e-torpedo le webzine sans barbeles



La fonction de l’art chez Marcel Proust

Catégorie littérature
Il y a (89) contribution(s).

(JPEG) Selon Marcel Proust, l’art n’est pas uniquement un jeu de dilettante, il est surtout et avant tout un moyen de faire connaître et de saisir la réalité.

« La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c’est la littérature ; cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l’artiste. » Le Temps Retrouvé

L’art permet de transcender la réalité. C’est par lui seul que « nous pouvons sortir de nous ». Il est une « religion » et une philosophie. Il doit nous éclairer sur le monde et les mystères de la création. La fonction de l’art est de refléter les malheurs et les angoisses de l’homme et en même temps de lui révéler la voie à suivre pour retrouver l’essence des choses et le vrai sens de l’existence.

« Ce travail qu’avaient fait notre amour-propre, notre passion,notre esprit d’imitation, notre intelligence abstraite, nos habitudes , c’est ce travail que l’art défera, c’est la marche en sens contraire, le retour aux profondeurs où ce qui a existé réellement gît inconnu de nous, qu’il nous fera suivre . » Le Temps Retrouvé

L’art est destiné à nous aider à déchiffrer et à éclaircir ; il doit aussi nous permettre de retrouver notre passé. Marcel Proust et beaucoup de ceux qui l’ont devancé s’accordent à dire « que les vrais paradis sont les paradis qu’on a perdus », tous déplorent la disparition du « vert paradis des amours enfantines ». Heureusement l’art peut, par le souvenir, ramener l’homme en arrière, lui faire revivre son passé et lui permettre de retrouver son enfance. La rédaction de la Recherche a permis à Proust de revivre intensément les moments les plus exaltants de sa jeunesse et de retrouver sa pureté originelle.

« J’avais seulement dans sa simplicité première le sentiment de l’existence comme il peut frémir au fond d’un animal ; j’étais plus dénué que l’homme des cavernes. » Du côté de chez Swann

L’art, outre la fonction d’aider à opérer un retour aux origines n’a d’autre fonction que la connaissance et l’exploration de l’inconscient. Le narrateur et plusieurs autres personnages essayent de pénétrer les secrets de l’âme humaine et de retrouver une communion avec l’univers grâce aux sons et aux couleurs. L’homme se réalise à travers ses œuvres d’art, peut se purifier ainsi grâce à l’art. Pour cette raison nous remarquons que Marcel Proust assimile très souvent l’art à la religion. L’art est parfois perçu par lui comme un dieu à la fois impitoyable et magnanime.

Il torture et ensuite permet la béatitude et la sérénité.

Celui qui a la vocation de l’art est un élu qui, grâce aux mots, aux couleurs et aux sons peut pénétrer dans le monde merveilleux de la création. Le narrateur, avant que sa vocation ne se concrétise, a la sensation d’être un damné, une âme en peine errant dans les méandres du monde à la recherche du salut. Car le salut pour Marcel Proust et son narrateur ne peut venir que de l’art.

C’est en effet par l’art qu’on accède à la connaissance et qu’on arrive à percer les énigmes.

L’art a aussi une fonction de conservation ; c’est un musée où le moi profond de l’artiste est gardé jalousement ainsi que ses impressions originelles et la meilleure partie de lui-même. L’art sublime la vulgarité, la banalité et tous les mauvais instincts de l’homme comme l’agressivité et la destruction. Il permet enfin la communication entre l’artiste et son lecteur, son auditeur ou son spectateur. Mais pour que le contact soit établi, l’œuvre doit être belle même si le sujet est crapuleux. Dans Contre Sainte-Beuve, Marcel Proust écrit :

« La matière de nos livres, la substance de nos phrases doit être immatérielle, non pas prise telle quelle dans la réalité, mais nos phrases elles-mêmes et les épisodes aussi doivent être faits de la substance transparente de nos minutes les meilleures où nous sommes hors de la réalité et du présent. C’est de ces gouttes de lumière qu’est fait le style et la fable d’un livre. »



Publié le 15 avril 2008  par Nadia Bouziane


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin