e-torpedo le webzine sans barbeles



L’étrange tranquillité du citoyen
par Andy Vérol

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) Le plus stupéfiant dans cette période, c’est l’étrange tranquillité des gens que l’on croise dans la rue. Il n’est aucun citoyen capable de garder les yeux ouverts. Ce ne sont pas les dirigeants qui sont en peine. Ce sont les citoyens qui, noyés, baignés dans un confort matériel qu’ils savent fragile, se refusent à bouger. Ils savent pertinement que le lave-linge y passera, l’écran LCD aussi. Ils savent qu’il faudra passer par une crise, un gros bouleversement de leur train-train, de leurs acquis matériels s’ils veulent voir le monde changer dans leur sens. Alors ils ont été tenté le discours le plus éloquent sur la lutte contre l’immobilisme. Ils ont entendu dans la bouche de Sarkozy, que nous pouvions rester dans nos canapés, assurer nos emplois salariés, éduquer nos gosses, et nous acheter des bagnoles et changer le monde, le mettre à la "sauce" peuple.

Ils ont fait le choix du menteur parce que ça les soulage.

C’est un peu comme ce mec qui s’est fait engueuler toute la journée par son connard de chef. Le soir, lorsqu’il rentre, il regarde son journal sur TF1 ou sur France 2 et se persuade que toutes ces infos sont vraies. Puis il regarde la météo, il ne la raterait pour rien au monde, et se persuade que les prévisions sont des "prédictions".

Il ne s’arrête pas là. Il n’est pas con, mais il est fatigué.

L’autre con lui en a mis plein la gueule toute la journée pour pas un rond, avec des réflexions du type : "Tu as toujours bien bossé chez nous, mais le marché est ce qu’il est, on est tous sur la sellette !" Alors quand il regarde les pubs, il finit par se persuader que c’est vrai, Mac Do fait des efforts pour donner tout ce qui est bon à ses enfants, que la dernière Toyota préserve vraiment l’environnement, que ce jus d’orange contient toutes les vitamines nécessaires à une personne pour la journée entière, que la lessive Machin est meilleure que la lessive Truc.

Parce qu’il est fatigué, parce qu’il en a plein le cul.

Que son boulot, ça va de plus en plus mal, avec de plus en plus de pression.

Alors il se met un film. Un film dans lequel il se plonge sans contrôle. Un film américain, par exemple, ou un téléfilm policier français, où le monde est fait de méchants, et sans cesse protégé par des gentils. Il n’est pas con. Il sait que ce sont des conneries, mais il est fatigué lui, il a bossé, il a une pression monstre. Il a peur de ne pas s’en sortir, avec tous les crédits qu’on lui a recommandé de prendre ("Vous remboursez en 10 mensualités et hop ! Vous êtes connecté pour seulement 75 euros par mois !" Le commercial était tellement sympa, ce con). Il a peur de se retrouver dans la merde. Perdre sa femme. Perdre ses enfants. Alors il tient bon. Mais le soir, il se laisse persuader que dans ce film, les gentils qui règlent leur affaire aux méchants à coups de révolvers, et bien, c’est un peu comme la vraie vie.

C’est comme ça la vie.

Il ne peut se coucher très tôt. Le stress. La peur d’y retourner demain, le pousse à regarder la télé, un peu plus tard encore. Il regarde un reportage. Ou un débat politique. Il n’a pas envie de se prendre la tête. Il se dit qu’en un tour de manivelle, un de ces politiques, spécialistes, économistes, pourra redresser la barre.

Il s’en persuade, parce qu’il ne veut pas se prendre la tête avec tout ça.

Il est las. Il est désabusé. Il ne rit plus aux éclats comme lorsqu’il s’amusait avec ses potes, durant l’enfance.

Un type veut que tout ce bordel d’immobilisme cesse. Il veut que ça bouge. Il comprend que les gens en aient marre de payer, marre d’être écrasés. Il a vu ce que ça a donné avant. Parce que lui n’a pas le temps de faire de la politique. Il sait juste qu’il en a plein le cul de tout ce bordel. Quand on lui dit que c’est de pire en pire, que c’était mieux avant et que ça sera mieux demain avec machin, et bien, vers minuit et demi, quand il est cuit, il s’est converti.

Ce week-end de mai 2007, même s’il n’est pas con, qu’il sait que ça ne changera sans doute rien, que ça pourrait ne pas marcher, il mettra son bulletin "Sarkozy" dans l’urne.

C’est toujours mieux que de se tirer une balle non ?

Non ?

Pas si sûr...

-  Andy Vérol

Publié par Hirsute



Publié le 18 septembre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • L’étrange tranquillité du citoyen
    par Andy Vérol
    20 septembre 2007, par un chouka
    mais, pourquoi ne vote t’il pas blanc au deusième tour ,plutot que faire un choix qui n’en est pas ?
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin