e-torpedo le webzine sans barbeles



Pas de vacances pour la bêtise et le capitalisme
par La Louve

Catégorie politique
Il y a (4) contribution(s).

Salut fraternel à toutes et à tous....

(JPEG)

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’en cette période de congés (qu’on ait eu la chance de pouvoir s’aérer un peu ou pas), ça n’a pas été congés pour tout le monde.

Une pensée, d’abord, à celles et ceux qui n’ont pas eu les moyens de les prendre, ces congés estivaux. Et un coup de chapeau pour les organisations qui se sont débrouillées ici ou là pour offrir 24 ou 48 heures d’oxygène à ceux qui ne pouvaient pas profiter des vacances.

Bon, le soleil, c’est sûr, lui, était bien en vacances. Mais pas sur la France. Il devait être parti à Tataouine (c’est très joli, d’ailleurs, Tataouine), et si nous étions des païens, nous aurions immédiatement songé que nous étions ainsi punis pour avoir élu Sarkozy le 6 mai.

Mais la connerie, surtout à droite, elle n’a pas pris de vacances.

Enfin, je dis « surtout à droite », mais je dois avouer qu’à « gauche » il n’y a pas eu de quoi pavoiser, le PS s’étant je pense, définitivement voué à la chronique biologique du couple Sarkozy : « Aujourd’hui, le Président a fait caca liquide. Avec ce qu’il coûte à l’Elysée en chocolat, il pourrait avoir la décence de faire caca dur. Le Parti Socialiste tenait donc à manifester son profond mécontentement ».

La Hollande , l’autre pays du fromage ( pasteurisé).

Et plein d’autres choses de ce genre de haute volée, comme lorsque Joffrin s’esbaudit sur l’attitude « rebelle » (sic) de Cécilia Sarkozy (qui a snobé la hamburger’s party des Bush pour aller « shopper » chez Prada, pour ceux qui ne le sauraient pas encore !) preuve d’une « indépendance totale de l’épouse face au mari », signant là une victoire de la cause des femmes...

J’avoue que le jour où j’ai lu cet édito (mais bon sang, je me suis déjà promis mille fois de ne plus acheter, ni même emprunter ou voler, Libération) je me suis demandé si Joffrin ne maniait pas, en réalité, l’humour à un degré qui ne m’était pas accessible...

Bref, c’est à peu près tout ce qu’on peut dire sur « la gauche », y compris la notre, pendant ces vacances, car elle a été relativement inaudible, non pas parce qu’on lui refuse de passer dans les médias, mais hélas parce qu’elle n’avait rien à dire ou qu’elle ne l’a pas dit comme elle aurait du.

Alors, un premier conseil de rentrée à nos camarades élu-e-s : arrêtez le politiquement correct façon PS, vous avez le droit, non, le devoir, de renoncer aux précautions oratoires...

Pourtant il y a eu matière et l’UMP and co nous offrent des pleines charrettes de conneries et de mensonges sur lesquels même un débutant pourrait se faire les dents.

Mais non.

On a préféré s’acharner sur l’angine blanche de Cécilia alors que, franchement, mais qu’est-ce-qu’on en a à foutre ?!

Ainsi, il a fallu attendre quatre jours de campagne médiatique ordurière aux relents les plus vichystes (avec des manchettes du Figaro ou d’Aujourd’hui type « Les prédateurs sexuels sont dans la rue » ou « Un autre pédophile prochainement libéré de la prison de Caen ») suite à l’enlèvement et aux sévices subis par le petit Enis, pour entendre ENFIN les bonnes réactions (politiques) ici ou là, et notamment,

pour que la gauche dénonce le manque de moyens dramatiques des établissements pénitenciers et du service public de la justice pour assurer le suivi, le soin et la répression efficace des délinquants sexuels.

Ce ne sont pas les politiques qui ont le mieux le réagi, mais les professionnels et notamment les avocats, et je salue ici l’interview de Maître Henri Leclerc (ancien président de la LDH) sur France Info, qui a appelé un chat un chat et mis le doigt là où ça faisait mal.

Au début, tout le monde s’est concentré sur cette affaire de Viagra, sur le mode du « Vous vous rendez compte Madame Michèle ? Du Viagra à un prédateur sexuel ? ». Le tout avec des airs de sous-entendu, comme si les médecins (futurs boucs-émissaires ?) étaient tous des complices de pédophiles et que leur incompétence était presque congénitale !

Pourtant, voir Dati et Sarkozy toutes canines dehors sous leur bronzage californien expliquer qu’on va « durcir davantage la loi sur la récidive pour les délinquants sexuels », sans expliquer ni comment, ni pourquoi, ni par quels moyens en argent et en hommes on va faire cela, ça donne bien envie de leur rentrer dans le lard non ?(Enfin, moi, personnellement, je ne peux plus les supporter. Dati, c’est bien simple, dès que je la vois, j’en ai les poils qui se hérissent).

Qu’est-ce-qu’on attend comme autres drames pour dresser sans concession le constat terrible que la France est en train d’être dépouillée de ses services publics et prendre les mesures qui s’imposent pour nous y opposer ? Que des malades meurent dans les hôpitaux publics, faute de personnel, faute de lits, faute de moyens ? Que nos enfants se fassent classe tout seuls, faute de profs ? Qu’on doive aller chercher notre courrier directement à la Poste du coin (quand elle existe encore), faute de facteurs ? Qu’on pousse nos métros pour aller « travailler plus pour gagner moins », faute de conducteurs ?

On nous explique qu’il n’y a pas d’argent ?! Mais c’est faux et archi faux ! Et nous le savons. C’est sur qu’avec tous les cadeaux fiscaux faits aux riches, par contre, ça risque de faire des trous...

Pareil pour cette grande dépendeuse d’andouilles de Christine Lagarde.

Ah c’est sûr qu’elle faisait moins la maline qu’au perchoir de l’Assemblée quand elle a présenté sa loi pour les riches.

Comment elle s’est fait souffler dans les bronches dis donc ! Quel dommage, Madame a du interrompre son stage de plongée à Porquerolles pour venir gérer les affaires courantes...et nous expliquer benoîtement, sur le ton de la méthode Coué, que tout allait bien Madame la Marquise, qu’il n’y avait pas de crise (ce qui est juste d’un point de vue sémantique, mais faux d’un point de vue technique puisque, si les banques centrales n’avaient pas dépensé nos devises à soutenir artificiellement les marchés boursiers, c’eût été la panique).

Qu’on attendait toujours 3% de croissance et qu’avec cela, tout allait rentrer dans l’ordre. (Mais quel ordre ? L’ordre juste ?)

-  

Est-ce que nous sommes vraiment d’accord pour que notre argent, chèrement gagné, serve à sortir les spéculateurs financiers les plus agressifs de la ruine qui devait logiquement les attendre, plutôt qu’à recruter davantage de personnel qualifié pour assurer le suivi socio-judiciaire des délinquants sexuels, tiens, par exemple ?

Comme c’est déplaisant de se dire que nos impôts et nos richesses servent à maintenir artificiellement en vie un système, manifestement en bout de course, qui ne fait que nous broyer et détruire nos vies, je veux dire, le capitalisme.

-  Va-t-il falloir en arriver à faire de la résistance collective et à refuser de les payer, finalement, ces impôts, si mal employés ?

-  Si peu employés pour le bien public ?

-  Pour notre bien à nous ? Faut-il boycotter les banques, qu jouent avec notre argent mais nous le font payer très cher ?

Je ne parle pas de la perle juridique que nous a inventée l’Elysée ces derniers jours : l’application de la règle de droit « par extension ».

Là, je reconnais que la spécialiste en droit public qui sommeillait pendant ces vacances a bien failli en avaler son café de travers...Cécilia Sarkozy est une continuité de son Président d’époux, il faut le savoir.

C’est comme un troisième bras ou une cinquième poignée d’amour.

Ce n’est pas écrit dans le texte, même remanié, du 4 octobre 1958, ce n’est même pas suggéré par une quelconque jurisprudence, mais ce n’est pas grave. Ce qui s’applique au Président s’applique « par extension » à Madame son épouse.

Même Chirac n’aurait pas osé cela. « Cécilia n’ira pas devant la commission sur l’affaire libyenne puisque elle était émissaire personnel du Président dans cette affaire. Or, la Constitution n’autorise pas une telle commission à entendre le Président. Par extension, elle n’autorise pas l’émissaire personnel du Président à être entendu devant une telle commission ».

Ou comment l’Elysée continue à violer le texte de la Constitution et à imposer une constitutionnalisation par les faits, comme cela l’arrange, quand cela l’arrange.

Ou comment le fait du Prince redevient la règle.

L’arrestation complètement hypocrite et scandaleuse de Marina Petrella parachève ce tableau du « Dormez tranquilles, Gaulois, nous veillons et nous mettons les terroristes hors d’état de nuire »...

C’est quand même fou que dans notre pays, ça ne choque personne ( ou presque) de voir un mec comme Carignon refaire de la politique, se présenter partout, passer à la télé, débiter ses leçons de morale, alors qu’une ancienne brigadiste, dont l’action passée est certes discutable mais aussi contextuelle, qui a bénéficié de la protection de la France en contrepartie de l’abandon définitif de l’action violente, est traitée comme une criminelle à perpétuité, alors qu’en plus, elle n’a pas bougé un cil ni une oreille depuis des années !

-  Au nom de quoi ?

-  Au nom de quel droit, de quels principes ?

En tout cas et manifestement la chasse aux ex-brigadistes est ouverte et la France mène le bal. Pas de quoi être fiers.

Donc, tout va bien en France, et les porte-seau de l’UMP font assaut de diligences (à de rares exceptions) pour cirer les Churchs de notre bien-aimé Président et nous expliquer à la moindre occasion, comme il est grand, merveilleux, travailleur et comme ça va bien chez nous... Fallait entendre Dédé Santini sur RMC. C’était à vomir.

Et ailleurs ? Ailleurs, on s’en fout...

Enfin, soyons rassurés, puisque le 30 août prochain, la « Commission Attali » (vous avez dit Attali, l’ancien sherpa de Mitterrand ? Oui oui...) va entrer en fonction avec des « experts internationaux » (dont Mario Monti, Franco Bassanini, ou la très conservatrice espagnole Ana Palacio) pour étudier les freins à la croissance française et livrer un rapport en forme de solutions. On espère vraiment que le grand homme « de gauche » ne rencontrera pas, dans le procès qui le met en cause dans l’affaire Falcone, et au cours duquel il va être entendu en 2008 avec une quarantaine d’autres personnes, d’empêchement susceptible de contrarier la mission que notre cher Président vient de lui confier...

La France, An I de la nouvelle République Bananière, (année zéro de l’intelligence et du bon sens).

Camarades, on n’a pas fini de se battre.

On s’en doutait, mais ça se confirme.

Il va falloir faire preuve de pugnacité, de fermeté, sans doute, radicaliser nos luttes.

Radicaliser nos "amitiés", aussi. Et du point de vue amitié, je remercie le PS qui nous offre vraiment l’occasion rêvée de nous débarrasser de lui et du vocable "gauche", dont il est la démonstration vivante que ce mot, pour l’instant, ne signifie plus rien.

Ne pas oublier que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

En tout cas, c’est le moment d’être solidaires, fraternels, déterminés et organisés.

Sur ce, bonnes fin de vacances pour les uns, et bonne rentrée pour les autres,

La Louve

PS : Là, j’apprends, que Marie George a dit hier que le PCF allait faire à la rentrée un meeting ou une manifestation contre la politique de Sarkozy.

Je trouve que c’est une bonne idée, la manifestation (pas le meeting - assez de blabla et plus de guibolles).

Avec défilé. Klaxons. Cornes de brume. Pétards. Banderoles. Drapeaux rouges.Chants révolutionnaires etc.

Mais pitié, pas tout seuls Marie George !!

Soyons unitaires sur ce coup là et tiens, commençons par nous assurer de défiler avec la LCR et la CGT.

source : Bellaciao



Publié le 27 août 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin