e-torpedo le webzine sans barbeles



Valerie Solanas : S.C.U.M

Catégorie portrait
Il y a (15) contribution(s).

(JPEG) Valerie Jean Solanas, née le 9 avril 1936 à Ventnor City (New Jersey, États-Unis), décédée le 26 avril 1988 à San Francisco (Californie), était une intellectuelle féministe américaine, connue pour son pamphlet SCUM Manifesto. Elle s’illustra également en essayant de tuer l’artiste américain Andy Warhol.

Début de vie

Née en 1936 dans le New Jersey, Valerie Solanas fut violée par son père. Ses parents divorcèrent dans les années 40, si bien qu’à 15 ans elle fut abandonnée. Sans domicile, elle se prostitua pour financer ses études et réussit à obtenir un diplôme de psychologie à l’Université du Maryland. Elle eut un fils, David, en 1953. Les autres détails de sa vie jusqu’en 1966 sont plus ou moins bien connus, mais il semblerait qu’elle ait voyagé à travers les États-Unis en survivant grâce à la mendicité et à la prostitution.

New York et "the Factory"

Solanas arriva à Greenwich Village en 1966. C’est là qu’elle ecrivit une pièce Up Your Ass (littéralement, "Dans ton cul"), mettant en scène une prostituée mendiante haïssant les hommes. En 1967, elle rencontra Andy Warhol à la sortie de son célèbre studio, the Factory, à Manhattan et elle lui demanda de produire sa pièce. Intrigué par le titre, Warhol accepta de jeter un coup d’œil sur le manuscrit.

Il semble qu’il ne fut guère impressionné par le contenu et il ne donna pas suite.

Warhol partit pour l’Europe peu de temps après cet épisode, et pendant ce temps, Solanas écrit et publia à son compte le texte qui devait la rendre célèbre, un appel à lutte violente contre les hommes et à la libération des femmes intitulé le SCUM Manifesto. SCUM étant généralement interprété comme l’acronyme de "Society for Cutting Up Men" (association pour mettre les hommes en pièces), bien que la signification de l’acronyme ne figurât point dans le texte même. Certains prétendent même que Solanas n’ait jamais voulu donner à SCUM autre chose que le mot scum (crasse, racaille). La signification de cut up est elle-même discutée, certains le prenant au sens littéral de mettre en morceaux, et d’autres en extrapolant le sens à émasculer.

Un certain nombre de militantes féministes adoptèrent le manifeste de Solanas dans lequel elle voyaient, en dépit de ses excès, une source de réflexion et un appel à la révolte.

Un peu plus tard, toujours en 1967, Solanas se mit à téléphoner à Warhol en lui demandant de lui rendre le manuscrit de Up Your Ass. Quand Warhol reconnut l’avoir perdu, elle lui demanda un dédommagement. Warhol ignora ces réclamations, mais il lui donna des rôles mineurs dans deux de ses films.

Le 3 juin 1968, Solanas tira trois coups de pistolet sur Warhol à l’entrée de la Factory.

Les deux premiers coups manquèrent la cible, mais la troisième balle transperça le poumon, la rate, l’estomac, le foie et l’œsophage. Solanas tira alors sur le critique d’art et essaya également de descendre l’impresario de Warhol Fred Hughes, mais son arme s’enraya. On a raconté que Solanas avait déposé avec un vaporisateur une couche d’argent sur les balles, car elle considérait Warhol comme un vampire. Elle aurait d’abord essayé de les envelopper dans des feuilles d’aluminium, mais les feuilles auraient enrayé le pistolet.

Juste après que Solanas eut déchargé son arme, l’ascenseur arriva, et Hughes lui suggéra de le prendre pour quitter la Factory. Warhol s’en tira de justesse, mais il ne récupéra jamais vraiment et dut porter un corset le reste de sa vie.

Solanas se rendit à la justice le soir même et fut poursuivie pour tentative de meurtre avec préméditation. Elle se défendit en mettant en avant que Warhol avait trop de pouvoir sur elle et qu’il lui avait volé son travail. Elle plaida coupable et écopa de trois ans de prison.

Warhol refusa de témoigner contre elle.

Sortie de prison

La journaliste féministe Robin Morgan apporta son soutien à Solanas pour qu’elle sorte de prison. Ti-Grace Atkinson, la présidente de la section new-yorkaise de la National Organization for Women (NOW), décrira Solanas la « championne la plus remarquable des droits des femmes ». Une autre membre de la NOW parla d’elle, lors de son procès, comme de la « porte-parole la plus éminente du mouvement féministe ».

Certaines la considérèrent comme une martyre après sa sortie de prison, en 1971.

Elle continua de harceler Warhol et d’autres personnes au téléphone, ce qui lui valut une nouvelle arrestation. Le Village Voice publia en 1977 une interview où elle réfutait que le SCUM Manifesto dut être pris au pied de la lettre. Solanas sombra alors dans l’anonymat, fit plusieurs séjours dans des hôpitaux psychiatriques. On dit qu’elle vécut en Californie pendant les années 1980, subvenant par la prostitution aux besoins engendrés par la toxicomanie. Elle avait 52 ans lorsqu’elle mourut d’une pneumonie en 1988 à l’hôpital public de San Francisco.

Il semble qu’une copie de son manuscrit Up Your Ass fut sauvée, car la pièce était encore jouée dans les premières années du XXIe siècle.

SOURCE : Wikipédia



Publié le 15 juillet 2007  par torpedo


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin