e-torpedo le webzine sans barbeles



La droite est-elle décomplexée ?
un billet d’Andy Vérol

Catégorie politique
Il y a (5) contribution(s).

(JPEG)

Illustration Rozor

Je vais tenter de ne pas trop parler de celui qui incarne à lui seul, le terme « décomplexé ». Vous l’aurez reconnu, je ne dirai pas son nom, afin de ne pas en rajouter...

La question doit être posée puisqu’aujourd’hui, tout un chacun peut remarquer un ralentissement, une sorte de baisse d’optimisme, dans la grosse machine à communiquer mise en place par la droite... décomplexée ...

-  Mais l’est-elle vraiment ?

-  Et que se cache-t-il derrière ce mot pathétique utilisé pour définir une nébuleuse pas si claire, et pas tellement capable d’assumer ses choix...

Même si le président s’essaie à « l’ouverture », la droite râle, n’accepte pas qu’on puisse la zapper sur des questions essentielles telles que les affaires étrangères, la réforme des institutions, les droits de l’Homme, etc.

A croire que ce président s’est planté de parti politique.

Et pourtant, cette situation est le fait de la droite, elle-même, celle qui porte des valeurs que la très grosse majorité des français refusent catégoriquement : méritocratie, libéralisme économique, lutte contre les solidarités, remise en question des fondements de la République, culte de la fortune, ...

Le président, à lui seul, a permis de camoufler des réformes qui vont à l’encontre de la volonté du Peuple :

-  Un traité modificatif dit « simplifié » qui revient clairement sur le « Non » de 2005 et remet en question l’utilité de l’expression citoyenne. La constitution refusée par référendum sera acceptée, sous forme d’un traité, par vote des parlementaires.

-  Une loi utilisant les tests ADN sur des innocents, des gens n’ayant commis aucun crime.

-  Un paquet fiscal qui bouleverse les finances publiques, creuse le déficit, et inverse les principes de solidarité qui sont le fondement même de la République Française.

Ainsi, c’est la majorité la moins fortunée qui offre près de 10 milliards d’euros à ceux qui croulent déjà sous les euros.

Rappelons que l’impôt sur le revenu est une conquête de la Révolution.

Il s’agissait de revenir sur un système où la grosse majorité des français, les paysans et autres bosseurs, donnaient une grosse partie de leurs revenus au clergé et à la noblesse.

-  La réforme de la Sécurité Sociale où le malade paie des franchises. Grosso modo, si t’as pas de fric, tu te soignes pas. Quand tu as du fric, les franchises, ben tu t’en fous.

-  La réforme des retraites. Les régimes spéciaux ! Bouh ! Les sales profiteurs de la SNCF, RATP, EDF ! Bouh ! Ils s’en sont foutus plein les fouilles ces feignasses, et autres grévistes ! Bouh ! Ben maintenant, c’est fini, ces sales profiteurs vont revenir dans les rangs. Mais on omet de revenir sur des régimes spéciaux tout à fait abusifs ceux-là : ceux des parlementaires français. Ce qu’ils coûtent ici

-  Les réformes dites « en faveur de l’emploi », portées massivement par le MEDEF. Cette réforme n’est portée que par une idée : la flexibilité (précarisation et simplification des règles sur le licenciement, dans un pays qui peut se targuer d’avoir, déjà, des millions de chômeurs.)... Défiscalisation techniquement complexe des heures supplémentaires (qui, rappelons-le, sont décidées par le supérieur et non par le salarié.

J’ai écrit un topo sur le coût financier et humain de cette réforme.

Le programme de l’UMP devait revenir sur le CDD, ben non... Finalement.

Non revalorisation du SMIC.

-  La réforme des universités sur laquelle il va falloir se pencher sérieusement. Une jolie démonstration du mensonge non assumé sur cette question. La majorité « vend » médiatiquement cette réforme comme renforçant l’autonomie des universités alors qu’elle ne fait que consolider la dépendance de l’enseignement supérieur au capitalisme décomplexé

J’arrête ici l’énumération des réformes...

Ce train de bouleversements ne fera que s’amplifier après les Municipales.

Mais d’ici-là...

Ces réformes cachent en fait la nature conservatrice de cette droite qui se fout bien de ce que vivent les gens « d’en bas ».

Elle n’est en rien décomplexée et inverse le sens du mot « réformiste ».

Ainsi, ce terme, porteur d’espoir pour le Peuple, composé, en majorité, de citoyens aux moyens limités, est utilisé afin de faire passer des lois, des décrets qui renforcent les acquis d’une classe de dirigeants politiques et économiques privilégiés.

Ça s’appelle du conservatisme.

Si l’on y regarde de plus près, ces « réformes » désossent, désarticulent l’ensemble des organismes, et des structures favorables à une répartition des richesses sur l’ensemble de la population, et solidifient les pouvoirs acquis d’une classe dirigeante... Celle-ci, et ce n’est pas qu’un phénomène français, mais bien occidental, dans son ensemble, accapare les moyens de communication, d’information, les institutions nationales, internationales, les organismes sociaux...

On peut comprendre que des puissants souhaitent conserver leurs immenses fortunes, leurs privilèges, leur maîtrise du Monde en falsifiant la réalité.

L’UMP a porté un programme de « rupture » avec la politique menée, auparavant, par... l’UMP.

C’est dire la force de persuasion des médias, de leur complicité avec le pouvoir.

Ce programme n’est en fait qu’une continuation de ce qui a déjà été entrepris sous les gouvernements qui ont « réformé » depuis 2002.

L’UMP met en avant la lutte contre le déficit et la dette publique pour consolider ces « réformes ».

Et pourtant, ces gens forts bien informés, savent qu’ils ont monté un budget qui va accentuer, comme jamais, ce déficit et cette dette.

Logiquement, aucun français ne souhaite l’augmentation de la dette et du déficit. Personne ne veut de déficits et de dettes.

Mais nos chers dirigeants « décomplexés » et « réformateurs » condamnent publiquement ce phénomène et, en coulisses, l’amplifient, l’accentuent à outrance. A croire qu’ils utilisent délibérément ce moyen pour mener, tambour battant, une succession de réformes qui cachent un conservatisme total.

Si j’étais machiavélique, je dirais que ce gouvernement et ceux qui ont précédés depuis 2002, mènent la même politique de déficit et d’endettement que celle menée par Reagan et Thatcher aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Les conservateurs (ils s’appellent fièrement comme ça, les « réformateurs » anglo-saxons), en tout cas, les plus stratèges, seraient à l’initiative d’une doctrine que l’on ne diffuse pas, tellement elle semble incroyable : si l’on grossit le déficit public et la dette, on accélère le train des réformes capitalisto-conservatrices.

Évidemment, on prétexte une croissance inférieure à celle prévue « du fait d’un ralentissement de l’économie à l’échelle mondiale », ce qui dédouane les gouvernants.

Il faut alors aller plus loin dans les « réformes »...

Le but était de diminuer l’impact du Welfare State et créer un terrain propice à la conservation des biens par une minorité dirigeante.

Cette stratégie ne peut fonctionner sans une accentuation de la politique sécuritaire et de contrôle de la population.

Cette dernière, même si elle n’adhère plus, à terme, à cette politique d’étranglement et de diminution des acquis sociaux et politiques, est muselée, en tout cas prévenue du danger de manifester sa réprobation face à cette politique.

-  Qui pourrait affirmer ? « Je souhaite renforcer les pouvoirs et la fortune de ceux qui me dirigent, et pour cela, j’accepte de travailler plus, plus longtemps, j’accepte que mon fils, ma femme, mon cousin soient bien moins indemnisés alors que le marché du travail ne leur permet pas de travailler, j’accepte une privatisation des entreprises publiques favorisant la déréglementation des tarifs et le licenciement massif de salariés (sur ce sujet, j’écrirai sans doute un billet sur les quelques 40000 salariés virés depuis 2002 à France Télécom, à la suite du retrait de l’Etat français de cette entreprise, mais on pourra revenir sur la privatisation de Renault, etc.), j’accepte un renforcement des lois sécuritaires qui me sont vendus comme des dispositifs de lutte contre l’immigration et le terrorisme, j’accepte qu’on revienne sur mon vote, par voie référendaire, j’accepte qu’on impose une TVA sociale pour que les prix flambent et que ceux qui dirigent et gagnent le plus, contribuent moins à la répartition sociale des richesses... ».

Le problème d’une telle politique de réformes, c’est qu’elle ne peut cacher son jeu à l’infini, à moins que les dirigeants ne reviennent sur le suffrage universel et la liberté d’expression (Ce qui est en train d’être progressivement fait. Une multitude d’infos sur la question ici

La stratégie de communication initiée par le candidat de l’UMP souffre de l’application de ces réformes et des conséquences sur le niveau de vie de tous les français.

Car, rappelons-le, le trou de la sécurité sociale ne représente que 3% des déficits publics.

La France est la 6ème puissance économique mondiale.

La France emprunte de l’argent, mais rappelons qu’elle en prête plus aux autres encore (Et oui !)

-  Alors la droite serait-elle devenue décomplexée ?

C’est-à-dire qu’elle assumerait, tout simplement, de dire que ces réformes conservatrices ne sont faites que pour assurer la puissance des dirigeants, et affaiblir la voix du Peuple et le pouvoir du citoyen...

-  Si elle était décomplexée, n’affirmerait-elle pas, enfin, au grand jour, que les objectifs de sa politique ne sont pas pour assurer le bien de tous ?

-  Si elle était décomplexée, pourquoi aurait-elle besoin de faire appel à des personnalités du P.S. potiches et fantômes pour laisser croire qu’elle souhaite réellement travailler pour l’intérêt du Peuple français ?

-  Si cette droite était décomplexée, pourquoi aurait-elle besoin d’affirmer que les « clivages n’existent plus » ?

-  Puisqu’il n’y a plus de clivages, pourquoi la droite continue-t-elle à faire une politique de droite, conservatrice, ultra-capitaliste et reposant uniquement sur une société de consommation de masse au service de l’enrichissement d’une infime minorité de dirigeants décomplexés ?

Andy Vérol



Publié le 11 octobre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • La droite est-elle décomplexée ?
    un billet d’Andy Vérol
    12 octobre 2007, par un chouka
    avant que j’oubli : il y a les menaces proférées sur le net qui sont parfaitement stérils et meme couteuses parfois ............................ ? :-D mais il y a bien plus important : a mon avis, "des gens" (anonymes :-),veulent ruiner l’etat par tous les moyens ,afin d’avoir une main d’oeuvre pas chère ,docile et sans protèction sociale ?(trop couteux a leurs gouts !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) partant de là, a mon avis, puisque les chomeurs, les retaités............les fonctios,............ sont sous la dépendance de ces institutions(argent publique ),il ne faut pas s’étoner que pèrsonne ne pipe mot en face ....................... ? a ce train, nous allons de plus en plus vers un etat tout puissant, "voir tyranique " qui se fiche de notre figure désormais ,sans se géner ,mais cette tendance ,n’est pas nouvelle il me semble pusque les "syndicats "entre autre ont calmés les mécontents,les chomeurs entre autre , avec des allocs d’alors ? sans doute, n’ont’ils pas prévus que cela leur retomberait sur le pif au bout d’un moment , ou alors ont’ils ete collabos par lacheté,par bétise, par intérets,ou un peu de tout a la fois ? la génèse se situe de mon point de vue, aux alentours de 74 a peut pres , mais là, pèrsonne ne croyait a cette issue finale , a cette arnaque contre les travailleurs ? peut etre que les citoyens se disaient que cela n’arrivait qu’aux autres,aux USA, l’argentine ,aux russes ,............ ? :-D(déjas entendu a la télé ;-) ainsi, maintenant, que rèste t’il pour parer les coups ? le fric est aussi mobile que les programmes postélèctoraux. un afrontement ,qui mènerait a une ruine encore plus rapide ,et a une épuration en règle ? a un laisser faire qui mène a la ruine les exclus mais présèrve les intérets des travailleurs encore utilisables ?
  • La droite est-elle décomplexée ?
    un billet d’Andy Vérol
    12 octobre 2007, par un chouka
    ce n’est que de moi qu’il s’agit : je me creuvais le cul pour bosser et que me rèstait’il pour ma gueule ? des taxes ! si j’avais voulu ramasser du fric ,il me falait tricher , donc au risque de me faire coincer par les chiens et pèrdre le peu que j’avais ? tu vois le tableau ? pour faire de grosses arnaques, il faut etre savent , connaitre les lois et tout ce qui pèrmet de magouiller sans risque ? c’est tout ce que j’en penses moi !(simple et facile ) bien sur maintenant que j’ai lu plein de trucs , je n’ai plus le meme rèspèct ,mais je suis trop vieux pour refaire ma vie :-( ainsi , c’est chacun pour sa gueule :-(
  • La droite est-elle décomplexée ?
    un billet d’Andy Vérol
    29 janvier 2016, par Sara
    Thanks for the nice blog. P.S. If you want to lose weight and get in shape without having to spend countless hours in the gym or even sacrificing all of your favorite foods or red wine to do it, then Venus Factor may be a great fit for you. 12 week weight loss program Venus Factor has been designed to help women burn fat, lose weight and get in shape.
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin