Les jeunes ? Oui, certains, mais de moins en moins. Les autres, les jeunes laissés pour compte en sont réduits à regarder les plus âgés, en gros au-dessus de 60 ans, se goinfrer avec l’esprit de consommation.

      Tu peux penser que cela n’aura pas d’influence sur le futur de la paix civile dans nos pays, moi, je ne le crois pas, j’y vois même un des graves dangers à venir. Si les vieux ne sont pas capables de comprendre que les jeunes ont le droit de vivre, alors, comment veux-tu éviter les affrontements à venir ? Et crois-tu que d’avoir votés majoritairement pour Sarko, les vieux ont pensé une seconde au droit de vivre dignement des jeunes ? Non, ils n’en ont rien à foutre... D’abord eux, leur sécurité, leur confort...

      • Elections Présidentielles 2007 :
        Une guerre des générations est-elle en vue ?
        10 mai 2007, par régis
        Besançon : Contrôle des flics, une brigade composée de 15 hommes dont un muni d’un flashball, sur des bars du quartier Battant (le plus à gauche). Les tenanciers de bar ouvertement proches de l’UMP n’ont été contrôlés, au contraire des flics, la bise confraternelle. Pourtant le plus ouvertement d’entre tous l’un d’eux au moins enfreint la loi en servant de l’alcool en terrasse alors que, restaurateur, il ne peut le faire sans servir de repas. Dans un bar fréquenté par la gauche, les artistes, les étudiants et beaucoup d’arabes, les hommes de la brigade ont été plus que pointilleux. Ils cherchaient comme on dit "la bête". Voilà qui me rappelle le quotidien de la ville de Marseille sous Vichy, dans le roman de Jean Malaquais "Planète sans visas" (dont chaudement je vous recommande la lecture. Nous pourrions trouver quelques grostesques ou inquiétantes similitudes bientôt. C’est paru chez Phébus)
      • Elections Présidentielles 2007 :
        Une guerre des générations est-elle en vue ?
        12 mai 2007, par Delcuse
        La "société de consommation" est un concept vide. Ce qui existe, c’est le rapport de classe, mais non comme tu le crois, cher Jean, parce que les classes sociales ne sont pas des Etant. Mais, bon, lit Marx, au lieu d’interpréter. Les jeunes bourgeois sont comme leur vieux, des gens ignobles, prets à tout pour sauvegarder leurs privilèges. Une partie de nos actuels ministres furent de jeunes faschistes, notamment dans le groupe Occident, que De Gaulle a même fait interdire pour extrêmisme. C’est dire...
        • Elections Présidentielles 2007 :
          Une guerre des générations est-elle en vue ?
          29 mai 2007, par Gantois François
          Je vous conseille la lecture du livre "La révolte des vieux" (Michel Varagne, éditions AàZ patrimoine) qui vient de sortir. Tout y est, et avec humour
  • Elections Présidentielles 2007 :
    Une guerre des générations est-elle en vue ?
    15 septembre 2007, par un chouka
    vous présentez tres bien la situation. de mon point de vue, vous oubliez peut etre que les posédants ont de longue date peu ou prou ,consèrvés leurs avoir contre vents et marées .ils ont leurs "complices vigilents" et argneux toujours prets a "comprendre la bonne morale "et "faire justice" . depuis ma pèriode de chomage, j’ai beaucoup lu et de tout . depuis je ne prends plus parti pour qui que ce soit (tous pourris ),et je penses meme que c’est chacun pour soi et que tout est mensonges ,tromperies,injustices (l’illusion de "justice "est profondément ancrée dans les mentalités ,au point de donner a croire que "la justice "est le reflet des désiratats des puissants :-). je crois qu’il ne faut compter sur aucune institution ,car ce qu’elles prétendent donner aux plus humbles, n’est que par intéret(le système ne peut pas faire autrement sans mettre en péril sa légitimité ) je dis tout cela en sachant tres bien que vous aurez remarqué que je faisais parti des "gens du bas" qui en ont chiés pour gagner des clopinettes ,vu que je ne connaisais rien a la(langue de bois ) musique cachée a la multitude (l’exploitation violente par l"intimidation ,et la punition ). ainsi je comprends tres bien ces "jeunes "instruits,(comme j’aurais aime l’etre ),se rendre compte qu’ils sont contraints a la vie d’ésclave . qu’il n’est absolument pas dans les intentions des exploiteurs de rèspècter le bétail .
  • Elections Présidentielles 2007 :
    Une guerre des générations est-elle en vue ?
    30 janvier 2016, par Sara
    I really appreciate this wonderful post that you have provided for us. I assure this would be beneficial for most of the people. venus factor trial
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin