e-torpedo le webzine sans barbeles



La construction du personnage proustien

Catégorie littérature
Il y a (33) contribution(s).

(JPEG) Pour faire apparaitre ses personnages, Marcel Proust a recours à ce que Jean-Yves Tadié appelle la " technique du point de vue " c’est-à-dire que nous ne savons du personnage que ce que notre regard peut saisir. Les personnages sont attendus parce qu’auparavant annoncés comme c’est le cas pour Jupien ou Oriane de Guermantes qui ont été annoncés dès les premières pages de Du côté de chez Swann avant d’apparaitre dans l’ouverture du Côté de Guermantes.

Les personnages sont souvent différents de l’image que les autres, dont le lecteur, se font d’eux et de leur vie. La première apparition de chacun d’eux est très souvent incompréhensible ou décevante et il faudra d’autres apparitions et d’autres rencontres pour la "retoucher". Le personnage proustien se dévoile progressivement. Donc la première rencontre ne permet pas de connaitre les traits essentiels du personnage. Dans la préface de la Bible d’Amiens, Marcel Proust écrit : " En causant une fois avec une personne, on peut discerner en elle des traits singuliers. Mais c’est seulement par leur répétition, dans des circonstances variées qu’on peut les reconnaitre pour caractéristiques et essentiels."

Dans Le Côté de Guermantes, les rencontres du narrateur avec des personnages tels que le duc ou la duchesse de Guermantes lui permettent de découvrir à chaque fois un aspect nouveau. Ils ne sont jamais fidèles à eux-mêmes. le personnage chez Proust n’est pas figé, il se renouvelle constamment . Oriane ets successivement la fée, la princesse des Laumes, la suzeraine, la dame du lac, la statuette en porcelaine, la duchesse de Guermantes et enfin la voisine.

Le personnage n’a pas un caractère arrêté et stable, il est plutôt versatile et offre de lui un grand nombre d’images nouvelles. Chaque image vient pour corriger une autre précédente. Françoise dans Du côté de chez Swann avait une grande aversion pour la fille de cuisine Eulalie ; mais dans Le Côté de Guermantes, aprés la mort d’Eulalie, elle parle d’elle comme d’une "bonne personne".

" Elle leur parlait même d’Eulalie comme d’une bonne personne. Car depuis qu’Eulalie était morte, Françoise avait complètement oublié qu’elle l’avait peu aimée durant sa vie..."

La peinture que Marcel Proust fait de ses personnages n’est jamais achevée.

Elle sera constamment remaniée. Nous faisons toujours de nouvelles trouvailles sur le personnage. Les différentes images qu’il offre au narrateur et au lecteur suscitent l’interrogation et le désir de mieux le connaitre. Cette manière de procéder fait de Proust le précurseur du roman moderne.



Publié le 30 avril 2008  par Nadia Bouziane


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin