e-torpedo le webzine sans barbeles



Etats-Unis : Les adolescents des proies faciles pour l’armée

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

L’armée américaine recrute sur les campus et dans les lycées.

(JPEG)

Le mensuel In These Times, résolument opposé à la guerre en Irak, estime qu’en agissant ainsi le Pentagone exploite l’immaturité des adolescents.

-  Vous avez vécu assez longtemps pour pouvoir vous rappeler les mauvais choix que vous avez pu faire quand vous étiez, adolescent, inspiré par la séduction, la provocation, la drogue ou la force ?

Félicitations.

Des milliers de jeunes Américains n’ont toutefois pas cette chance. Sur 1 million de militaires d’active ou de réserve, près de 600 000 se sont engagés à l’adolescence. L’armée attire ces individus physiologiquement immatures grâce à une machine de relations publiques qui ferait la fierté des marchands de tabac.

Si l’âge de la majorité culturelle et légale peut varier, la science est désormais en mesure de déterminer les marqueurs physiologiques de la maturité. Une récente étude réalisée par Jay Giedd, du National Institutes of Health, à partir de clichés IRM (images à résonance magnétique), montre que le cerveau d’un individu de 18 ans n’est pas entièrement développé : les structures du cortex limbique, le cervelet et le cortex préfrontal connaissent encore des modifications substantielles.

Au 31 mars dernier, l’armée américaine comptait 81 000 adolescents [de moins de 20 ans] - dont 7 350 jeunes âgés de 17 ans qui ont eu besoin de l’autorisation de leurs parents pour s’engager. Ce n’est qu’en avril que les zones de combat leur ont été interdites.

Mais l’armée vise encore plus jeune : par des films multimédias, en intervenant dans les écoles et en faisant du démarchage téléphonique à domicile et sur téléphone portable, elle touche des enfants âgés parfois de 13 ans à peine. Dans les Junior Reserve Officer Training Camps (JROTC), les gamins enfilent un uniforme, gagnent des médailles, tirent à balles réelles et jouent au soldat tandis que des adultes formés à la manipulation psychologique les orientent vers l’armée. Le site Internet du JROTC de l’armée de terre regroupe ces activités motivantes sous les termes "repas pris à des camionnettes de ravitaillement".

Il est indispensable d’avoir un cortex préfrontal - la zone du raisonnement - entièrement développé non seulement pour décider de s’engager, mais aussi pour faire des choix dans le stress du déploiement militaire et la terreur des combats. Or le cortex préfrontal, "qui joue un rôle fondamental dans le contrôle des pulsions, est l’une des dernières régions du cerveau à arriver à maturité" et n’atteint pas "sa taille adulte avant l’âge de 20-22 ans", explique Giedd.

Le cerveau des adolescents ne possède tout simplement pas de système de contrôle des pulsions susceptible d’empêcher une vie de handicap psychologique et physique et des morts évitables - la leur, celle de leurs camarades et celle de civils.

Si l’armée américaine, comme d’autres armées, cherche à séduire les jeunes, c’est parce qu’elle a besoin de chair à canon.

En 2002, près de la moitié des soldats du corps des marines avaient 17 ou 18 ans. Selon une étude réalisée par le Pentagone, "chez les hommes comme chez les femmes, la propension [à s’engager] est la plus forte parmi les individus âgés de 16 et 17 ans". Cette "propension" décline rapidement avec l’âge.

En 2004, selon les chiffres du Pentagone, 69 000 jeunes âgés de 16 à 17 ans, et 73 000 de 18 ans avaient demandé à s’engager dans le service actif. Le chiffre passait à 49 000 pour la tranche des 19 ans et n’était plus que de 9 700 pour celle des 24 ans.

Le ministère de la Défense consacre plus de 4 milliards de dollars par an au recrutement, dont 1,5 milliard à la communication ; 22 000 personnes travaillent au recrutement.

Le manuel du recruteur expose des techniques de séduction malsaines qui possèdent toute la subtilité de la traque effectuée par un prédateur.

Les recruteurs, des adultes doués pour "donner une impression de crédibilité" rôdent dans les cafétérias, installent des ordinateurs portables et passent des vidéos bourrées d’action tout en promettant amitié et conseils paternels. Comme les Noirs sont particulièrement sceptiques vis-à-vis de l’effort de guerre, le marketing de l’armée vise avant tout les Latinos à coup de campagnes agressives de plusieurs millions de dollars.

Les recruteurs discutent de leurs cibles avec les mères concernées et vont à l’église.

Ils convainquent des parents non anglophones de signer l’autorisation d’engagement de leur enfant mineur en leur faisant croire que le service militaire est obligatoire ou que le document en question n’est qu’une autorisation de procéder à des tests sanguins, relate The New York Times.

Les recruteurs s’efforcent également de convaincrent les conseillers d’orientation des lycées en proposant "des visites guidées, des voyages VIP (une journée dans la peau d’un marin) ou des ateliers".

Terry J. Allen In These Times

Source : courrierinternational.com 8 juin 2007

Lu sur : Radio Air Libre



Publié le 11 juin 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Etats-Unis : Les adolescents des proies faciles pour l’armée
    5 décembre 2016, par EricaPierce
    I discovered your blog site on google and check a few of your early posts. Continue to keep up the very good operate. I just additional up your RSS feed to my MSN News Reader. Seeking forward to reading more from you later on !... Sbobet Sbobet Casino Sbobet Asia Sbobet Casino Asia Ibetsbo.com
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin