e-torpedo le webzine sans barbeles



Les puissants relais des « bouchers de l’humanité »
par René Balme

Catégorie politique
Il y a (3) contribution(s).

Article paru sous le titre "Un maire face au sarkozysme" dans le N°1 du journal Le Sarkophage. En vente dans tous les kiosques et sur abonnement.

mercredi 18 juillet 2007 par René BALME

(JPEG)

Le Sarkophage, 14 juillet 2007

De retour d’une visite à Grigny, petite ville rhodanienne de 9000 âmes dont je suis le maire, Laurence Kalafatides [1], chercheuse es OMC et Franca Maï [2], la romancière, parlaient d’un petit village gaulois qui continuait à résister. A résister contre la déshumanisation et l’ultralibéralisation du monde. Ville anti-OGM, ville hors AGCS, les panneaux d’entrée dans la commune indiquent d’emblée la couleur... politique. Depuis 30 ans qu’elle est de gauche, la municipalité de Grigny a connu de nombreux combats. Ville de résistances, Grigny demeurera. Mais la pression du pouvoir en place est de plus en plus forte.

Depuis les derniers gouvernements de droite, les décisions politiques des élus locaux démocratiquement choisis par le peuple sont de plus en plus remises en cause par l’administration et la justice « administrative ».

Les élus et leurs politiques sont criminalisés.

La période pendant laquelle Nicolas Sarkozy fut ministre de l’Intérieur a sans aucun doute été la pire évolution en la matière.

Je suis devenu un habitué du prétoire du Tribunal Administratif de Lyon et un perpétuel adversaire du Préfet du Rhône... qui ne se lasse pas de faire annuler nombre de délibérations du Conseil Municipal... que je ne me lasse pas de faire revoter année après année !

Au niveau local, la politique Sarkoziste consiste tout d’abord en un double mouvement a priori paradoxal : d’une part, le transfert de charges aux collectivités locales - transfert qu’elles ne pourront pas assumer sans augmenter l’impôt - et d’autre part l’empêchement systématique de prendre des mesures politiques locales réellement efficaces. Avec comme objectif final la libéralisation des services et des politiques publiques. Une gestion administrative des collectivités locales avec des élus dont le seul pouvoir serait figuratif est le but à atteindre pour l’OMC et ses mercenaires zélés aux rangs desquels figurent bien sûr les élus sarkozistes, mais pas seulement, malheureusement.

Sarkozy président, c’est d’abord la poursuite et l’accélération d’une politique sécuritaire et conservatrice de répression de groupes sociaux entiers : quartiers populaires, immigrés, jeunes, pauvres... Dans une commune comme Grigny, la proximité des élus suffit généralement à gérer et à canaliser nombre de problèmes... mais lorsque la police en mal d’action en vient à provoquer les jeunes et leurs familles aux pieds de leurs immeubles, à « gazer » un quartier entier, femmes et enfants compris ; le rôle des élus locaux devient de plus en plus ardu.

Maintenir le lien et continuer à convaincre du sens républicain de notre société devient mission impossible.

Le choix sécuritaire de la répression policière est un choix politique traditionnel de la droite.

Mais Sarkozy a inventé la communication sécuritaire, la provocation et la mise en scène de la répression (rappelons-nous seulement cette année des pseudo émeutes de la Gare du Nord en période pré-électorale).

La stigmatisation des catégories sociales les plus populaires est une stratégie électorale. L’emprisonnement de jeunes innocents résulte de plus en plus souvent d’une nécessité de légitimer a posteriori des choix politiques. Un quartier populaire où il fait bon vivre est une insulte au sens de l’existence politique d’un Sarkozy. La logique sécuritaire s’appuie sur une stratégie de la peur qui se décline à tous les échelons du pouvoir depuis le niveau planétaire. A Grigny comme ailleurs se répand la révolution conservatrice mondiale.

Les tensions intergénérationnelles, interculturelles s’accroissent au fur et à mesure des coups de boutoir répressifs. Et c’est bien là le but de cette stratégie. La politique de la ville dispose de moins en moins de moyens pour la prévention. Les associations, les éducateurs, les médiateurs ont peu à peu disparu de nos quartiers au profit d’une présence policière - exclusivement répressive - de tous les instants. Pour Sarkozy, la peur et la haine sont des outils politiques bien plus efficaces que le lien social. Le débat sur l’abandon de l’actuelle carte scolaire va ainsi dans le même sens : celui d’une ghettoïsation socioculturelle de nos écoles, celui qui dresse les catégories sociales les unes contre les autres. Celui qui met en place une société à plusieurs vitesse. A l’américaine... de préférence.

Comme la santé et comme l’ensemble des services publics, l’école sarkoziste - OMC oblige - est l’école privée, libéralisée, l’école qui donne les moyens de réussir à ceux qui les ont déjà. L’école qui forme l’élite hors de toute contestation du système établi.

-  Comment, dès maintenant, ne pas voir la différence entre ceux qui peuvent combler les lacunes de l’éducation nationale par un recours aux sociétés privées de soutien scolaire et ceux qui ne disposent que de quelques heures en plus au collège ou dispensées par le centre socioculturel du quartier ?

Sarkozy président, soutenu par une large majorité parlementaire, c’est la menace de transformer notre nation en un relais servile des politiques libérales européennes, elles-mêmes édictées au sommet par l’Organisation Mondiale du Commerce. Émanation de l’OMC, l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) nous est imposé et menace l’existence de tous les services publics.

Tout doit devenir marchand, tout est marchandise, y compris l’être humain.

Alors que la qualité et la souveraineté alimentaires sont des enjeux fondamentaux du 21ème siècle, le préfet somme le maire que je suis de ne pas interdire l’utilisation d’aliments OGM dans les menus du restaurant municipal. Et il saisit le Tribunal Administratif. Bientôt, l’AGCS me forcera - au prétexte du principe de concurrence libre et non faussée - [3] à sous-traiter ce même service public municipal à une société privée dont l’objectif sera de faire des bénéfices avec l’estomac de nos enfants... En attendant, les services publics disparaissent de nos quartiers et de nos campagnes gommant ainsi les liens sociaux et démocratiques qu’ils tissaient et entretenaient. A ce titre, la disparition des bureaux de poste dans les petites communes rurales est sans doute la pire régression sociale et démocratique que nos campagnes aient connu depuis bien longtemps.

Cette éradication systématique des services publics permettra ainsi de mieux faire ensuite apparaître les mêmes services, mais privés et sélectifs, au bénéfice des seuls nantis qui auront les moyens de se les offrir. Elle aura aussi pour conséquence d’obliger les communes de participer financièrement au fonctionnement des écoles privées [4].

-  Comment ne pas entendre dès aujourd’hui les plaintes des retraités face au coût de plus en élevé des frais de santé ?

Tous les jours, les services sociaux de la mairie de Grigny regorgent de problèmes nouveaux de familles dépassées par les coûts de ces services de première nécessité...

Le logement, même social, devient inabordable, et pas seulement pour les plus modestes.

Le droit à l’énergie est lui même menacé par ces logiques libérales selon lesquelles une coupure de gaz ne représente plus un drame humain mais un gain financier...

De manière générale, la stratégie Sarkoziste, issue de celle beaucoup plus aboutie de l’OMC, relayée par la Commission européenne, consiste à criminaliser l’ensemble des actes de la vie quotidienne. Ainsi, de nouvelles lois et circulaires sont régulièrement édictées dans le seul but de contraindre chaque citoyen, chaque structure, à se mettre en conformité avec de nouvelles normes, et ce faisant, à dépenser toujours plus au bénéfice de quelques sociétés privées qui sont généralement elles-mêmes à l’origine des directives officielles. De l’agro-alimentaire à l’automobile, en passant par la restauration, le sport, le logement, les équipements publics... les exemples sont légions tant ces pratiques, généralement justifiées par la notion de progrès, ou de « sécurité » sont désormais courantes.

La surprotection a un coût, supporté par les contribuables ou les consommateurs, et une rentabilité certaine pour les actionnaires.

Sans doute la politique de Nicolas Sarkozy fera-t-elle en sorte de criminaliser l’action du maire que je suis.

Les Préfets et autres technocrates ou mercenaires non élus du pouvoir en place vont continuer à être les gardiens de la déshumanisation du monde. Comme tous les maires qui souhaitent s’opposer à l’application de décisions ineptes sur leurs communes, je continuerai à être traîné devant les tribunaux pour m’être opposé à l’AGCS, aux OGM, aux expulsions locatives, aux coupures de gaz et d’électricité... Car l’idéal de la société sarkoziste est l’ultralibéralisme, sur le modèle des Etats-Unis de Bush où la seule loi qui compte est la loi du plus fort, c’est à dire du plus riche... Et pour que cette société existe, il faut à tout prix qu’une partie de ses composantes crève dans le dénuement le plus total...

Hier, les empires se bâtissaient en tenant compte du facteur humain.

Les habitants des pays colonisés bénéficiaient de quelque considération car ils participaient à faire fonctionner la machine capitaliste. Aujourd’hui, dans la vaste entreprise de colonisation à laquelle se livrent tous les pays du G8, le facteur humain est inexistant. Eradiquer un village, une région, un peuple n’a aucune importance du moment que l’accès aux réserves énergétiques et aux matières premières est assuré. Les exemples de cette barbarie nouvelle sont quotidiens.

Pour moi qui veut placer l’être humain au centre de toutes les préoccupations, aucune concession, aucune compromission, aucun dialogue n’est désormais possible avec ceux qui ont décidé de se mettre au service des « bouchers de l’humanité » - et ils sont nombreux.

Nos devons entrer en résistance et la désobéissance civile est plus que jamais d’actualité, même si ce ne peut être que la voie du désespoir.

René BALME Maire de Grigny Le 04 juin 2006

[1] L’OMC le pouvoir invisible, éditions Fayard. Laurence Kalafatides, Agnès Bertrand

[2] Dernier titre paru : Pedro, éditions Le Cherche Midi

[3] L’AGCS considère en effet que le service public, parce qu’il est financé par la collectivité est une entrave à la concurrence libre et non faussée.

[4] La circulaire ministérielle N° 2005-206 du 2 décembre 2005 qui prévoit ce type de financement est un brèche ouverte dans laquelle vont s’engouffrer les multinationales qui ne sauraient tarder, sans risque financier, à mettre en place des écoles privées là ou l’éducation nationale s’est retirée.

source :
-  site R.B



Publié le 22 juillet 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Les puissants relais des « bouchers de l’humanité »
    par René Balme
    29 janvier 2016, par Sara
    Thanks for sharing the post... P.S. If you want to lose weight and get in shape without having to spend countless hours in the gym or even sacrificing all of your favorite foods or red wine to do it, then Venus Factor may be a great fit for you. 12 week weight loss program Venus Factor has been designed to help women burn fat, lose weight and get in shape.
    • Les puissants relais des « bouchers de l’humanité »
      par René Balme
      16 février 2016, par bingdex
      Great article ! I have frequently thought about this very free credit reports from all three bureaus topic. You’ve certainly put an incredible amount of thought and study into establishing this extensive single mom grants piece. You introduced and said numerous facets I had ruled out. Well done. Do you plan on composing a scholarships for women follow-up ? Erica
      • Les puissants relais des « bouchers de l’humanité »
        par René Balme
        21 juillet 2016, par jeuxnewbanat
        Great informative information good working bro nice man I played this game now is very good al3ab banat
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin