e-torpedo le webzine sans barbeles



La France ? Une courtisane « lestement retroussée » ! (vidéos)

Catégorie société
Il y a (5) contribution(s).

(JPEG) Vous savez, bien sûr, ce qu’est, ou plutôt ce qu’était une courtisane. Sinon, pour le plus jeunes, voici la définition de mon dictionnaire Littré : Nom que l’on donne aux femmes de moeurs déréglées, mais non sans quelque élégance. Pour qui suit de près la politique à la sauce sarkozienne, la France, donc son peuple, n’est qu’une courtisane qu’ils retroussent lestement avant de la détrousser totalement. C’est, en substance, le message que nous transmettent à la fois le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif dans leur décision commune de nous imposer, par la force, ce que nous avons rejeté démocratiquement lors du référendum de mai 2005.

Il faut dire que la courtisane en question, cocotte bien peu sérieuse, mais c’est une habitude chez les courtisanes, a l’habitude de se donner à n’importe qui, sans se préoccuper de ce qu’il est réellement, ne voyant que les « dorures » du personnage, n’écoutant que le délicieux chant de sirène promettant tout et son contraire, comme on l’a vu à toutes les dernières élections.

Bien sûr, elle n’est pas heureuse ! Le plus souvent, et très vite, elle se réveille de ses premières nuits d’amour avec son nouvel amant, comprenant que le « soufflé » des promesses s’est aplati plus finement encore qu’un papier à cigarette !

En outre, c’est une habitude depuis quelques décennies, elle se prend de « bonnes raclées » et un nombre incalculable d’humiliations.

Mais, bonne fille, espérant toujours l’arrivée « du prince charmant », bellâtre et beau parleur, elle oublie toujours les leçons parfois cruelles de son passé.

Cette fois, pourtant, c’est plus grave. Croyant en la valeur de sa voix, donnée il y a moins de trois ans pour dire qu’elle ne voulait ni s’offrir ni se donner aux finances mondiales et aux marchands tordus, elle vient de se faire violer par une bande organisée, en réunion et, qui plus est, une bande détenant une certaine autorité publique.

Cette bande est heureuse, fière de son viol, sûre de son impunité puisque c’est elle qui fait et écrit la loi !

Faisant partie des victimes de ce viol, je veux dire aux membres de la bande organisée en question, qu’elle a tout mon mépris, mais aussi toute ma pitié pour sa piètre conception de ce qu’est ou devrait être une démocratie !

Peut-être, si certaines ou certains de ceux qui ont participé « à cette orgie » contre le peuple, venaient à me lire, seraient-ils offusqués, choqués au point de vouloir me faire procès ! Diantre, voilà un malotru qui ne représente que lui-même et qui se permet d’insulter les « élus de la nation » !

C’est vrai, je ne suis qu’un parmi les 54%% de votants du NON,

mais je ne doute pas que mon opinion, mon dégoût de cette bande organisée est largement partagé par le plus grand nombre des violés ! Oui, messieurs et mesdames les élus, je peux vous le dire, être violé fait mal ! Nous serons nombreux à nous en souvenir, très nombreux, grâce à vous...

-  Pardon ?
-  Je vous insulterais ?
-  Je ne vous respecterais pas ?

Allons, un peu de sérieux !

Mesdames et Messieurs les parlementaires, ministres, premier ministre et locataire de l’Elysée, apprenez que pour être respectés, il faut être respectables !

Vous vous êtes fait une joie de nous humilier, de bafouer notre parole, de jeter au feu de vos « messes noires » la volonté du peuple ! Vous êtes la honte de ce pays, la honte de tout démocrate, la honte de tout humaniste, de tout esprit éclairé. L’insulte, c’est vous qui la pratiquez et contre le peuple :
-  en nous jetant à la figure que notre avis n’a pas la moindre valeur ;
-  en nous disant que nous sommes trop stupides pour comprendre les enjeux de vos envies et désirs ;
-  en vous permettant de rayer d’un trait ce que nous avons souverainement décidé !

Alors, votre décision, dans mon for intérieur, est nulle et non avenue ! Vous riez ? Grand bien vous fasse, mais là encore, sachez que votre volonté n’aura de pérennité que si la courtisane cède à votre violence et fait sienne, en l’acceptant, votre viol.

Tant qu’un seul esprit libre refusera et rejettera votre décision inique, rien n’assurera la pérennité de votre crime !

-  SOURCE : Altermonde sans Frontières




la forfaiture du 4 Février 2008 à Versailles
envoyé par zala55







Manifestation à Versailles du 4 février 2008
envoyé par HumaWebTV







Publié le 14 février 2008  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin