e-torpedo le webzine sans barbeles



Chantal Sébire : Le cri qui cogne la mort (vidéo)

Catégorie société
Il y a (3) contribution(s).





Choc : Elle veut mourir : terrible et émouvant !!!
envoyé par alizoh8





Ancienne institutrice, mère de famille de 52 ans vivant près de Dijon, Sébire a demandé d’être euthanasiée par un de ses médecins.

En effet, elle souffre d’une " esthesioneuroblastome ", une tumeur évolutive des sinus et de la cavité nasale.

Cette maladie très rare (200 cas recensés dans le monde en 20 ans) est incurable et provoque une déformation irréversible du visage et des souffrances "atroces", selon Sébire, qui dit être allée ’’au bout" de ce qu’elle peut supporter.

Opposée au suicide, elle se dit prête à partir en Suisse, en Belgique ou aux Pays-Bas, où l’euthanasie est légale, mais souhaite que la justice française prenne ses responsabilités.

Son avocat demande l’application de la loi du 22 avril 2005 sur les droits des malades, dite Loi Léonetti. Or cette loi tend à instaurer un droit au "laisser mourir", sans permettre aux médecins de pratiquer une euthanasie active.

Le député UMP Jean Léonetti, estime que "la demande formulée n’entre pas dans le cadre de la loi. C’est une demande de suicide assisté, pas une demande d’accompagnement de fin de vie".

Nicolas Sarkozy, auquel Sébire a écrit, lui a proposé "qu’un nouvel avis soit donné sur son cas par un collège de professionnels de la santé du plus haut niveau pour que l’on s’assure ensemble que toutes les ressources de la médecine sont épuisées".

Pour le Premier ministre François Fillon, "la difficulté pour moi dans cette affaire, c’est qu’on est là aux limites de ce que la société peut dire, de ce que la loi peut faire".

La garde des Sceaux Rachida Dati s’est montrée plus péremptoire : "Je considère que la médecine n’est pas là pour administrer des substances létales".

Avec ses convictions religieuses, la ministre du Logement Christine Boutin a pris la position inverse : "Il faut dire à cette femme qui a le visage abîmé qu’elle peut être aimée et que sa dignité dépasse cela". "On est en train d’instrumentaliser la détresse légitime de cette femme pour pouvoir essayer de légaliser l’euthanasie. Vous croyez vraiment que donner la mort c’est un geste d’amour ? C’est un non-respect de la dignité de cette personne", s’est-elle indignée.

Du côté de l’opposition, l’ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius se montre "plutôt partisan d’aller dans le sens de la législation belge ou néerlandaise" qui légalise l’euthanasie, "en évitant évidemment tous les abus".

REPORTAGE FRANCE 3

Cette ancienne professeur des écoles de 52 ans, domiciliée à Plombières-les-Dijon (Côte-d’Or) et mère de trois enfants, a appris en 2002 qu’elle était atteinte d’une "Esthesioneuroblastome", une tumeur orpheline, incurable et évolutive des sinus et de la cavité nasale. La justice a été saisie mercredi 12 mars d’une "demande exceptionnelle mais néanmoins légitime d’euthanasie", qualifiant cette démarche de "première".

"C’est une première pour le monde judiciaire, mais nous ne demandons que l’application de la loi, celle du 22 avril 2005 sur les droits des malades, dite loi Léonetti", a souligné le conseil de Mme Sébire. Selon lui, "cette loi reconnait le droit aux malades en fin de vie de refuser tout traitement et le droit de soulager leurs souffrances, mais elle ne dit rien lorsque les malades refusent la solution proposée qui est le coma artificiel et la mort au bout de dix à quinze jours".

"Nous demandons simplement au magistrat de l’autoriser à s’endormir dans l’affection des siens" et de faire ainsi preuve "d’humanité" ... Chantal Sébire avait confié vendredi son dossier à l’Association pour le Droit de mourir dans la dignité (ADMD), dix jours après un appel au secours devant les medias pour "qu’on l’accompagne dignement dans la mort".

Dati opposée à la légalisation de l’euthanasie : la ministre de la justice s’est elle opposée à une loi qui légaliserait l’euthanasie active en France. "Cette dame demande à la justice de pouvoir exonérer de la responsabilité pénale le médecin pour lui administrer une substance létale, pour l’aider à mourir", a dit la ministre. "Ce n’est pas notre droit. Nous avons fondé notre droit, et aussi bien la Convention européenne des droits de l’homme, sur le droit à la vie", a-t-elle jugée.

Reportage FRANCE 3 : Anne-Gaëlle Matoksy et Romain Liboz.



Publié le 15 mars 2008  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Chantal Sébire : Le cri qui cogne la mort (vidéo)
    17 mars 2008, par luc gontier
    c’est vraiment dommage que dans un pays dit libre, que l’on puisse laisser crever des personnes de faim et de froid, et au cas ou ils gênent sur le bord du canal st martin ou autre devanture, on les chasse pour qu’il aille mourir dans leur coin voir même les empêcher de revenir en mettant du répulsif pour sdf alors qu’ils ne demandent qu’a vivre et qu’une personne qui souffre et réclame de l’aide pour mourir dignement on lui refuse les chiens sont mieux traités que les hommes dans se monde et qu’on ne parle pas de lois, car les loi, on sait les changer quand sa arrange nos dirigeants, alors aillez un peu d’humanité !! Modifiez la loi et aider cette femme a vivre la mort sans souffrance
    • Chantal Sébire : Le cri qui cogne la mort (vidéo)
      18 mars 2008, par Delcuse
      Il y a, chez nos ministres, une pulsion sadique particulièrement élevée et envahissante. Et invoquer la vie, de leur part, est franchement honteux, eux qui la baffouent chaque jour. Lorsque le corps n’est plus que soufrance, il devient un enfer carcéral. Nos ministres aiment sadiquement l’esprit carcéral, les motifs d’interdit et de répression. C’est leur raison d’existance. Ils ne peuvent concevoir le désir de s’en évader que comme une insulte envers leur prérogative. Vouloir en finir avec une vie invalidante et souffreteuse devrait être légitime. Hélas, non, nos ministres, dans leur Sainte Bonté, en décident autrement, et préfèrent les cries de soufrance d’une personne qui n’en peut plus.
  • Chantal Sébire : Le cri qui cogne la mort (vidéo)
    18 janvier 2016, par RedenScott
    Her story is an inspiration to many that there is always hope despite the the problems in life. - Dennis Wong YOR Health
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin