e-torpedo le webzine sans barbeles



Nouvelle attaque du Monde contre le Net.... à propos des grèves
par Copas

Catégorie société
Il y a (0) contribution(s).

(JPEG) " Dans un climat de suspicion générale vis-à-vis de médias omniprésents, la tentation est de les soupçonner de parti pris."

" L’opinion étant majoritairement hostile à la grève, ce sont les grévistes qui se sentent victimes de la partialité supposée des organes d’information."

"Le même sentiment, poussé jusqu’à la diabolisation, est exprimé par les étudiants qui réclament l’abrogation de la loi sur l’autonomie des universités, votée cet été, et qui militent pour le blocage des établissements. Encouragés par des sites Internet qui usent et abusent de la dénonciation des journalistes, les uns et les autres rendent les médias responsables de leur propre incapacité à convaincre l’opinion. "

"Des cas d’agressions verbales ont été constatés. Des reporters ont été désignés à la vindicte ou empêchés de faire leur travail."

On a plus l’impression là de voir une nouvelle attaque de la liberté d’expression du net.

Et avec des poncifs paternalistes sur des sites qui exciteraient ces malheureux étudiants manipulés. Il n’y a pas de tabassages de journalistes , il faut être un peu moins paranoïaques. La liberté des journalistes est bien plus attaquée par VOS propriétaires, du Monde aux Télés, des Radios aux autres organes de presse.

La confiance n’existe plus envers une partie des médias c’est exact et justifié. cette partie là des médias a trafiqué avec assiduité en relayant les idées de leurs propriétaires, tous grands bourgeois et/ou nomenclaturistes d’état.

Un fossé s’est creusé et l’information a pris d’autres chemins qu’avant.

Depuis quelque temps, le Monde et d’autres médias (une série de charges également de Libération), relaient des attaques vives contre le liberté sur le net. Il ne se passe pas de semaine sans que des attaques de face ou biaises s’y écrivent, ou s’expriment contre ce média de liberté.

Il est symptomatique que dans le courrier des lecteurs du Monde s’expriment de plus en plus des propos néo-fascistes, brutaux, anti-sociaux, approuvant bruyamment et grossièrement les propos du Monde, montrant en cela que ce journal, et c’est son droit reflète des positions qui ont glissé insensiblement vers la droite autoritaire. Que de chemin parcouru !

-  Quand allez-vous prendre conscience de cela ?
-  Faire votre examen de conscience là dessus ?

Cette orientation de journaux venus des terrains de la gauche et ayant viré à droite s’exprime dans Libé et le Monde, rendant ainsi encore plus monocolore le paysage de la presse en France, SANS qu’il n’y ait eu une évolution notable entre la droite et la gauche (45-55% maxis), cette orientation est accentuée dans les médias audio-visuels où là le décalage est ahurissant, la propagande pleins feux avec disparition de tous les contre-feux, mêmes modestes, y prévalant.

L’après guerre est définitivement écrabouillé du point de vue de la liberté d’expression dans la presse, la radio et maintenant la télé.

Il est légitime en ce cas que l’essentiel de la liberté d’expression se réfugie maintenant dans le net, avec toutes ses dimensions et ses excès. Mais pour les excès on pourrait également en parler hein !

Il semble cependant que cette liberté dérange, après avoir été bannie des médias du fric, ou possessions de riches hommes d’affaires, voir nomenclaturistes. Cette liberté du net semble trop grande ! Et régulièrement on l’attaque, de deux façons tout autant grossières : Par la droite de toujours au travers de ces journaux et surtout des radios et télés qui à chaque fait de société mettent en cause le net (à entendre on aurait l"impression que la drogue, le banditisme, la pédophilie, la folie, le terrorisme, les fascistes, les factions ultra-religieuses, etc, n’existaient pas avant le net !) et par des journaux anciennement plus ou moins de gauche comme Libé et le Monde qui attaquent méthodiquement et se font les artilleurs des prochaines agressions contre la liberté d’expression du nouveau média.

Cette liberté semble rendre paranoïaques le Monde et Libé.

Ce coup ci c’est le premier qui ouvre le feu contre nous et notre liberté, et dans sa charge contre les étudiants il pousse le bouchon plus loin en attaquant ceux qui n’approuvent pas les manipulations de l’information ou ce qu’ils croient être des manipulations.

Le significatif là ce sont les interventions des abonnés du monde, seuls à pouvoir intervenir sur le Monde, montrant une grande concentration de logiques autoritaires de droite, grossières, rentrant bien en résonance avec ce qu’est devenu le Monde. Je m’interrogerai sérieusement de l’attirance de mon journal envers un tel auditoire à la place de ce journal.

Et, utilisant le net également, bien que de façon gougnafière et peu respectueuse par des publicités montrant une grossièreté rare sur ce média, le Monde profite de ce nouveau média et devrait apprendre à le respecter un peu plus. Ce média qui est resté le dernier présent en Birmanie quand les autres se taisaient, n’avaient plus de voix et ne relayaient plus que la télé d’état .

Dans les grand pays industrialisés maintenant une tendance se dégage à un niveau inédit pour la liberté d’expression, inconnu dans l’histoire de l’humanité, pour étendre ce qui était de fait réservé avant aux seuls journalistes agréés, autorisés et employés de groupes puissants : l’accès à l’information, sa discussion, l’analyse des faits collectivement.

Il n’y a pas lieu à s’en offusquer ni à brailler contre cette nouvelle liberté à chaque occasion !

Les fondateurs du Monde auraient certainement été séduits par ce que la société s’est donné là comme percée de l’expression et de la liberté. Ils auraient participé à pleines dents à cette aventure. Ils auraient été très vigilants pour en défendre l’indépendance et l’existence .

Mais là on ne voit que trouille, paroles aigres, attaques biaises contre cette liberté.

Un peu à l’image du discours conformiste de ce que sont devenus des journaux venus de la gauche et ayant viré leur cutie.

Les mouvements sociaux, effectivement, ont une confiance réduite envers des médias à propriétaires privés ou sous contrôle politique qui relaient très souvent un discours dominant et unipolaire s’écartant très loin des faits, pas seulement de leurs interprétations.

Il s’ensuit que quelque part une fraction de l’opinion entretient maintenant une défiance envers les employés des médias traditionnels. C’est leur droit de ne pas faire confiance à certains journalistes. Et de chercher des informations ailleurs, très diverses et contradictoires mais entières, ailleurs.

Et donc sur le net, ici par exemple.

Et si nous défendons la liberté de tous de s’exprimer , donc également des employés du Monde, ce dernier pourrait également avoir la décence de ne pas manœuvrer pour favoriser des attaques contre la liberté d’expression dans ce nouveau média, qu’il utilise avec peu d’élégance.

-  Copas

SOURCE : BELLACIAO



Publié le 19 novembre 2007  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin