e-torpedo le webzine sans barbeles



Friedrich Nietzsche : Le gai savoir

Catégorie on aime
Il y a (12) contribution(s).

(GIF) Extrait :

(JPEG)

... La doctrine du but de la vie. - J’ai beau regarder les hommes, soit avec un regard bienveillant, soit avec le mauvais œil, je les trouve toujours occupés, tous et chacun en particulier, à une même tâche : à faire ce qui est utile à la conservation de l’espèce. Et ce n’est certes pas à cause d’un sentiment d’amour pour cette espèce, mais simplement puisque, en eux, rien n’est plus ancien, plus fort, plus inexorable, plus invincible que cet instinct, - puisque cet instinct est précisément

l’essence de notre espèce et de notre troupeau.

Quoique l’on arrive assez rapidement, avec la vue basse dont on est coutumier, à séparer nettement, selon l’usage, à une distance de cinq pas, ses prochains en hommes utiles et nuisibles, bons et méchants, lorsque l’on fait un décompte général, en réfléchissant plus longuement sur l’ensemble, on finit par se méfier de cette épuration et de cette distinction et l’on y renonce complètement.

L’homme le plus nuisible est peut-être encore le plus utile au point de vue de la conservation de l’espèce ; car il entretient chez lui, ou par son influence sur les autres, des instincts sans lesquels l’humanité serait amolie ou corrompue depuis longtemps.

La haine, la joie méchante, le désir de rapine et de domination, et tout ce qui, pour le reste, s’appelle le mal cela fait partie de l’extraordinaire économie dans la conservation de l’espèce, une économie coûteuse, prodigue et, en somme, excessivement insensée : - mais qui, cela est prouvé, a conservé jusqu’à présent notre espèce.

Je ne sais plus, mon cher frère en humanité, si, en somme, tu peux vivre au détriment de l’espèce, c’est-à-dire d’une façon « déraisonnable » et « mauvaise » ; ce qui aurait pu nuire à l’espèce s’est peut-être éteint déjà depuis des milliers d’années et fait maintenant partie de ces choses qui, même auprès de Dieu, ne sont plus possibles.

Suis tes meilleurs ou tes plus mauvais penchants et, avant tout, va à ta perte ! - dans les deux cas tu seras probablement encore, d’une façon ou d’une autre, le bienfaiteur qui encourage l’humanité, et, à cause de cela, tu pourras avoir tes louangeurs - et de même tes railleurs ! Mais tu ne trouveras jamais celui qui saurait te railler, toi l’individu, entièrement, même dans ce que tu as de meilleur, celui qui saurait te faire apercevoir, suffisamment pour répondre à la vérité, ton incommensurable pauvreté de mouche et de grenouille !

Pour rire sur soi-même, comme il conviendrait de rire - comme si la vérité partait du cœur - les meilleurs n’ont pas encore eu jusqu’à présent assez de véracité, les plus doués assez de génie ! Peut-être y a-t-il encore un avenir pour le rire ! Ce sera lorsque, la maxime : « l’espèce est tout, l’individu n’est rien », se sera incorporée à l’humanité, et que chacun pourra, à chaque moment, pénétrer dans le domaine de cette délivrance dernière, de cette ultime irresponsabilité.

Peut-être alors le rire se sera-t-il allié à la sagesse, peut-être ne restera-t-il plus que le « Gai Savoir ».

En attendant il en est tout autrement, la comédie de l’existence n’est pas encore « devenue consciente » à elle-même, c’est encore le temps de la tragédie, le temps des morales et des religions.

Que signifie cette apparition toujours nouvelle de ces fondateurs de morales et de religions, de ces instigateurs à la lutte pour les évaluations morales, de ces maîtres du remords et des guerres de religion ?

Que signifient ces héros sur de pareilles planches ?

Car jusqu’à présent, ce furent bien des héros ; et tout le reste qui, par moments, était seul visible et très proche de nous, n’a jamais fait que servir à la préparation de ces héros, soit comme machinerie et comme coulisse, soit dans le rôle de confident et de valet. (Les poètes, par exemple, furent toujours les valets d’une morale quelconque.)

Il va de soi que ces tragiques, eux aussi, travaillent dans l’intérêt de l’espèce, bien qu’ils s’imaginent peut-être travailler dans l’intérêt de Dieu et comme envoyés de Dieu. Eux aussi activent la vie de l’espèce, en activant la croyance en la vie. « Il vaut la peine de vivre - ainsi s’écrie chacun d’eux - la vie tire à conséquence, il y a quelque chose derrière et au-dessous d’elle, prenez garde ! »

Cet instinct qui règne d’une façon égale chez les hommes supérieurs et vulgaires, l’instinct de conservation, se manifeste, de temps en temps, sous couleur de raison, ou de passion intellectuelle ; il se présente alors, entouré d’une suite nombreuse de brillants motifs, et veut, à toute force, faire oublier qu’il n’est au fond qu’impulsion, instinct, folie et manque de raisons.

Il faut aimer la vie, car... ! Il faut que l’homme active sa vie et celle de son prochain, car... ! Et quels que soient encore tous ces « il faut » et ces « car », maintenant et dans l’avenir.

Afin que tout ce qui arrive, nécessairement et toujours par soi-même, sans aucune fin, apparaisse dorénavant comme ayant été fait en vue d’un but, plausible à l’homme comme raison et loi dernière, - le maître de Morale s’impose comme maître du « but de la vie » ; il invente pour cela une seconde et autre vie, et, au moyen de sa nouvelle mécanique, il fait sortir notre vie, ancienne et ordinaire, de ses gonds, anciens et ordinaires.

Oui, il ne veut à aucun prix que nous nous mettions à rire de l’existence, ni de nous-même - ni de lui.

Pour lui l’être est toujours l’être, quelque chose de premier, de dernier et d’immense ; pour lui il n’y a point d’espèce, de somme, de zéro...



Publié le 29 septembre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    30 septembre 2007, par un chouka
    désolé,puisque l’èspèce est menacée par seux qui lui resemble, il n’a y plus de raison pour rèspècter( ceux là qui les menacent) chacun pour sa peau ! !
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    30 septembre 2007, par un chouka
    ce qui soutend ce texte,m’est connu depuis quelques temps et je le reni ;-) pour moi, il me rappèle la prèche malveillante . dormez bon citoyens, pendant ce temps nous vous dépouillons, ,nous vous trompons en douce . bon, imaginez (une fiction bien sûr)la planète vénus.qui pourrait croire qu’elle aurait abritée la vie, et qu’est devenue cette vie hipotétique ? juste un souvenir ,un rève,ou rien ? vous semblez ne voire la vie, qu’avec des yeux de notre époque ? en réalité,au fil des ages,(de la terre)cette vie que vous divinisez, ne vaut rien,et en un rien de temps, elle peut se volatiliser devant nos yeux qui attendent le miracle ? avez vous regardé, cette époque nommée nazie(juste une image d’epinale ) ? que valait la vie des gens a cette époque ? rien a coup sûr !!!! mais qui peut témoigner de ces temps difficiles s’ils sont partis en fumée ou pourris dans des trous ?(ici ou ayeur ) non, la vie,ne vaut rien et cèrte elle fait tout pour se multiplier (instinctivement )et d’autres ne la rèspèctent pas :-( au fond, pourquoi ne pas admètre que l’humain est le pire canibale ? l’èspèce la )plus dangereuse qui existe a nos sens ? c’est une èspèce détèstable qui ne mérite aucun rèspèct,aucune confiance ! c’est chacun pour sa peau ! au moins les choses sont claires et la légitime défence peut jouer a plein ! mais, il semble que la réalité fasse peur au petits enfants ? pourquoi, croyez vous que des guignoles armés puissent effrayer autant les moutons ? s’ils se savaient libres , ils vous mettraient en pièce ,a coup sur ! et ce serait chacun chez soi ? O_O maintenant, notre société est tellement pèrvèrse que le smoutons ne savent meme plus ou ils habitent et ainsi des gens disent n’importe quoi pour les endormir (mondialisation et toute la soupe .............................................................................)
    • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
      30 septembre 2007, par Pierre Moutier
      Non chouka ce n’est pas chacun pour sa peau. Ca c’est ce qu’ils font pourquoi voudrais-tu que l’on ressemble à nos boursicoteurs incompétents puisque de toutes façons, ils vont DROIT dans le mur. Non chouka, nous devons rassembler nos forces et arrêter les divisions, seules issues viables pour sauver des peaux et non pas "sa" peau. L’idividualisme a déjà fait trop de dégâts.
      • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
        30 septembre 2007, par un chouka
        Pierre Moutier, j’ai oublié le plus beau ! dans une argumentation, il ne suffit pas d’afirmer, mais il faut peut etre argumenter ,si non, c’est de la croyance ,et la croyance ,c’est pas bon pour la tete ? :-D
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    30 septembre 2007, par un chouka
    je rèspèctes vos idées,toutefois,il y a une part de vrais,et meme d’incontournable, mais je crois qu’au final, cela rèste chacun pour soi. je préfères ma tranquilité a la manipulation qui débouche invariablement sur la découvèrte de nombreuses tromperies ,qui profitent qu’aux manipulateurs . ainsi le plus malin profite de l’ignorance des ignards . si vous prenez un cliché dans lequel, il y a un échange de point de vue, ou surtout d’idéologie, vous voyez tout de suite que les gens pensent en premier a eux :-D bon, faire croire que les autres sont rèspèctable aporte bien des avantges divèrs et meme cèrtains , mais au fond, c’est le chacun pour sa guele qui enporte le pompon joli :-)
    • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
      3 octobre 2007, par Le loup
      Il me parlait longuement de Nietzsche. Je goûtais sa culture. Il me semblait que je tenais là un ami. Vint un cambriolage. IL m’accabla pour ce que le vol ne semblait pas être le motif. Porte ouverte avec une clef et cependant fracturée, vol d’un flacon de parfum. Qui m’en voulait donc ? Je vins à lui. Il me semblait être homme d’écoute et de connaissance. J’étais grave, extrêmement préoccupé. Il invitait deux personnes et riait aux éclats. Dans sa bouche grande ouverte du vin et des mets, et l’invitation de participer à la même folie...
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    2 avril 2014, par alone17
    1 then had written many guides but has patiently waited 35 decades to provide the fact through a guide that not only informs in details the terrible yesterday but Morrison also shows an era that is nowadays ’hui still imagine all songs fans. cna classes online
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    22 avril 2014, par waynedavies222
    Este calibre también se propone Replicas Relojes en una versión de Flyback (retorno al vuelo). Esta variante también se basa Rolex Replica en un movimiento mecánico suizo hizo Dubois Depraz, versión 42030. Esto ampliamente calibre permite reiniciar y reiniciar inmediatamente Tag heuer carrera una medida cronográficos actual pulsando solo cualquiera de los botones. Esta función es ampliamente utilizada en la aviación.
  • Friedrich Nietzsche : Le gai savoir
    13 mai 2015, par isamsamantha
    Mate this is a very nice blog here. I wanted to comment & say that I enjoyed reading your posts & they are all very well written out. You make blogging look easy lol I’ll attemp to start a blog later today and I hope it’s half as good as your blog ! Much success to you ! Berita Bola
    • her explanation
      27 février 2017, par alone17
      Partner this is a excellent weblog here. I desired to opinion & say that I experienced studying your content & they are all very well crafted out her explanation
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin