e-torpedo le webzine sans barbeles



Qu’est-ce que la politique ?
par La Louve

Catégorie politique
Il y a (4) contribution(s).

(JPEG) Si "la gauche" a une question, une seule, à se poser aujourd’hui, c’est bien celle-là, qui lui est d’ailleurs fortement inspirée par Nicolas Sarkozy.

Ne pas y répondre, c’est se condamner à reproduire toujours les mêmes erreurs, jusqu’à ce que nous en mourrions.

Je donne ici un élément de réponse, ce que je pense, ce qui est donc, une conclusion personnelle et intermédiaire, certes, fondée sur un peu de réflexion, et non une prétention "à la vérité".

Ou plutôt ce qui est donné là, c’est ce qui sert, en tout cas, de boussole à mon action et à ma pensée.

En cela déjà, je "me pense" politique.

Je n’ai ni raison ni tort - mais j’ai une "conviction" , disons plutôt, un sensation que ma conclusion est juste, et je vais la défendre. (Jusqu’à être, éventuellement, convaincue par autre chose ;-))

On doit se foutre de la "VERITE".

Surtout en politique.

Il faut arrêter avec cette notion de VERITE qui pourrit notre réflexion politique et qui a remplacé dans une pensée du monde, celle de réalité, de matérialité.

Cette notion de vérité, qui, pour un communiste, devrait être le signe d’un marxisme dévoyé, puisqu’on ferait là plutôt de "la mauvaise idéologie", celle qui aboutit au dogme et qui fige savoir, pensée et pratique.

Ce n’est pas cela, ce n’est pas LA VERITE que nous cherchons, enfin je l’espère, sinon notre combat est voué à l’échec, la Vérité n’étant pas , selon toutes les paraboles bibliques, populaires ou philosophiques bien connues, accessible à l’homme, - sauf peut être éventuellement, en Sciences, (et encore le mot a-t-il alors un sens spécifique).

La Vérité, et sa « recherche » aussi obstinée est, pour un homme ou une femme politique ( ce que nous sommes tous et toutes ici) une espèce de cheminement névrotique qui nous vient tout droit du judéo christianisme .

Une manière de se dire : "qu’est ce qu’il y a derrière le voile ? Quelle est cette Vérité - à révéler donc - qu’on ne voit pas ?" -

l’Esprit Saint donc...

Ce n’est pas par hasard que nous , communistes, réflechissons le monde ( ou devrions réfléchir) de façon "dialectique"...

Bref.

Quelqu’un qui ramasse des coups s’intéresse- t-il à savoir si ces coups sont LA vérité ? Non, évidemment. Il en sent la réalité et les vit comme une injustice, comme un châtiment, comme un accident...

Il y a DES vérités qui ont le sens de « réalités », mais il n’y a pas LA vérité.

La politique ni l’économie ni même la philosophie ne cherchent, n’ont pour but, la Vérité. Mais en revanche, elles peuvent en effet se servir de cette notion de vérité et souvent à des fins reoutables.

Ce que nous cherchons, ce que nous devons chercher à la rigueur, nous, communistes, c’est la JUSTICE comme mode, principe d’organisation de la vie en société.

Justice pour les exploités, les prolétaires, les exclus.

Justice pour que ceux qui sont esclaves deviennent enfin les maîtres.

Justice.

Que le monde soit enfin fondé sur la Justice.

Que les "choses rentrent dans l’ordre" et que cesse la schizophrénie qui faisait déjà dire à Siéyès en 1789 :

"Qu’est-ce que le tiers état ? Tout.

Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien.

Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose."

et à Marx en 1847 :

"Vous êtes saisis d’horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée.

Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres.

C’est précisément parce qu’elle n’existe pas pour ces neuf dixièmes qu’elle existe pour vous.

Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu’à la condition que l’immense majorité soit frustrée de toute propriété. En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous.

En vérité, c’est bien ce que nous voulons ».

Notre justice à nous elle est fondée sur une certaine idée de l’égalité (je renvoie rapidement notamment aux travaux de Castoriadis sur ce sujet ) et elle doit être atteinte par le communisme.

"A chacun selon ses besoins, et non à chacun selon ses moyens". Appelez ça "notre vérité" si vous voulez, mais le plus juste serait de dire "notre objectif".

Justice pour les prolétaires de tous les pays, et non vérité, voilà notre combat.

C’est une posture qui suppose des choix éthiques - à chacun en conscience, de les faire, de se positionner par rapport au capitalisme. Mais ce n’est pas une question de Vérité.

Je pourrais même avoir « scientifiquement tort » et la démonstration pourrait m’en être faite par "A+B" , je n’en croirais pas moins au communisme comme moyen de changer le monde.

Et je dis croire. Sans aucune gêne. Totu le monde croit , à un moment ou à un autre.

Le sientifique même - ne serait-ce que parce qu’il croit que la science peut exister, être patiquée, qu’elle peut lui apporter du plaisir, changer le réel etc etc...

Car c’est cela la politique, c’est la conjonction d’idées et de moyens pour organiser « le monde des hommes » selon des principes des idées que l’on pense, non pas vraies, mais surtout, justes, meilleures que d’autres.

La politique, ce ne sont pas les « combinazzione » sans fin et souvent pathétiques auxquelles se livrent nos personnels politiques depuis des décennies.

Toutes ces intrigues, ces machiavélismes, toutes ces techniques, ces stratégies glorifiées d’une manière très subtile par un enseignement bien précis (celui des « sciences politiques » de l’ENA ), ce sont des formes dénaturées de la politique ,ce sont des plaisirs de nantis, de courtisans...

La politique, ça ne se résume pas non plus à une connaissance technique des élections et de leur préparation, même si, dans une démocratie représentative, les élections sont, non pas une fin en soi, mais un moyen d’accéder au pouvoir, pour appliquer une politique.

Là où il n’y a pas de volonté de mettre en oeuvre une politique, là où il n’y a pas de choix éthique, là où se cache sans cesse derrière LA vérité, il n’y a pas de politique.

La politique de Sarkozy, c’est de mettre la France au service du capitalisme, de nous vassaliser au profit des financiers internationaux ,c’est d’organiser notre vie selon des principes, des valeurs (« mérite », l’exact opposé de notre « fondement » !) capitalistes, bourgeoises.

La seule question que nous devrions nous poser aujourd’hui c’est donc celle-ci :

La politique, quelle est la nôtre ?

Que voulons nous , nous, communistes, pour la France et pour le monde ?

Fraternellement

La Louve

source : Bellaciao



Publié le 11 juillet 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Qu’est-ce que la politique ?
    par La Louve
    14 juillet 2007, par Serge Rivron

    "Qu’est-ce que la politique ?" - votre titre est effectivement une question fondamentale, chère Louve. Et vos réponses... de vraies questions.

    Vous commencez par nier le caractère opératoire du concept de "Vérité" en politique, au prétexte qu’il n’est, précisément, pas opératoire, et rendrait service à ceux qui ont décidé de tricher (je résume, peut-être hâtivement). Et vous déclamez :

    ce n’est pas LA VERITE que nous cherchons, enfin je l’espère, sinon notre combat est voué à l’échec, la Vérité n’étant pas , selon toutes les paraboles bibliques, populaires ou philosophiques bien connues, accessible à l’homme, - sauf peut être éventuellement, en Sciences, (et encore le mot a-t-il alors un sens spécifique). _La Vérité, et sa « recherche » aussi obstinée est, pour un homme ou une femme politique ( ce que nous sommes tous et toutes ici) une espèce de cheminement névrotique qui nous vient tout droit du judéo christianisme.

    J’admire vos certitudes. Bien d’accord avec vous, même en partie, sur la Vérité comme "cheminement névrotique qui nous vient tout droit du judéo-christianisme". Il nous vient aussi d’ailleurs et de bien avant, mais admettons. Il n’est pas opératoire en politique - et vous lui opposez le concept, tout aussi entâché de fraude à mes yeux, de "réalité". Pour vous, "la réalité", c’est l’injustice, l’intolérable injustice. Nouveau glissement, avec lequel je peux rester d’accord : ce contre quoi la politique doit avant tout se battre, c’est l’injustice. L’injustice est criante, elle est patente. Des hommes depuis des siècles gouvernent sur le monde en exploitant pour leur minorité la majorité des autres vivants. C’est cet intolérable que la politique doit annihiler. Banco ! Je vous suis. Jusque-là, mais je m’arrête ici :

    "Justice pour que ceux qui sont esclaves deviennent enfin les maîtres."

    Ah bon ! c’est ça votre justice, La Justice espérée. Que simplement le monde change de maîtres. Qu’il y ait encore des maîtres au pays de Justice.

    Vous arguerez sans doute, chère Louve, d’une maladresse : "ce n’est pas ce que j’ai voulu dire". Sans doute - je n’en suis pas même certain. Car vous citez Sieyès ensuite, et puis surtout Marx. Et la citation que vous choisissez de lui, qui n’a certes pas dit QUE celà, qui a dit bien d’autres choses étonnamment plus intéressantes à mon avis, c’est celle concernant le voeu d’abolition de la propriété privée. Très beau voeu, très honorable. On a vu ce qu’il a donné au bout d’à peine trois ans de Révolution Russe, quand Lénine a été contraint de proclamer la N.E.P. pour espérer entre autres endiguer une part de la famine que la collectivisation des terres avait engendrée.

    Les hommes ne travaillent pas naturellement pour leurs pairs, parce que leurs pairs ne sont pas naturellement portés à travailler seulement pour "les hommes". Le faites-vous TOUJOURS, vous-même, lorsque vous exercez votre métier ?

    Vous objecterez sans doute que si les hommes ne sont pas généreusement portés à l’altruisme, c’est parce qu’ils n’ont aucune confiance en les institutions, en ce cadrage politique équitable que vous appelez de vos voeux. Si "la politique" entendait clairement, et s’organisait résolument pour remettre

    "à chacun selon ses besoins, et non à chacun selon ses moyens"

    les hommes seraient inévitablement meilleurs. Je considère personnellement cette dernière citation de Marx - que vous avez entrelaçée avec celle sur la propriété, alors qu’elle en est originellement détachée comme un principe de ses effets - comme une utopie monastique, et dont le champ d’application est d’ailleurs réservé au monde monastique (qu’il soit catholique, bouddhiste ou fouriériste) : qui peut décider des moyens nécessaires à l’existence d’un de ses pairs, si ce n’est, à la frange de toute politique, certains êtres, lorsqu’ils sont animés d’une même conviction qui les a fait DONNER à une collectivité CHOISIE leur héritage éventuel et leurs moyens futurs de subsistance, leur vie ? Or qu’est-ce-qui, pour chacun d’entre nous, peut justifier un tel don, une telle conviction ?

    Cette question, fondamentale autant que la vôtre, nous ramène exactement à ce que vous contestez à juste titre : le concept de Vérité. Pire que le "concept" : l’Idée de Vérité - cette idée enracinée au coeur de chacun d’entre nous - fut-ce le plus misérable ou fut-ce le plus immonde - qu’il y a quelque part un essentiel à atteindre, et qu’il ne saurait y avoir de sens à aucune existence sans lui.

    Hélas, la politique tourne autour de cette question. Si le concept de Vérité n’est pas opératoire en politique, il reste, quoi que vous vouliez, central. C’est bien de lui, sur lui, et avec lui qu’il nous faut travailler si nous voulons essayer de rendre le monde meilleur. Serge Rivron, http://sergerivron.fr

    • Qu’est-ce que la politique ?
      par La Louve
      16 février 2016, par bingdex
      Great article ! I have frequently thought about this very free credit reports from all three bureaus topic. You’ve certainly put an incredible amount of thought and study into establishing this extensive single mom grants piece. You introduced and said numerous facets I had ruled out. Well done. Do you plan on composing a scholarships for women follow-up ? Erica
  • Qu’est-ce que la politique ?
    par La Louve
    29 janvier 2016, par Sara
    Thanks for sharing the post... P.S. If you want to lose weight and get in shape without having to spend countless hours in the gym or even sacrificing all of your favorite foods or red wine to do it, then Venus Factor may be a great fit for you. 12 week weight loss program Venus Factor has been designed to help women burn fat, lose weight and get in shape.
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin