e-torpedo le webzine sans barbeles



À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
de Maurice Ulrich

Catégorie société
Il y a (6) contribution(s).

Lundi 22 octobre : Rassemblement au Métro Guy Moquet à 12h plus d’info ici

de Maurice Ulrich

Vous pouvez haîr le communisme, vous ne pouvez pas ne pas admirer ces hommes. (Louis Aragon)

Journal l’Humanité Rubrique Politique
Article paru dans l’édition du 24 mai 2007.
Spécial Guy Môquet

(JPEG)

La Maison de Guy MOQUET

Il s’appelait Guy Môquet, il avait 17 ans

Emprisonné pour avoir diffusé les idées communistes, fils du député communiste Prosper Môquet, il fit partie des otages choisis par le ministre de l’Intérieur de Pétain,Pierre Pucheu, et fusillés par les nazis à Châteaubriant.

(JPEG)

Guy MOQUET

La station Guy-Môquet est sur la ligne 13 du métro, celle qui va à Saint-Denis et au siège du journal. Sur l’un des quais il y a une sorte de petite cabane vitrée. Dedans, la photo de Guy Môquet, celle de ses parents et la lettre. Cette lettre-là. Combien de gens, se disait-on souvent, passeront sans la voir, sans la lire. Combien de jeunes gens, filles et garçons, ne sauront même pas qu’il avait leur âge quand il a été fusillé par les nazis, à Châteaubriant, près de Nantes, le 22 octobre 1941, dans la carrière de la Sablière.

Cette vidéo a été réalisée par des élèves du lycée Jean Durand de Castelnaudary (site web : www.lycee-jeandurand.com ) dans le cadre de la journée sur la Résistance du 22 octobre 2007 organisée dans les collèges et lycées.





Guy Môquet Lycée Jean Durand 1ère partie
envoyé par damssnovala









Guy Môquet Lycée Jean Durand 2nde partie
envoyé par damssnovala





Pourquoi faut-il maintenant que revienne avec insistance ce vers de Rimbaud : « On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. » Guy Môquet habitait avec sa mère à deux rues de la station. Rue Baron, dans ce 17e arrondissement dont son père était le député.

1936. Il a douze ans. Prosper Môquet est cheminot, militant syndical.

C’est le candidat du Parti communiste. Au second tour, il est élu député des Épinettes. Quelque temps après, on va danser dans les usines occupées.

Des millions de salariés sont en grève. Jusqu’aux femmes de chambre dans les beaux hôtels de Paris. C’est le Front populaire et la vie est à eux.

On imagine sans mal de quoi l’on peut parler dans la famille Môquet, chez les amis, les voisins. Le tout jeune homme est fier de son père. Torturé après son arrestation, à peine trois ans plus tard, il aurait répondu à ceux qui l’interrogent, les policiers français qui lui demandent les noms des amis de son père : « Ce sont tous les braves gens qui l’ont élu en 1936. » La réponse à de l’allure. Guy Môquet aime les belles phrases et s’essaye, maladroitement il faut bien le dire, à la poésie. C’est en alexandrins qu’il écrira au président Édouard Herriot pour demander la libération de son père :

« Monsieur le Président, je suis l’un des enfants d’un de ces députés qui sont tous en prison, aujourd’hui enfermés »...

Car les vociférations de Hitler sont devenues des actes.

Les prières d’une partie de la grande bourgeoisie : « Mieux vaut Hitler que le Front populaire » vont bientôt être exaucées. La signature du pacte germano-soviétique va lui donner le prétexte qu’elle attend pour interdire le Parti communiste, interdire l’Humanité. Dès le 4 septembre 1939, des peines de prison de trois à quinze mois vont punir les militants communistes qui distribuent l’Huma devenue clandestine ou des tracts. Le 10 octobre 1939, Prosper Môquet, qui est venu voir sa femme et ses enfants en Normandie où ils se sont réfugiés, est arrêté. Il sera incarcéré avec les autres députés communistes qui n’ont rien renié ou abjuré au bagne de Maison-Carrée, en Algérie. En mars 1940, plus de trois mille militants communistes et syndicalistes sont emprisonnés. C’est le temps de la haine.

Un journal, Gringoire, demande : « Le poteau pour les traîtres communistes. » Le 4 avril, le décret Sérol, du nom du ministre socialiste qui le signe, instaure même la possibilité de la peine de mort pour propagande communiste.

Guy a réagi avec panache, ce qui semble être son caractère, à l’arrestation de son père. Avec le sens du devoir aussi peut-être, le sentiment de devenir un homme, sans doute. Il quitte sa mère et revient à Paris : « Papa est arrêté, dit-il, je dois le remplacer. » Dans le 17e arrondissement, il organise les Jeunesses communistes clandestines. À vélo, ils lancent des tracts à la volée. Ils inscrivent la nuit sur les murs :

« Libérez les emprisonnés ».

Guy rend compte à la direction du mouvement de l’activité de son secteur : « Tous les soirs en moyenne, trois à quatre cents papillons sont collés, les inscriptions à la craie sont en nombre indéfini. » Et un peu plus loin : « Trois de nos meilleurs camarades se sont fait arrêter et sont maintenant à la Santé, ce sont Planquet, Simon et Bersilli. » Le 13 octobre de cette année 1940, c’est son tour, gare de l’Est. La France, depuis le mois de mai, est occupée par les nazis. La police française, aux ordres désormais du gouvernement de collaboration de Vichy et de Pétain, arrête les communistes français. Guy

Môquet est interné à la Santé, puis à Fresnes. Jugé en janvier 1941, il est théoriquement acquitté, sans doute en raison de son âge, mais pratiquement maintenu en détention à Clairvaux, d’abord, puis au camp de Châteaubriant, dans la région de Nantes.

Le 21 août 1941, au métro Barbès-Rochechouart, celui qui deviendra le Colonel Fabien a tiré sur un officier allemand.

C’est le premier acte en France de résistance armée.

Le 20 octobre à Nantes, le lieutenant-colonel Holtz, commandant de la place, est abattu. À Paris, le général Stülpnagel ordonne de fusiller cinquante otages. Ce n’est pas la première fois que les nazis exécutent des patriotes. À Rouen, en juillet 1940, Étienne Achavanne a été exécuté après un sabotage. Le 23 décembre 1940, Jacques Bonsergent, dont une station de métro porte aussi le nom, est également exécuté.

Mais il s’agit maintenant de représailles de masse. De masse, mais pas aveugles.

Le 21 octobre, le chef du bureau du sous-préfet de Châteaubriant part pour Paris avec un dossier de 200 noms. Pierre Pucheu, ministre de l’Intérieur de Pétain, va choisir 27 noms. Les autres seront choisis dans d’autres lieux de détention.

-  Mais qui est Pierre Pucheu ?

Administrateur des fonderies de Pont-à-Mousson, des aciéries de Micheville, fondateur du Cartel international de l’acier, il est l’un des plus éminents représentants de ce qu’on appelait alors le Comité des forges et de cette bourgeoisie qui, après le triomphe de Hitler, entend prendre sa revanche sur le Front populaire. Pucheu, donc, choisit. Politiquement.

Charles Michels, secrétaire général des cuirs et peaux CGT ; Jean-Pierre Timbaud, dirigeant de la métallurgie CGT ; Jean Poulmarch, dirigeant du syndicat des produits chimiques CGT ; Jules Vercruysses, dirigeant du textile CGT ; Désiré Granet, dirigeant du papier-carton CGT ; Jean Grandel, secrétaire de la fédération postale CGT... Les autres sont professeurs, étudiants, ouvriers. Presque tous sont communistes et nombre d’entre eux sont des élus. Charles Michels est député de Paris, Granet est adjoint à Vitry, Grandel est maire de Gennevilliers.

Guy Môquet, dix-sept ans, est le fils du député communiste de Paris Prosper Môquet. Pucheu choisit.

Louis Aragon a raconté les dernières heures des otages. Guy a écrit sur les planches de son baraquement : « Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les vingt-sept qui allons mourir. »

Quelques jours après, une lettre que lui adressée son père depuis le bagne d’Algérie lui revient. Elle porte simplement le cachet : « Retour à l’envoyeur ».

Après guerre, la valise en carton bouilli de Guy reviendra à sa mère. Une chemise, un pull, une casquette à chevrons, une autre en toile. La valise est fermée par un bout de ficelle.

Le 22 octobre dans la carrière de la Sablière, il faisait beau à n’y pas croire.

-  À quoi Guy pensait-il avant de s’évanouir ?

-  Au ciel bleu, à ses parents, à Odette, rencontrée au camp et au baiser d’amour qu’elle lui avait promis ?

-  Lui qui aimait la poésie, connaissait-il les vers de Rimbaud ?

« Vous êtes amoureux, loué jusqu’au mois d’août Vous êtes amoureux, vos sonnets la font rire Tous vos amis s’en vont, vous êtes mauvais goût Puis l’adorée un soir a daigné vous écrire ! Ce soir-là... vous rentrez aux cafés éclatants, Vous demandez des bocks ou de la limonade... On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade. »

source : Bellaciao



Publié le 19 octobre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
    de Maurice Ulrich
    20 octobre 2007, par un chouka
    tu m’étones poil au nez ! les gens qui réusisent ,sont tres souvent pret a tout pour consèrver ce que les pauvres ne connaisent pas :->
  • À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
    de Maurice Ulrich
    3 février 2014, par Morgane18
    C’était limite pour aller au boulot hier, j’ai négligé la pendule, trop concentré sur le texte ! Morgane du site sur les banques en ligne
  • À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
    de Maurice Ulrich
    22 avril 2014, par waynedavies222
    Además de un cambio en la Replicas de relojes apariencia de los elementos tratados que le dan un color antracita/negro, "el Relojes tag heuer PVD ofrece una mejora significativa en la resistencia cero en comparación con el acero original" asegura la marca en Omega seamaster su comunicado. Y agrega : "el tipo 23 confirma su vocación de pieza altamente robusto capaz de satisfacer a la mayoría de los.
    • À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
      de Maurice Ulrich
      17 novembre 2014, par lamuper
      This site was... how do I say it ? Relevant !! Finally I’ve found something that helped me. Appreciate it ! weight Destroyer
  • À quoi Guy Môquet pensait-il avant de s’évanouir ? (vidéos)
    de Maurice Ulrich
    31 janvier 2017, par Fredella
    Would you be interested in exchanging links ? Website Visit Visit Web Read More Information
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin