e-torpedo le webzine sans barbeles



Une flamme et des « jeux » au-dessus de tous soupçons ? par Jean Dornac

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) Excusez-moi, amis lecteurs, mais je vais mettre les pieds dans le plat... en espérant, toutefois, ne pas trop vous choquer. La provocation n’est pas mon style, mais les prises de positions nécessaires peuvent heurter des lecteurs ayant une opinion différente, ce qui, évidemment, est et reste légitime. Cependant, la flamme olympique, et tout ce qui tourne autour, me choque personnellement... Cela ne date pas de cette année. Simplement, à cause des exactions chinoises au Tibet, cela prend un relief plus profond et surtout plus sombre. Les événements des dernières semaines sont pareils à un révélateur. Quelques explications...

A propos de la flamme...

La flamme et les jeux m’apparaissent, plus que jamais, comme les symboles parfaits de la fatuité de l’humanité actuelle, d’une humanité devenue stricte objet économique.

En France, notamment, la laïcité, même une laïcité fanatique a pignon sur rue. Alors, je reste abasourdi de n’entendre aucune réaction concernant le cérémonial qui se déroule à Olympie. On y voit des jeunes femmes, le plus souvent fort belles, déguisées en « prêtresses », dirigeant les rayons du soleil pour allumer la divine flamme olympique . Cette flamme est donc l’objet d’une véritable vénération, ressemblant fort à de la soumission à une divinité antique. Lorsque je vois de telles images, j’avoue que je ressens tout cela comme hautement ridicule... Passé la cérémonie quasi religieuse, la flamme est ensuite un objet destiné à la vénération des foules qui doivent, sous peine d’être taxées d’iconoclastes, la suivre, l’admirer, la glorifier, voire l’adorer tous les quatre ans.

Alors, bien entendu, ce qui s’est passé à Londres et surtout à Paris est ressenti comme une injure gravissime envers « les dieux » antiques, supports merveilleux d’une société de consommation sans repères spirituels.

Que penser des jeux olympiques eux-mêmes ?

-  1) Quelle que soit la ville choisie pour leur déroulement...

On nous a dit et répété, à satiété, que les jeux sont une merveilleuse réunion de la jeunesse sportive mondiale. C’est très joli comme décor, mais que sont-ils, en réalité, ces jeux, depuis quelques décennies en tout cas :

-  1) On dit qu’ils favorisent la paix entre peuples. En réalité, dans les stades, il n’y a que rivalités, concurrences, adversaires « à tuer ». Je n’invente pas l’expression, je l’ai entendue de multiples fois dans la bouche d’athlètes (en particulier de la part des meilleurs) dont le seul but est de remporter la médaille d’or.

-  2) Les jeux olympiques sont devenus une affaire très rentable pour les athlètes vainqueurs. Ils se voient allouer des sommes confortables, ce qui ne peut que favoriser l’envie « de tuer » l’adversaire ! Il n’y a pas d’esprit olympique, en tout cas chez tous ceux qui sont susceptibles de gagner une médaille d’or. La recherche de ces athlètes, c’est la gloire (sacrée étoile filante !) et l’argent... Si tel n’était pas le cas, comment expliquer que, régulièrement, on découvre que tel ou tel s’est drogué ? Il en est qui admirent ça, moi pas.

-  3) Les jeux, avant l’affrontement entre athlètes, sont une « guerre » économique qui se déroule à coup de millions de dollars ou d’euros, entre entreprises et multinationales qui veulent à tout prix paraître sur l’affiche alléchante des jeux. C’est que des millions de spectateurs vont s’affaler dans leurs fauteuils pour suivre les combats du cirque... ce sont des millions de cerveaux à rendre disponibles pour que, pendant les jeux et après, ces « cerveaux bien lavés » consomment, consomment et consomment encore ! Car, bien entendu, les vainqueurs n’auront obtenu leur médaille que « grâce » à tel ou tel produit et nous, nous n’oublierons pas que nous aurons « vu » les jeux « avec » le produit machin-truc... sans quoi, ils ne vaudraient évidemment rien... Sommets de la débilité publicitaire... Les jeux olympiques sont donc avant tout une affaire de « fric » plus que rentable pour les « sponsors ». Et tant pis si, le plus souvent, les habitants des villes et pays sélectionnés doivent, ensuite, payer, sous forme d’impôts, des années durant, le gaspillage immense occasionné par le délire olympique et marchand.

-  4) Les jeux sont une occasion unique d’alimenter le nationalisme le plus bête, le plus basique de chaque pays participant. Les spectateurs de ces pays (vrai aussi pour les autres compétitions de haut niveau) sont fiers comme des coqs lorsque l’un des leurs obtient la médaille d’or. Les sportifs en chambre vivent cela comme s’ils avaient gagné eux-mêmes la médaille. Pour chaque vainqueur, l’hymne national est joué, le drapeau est hissé.

-  Que viennent faire ces « hochets nationalistes », qu’il s’agisse des drapeaux ou des hymnes, dans les jeux olympiques ?

-  Où est l’esprit d’unité de l’humanité, de la jeunesse, dans ces « batailles » aussi vaines que sans pitié. ?

Hitler et tous les tyrans, comme tous les tyranneaux ne s’y sont jamais trompés. Pour ceux-là, les jeux ne sont qu’une vitrine permettant d’exposer aux autres nations leur supériorité. C’est tellement vrai que nous avons vu, dans le passé, je pense notamment à l’ex-RDA, des pays qui dopaient leurs athlètes, au risque de détruire la santé de ces derniers. Et il en va de même, aujourd’hui, pour les dirigeants chinois. L’enjeu d’orgueil national et de propagande mondiale sont immenses...

En résumé, les jeux olympiques, plus que jamais, correspondent à la formule romaine « des jeux et du pain ».

Rien de tel que cette « messe », ce rituel qui revient tous les quatre ans pour endormir la conscience des peuples, pour semer un puissant soporifique et développer, toujours plus, les affaires plus que juteuses des « généreux sponsors ».

Rappelez-vous de Mexico en 1968 :

-  Qui, lors des jeux, se souvenait ou voulait se souvenir des plus de trois cents morts, quinze jours auparavant, sous les balles du pouvoir mexicain de l’époque ?

Le monde s’est éveillé aux jeux en s’endormant sur les morts...

Le cas de la Chine

Le cas de la Chine ne déroge pas à cette analyse. Pour le capitalisme mondialisé, ces jeux chinois sont une aubaine fantastique parce qu’à la clef, il y a près de trois milliards de consommateurs à séduire !

-  Que leur importe que ce peuple soit toujours sous domination communiste dictatoriale ?

Le communisme allié au capitalisme, quel rêve pour les faiseurs d’affaires !

Du coup, la harpie communiste qu’il fallait à tout prix abattre tout au long du vingtième siècle devient un « partenaire » tout à fait acceptable au point que notre secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme a osé affirmer, il n’y a pas bien longtemps que « La Chine n’est pas une dictature... que la question ne se pose pas comme ça... »
-  Ah, et comment se pose-t-elle, alors ?...

-  à méditer, non ?

Qu’importe donc si ce régime capitalo-communiste aime bien la peine de mort pour ses dissidents, l’emprisonnement pour de nombreuses années au seul motif d’avoir eu le culot de demander l’application des Droits de l’homme dans leur pays. Non, tout ça n’a pas d’importance au regard des fortunes à se faire, là-bas !

Bienvenue, donc, aux jeux olympiques qui permettront d’accélérer encore la conclusion de mirobolants contrats ! Où donc est le sport, dans ce fatras de voracité capitaliste ?...

Et le Tibet ?...

Une épine dans le pied du régime de Pékin : le Tibet... ! Epine oh combien douloureuse également dans le pied de tous les faiseurs d’affaires ! Franchement, ces affairistes n’en ont rien à faire de ce Tibet ! Les questions fondamentales qu’ils se posent, les seules que, sans doute, ils savent se poser :

-  La Chine, combien de consommateurs ?

-  Le Tibet, combien de consommateurs ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Il faut fermer les yeux sur la colonisation du Tibet, oublier cet encombrant Dalaï-Lama pour vanter les progrès de la Chine nouvelle, toujours très rouge politiquement parlant, mais joliment tintée aux couleurs du dollar comme de l’euro...

Les affairistes, qu’ils soient patrons de multinationales, d’entreprises moins géantes ou qu’ils soient politiciens n’ignorent pas qu’un Tibet libre, indépendant de la Chine, un Tibet gardant son orientation religieuse, représenterait une perte sèche pour leurs affaires. Le bouddhisme ne mène franchement pas à la consommation du type occidental, tout au contraire. Conscient de cela, les affairistes de tous poils ne peuvent que se féliciter de la mainmise chinoise sur le Tibet. La Chine au moins, consomme et consomme de plus en plus ! Voilà des gens intelligents comparés aux « arriérés » tibétains dénoncés, ici et ailleurs, même par des gens paraît-il de gauche...

Les droits de l’homme, oh combien les dirigeants de nos pays s’en fichent !

Ne parlez pas de Droits de l’homme à des politiciens occidentaux, ils vous riraient au nez, vous considérant comme de bien piètres naïfs. Ne parlez pas des Droits de l’homme aux dirigeants chinois, ils considéreraient cela comme une insulte de la plus haute gravité. Les droits de l’homme, en fait, n’ont le soutien que d’une large part de la population mondiale, une large part des populations. Le Tibet, dans un tel contexte, n’a que la conscience possible des autres peuples pour l’aider.

J’ai entendu, il y a peu, au cours d’une émission de télévision, parler, à propos du parcours chaotique de la flamme olympique, en particulier à Paris, de racisme anti-chinois. Il se peut, bien sûr, que certains, dans leur soutien à la cause tibétaine soient marqués par ce racisme hideux. Si tel est le cas, pour certains, ce n’est que lamentable, triste, tragique et inutile. Et de plus risible dès que l’on a conscience que la notion de race appliquée à l’humain n’a pas le moindre sens. Mais je suis profondément convaincu que si quelques-uns ont pu réagir par racisme, la grande masse, notamment en France, a réagi surtout contre la sauvagerie des autorités chinoise contre le Tibet et contre le colonialisme dont est victime ce dernier. Et c’est un signe de bonne santé morale de ces citoyens.

Puisque le Dalaï-Lama ne demande pas l’indépendance de son pays, indépendance pourtant justifiée, je n’ai pas à la soutenir.

-  Mais, comment ignorer que le colonialisme est une catastrophe humaine, un irrespect absolu des peuples dominés, écrasés, méprisés et, enfin, systématiquement pillés ?

Cependant, le Dalaï-Lama connaît mieux que nous la mentalité chinoise ; il connaît mieux que nous le rapport de forces entre les deux pays ; de plus, fait majeur à mes yeux, son combat est non-violent. Je pense donc qu’il faut soutenir ce peuple dans la demande de son chef, c’est-à-dire qu’il obtienne une autonomie réelle et que cesse la destruction systématique de la culture tibétaine.

Conclusion

La cause tibétaine est infiniment plus importante et précieuse que la cause des jeux olympiques. En fait, quel que soit le pays où les jeux sont organisés, les Droits de l’homme seront toujours infiniment plus importants que les droits supposés de l’économie ou que le droit supposé des idéologies politiques. Si les jeux de Pékin sont une occasion de soutenir les Droits de l’homme en soutenant le Tibet, au moins, n’auront-ils pas été totalement inutiles.

Au final, vous l’aurez compris, je ne participerai pas à cette « fête », à ces « réjouissances » de « l’argent fichu par les fenêtres » alors que des populations de nombreux pays sont obligées, dès maintenant, de se révolter contre la faim et la misère. Dans un contexte aussi dramatique, l’immensité du gaspillage d’énergie et de moyens financiers pour des joutes sportives est quelque chose d’indécent, d’injurieux pour tous ceux qui sont appelés à « crever » de faim...

Je ne suivrai donc pas ces « jeux » à la télévision. J’ai franchement autre chose à faire que de soutenir le régime de Pékin ou les intérêts des multinationales et autres entreprises qui écrasent, systématiquement les Droits de l’homme. Pas vous ?...

J’ai fait mon choix... A chacun de vous de choisir pour lui-même... en conscience.

Jean Dornac

source : Altermonde



Publié le 30 avril 2008  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Une flamme et des « jeux » au-dessus de tous soupçons ? par Jean Dornac
    29 août 2015, par LenardJames
    You do have a unique and brilliant idea about some issues of the society. - Dennis Wong YOR Health
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin