e-torpedo le webzine sans barbeles



Le soutien de Philippe Marlière à la manifestation "TOUS A VERSAILLES LE 4 FEVRIER 2008"

Catégorie actualité
Il y a (7) contribution(s).

(JPEG) J’apporte mon soutien amical à celles et ceux qui se rendront à Versailles le 4 février prochain pour faire entendre la voix du peuple : celle des 55% de Français qui ont rejeté le catéchisme néolibéral qu’on leur soumettait en mai 2005. Ils seront là, aussi, au nom de nombreux « ouistes » qui n’acceptent pas que la démocratie soit confisquée par notre nouveau César.

Car en réalité, être pour ou contre le traité de Lisbonne n’est pas la question.

La seule question que tout parlementaire honnête devrait trancher le 4 février est : qui peut défaire ce que la volonté populaire a fait en 2005 ? Je note que les partisans de la ratification parlementaire évitent tous de poser cette question ;

l’unique question qui devrait intéresser les démocrates de tous bords.

Sarkozy a bien entendu menti. Ce nouveau traité n’est ni « simplifié », ni délesté de ses dogmes néolibéraux. Il est compliqué à souhait et c’est une copie quasi-conforme au texte précédent. Sarkozy ne peut donc prétendre qu’une adoption parlementaire est possible car ce traité serait "différent", "simplifié".

Et quand bien même ce serait le cas, cela ne pourrait justifier la décision prise par Hollande et ses alliés de se rendre à Versailles pour s’abstenir de voter. Le PS est officiellement pour la tenue d’un référendum. L’unique moyen pour y parvenir est de voter contre la révision constitutionnelle. La mise en échec du stratagème sarkozyste est mathématiquement à portée de main :

le total des voix de gauche + 8 voix de droite suffiraient à déjouer le coup de force.

En revendiquant d’une part un référendum, et en s’efforçant de l’autre de saboter les efforts de la gauche pour y parvenir, ces socialistes commettent un acte grave. Grave au regard des multiples promesses faites au peuple français par le PS depuis trois ans.

Le 29 mai 2005, Hollande, mine contrite, avait déclaré que puisque le « peuple s’était détourné du PS, il fallait en tenir compte ». Tu parles, Charles ! Grave, car cette décision discrédite non seulement ses protagonistes, mais aussi les socialistes honnêtes qui sont en désaccord avec elle. Grave, enfin, car cela revient à cautionner la politique sarkozyste. Pour paraphraser Pierre Moscovici, parlant de la visite de Tony Blair au Conseil national de l’UMP, cela revient à donner une caution « de gauche » à la droite la plus dure que la France ait connu depuis la Libération.

La décision de la direction du PS aura des conséquences multiples, profondes et durables. Elle facilitera, par exemple, le ralliement à la droite d’un deuxième groupe de cyniques et d’opportunistes.

Ce n’est pas une coïncidence que Jack Lang, dont on parle comme successeur de Rachida Dati à la Justice, ait annoncé qu’il votera Oui à Versailles avec les parlementaires de droite.

Le combat pour le respect de la souveraineté populaire et l’émergence d’une gauche de gauche doit continuer entretemps. A Versailles et ailleurs.

Visionnez vidéo : Tous à Versailles



Publié le 27 janvier 2008  par Philippe Marlière


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin