e-torpedo le webzine sans barbeles



Pink Gang, les miliciennes roses par Polly Dunbar

Catégorie société
Il y a (4) contribution(s).

Les femmes indiennes qui luttent pour les droits des femmes

Par Polly Dunbar

(JPEG)

Elles s’habillent en saris rose bonbon, mais leur réputation est loin d’être tendre.

Ce sont les justicières roses, membres d’un groupe décidé à extirper la corruption des forces de police et à appliquer une justice impitoyable aux coupables de violence domestique ou d’abus sexuel.

Elles sévissent dans l’état d’Uttar Pradesh au nord de l’Inde. Elles ont choisi le rose comme emblème de leur combat et peuvent compter dans leurs rangs, plusieurs centaines de militantes.

Elles sont armées de lathi - les bâtons traditionnels - qui servent à battre les hommes qui ont abusé de leurs épouses ou les ont abandonnées, et aussi à tabasser les policiers qui ont refusé d’enregistrer des plaintes pour viol.

Le groupe, qui s’est formé il y a deux ans, bien que ses membres soient issus des plus basses castes de la société indienne, est même parvenu à dénoncer les malversations des politiciens corrompus.

Depuis sa création, le Pink Gang, comme elles s’appellent, a été frappé par une série d’accusations criminelles, mais elles tiennent bon et résistent aux menaces.

« Personne ne vient à notre aide dans cette région » dit Sampat Pal Devi, 47 ans, la fondatrice du groupe, qui donne aux autres femmes des leçons de combat. « La police et les fonctionnaires sont tellement corrompus et anti-pauvres, que nous devons nous même faire appliquer la loi. À d’autres moments, nous couvrons de honte ceux qui se comportent mal. Mais nous ne sommes pas un gang dans le sens habituel du terme. Nous sommes un gang pour la justice. Nous portons le rose car c’est la couleur de la vie. »

Le Pink Gang est basé dans la zone de Banda, une des parties les plus pauvres d’Uttar Pradesh, et les femmes gagnent peu à peu le respect des fonctionnaires locaux réticents.

Plus de 20% de la population de Banda, sont « intouchables » la caste la plus basse.

Les femmes sont les premières victimes de la pauvreté et de la discrimination dans une société féodale dominée par les hommes et soumise aux castes supérieures.

Presque toutes les Pink justicières vivent dans des huttes de boue et de brique, sans eau courante, sans électricité, et survivent avec moins de 50 pence (0,75 euro) par jour.

(JPEG)

Aarti Devi, agée de 25 ans, nous dit : « Toute seule je n’ai aucun droit mais ensemble, en tant que groupe de Gulabi, nous avons de la puissance. » « Quand je vais chercher l’eau, les gens des castes supérieures me battent, me disent que je n’ai pas le droit de boire la même eau qu’eux. Mais quand nous sommes en bande, ils nous craignent et nous laissent tranquilles. »

« Il y a six mois, une femme a été violée et nous sommes allées avec elle au commissariat de police. Au début, les chefs ont refusé de prendre la plainte, mais ensemble, nous avons pu forcer la police à agir. Nous avons traîné l’officier de police hors du commissariat et nous l’avons battu avec nos bâtons. »

Le gang reçoit de plus en plus l’appui des hommes. « Mon père est un membre de la bande de Gulabi, » dit Aarti.

« Nous ne sommes pas contre les hommes. Nous sommes pour l’égalité des droits pour tout le monde et contre ceux qui la refusent. »

Sampat, une mère de cinq enfants, mariée à neuf ans, est devenue une célébrité locale.

Intensément fière de son travail, elle dit : « Nous avons empêché que les femmes soient violées et nous avons envoyé les filles à l’école. La violence contre des femmes et le viol sont très communs ici, aussi, nous essayons de les éduquer pour qu’elles connaissent leurs droits.

« Dans les cas de violence domestique, nous allons parler au mari pour lui expliquer qu’il a tort. S’il refuse d’écouter, nous faisons sortir la femme et alors nous le battons. Au besoin, nous le battons en public pour l’embarrasser.

Les hommes ont l’habitude de croire que les lois ne s’appliquent pas à eux, mais nous faisons le forcing pour que ça change totalement. »

L’année dernière, après avoir reçu des plaintes parce qu’un magasin d’état ne donnait pas la nourriture qu’il était sensé distribuer gratuitement aux pauvres, le gang a commencé à surveiller le propriétaire et son fils. Une nuit, on a vu deux camions chargés de grain sur le chemin du marché, où le propriétaire du magasin prévoyait de le vendre et d’empocher les bénéfices.

Le Pink Gang a fait pression sur l’administration locale pour qu’elle saisisse le grain et s’est assuré ainsi que le grain soit correctement distribué.

Source : dailymail.co.uk Le 19 janvier 2008 Traduction RAL 3-2-08

Des justicières en sari

par Neeta Lal

Face à l’inaction des autorités et à la violence quotidienne qu’elles subissent, des femmes prennent les armes et leur destin en main. Le site d’informations Asia Sentinel, basé à Hong Kong, a rencontré ces "Robin des Bois" d’un autre genre.

(JPEG) Sampat Pal Devi

Le district de Banda, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh [dans le nord du pays], l’un des moins développés de l’Inde, défraye la chronique.

C’est dans cette région du nord que sévit le Pink Gang [le gang rose], un groupe de 200 femmes qui se présentent comme les héritières de Robin des Bois. N’hésitant pas à répondre à la violence par la violence, ces redresseuses de torts punissent les assassinats d’épouses dont se rendent coupables certaines belles-mères, les sévices conjugaux, voire la corruption ou l’incapacité des élus.

Ces femmes exubérantes et intrépides, reconnaissables à leurs saris roses, sont les ennemies jurées des maris violents et des fonctionnaires incompétents. Ayant personnellement subi des sévices sexuels, elles traquent les violeurs et les époux indignes, font la morale aux malfaiteurs et envahissent les postes de police pour réprimander les agents qui ne font pas leur travail.

Créé en 2006 par Sampat Pal Devi, une femme de 45 ans mariée de force à l’âge de 9 ans et devenue mère quatre ans après, ce groupe agit comme une bande de justicières dans la zone de non-droit qu’est Banda.

"Personne ne vient à notre secours, ici. Les fonctionnaires et la police sont corrompus et hostiles aux pauvres. Aussi sommes-nous parfois obligées de faire respecter la loi par nous-mêmes. Nous sommes une bande de justicières, pas un gang", a récemment déclaré la fondatrice du Pink Gang.

Excédée par la corruption du système et les discriminations sociales dont se rendent coupables les autorités [notamment à l’égard des femmes, des basses castes et des intouchables], Sampat Pal Devi a décidé de passer à l’acte en apprenant que sa soeur avait été traînée par les cheveux dans la cour de sa maison par son mari alcoolique.

Souhaitant "donner une leçon aux hommes fautifs", elle a rassemblé des femmes de son quartier ; le groupe, armé de bâtons, de barres de fer et d’une batte de cricket, est allé trouver le beau-frère, l’a pourchassé jusque dans un champ de canne à sucre et roué de coups.

Certaines actions sont couronnées de succès.

Ainsi, le groupe a réussi à restituer à leurs maris respectifs onze filles qui avaient été jetées dehors par leur belle-mère en raison de leurs dots insuffisantes.

De façon générale, les indicateurs de développement humain du district sont évidemment très médiocres. Le taux d’alphabétisation féminin plafonne à 23,9 %, contre 50,4 % pour les hommes ; le ratio hommes/femmes est de 846 femmes pour 1 000 hommes, alors que la moyenne de l’Etat est de 879 [et qu’au niveau international le rapport est inversé : 105 filles pour 100 garçons].

Et, si la violence conjugale fait des ravages, l’arriération des femmes est encore renforcée par le poids du système de castes.

Mais le Pink Gang s’en prend aussi bien aux maris qui brutalisent leur femme parce qu’elle ne réussit pas à leur donner un fils qu’aux fonctionnaires qui s’enrichissent en vendant au marché noir des céréales subventionnées par l’Etat et normalement destinées aux plus pauvres.

Alors que les ressources naturelles du district pourraient normalement assurer des moyens de subsistance à tous les habitants, elles sont pillées par un petit nombre d’entre eux en toute impunité parce que les autorités locales ferment les yeux sur ces agissements. Dans certains villages, les paysans ne sont même pas payés et ne reçoivent qu’un kilo de céréales par journée de travail. Et le nombre de travailleurs réduits en esclavage reste très important.

Apprendre à se battre

Selon certains sociologues, le seul espoir pour toute une frange de la population spoliée et méprisée réside dans des mouvements collectifs comme le Pink Gang.

Même si le groupe n’a pas de bureau, ses membres se réunissent régulièrement chez sa fondatrice pour discuter des cas à traiter et de la stratégie à adopter.

L’apparition d’une milice de femmes dans le district de Banda est le symptôme des graves problèmes sociaux qui traversent la société indienne. "Lorsque les élus refusent de répondre aux demandes des citoyens ordinaires", observe Prerna Purohit, un sociologue de New Delhi, "ces derniers n’ont pas d’autre choix que de prendre les choses en main par eux-mêmes.

C’est un coup de semonce pour le gouvernement de la plus grande démocratie du monde."

Neeta Lal Asia Sentinel Le courrier international 1er février 2008

Lu sur RADIO AIR LIBRE



Publié le 6 février 2008  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Pink Gang, les miliciennes roses par Polly Dunbar
    15 octobre 2015, par grissha
    Thanks combination of appropriate and helpful info and literate sentences which will definitely tempt your sense.There Maineasure therefore multiple comments here that area unit extremely amusive and contributive to me thanks for sharing a link particularly for sharing this web log. Agen Sbobet Agen Sbobet
  • Pink Gang, les miliciennes roses par Polly Dunbar
    7 mars 2016, par Hafizk
    I have not much time to visit many websites. But today I found this site accidently. I explored much information which is useful to my life. Thanks ! Cyberbola.co www.cyberbola.co Cyber Bola Cyberbola.co www.cyberbola.co
  • Pink Gang, les miliciennes roses par Polly Dunbar
    21 avril 2016, par kater888

    Ralph Lauren is an American fashion designer known for Ralph Lauren Polo his popular Polo line and other lines of clothing, accessories and home decor. Founded in 1967 and initially offering a line of men’s ties, the company grew quickly in a short time and had its own boutique within department store Bloomingdale’s by 1969, and its own stand-alone store in Beverly Hills by 1971. Ralph Lauren Sweaters first womenswear line was launched that same year. The brand became a staple of the preppy style popular in the late 1970s and early 1980s.

    The Ralph Lauren brand has expanded from Ralph Lauren Pants to include Purple Label, Black Label, Blue Label, Polo Ralph Lauren, Polo Denim, Polo Golf, Ralph by Ralph Lauren, Rugby Ralph Lauren and the women’s lines Collection, Black Label, Blue Label, Lauren by Ralph Lauren, Ralph Lauren Golf , and Ralph Lauren Short Sleeved Polos Spanning the range from casual sportswear to formal wear, the company’s clothing and fragrances reflect a classic American style, and often impart a rugged, outdoorsy Ralph Lauren Jackets & Outerwear . Many garments and fragrances incorporate a logo with a pony, with or without a polo player astride.

    Ralph Lauren Polo partnered with Ralph Lauren Handbags to introduce fragrances, beginning with iconic men’s scent Polo and classic women’s fragrance Lauren in 1978. The next two scents in the line, Chaps for Men and Tuxedo for Women, both introduced in 1979, also became beloved classics.

  • Pink Gang, les miliciennes roses par Polly Dunbar
    9 juin 2016, par jenefee
    The next time I read a blog, I hope that it doesnt disappoint me as much as this one. I mean, I know it was my choice to read, but I actually thought you have something interesting to say. All I hear is a bunch of whining about something that you could fix if you werent too busy looking for attention. Tennis Betting Baseball Betting Advice Football Betting
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin