e-torpedo le webzine sans barbeles



Le label (mondialiste) et le clochard

Catégorie free littérature
Il y a (2) contribution(s).

(JPEG) Sur un flanc de falaise Qu’un océan d’oubli à trop léché La solidarité se désagrège Tandis que meurt l’humanité. Et souffle le vent et le froid Sur les moulins de Don Quichotte Et sur les tentes mourroirs Ou des types entassés Finissent par devenir mouchoirs A force de trop pleurer. Pendant qu’ils se délabrent Et qu’ils subissent désabusés, Nous faisons des palabres Qui nous cachent leurs forêts. Des mots cyniques rictus de l’âme Des mots brodés de fil d’enfer rouillés par leur trop plein de larmes Brûlants comme un dard dans la chair. Alors nous glissons leurs souliers Sous un sapin de conjectures Où nos guirlandes sont accrochées Mais nous avons encore oublié Que l’père noel est une ordure. Il ne va rien leur apporter. Et nous passons sur les trottoirs En détournant les yeux Parce que sinon dans leurs regard Notre inertie est un aveu.. Et on se cache leur déchirures Leurs plaies mobiles Et leurs blessures derrière la France de la rupture Celle du 115 et des serrures. Et des foyers cercueils Qui puent la mort et la non vie Comme un nouvel écueil Pour leur égos meurtris. Strip tease de la réalité Qui un a un quitte ses voiles Dans sa cruelle nudité C’est l’être humain qu’elle nous dévoile. Tandis que crèvent sur le pavé Tous les enfants de Don Quichotte Pieds nus dans l’illusion L’humanité grelotte.

Publié le 24 décembre 2007  par catherine


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin