e-torpedo le webzine sans barbeles



Le coût humain et financier du "Travailler plus pour gagner plus"
par Andy Vérol

Catégorie société
Il y a (4) contribution(s).

(JPEG)

Cette mesure, selon certains économistes fera perdre entre 50000 et 80000 emplois.

Petite démonstration. un patron emploie 8 salariés. L’ensemble des heures supplémentaires (au-delà des 35 heures hebdomadaires) sont exonérées d’impôts pour les salariés et le patron. Ce dernier a un chiffre d’affaire qui croît relativement peu. C’est ainsi dans toutes les petites entreprises. Son marché est saturé, il ne peut gagner plus de parts de marché, ou très peu. Mais il veut augmenter sa marge bénéficiaire. Il demande à 7 de ses 8 salariés s’ils seraient intéressés pour travailler 5 heures de plus par semaine. C’est "gagnant-gagnant" pour eux, puisqu’ils vont vraiment gagner plus en travaillant plus (l’exonération d’impôts accélère l’augmentation du salaire).

Le patron s’y retrouve bien sûr. Ils acceptent tous parce qu’il a été relativement insistant.

"Et le 8ème salarié ?" me direz-vous.

C’était le moins performant de la boîte. De plus il a plus de 50 ans, il est fatigué. Etant donné que les 7 autres feront 5 heures sup’ chacun, cela fait 35 heures d’heures supplémentaires exonérées d’impôts et autres charges patronales. Le patron ne peut le licencier pour motif économique. Ce 8ème salarié râle. Mais le patron lui propose un deal. Il lui explique que d’après la convention collective de la profession, il devrait à ce 8ème salarié, en cas de licenciement économique (qu’il ne peut justifier du reste) : 2 mois de préavis de licenciement aux assedic en cas d’acceptation par ce salarié de la convention de reclassement (qui permet au salarié de se former et de revenir plus vite à l’emploi, mais ça, le patron ne lui dit pas), une prime d’ancienneté correspondant à 1/4 de son salaire mensuel multiplié par le nombre d’années d’ancienneté (majorée parce qu’il a plus de 15 années de boîte), plus ses congés payés (ceux qu’il n’a pas encore pris). Si le patron lui verse tout ça, il n’en verra pas le gain. Le patron propose donc au 8ème salarié "de trop", un licenciement pour faute grave. ça simplifie la procédure.

Mais pour se protéger, le patron lui demande de répondre officiellement à ce licenciement (c’est nécessaire pour qu’il n’y ait pas de vice de procédure face aux prud’hommes)... Parallèlement, il fait signer un document à ce 8ème salarié qui stipule qu’il percevra la somme correspondant à 8 mois de salaires et qu’il s’engage à ne parler, sous aucun pretexte, de cet accord, à qui que ce soit.

Cette technique, mais c’est exactement vrai et c’est exactement comme ça que ça se déroulera pour des milliers de salariés ça existe déjà sans ces exonérations. Voire le documentaire sur le site de Skalpa sur ces centaines de salariés de plus de 50 ans virés dans l’entreprise ultra-bénéficiaire "Bombardier" : Kprodukt.BLOGSPOT

Il faut savoir que dans ce type de détournement c’est l’Unedic qui trinque et particulièrement les cotisants salariés.

Le patron bénéficie d’une mesure d’Etat qui lui permet de détourner les lois de protection des travailleurs et obligent les cotisants à payer ce détournement. La classe...

Au final, cette mesure aura permis de virer un mec, avoir le même nombre d’heures travaillées, mais avec l’exonération. ça rapporte aux 7 salariés non virés et au patron. Ramenez le même exemple à une entreprise de 80 salariés : 10 virés. 800 salariés : 100 virés. Sarkozy explique que cela permettrait à la France d’être attractive.

Il s’accroche comme une vipère à un rocher chaud à l’idée que l’action attire l’action...

Mais pourtant, les objectifs de croissance ne seront pas atteints, le miracle voire le mirage économique rêvé et revendiqué par ce type contredit totalement ses propos sur la mondialisation et le fait que la France doit s’insérer dans ce marché mondial.

Pourquoi, à l’heure du krach bancaire américain, des annonces sur une croissance molle en 2008, la France sortirait-elle du lot ?

Sarkozy se contredit sur tout, tout le temps. Il dit aux patrons qu’il en a assez que l’on traque les abus de biens sociaux et autres faits de corruption, et répète aux français qu’il y en a marre de ces spéculateurs sans foi ni loi alors qu’il traîne avec les pires d’entre eux, façon français : Lagardère, Bolloré, Bouygues, et j’en passe.

source : Andy Vérol



Publié le 24 septembre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Le coût humain et financier du "Travailler plus pour gagner plus"
    par Andy Vérol
    1er février 2016, par SandraMiles
    The global market had experienced some ups and downs throughout the years which affected the economy of many countries. - Dennis Wong YOR Health
  • Le coût humain et financier du "Travailler plus pour gagner plus"
    par Andy Vérol
    7 janvier 2017, par EricaPierce
    When I originally commented I clicked the -Notify me when new comments are added- checkbox and now each time a comment is added I get four emails with the same comment. Is there any way you can remove me from that service ? Thanks ! Website Visit Visit Web Read More
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin